Edition du 23-05-2022

COVID-19 : AB Science a reçu l’autorisation d’initier une seconde étude de Phase 2

Publié le mercredi 29 septembre 2021

COVID-19 : AB Science a reçu l’autorisation d’initier une seconde étude de Phase 2AB Science a annoncé qu’une nouvelle étude clinique du masitinib chez les patients présentant des symptômes légers à modérés de la COVID-19 a été approuvée par les autorités réglementaires de Russie et d’Afrique du Sud. L’étude AB21002, la deuxième étude de phase 2 du masitinib dans la COVID-19, est intitulée ‘A randomized, double-blind, placebo-controlled, phase 2 clinical trial to evaluate the antiviral efficacy of masitinib in patients with symptomatic mild to moderate COVID-19’.

Le masitinib est développé en tant que nouveau traitement antiviral inhibiteur de protéase du SARS-CoV-2, avec deux études de phase 2 dans les populations complémentaires de patients non hospitalisés (non sévères) et hospitalisés (sévères) atteints de la COVID-19. Le masitinib est considéré comme particulièrement bien adapté au traitement de la COVID-19 peu après l’infection (avant l’hospitalisation) lorsqu’un antiviral est susceptible d’avoir le plus d’effet, en raison de sa facilité d’administration par voie orale (comprimé). Actuellement, le masitinib est l’un des inhibiteurs de protéase administré par voie orale les plus avancés en développement clinique, dans la mesure où son profil de risque est bien connu, ayant déjà été évalué sur des milliers de patients dans d’autres indications.

L’étude AB21002 évaluera l’efficacité antivirale du masitinib à 3 dosages différents, administré en association aux thérapies optimales actuelles, par rapport au placebo associé aux thérapies optimales actuelles. L’étude doit recruter 78 patients (âgés de 18 ans ou plus et sans limite d’âge) dans des centres médicaux en France et dans d’autres pays. L’objectif d’efficacité principal sera de démontrer que le masitinib peut réduire la charge virale du SARS-CoV-2 (le virus responsable de la COVID-19) plus rapidement qu’un groupe contrôle placebo, qui recevra les thérapies optimales actuelles. La population de l’étude AB21002 cible donc les patients ambulatoires (non hospitalisés) présentant une maladie légère ou les patients hospitalisés ne nécessitant pas de ventilation non invasive (score de 4 et 5 sur l’échelle de progression clinique de l’OMS pour la COVID-19).

Cet essai clinique fait suite à la découverte, publiée dans la revue Science [1], que le masitinib est un médicament antiviral direct qui bloque la réplication du SARS-CoV-2 (le virus responsable de la COVID-19), en inhibant la cible clé Nsp5 (non-structural protein 5, protéase principale également appelée 3CLpro), qui est nécessaire au cycle de réplication virale. Dans un modèle de souris infectées par le SARS-CoV-2, il a été démontré que le masitinib réduit considérablement la charge virale, les niveaux de cytokines pro-inflammatoires et améliore la survie des souris à des doses pouvant être utilisées en clinique. Le masitinib a donc une double action contre la COVID-19 ; une activité antivirale directe ainsi qu’un une activité anti-inflammatoire, pertinente pour traiter le syndrome de détresse respiratoire aiguë et « l’orage de cytokines » liés au COVID-19.

Le professeur Savas Tay, auteur principal de l’article publié dans la revue Science [1] (Pritzker School for Molecular Engineering, Université de Chicago) avait précédemment déclaré : « Dans un contexte où nous sommes confrontés à l’émergence d’un certain nombre de variants préoccupants du SARS-CoV-2, il est urgent de développer des thérapeutiques antivirales efficaces. Comme le masitinib cible spécifiquement les résidus catalytiques de la 3CL-pro, son activité antivirale est susceptible d’être insensible aux altérations génétiques de la protéine Spike. Ainsi, le masitinib constitue une option thérapeutique unique et précieuse à la fois pour le SARS-CoV-2 d’origine et les variants contre lesquels les vaccins ou les anticorps monoclonaux peuvent devenir moins ou pas efficaces. »

Malgré la disponibilité de vaccins efficaces, le besoin en thérapies antivirales demeurera élevé car une partie importante de la population mondiale ne se fera pas vacciner. En outre, le SARS-CoV-2 évolue rapidement, entraînant la sélection et l’accumulation de mutations, principalement dans la protéine Spike, qui affectent la transmissibilité du virus, sa capacité à échapper à l’immunité et sa pathogénicité présumée. Les variants actuels sont plus contagieux et sont susceptibles d’échapper au système immunitaire, ce qui remet en question les thérapies par anticorps monoclonaux (mAbs), menace l’efficacité protectrice des vaccins actuels et entraîne des vagues de coronavirus.

A l’heure actuelle, il y a peu de médicaments antiviraux disponibles pour traiter la COVID-19. Par conséquent, il y a un besoin urgent de développer de nouveaux composés antiviraux afin de contrer les variants actuels.

Le développement de thérapies antivirales efficaces repose sur deux stratégies complémentaires :

. Les médicaments ciblant la polymérase : plusieurs médicaments ciblant la polymérase sont actuellement en développement clinique, le remdesivir (Gilead) ayant déjà été approuvé.

. Les médicaments ciblant la protéase : Les médicaments ciblant la protéase virale 3CL-pro (comme c’est le cas du masitinib) constituent une option thérapeutique avantageuse pour la COVID-19, en partie parce qu’ils sont considérés comme moins vulnérables au phénomène de la résistance aux médicaments du SARS-CoV-2 ; cependant, aucun médicament ciblant la protéase 3CL-pro n’est encore enregistré pour le traitement de la COVID-19.

Comme c’est le cas pour le traitement du VIH (virus de l’immunodéficience humaine), il est attendu qu’une stratégie de traitement efficace contre le SARS-CoV-2 dépende de l’association de médicaments ciblant à la fois la polymérase et la protéase du virus.

_______________________________

Références
[1] Drayman N, DeMarco JK, Jones KA, et al. Masitinib is a broad coronavirus 3CL inhibitor that effectively blocks replication of SARS-CoV-2. Science. 2021;373(6553). doi: 10.1126/science.abg5827

[2] Communiqué de presse en date du 6 avril 2021. www.ab-science.com/signing-of-an-exclusive-licensing-agreement-with-the-university-of-chicago-to-conduct-research-for-the-prevention-and-treatment-of-covid-19/

Source : AB Science








MyPharma Editions

Sanofi : la FDA approuve Dupixent® pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans

Publié le 23 mai 2022
Sanofi : la FDA approuve Dupixent® pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans

Sanofi vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) 300 mg une fois par semaine pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles des patients à partir de l’âge de 12 ans, pesant au moins 40 kg. Avec cette approbation, Dupixent devient le premier et le seul médicament expressément indiqué pour le traitement de l’œsophagite à éosinophiles aux États-Unis.

Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Publié le 20 mai 2022
Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Servier, groupe pharmaceutique international indépendant, a annoncé la nomination d’Éric Fohlen-Weill au poste de Directeur de la Communication Externe, effective depuis le 20 avril 2022. Basé au siège du Groupe, à Suresnes, Éric Fohlen-Weill a la responsabilité des relations media, de la communication digitale et financière du Groupe, en France et à l’international, ainsi que de la communication de son activité philanthropique (Fonds de dotation Mécénat Servier).

Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Publié le 20 mai 2022
Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Priorité de l’actuelle présidence française de l’Union européenne, les maladies rares ont fait l’objet d’une conférence interministérielle le 28 février au cours de laquelle un plan européen a été sollicité. Les entreprises du médicament, mobilisées pour la recherche de nouvelles solutions thérapeutiques, publient à l’occasion un rapport d’Horizon Scanning pour analyser le développement clinique et identifier les futures innovations susceptibles d’améliorer la prise en charge des patients souffrant de maladies rares.

Le Pr Norbert VEY nommé Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes

Publié le 20 mai 2022
Le Pr Norbert VEY nommé Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes

Professeur en hématologie à Aix-Marseille Université (AMu) et praticien hospitalier (PU-PH), le Pr Norbert VEY a pris ses nouvelles fonctions de Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes (IPC), le 13 mai 2022. Il succède au Pr Patrice VIENS qui a dirigé l’Institut Paoli-Calmettes depuis 2007.

MATWIN met en lumière de nombreux projets novateurs pour faire reculer le cancer

Publié le 20 mai 2022
MATWIN met en lumière de nombreux projets novateurs pour faire reculer le cancer

A l’issue de la 7ème édition de MEET2WIN, sa Convention Partnering Européenne dédiée à la lutte contre les cancers, qui s’est tenue les 12 & 13 mai derniers à Bordeaux, la plateforme MATWIN (filiale d’Unicancer) a annoncé les différents lauréats des sessions de présentation de projets qui ont eu lieu pendant ces deux jours.

OSE Immunotherapeutics : inclusion du 1er participant dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 évalué dans l’immunosuppression en transplantation rénale

Publié le 19 mai 2022
OSE Immunotherapeutics : inclusion du 1er participant dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 évalué dans l’immunosuppression en transplantation rénale

OSE Immunotherapeutics a annoncé qu’un premier participant a reçu sa première dose du produit dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 [NCT05238493], un essai promu et mené par son partenaire dans la transplantation, Veloxis Pharmaceuticals, Inc., une société de Asahi Kasei. VEL-101/FR104 est un immunosuppresseur de maintenance innovant développé dans la prévention du rejet aigu chez les patients transplantés rénaux.

Valneva : l’EMA accepte la soumission du dossier d’AMM de son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19

Publié le 19 mai 2022
Valneva : l'EMA accepte la soumission du dossier d’AMM de son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a confirmé que l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a accepté la soumission du dossier d’autorisation de mise sur le marché de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre la COVID-19, VLA2001. L’acceptation du dossier signifie que VLA2001 sort du processus de revue progressive des données pour rentrer dans le processus formel d’évaluation par le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents