Edition du 19-10-2021

COVID-19 : AB Science a reçu l’autorisation d’initier une seconde étude de Phase 2

Publié le mercredi 29 septembre 2021

COVID-19 : AB Science a reçu l’autorisation d’initier une seconde étude de Phase 2AB Science a annoncé qu’une nouvelle étude clinique du masitinib chez les patients présentant des symptômes légers à modérés de la COVID-19 a été approuvée par les autorités réglementaires de Russie et d’Afrique du Sud. L’étude AB21002, la deuxième étude de phase 2 du masitinib dans la COVID-19, est intitulée ‘A randomized, double-blind, placebo-controlled, phase 2 clinical trial to evaluate the antiviral efficacy of masitinib in patients with symptomatic mild to moderate COVID-19’.

Le masitinib est développé en tant que nouveau traitement antiviral inhibiteur de protéase du SARS-CoV-2, avec deux études de phase 2 dans les populations complémentaires de patients non hospitalisés (non sévères) et hospitalisés (sévères) atteints de la COVID-19. Le masitinib est considéré comme particulièrement bien adapté au traitement de la COVID-19 peu après l’infection (avant l’hospitalisation) lorsqu’un antiviral est susceptible d’avoir le plus d’effet, en raison de sa facilité d’administration par voie orale (comprimé). Actuellement, le masitinib est l’un des inhibiteurs de protéase administré par voie orale les plus avancés en développement clinique, dans la mesure où son profil de risque est bien connu, ayant déjà été évalué sur des milliers de patients dans d’autres indications.

L’étude AB21002 évaluera l’efficacité antivirale du masitinib à 3 dosages différents, administré en association aux thérapies optimales actuelles, par rapport au placebo associé aux thérapies optimales actuelles. L’étude doit recruter 78 patients (âgés de 18 ans ou plus et sans limite d’âge) dans des centres médicaux en France et dans d’autres pays. L’objectif d’efficacité principal sera de démontrer que le masitinib peut réduire la charge virale du SARS-CoV-2 (le virus responsable de la COVID-19) plus rapidement qu’un groupe contrôle placebo, qui recevra les thérapies optimales actuelles. La population de l’étude AB21002 cible donc les patients ambulatoires (non hospitalisés) présentant une maladie légère ou les patients hospitalisés ne nécessitant pas de ventilation non invasive (score de 4 et 5 sur l’échelle de progression clinique de l’OMS pour la COVID-19).

Cet essai clinique fait suite à la découverte, publiée dans la revue Science [1], que le masitinib est un médicament antiviral direct qui bloque la réplication du SARS-CoV-2 (le virus responsable de la COVID-19), en inhibant la cible clé Nsp5 (non-structural protein 5, protéase principale également appelée 3CLpro), qui est nécessaire au cycle de réplication virale. Dans un modèle de souris infectées par le SARS-CoV-2, il a été démontré que le masitinib réduit considérablement la charge virale, les niveaux de cytokines pro-inflammatoires et améliore la survie des souris à des doses pouvant être utilisées en clinique. Le masitinib a donc une double action contre la COVID-19 ; une activité antivirale directe ainsi qu’un une activité anti-inflammatoire, pertinente pour traiter le syndrome de détresse respiratoire aiguë et « l’orage de cytokines » liés au COVID-19.

Le professeur Savas Tay, auteur principal de l’article publié dans la revue Science [1] (Pritzker School for Molecular Engineering, Université de Chicago) avait précédemment déclaré : « Dans un contexte où nous sommes confrontés à l’émergence d’un certain nombre de variants préoccupants du SARS-CoV-2, il est urgent de développer des thérapeutiques antivirales efficaces. Comme le masitinib cible spécifiquement les résidus catalytiques de la 3CL-pro, son activité antivirale est susceptible d’être insensible aux altérations génétiques de la protéine Spike. Ainsi, le masitinib constitue une option thérapeutique unique et précieuse à la fois pour le SARS-CoV-2 d’origine et les variants contre lesquels les vaccins ou les anticorps monoclonaux peuvent devenir moins ou pas efficaces. »

Malgré la disponibilité de vaccins efficaces, le besoin en thérapies antivirales demeurera élevé car une partie importante de la population mondiale ne se fera pas vacciner. En outre, le SARS-CoV-2 évolue rapidement, entraînant la sélection et l’accumulation de mutations, principalement dans la protéine Spike, qui affectent la transmissibilité du virus, sa capacité à échapper à l’immunité et sa pathogénicité présumée. Les variants actuels sont plus contagieux et sont susceptibles d’échapper au système immunitaire, ce qui remet en question les thérapies par anticorps monoclonaux (mAbs), menace l’efficacité protectrice des vaccins actuels et entraîne des vagues de coronavirus.

A l’heure actuelle, il y a peu de médicaments antiviraux disponibles pour traiter la COVID-19. Par conséquent, il y a un besoin urgent de développer de nouveaux composés antiviraux afin de contrer les variants actuels.

Le développement de thérapies antivirales efficaces repose sur deux stratégies complémentaires :

. Les médicaments ciblant la polymérase : plusieurs médicaments ciblant la polymérase sont actuellement en développement clinique, le remdesivir (Gilead) ayant déjà été approuvé.

. Les médicaments ciblant la protéase : Les médicaments ciblant la protéase virale 3CL-pro (comme c’est le cas du masitinib) constituent une option thérapeutique avantageuse pour la COVID-19, en partie parce qu’ils sont considérés comme moins vulnérables au phénomène de la résistance aux médicaments du SARS-CoV-2 ; cependant, aucun médicament ciblant la protéase 3CL-pro n’est encore enregistré pour le traitement de la COVID-19.

Comme c’est le cas pour le traitement du VIH (virus de l’immunodéficience humaine), il est attendu qu’une stratégie de traitement efficace contre le SARS-CoV-2 dépende de l’association de médicaments ciblant à la fois la polymérase et la protéase du virus.

_______________________________

Références
[1] Drayman N, DeMarco JK, Jones KA, et al. Masitinib is a broad coronavirus 3CL inhibitor that effectively blocks replication of SARS-CoV-2. Science. 2021;373(6553). doi: 10.1126/science.abg5827

[2] Communiqué de presse en date du 6 avril 2021. www.ab-science.com/signing-of-an-exclusive-licensing-agreement-with-the-university-of-chicago-to-conduct-research-for-the-prevention-and-treatment-of-covid-19/

Source : AB Science








MyPharma Editions

AB Science : autorisation de l’ANSM pour initier une étude avec la molécule AB8939 dans le traitement de la leucémie myéloïde aiguë

Publié le 19 octobre 2021

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM d’initier une étude clinique de Phase I/II (AB18001) évaluant la molécule AB8939 chez les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire et de syndrome myélodysplasique (SMD) réfractaire. Cette autorisation intervient quelques semaines seulement après avoir reçu une autorisation similaire de l’autorité de santé canadienne [1].

Noxxon annonce l’expansion prévue de l’essai de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Publié le 19 octobre 2021
Noxxon annonce l'expansion prévue de l'essai de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans le développement des traitements améliorés du cancer ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé les plans d’expansion de son étude clinique de phase 1/2 en cours sur NOX-A12 en association avec la radiothérapie chez les patients atteints de glioblastome (cancer du cerveau).

Abivax rapporte d’excellents résultats d’efficacité à long terme dans l’étude de maintenance de phase 2b d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Publié le 19 octobre 2021
Abivax rapporte d’excellents résultats d’efficacité à long terme dans l’étude de maintenance de phase 2b d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique développant de nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer, rapporte les nouveaux résultats de son étude de maintenance de phase 2b en ouvert pour le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH) avec une administration quotidienne de 50 mg d’ABX464 par voie orale.

Pharnext : les données de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A publiées dans l’Orphanet Journal of Rare Diseases

Publié le 19 octobre 2021

Pharnext, société biopharmaceutique à un stade clinique avancé, pionnière d’une nouvelle approche de développement de combinaisons de médicaments innovantes basée sur les Big Data génomiques et l’intelligence artificielle exploitant sa plateforme de PLEOTHERAPY(TM), a annoncé la publication des données de la première étude clinique de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (« CMT1A »), l’essai PLEO-CMT, dans l’Orphanet Journal of Rare Disease (« OJRD »).

Lysogene annonce une présentation de son programme LYS- GM101 à l’occasion de L’ESGCT 2021

Publié le 19 octobre 2021
Lysogene annonce une présentation de son programme LYS- GM101 à l’occasion de L’ESGCT 2021

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé qu’elle fera une présentation orale à l’occasion de la conférence annuelle virtuelle de l’ESGCT 2021 sur son candidat-médicament de thérapie génique LYS-GM101 dans la gangliosidose à GM1.

Maladies génétiques : Qarnot et l’Institut Imagine démarrent des collaborations pour optimiser la puissance de calcul et accélérer la recherche

Publié le 19 octobre 2021
Maladies génétiques : Qarnot et l’Institut Imagine démarrent des collaborations pour optimiser la puissance de calcul et accélérer la recherche

Chaque année, Qarnot choisit une grande cause en mettant gratuitement de la puissance de calcul à la disposition d’associations ou de laboratoires de recherche. En 2021, Qarnot a choisi de soutenir l’Institut Imagine, premier centre de recherche, d’enseignement et de soins dédié aux maladies génétiques, sur le campus de l’Hôpital Necker-Enfants malades.

Ipsen et Accent Therapeutics signent un accord exclusif de collaboration mondiale

Publié le 18 octobre 2021
Ipsen et Accent Therapeutics signent un accord exclusif de collaboration mondiale

Ipsen et Accent Therapeutics ont signé un accord exclusif de collaboration mondiale pour la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation du programme METTL3 d’Accent. Cette collaboration avec Accent Therapeutics complète les partenariats annoncés dernièrement et soutient la stratégie d’expansion d’Ipsen dans les hémopathies malignes, avec un accent particulier sur la leucémie myéloïde aiguë.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents