Edition du 13-08-2022

Délistage de molécules : un potentiel de 1,5 milliard d’économies pour la France selon l’Afipa

Publié le mercredi 6 juin 2012

Dans le cadre du congrès annuel de l’Association Européenne des Spécialités pharmaceutiques Grand Public (AESGP) organisé du 6 au 8 juin à Nice, Celtipharm a réalisé pour l’Afipa, l’association qui représente les industriels du médicament d’automédication, une étude sur les économies réalisables par la collectivité sur la prise en charge des patients et sur les consultations médicales en cas de délistage de certaines molécules relevant d’indications adaptées à l’automédication telles que le reflux gastro-oesphagien, la rhinite allergique et la migraine.
« En 2011, l’automédication est un des rares marchés à tirer son épingle du jeu (+1,9 % des ventes en valeur)¹ dans un marché du médicament en léger recul (-1,1% des ventes en valeur)1. Pour autant, ce secteur des produits d’automédication ne représente en France que 6,4% du marché des médicaments² contre une moyenne de 10,4% dans les pays membres de l’Union Européenne²,classant notre pays en avant-dernière position des pays européens », souligne dans un communiqué l’Afipa qui estime que le secteur pourrait connaître un plus grand essor « si les autorités prenaient exemple sur des mesures mises en place dans ce domaine chez nos voisins ».

La plupart des pays de l’Union Européenne connaissent un marché de l’automédication plus développé qu’en France : 14,4% en Allemagne, 18,1% au Royaume-Uni ou encore 26% en Pologne. La France est un des derniers pays européens avec notamment l’Autriche et la Grèce à maintenir le monopole officinal sur l’automédication. « Les circuits de distribution autres que les officines n’expliquent pas à eux seuls cette progression en Europe. En Italie (8,50%), la vente des OTC s’effectue en pharmacie mais aussi en GMS ; ce circuit de distribution ne convainc pas pour le moment » défend Pascal Brossard, Président de l’Afipa.

« D’un point de vue global, le lancement d’un switch sur l’ensemble des 114 molécules non délistées en France permettrait à la collectivité d’effectuer des économies de 398,4 millions d’euros ; dans le cadre d’un délistage complet (5) des 114 molécules non délistées dans notre pays, la collectivité économiserait un total de 1,5 milliard d’euros », estime l’Afipa dans un communiqué.

« La liste élaborée par l’ANSM date déjà de 4-5 ans. Il est donc possible d’aller beaucoup plus loin. Certaines molécules concernant un plus grand nombre de pathologies telles que l’infection urinaire de la femme, les infections gynécologiques (mycoses, vaginite) ou encore la constipation peuvent être délistées, à condition que le diagnostic une fois posé, le patient soit bien éduqué à l’automédication et le rôle de conseil du pharmacien reconnu et renforcé » avance Alain Baumelou, Professeur à l’Hôpital à la Pitié Salpêtrière.

Les résultats révèlent que les trois premières sources d’économies portent sur des pathologies comme la migraine, la rhinite allergique et le reflux gastro-oesophagien (RGO). « La collectivité fait des économies sur la prise en charge de certaines pathologies comme le RGO, la rhinite allergique et la migraine ; ce qui permet de dégager de l’argent pour la prise en charge de pathologies plus lourdes et pourquoi pas pour l’innovation » avance Pascal Brossard, Président de l’Afipa.

« Le marché de l’automédication en France est sous-développé. Avec des solutions simples qui ont déjà fait leurs preuves dans d’autres pays européens, il est possible de l’augmenter en France. Les effets seront globalement positifs car les patients seront plus autonomes, la sécurité sociale réduira ses dépenses et pourra prendre en charge les pathologies plus lourdes et aider les populations les plus défavorisées. Toute la société a intérêt à étendre le système. Les scientifiques et les économistes sont d’accord » conclut Pascal Brossard.

Source : Afipa

1 10e baromètre de l’automédication 2011 réalisé pour l’Afipa par CELTIPHARM auprès du panel Xpr-SO®, panel de 3 004 pharmacies représentatives du parc officinal français.
2 AESGP and AESGP National Associations 2011.
3 CELTIPHARM est une société d’ingénierie marketing-ventes – elle conçoit des programmes pour l’ensemble des acteurs de la chaîne de santé (laboratoires, régulateurs, payeurs, professionnels de santé).
4 Passage de statut de médicament de Prescription Médicale Obligatoire (PMO) à celui de Prescription Médicale Facultative (PMF)
5 Le délistage est accompagné d’un déremboursement (si la prescription ouvrait le droit au remboursement)








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents