Edition du 24-01-2019

Accueil » Cancer » Diabète » Médecine » Recherche

Cancer et diabète : une découverte, deux pistes de recherche

Publié le mercredi 5 mai 2010

Il arrive que les résultats d’une recherche ouvrent des perspectives inattendues. C’est ce que Chang Xian Zhang, directeur de recherche Inserm, et ses collaborateurs du laboratoire Génétique moléculaire, signalisation et cancer (CNRS / Université Claude Bernard Lyon / Centre Léon Bérard) dirigé par Marc Billaud, ont expérimenté. En effet, leurs récents travaux sur les tumeurs endocrines pancréatiques s’avèrent également profitables à la recherche sur le développement de traitements contre le diabète.

En étudiant l’origine de certaines tumeurs endocrines du pancréas, les chercheurs ont mis en évidence l’implication du phénomène de transdifférenciation des cellules alpha du pancréas en cellules secrétant l’insuline. En plus d’élucider une partie du mystère relatif à la naissance de ces tumeurs, ces résultats apportent des informations très utiles pour l’élaboration de traitements contre le diabète. Le diabète de type 1 se caractérise par la perte des cellules beta, produisant l’insuline. Trouver comment restaurer ces cellules et leur fonction est l’un des principaux objectifs de la recherche sur cette maladie.

Depuis plus de dix ans, Chang Xian Zhang et ses collaborateurs constituent une des équipes les plus actives au monde qui cherchent à comprendre les fonctions du gène Nem1. Ce gène, lorsqu’il est inactivé, conduit à l’apparition de plusieurs types de tumeurs endocrines (le syndrome est appelé « Néoplasies Endocriniennes Multiples de Type 1 »), y compris les tumeurs endocrines pancréatiques. Ces dernières sont connues pour leur complexité. Au moins un tiers d’entre elles est composé de cellules qui sécrètent plusieurs hormones, contrairement aux cellules normales, suggérant de multiples hypothèses sur leur origine cellulaire. Elucider le processus de l’apparition et du développement de ces tumeurs est donc la clé pour mieux les maîtriser, améliorer leur diagnostic, affiner le pronostic ainsi que le suivi médical, voire le traitement du cancer du pancréas.

En quoi l’inactivation du gène Nem 1 entraîne la naissance de telles tumeurs ?

A l’aide de modèles murins, l’équipe a inactivé ce gène dans les cellules alpha pancréatiques qui secrètent le glucagon. De façon très surprenante, ces souris développent non seulement des tumeurs de cellules alpha, mais également des tumeurs de cellules beta sécrétant l’insuline, ainsi que des tumeurs mixtes secrétant les deux hormones. Grâce à diverses analyses, les membres de l’équipe ont montré, pour la première fois, que l’inactivation du gène Nem1 conduit, dans un premier temps, à la prolifération des cellules alpha, puis celles-ci deviennent des cellules sécrétant l’insuline. Il s’agit du phénomène de transdifférenciation, conduisant ici au développement des tumeurs à la fois des cellules alpha et beta, ainsi que des tumeurs mixtes. Le gène Nem1 joue donc un rôle important dans le contrôle de la plasticité des cellules alpha pancréatiques.

Une découverte bénéfique pour deux pathologies

La compréhension des mécanismes de la transdifférenciation des cellules alpha pancréatiques en cellules sécrétant l’insuline pourraient permettre de mieux expliquer l’origine cellulaire des tumeurs endocrines pancréatiques observées. L’objectif : affiner le diagnostic et pronostic, et identifier de potentielles cibles thérapeutiques adéquates.
« En plus de nouvelles pistes pour la recherche contre le cancer, l’étude des mécanismes responsables de la transdifférenciation révélée dans cet article, permettrait une meilleure compréhension de la biologie des cellules endocrines pancréatiques et la conception de nouvelles stratégies de régénération des cellules beta pancréatiques, un enjeu majeur dans le traitement du diabète » conclut Chang Xian Zhang.

Source :
Gastroenterology, mai 2010; 138:1954-1965 ; α-cell-specific Men1 ablation triggers the transdifferentiation of glucagon-expressing cells and insulinoma development ; Jieli Lu1, Pedro L Herrera2, Christine Carreira1, Rémy Bonnavion1, Christelle Seigne1, Alain Calender1, Philippe Bertolino1 and Chang xian Zhang1

1 UMR5201 CNRS/ Université Claude Bernard Lyon1, Faculté de Médecine, Centre LEON-BERARD, Lyon, France;
2 Department of Genetic Medicine and Development, Faculty of Medicine, University of Geneva, Switzerland.








MyPharma Editions

Advicenne : feu vert belge pour initier l’étude pivot de phase II/III CORAL avec ADV7103 dans la cystinurie

Publié le 24 janvier 2019
Advicenne : feu vert belge pour initier l'étude pivot de phase II/III CORAL avec ADV7103 dans la cystinurie

Advicenne, société pharmaceutique spécialiste du développement de produits thérapeutiques adaptés à l’enfant et à l’adulte pour le traitement de maladies orphelines néphrologiques et neurologiques, a annoncé avoir obtenu de l’agence de santé belge (FAMHP – Federal Agency for Medicines and Health Products) l’autorisation d’initier un essai clinique pivot de phase II/III (étude CORAL) avec son candidat médicament phare, ADV7103, dans la cystinurie et fait un point sur sa visibilité financière au 31 décembre 2018.

Elsalys Biotech : résultats positifs de phase III pour l’inolimomab dans le traitement de la SR-aGvHD

Publié le 24 janvier 2019
Elsalys Biotech : résultats positifs de phase III pour l'inolimomab dans le traitement de la SR-aGvHD

Elsalys Biotech, nouvel acteur de l’immuno-oncologie, a présenté les résultats du suivi à long terme des patients de l’étude de phase III INO-107 et ce jusqu’à 8,5 ans. Ces résultats ont été publiés dans une lettre à Blood Advances signée par les investigateurs démontrant le bénéfice clinique de l’inolimomab (LEUKOTAC®) dans le traitement de la maladie du greffon contre l’hôte résistante aux stéroïdes (SR-aGvHD).

Epidémiologie des produits de santé : l ’ANSM et la Cnam créent la structure Epi-Phare

Publié le 24 janvier 2019
Epidémiologie des produits de santé : l ’ANSM et la Cnam créent la structure Epi-Phare

Fin décembre 2018, Dominique Martin, directeur général de l’ANSM, et Nicolas Revel, directeur général de la Cnam ont signé une convention afin de créer un groupement d’intérêt scientifique (GIS), regroupant les équipes d’épidémiologie des produits de santé des deux établissements. Appelé Epi-Phare, ce GIS est une structure publique d’expertise en pharmaco-épidémiologie et en épidémiologie des dispositifs médicaux.

AlzProtect renforce son conseil stratégique

Publié le 24 janvier 2019
AlzProtect renforce son conseil stratégique

AlzProtect, société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, a annoncé que Jacqueline Lecourtier et Pierre Le Sourd, membre du Conseil de Surveillance Xerys Gestion France, ont rejoint le Conseil d’Administration d’Alzprotect.

Cancer colorectal: Pierre Fabre & Array BioPharma annoncent des résultats de l’étude de Phase 3 BEACON CRC

Publié le 23 janvier 2019
Cancer colorectal: Pierre Fabre & Array BioPharma annoncent des résultats de l'étude de Phase 3 BEACON CRC

Pierre Fabre et Array BioPharma ont annoncé les résultats actualisés d’innocuité et d’efficacité, dont les données matures de survie globale, issues de la partie « Safety-Lead in » (évaluation de la sécurité d’administration) de l’étude de phase 3 BEACON CRC qui a évalué la triple association de BRAFTOVI® (encorafenib), un inhibiteur de BRAF, MEKTOVI® (binimetinib), […]

Polepharma : Stéphane Calmar élu Vice-président Affaires Publiques

Publié le 22 janvier 2019
Polepharma : Stéphane Calmar élu Vice-président Affaires Publiques

Le conseil d’administration de Polepharma a élu, jeudi 17 janvier 2019, Stéphane Calmar à la vice-présidence Affaires Publiques du cluster pharmaceutique. Stéphane Calmar occupe aujourd’hui le poste de Directeur des Affaires Corporate des Laboratoires Novo Nordisk.

Samsung Bioepis : la FDA américaine approuve l’Ontruzant® aux États-Unis

Publié le 22 janvier 2019
Samsung Bioepis : la FDA américaine approuve l’Ontruzant® aux États-Unis

Samsung Bioepis a annoncé que l’agence américaine des médicaments (FDA) avait approuvé l’Ontruzant® (trastuzumab-dttb), un biosimilaire référençant le Herceptin® 1 (trastuzumab), pour toutes les indications éligibles, à savoir le traitement adjuvant du cancer du sein surexprimant HER2, du cancer du sein métastatique, et de l’adénocarcinome de la jonction œso-gastrique, ou du cancer gastrique métastatique, chez des patients qui n’ont pas reçu de traitement préalable pour une maladie métastatique.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions