Edition du 11-08-2022

Biotechs santé : un tissu français encore « fragile »

Publié le mercredi 27 juin 2012

Le Leem a publié mercredi son premier observatoire des biotechnologies santé. Le tissu français y apparaît comme « fragile, peinant à grossir et atteindre la masse critique nécessaire à sa croissance dans la nouvelle bio-économie qui émerge ». Les industriels du médicament soulignent donc le besoin d’un accompagnement « en continu » des biotechs santé.

Avec 446 sociétés répertoriées, (58 grands groupes pharmaceutiques et 388 PME de biotechs), la France peut se targuer d’un tissu consistant de biotechnologies santé, concentrées pour plus de la moitié d’entre elles (57%) dans deux régions, l’Ile de France et Rhône-Alpes. Le secteur des biotechs santé est composé à 90% de petites sociétés : il représente 11 000 emplois et réalise un chiffre d’affaires de 1,5Mds€. Ce tissu d’entreprises représente un pipeline d’environ 150 produits en développement clinique en 2010.

24 entreprises sont cotées en Bourse pour une capitalisation à hauteur de 4,3Mds au 30 septembre 2011. Elles représentent un chiffre d’affaires total de 1,3 Mds€ et près de 3 000 emplois, et sont fortement positionnées en oncologie et en infectiologie. L’accélération de la capitalisation des entreprises de biotechnologies de santé s’est traduite par des levées de fonds records en 2010 auprès de financeurs, pour une somme totale de 432 M€.

L’observatoire présente aussi la position du secteur des biotechs français dans un marché mondial dominé par les Etats-Unis. Le tissu français apparait encore insuffisamment mature avec un effectif moyen par entreprise de 34 salariés contre 54 en Suède, 77 en Allemagne et 81 en Suisse et un chiffre d’affaires relativement faible, 1,5Md€, comparé aux 5,8 Md€ de la Suède, aux 6,1Md€ du Royaume-Uni et de l’Allemagne et aux 7,9Md€ de la Suisse. Il reste peu capitalisé : 4,3Md€ contre 5,7 pour la Suède, 16,3 pour le Royaume-Uni, 31 pour l’Europe et 219 pour les Etats-Unis…

Un besoin d’un accompagnement « en continu » des biotechs santé
« Le tissu des biotechs santé français apparaît comme fragile, peinant à grossir et atteindre la masse critique nécessaire à sa croissance dans la nouvelle bio-économie qui émerge. Il ressort de plus très nettement des analyses et entretiens réalisés pour construire l’observatoire, que le secteur pâtit d’un manque de continuité des aides, partenariats, investissements menés pour le faire monter en puissance et en visibilité », souligne le Leem qui estime qu’il y a « donc un besoin d’un accompagnement « en continu » des biotechs santé ». Ce dernier définit les trois  pistes de travail mises en avant par les industriels du médicament :

1. Remédier à la « vallée de la mort ». Alors que l’étape de la création d’entreprises est bien financée (1er tour), le nombre d’acteurs du capital risque est en baisse sérieuse, rendant difficiles les 2ème et 3ème tours de financement.

2. Faciliter la maturation des sociétés de biotech, qui peinent à passer au stade du développement, faute de collaborations ou de contrats leur permettant d’atteindre la phase de pré-industrialisation.

3. Développer les synergies des expertises et l’emploi en identifiant les compétences, les structures et les formations à mettre en commun.

« Nous voulons nous positionner dans notre rôle d’orchestrateur de filière d’industries de santé, avec un accompagnement ciblé sur tous les maillons de la chaîne » a rappelé Christian Lajoux, président des Entreprises du médicament. « C’est un chantier que nous souhaitons ouvrir en concertation avec tous les acteurs concernés, dans le cadre de la préparation du prochain Conseil stratégique des industries de santé ainsi que de la poursuite des travaux du Comité de filières ».a-t-il conclu.

Consulter l’Observatoire 2011 des biotechnologies de sante en France

Source : Leem








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents