Edition du 04-03-2021

Accueil » Cancer » Médecine

Cancers : le taux de survie progresse en France

Publié le jeudi 7 février 2013

Cancers : le taux de survie progresse en FranceLe réseau des registres des cancers Francim, le service de biostatistique des Hospices Civils de Lyon (HCL), l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national du cancer (INCa) publient le second rapport sur la survie des personnes atteintes de cancer en France. Une étude portant sur 427 000 personnes et 47 localisations de cancers.

Réalisée à partir des données des registres des cancers du réseau Francim, cette étude porte sur 427 000 personnes soit tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués entre 1989 et 2007 chez les patients âgés de plus de 15 ans, recensés dans 12 départements couverts par les registres participants à l’étude. Ce rapport fournit pour 47 localisations de cancers -tous stades confondus- des estimations actualisées de survie à 1, 3, 5 et 10 ans après un diagnostic de cancer.

Sur le plan méthodologique, c’est le concept de survie nette qui est mis en avant dans cette étude. La survie nette est la survie que l’on observerait si la seule cause de décès des patients atteints de cancer était le cancer, contrairement à la survie globale (ou brute)1 pour laquelle toutes les causes de décès sont prises en compte. Cet indicateur de santé publique constitue un indicateur épidémiologique important. Il permet, des comparaisons entre pays et entre différentes périodes à l’échelle d’une population, car il ne dépend pas de la mortalité liée aux autres causes de décès (mortalité pouvant être différente d’un pays à l’autre ou d’une période à l’autre).

> Les principaux résultats :

Des variations considérables selon les localisations cancéreuses:

L’étude confirme que la survie des personnes atteintes de cancers varie considérablement selon la localisation cancéreuse : la survie à 10 ans varie ainsi de 1% à 93%.

Les cancers de mauvais pronostic (survie à 10 ans inférieure à 33%) représentent 40% des cancers chez l’homme et seulement 16% chez les femmes.

Les cancers de bon pronostic (survie à 10 ans supérieure ou égale à 66%) représentent 52 % des cancers chez la femme et seulement 28% chez les hommes.

Ces résultats s’expliquent en grande partie par une fréquence plus élevée de cancers de mauvais pronostic chez les hommes (cancers du poumon, des voies aéro-digestives supérieures, du foie). Chez les femmes, le cancer du sein, cancer le plus fréquent, est de bon pronostic. Par ailleurs, pour un même cancer, les femmes ont souvent une survie supérieure à celle des hommes

Une amélioration de la survie pour la plupart des cancers

Une amélioration de la survie à 5 ans est observée pour la plupart des cancers étudiés. Cette amélioration peut être attribuée au progrès dû aux traitements pour certains cancers mais aussi, pour une grande part, à un diagnostic plus précoce facilitant souvent la prise en charge

> Focus sur les cancers les plus fréquents et les cancers accessibles au dépistage et à la prévention

–  Cancer de la prostate

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 : 71 000*
Survie nette à 5 ans : 84 %, à 10 ans : 70 %
Évolution de la survie nette à 5 ans : en 1990 : 70 %, en 2002 : 90 %

La survie du cancer de la prostate s’est améliorée de façon spectaculaire. Elle est passée de 70% pour les cas diagnostiqués en 1990 à 90% en 2002. Cette amélioration est due à la fois à une avance au diagnostic du fait du développement du dépistage individuel par le dosage du PSA et à une prise en charge plus efficace car plus précoce.

– Cancer du sein

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 : 53 000*.
Survie nette à 5 ans : 86 %, à 10 ans : 76 %
Évolution de la survie nette à 5 ans : en 1990: 81 %, en 2002: 89 %

L’augmentation de la survie est attribuée aux progrès thérapeutiques majeurs réalisés au début des années 2000 et à une augmentation de la proportion des cancers découverts à un stade précoce en lien avec le développement des pratiques de dépistage. Les cancers du sein se situent parmi les cancers de bon pronostic. Ces bons chiffres de survie ne doivent pas faire oublier que, du fait de sa fréquence, le cancer du sein reste la première cause de décès par cancer chez la femme.

– Cancer colorectal

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 = 40 500* (21 500 hommes et 19 000 femmes).
Survie nette à 5 ans : 56 %, à 10 ans : 50 %
Évolution de la survie nette à 5 ans: en 1990 : 53 %; en 2002 : 57 %

Le pronostic des cancers du côlon et du rectum s’est amélioré au cours du temps en France. Cette amélioration de la survie s’explique par une plus grande précocité des diagnostics du fait d’une consultation plus rapide en cas de symptômes, la mise en place progressive d’un dépistage organisé du cancer colorectal mais aussi par une amélioration des prises en charge.

– Cancer du poumon

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 = 39 500* (27 500 hommes et 12 000 femmes).
Survie nette à 5 ans : 14 % (homme : 13%, femme : 18%) ; à 10 ans : 9 % (homme : 9%, femme : 12%)
Évolution de la survie nette à 5 ans: en 1990 : 14 % (homme : 12%, femme : 17%) ; en 2002 : 15 % (homme: 14%, femme : 18%)

Le pronostic du cancer du poumon est parmi les plus sombres des cancers. Malgré l’amélioration récente des prises en charge diagnostique et thérapeutique, aucune amélioration franche de la survie n’a été observée au cours du temps. A l’heure actuelle, la meilleure arme pour lutter contre la mortalité liée à ce cancer, en forte augmentation chez la femme, reste toujours la lutte contre le tabagisme qui augmente chez les jeunes et les femmes.

– Cancer du col de l’utérus

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 = 2 810*.
Survie nette à 5 ans : 66 %, à 10 ans : 59 %
Évolution de la survie nette à 5 ans : en 1990 : 68 % ; en 2002 : 64 %

La survie du cancer du col de l’utérus (forme invasive) a légèrement diminué. Cette tendance est paradoxalement le résultat « positif » du dépistage par frottis qui existe en France depuis 25 ans. En effet, le dépistage permet de repérer des lésions précancéreuses et à un stade précoce (non invasif). Les cancers diagnostiqués au stade invasif sont donc moins nombreux, mais ils comportent une proportion plus importante de cancers de mauvais pronostic, d’où la diminution de la survie au cours de la période d’étude. Il faut rappeler ici que le dépistage du cancer du col utérin est très efficace car il a entrainé en France une baisse importante de l’incidence et de la mortalité pour ce cancer.

– Mélanome cutané

Nombre de nouveaux cas estimés en 2011 = 9 780*
Survie nette à 5 ans : 85 % ; à 10 ans : 80 %
Évolution de la survie nette à 5 ans: en 1990 : 84% ; en 2002 : 87%

Le mélanome de la peau est une tumeur de bon pronostic, s’il est diagnostiqué précocement. La survie a peu augmenté au cours du temps. L’amélioration de la survie reste liée à un diagnostic le plus précoce possible. Des progrès devraient pouvoir être obtenus, d’une part grâce à un examen clinique complet et régulier lors des consultations médicales et d’autre part grâce aux campagnes de détection précoce mises en place par les dermatologues.

Malgré les progrès de la survie mis en évidence dans cette étude, il reste toutefois des cancers de mauvais pronostic. C’est en particulier le cas des cancers associés au tabac et à l’alcool (cancers du poumon, des voies aéro-digestives supérieures) qui renvoient à l’importance des actions de prévention primaire afin de diminuer l’incidence de ces cancers.

* ces chiffres sont des projections, faisant l’objet d’une réévaluation régulière en fonctions des nouvelles données disponibles

Rapport Survie des personnes atteintes de cancer en France (1989-2007) (5.41 MB)

Source : InVS








MyPharma Editions

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

LFB : l’EMA valide le dépôt de la demande d’AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Publié le 2 mars 2021
LFB : l'EMA valide le dépôt de la demande d'AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Le LFB, le groupe biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines recombinantes pour la prise en charge des patients atteints de pathologies graves et souvent rares, vient d’annoncer que l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’autorité réglementaire européenne, a validé le dépôt de la demande d’autorisation de mise sur le marché d’eptacog beta, un facteur de coagulation VIIa recombinant (rFVIIa).

Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Publié le 2 mars 2021
Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Abionyx Pharma vient d’annoncer les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare qui sont publiés en exclusivité dans la revue scientifique « Annals of Internal Medicine », la revue de médecine interne la plus citée et la mieux classée dans la catégorie Médecine.

Industrie pharmaceutique : accord sur les salaires minima pour l’année 2021

Publié le 2 mars 2021

A l’issue de deux réunions de négociations les 7 janvier et 18 février dernier, le Leem a proposé à la signature un accord collectif revalorisant l’ensemble des salaires minima conventionnels de 0,8 % au 1er janvier 2021.

Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Publié le 2 mars 2021
Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui vise à moduler le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé la nomination du Dr Sophie Biguenet en tant que Directrice Médicale à compter du 1er mars 2021.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents