Edition du 26-10-2021

Démographie médicale : le nombre de médecins devrait baisser de 10% d’ici 10 ans

Publié le vendredi 20 février 2009

Démographie médicale : d’ici 10 ans le nombre de médecins devrait baisser de 10% en FranceLa DRESS vient de publier les résultats d’une étude de projections sur la démographie médicale. Le nombre de médecins en activité devrait baisser de près de 10 % dans les dix prochaines années. En 2030,  53,8 %des médecins seraient des femmes et  plus de la moitié des spécialistes et le quart des généralistes exerceraient uniquement à l’hôpital.

 Au 1er janvier 2007, la France comptait 208 000 médecins actifs. Pour la DRESS, « il s’agit là d’un maximum historique, que l’on considère les effectifs ou la densité de praticiens en activité par habitant. » Selon les nouvelles projections de la DREES, leur nombre baisserait de près de 10 % au cours des dix prochaines années.
Les auteurs précisent qu’au-delà, « l’évolution de la démographie médicale dépendra largement des décisions publiques prises aujourd’hui et de l’évolution des choix individuels des jeunes médecins. » En effet,  ces projections donnent un éclairage sur les conséquences à long terme des choix faits aujourd’hui en matière de démographie médicale. « Ceux-ci n’apparaissent que lentement compte tenu de la durée de formation et du temps nécessaire au renouvellement des générations. » souligne la DRESS

Un scénario de référence
Un scénario de référence basé sur l’hypothèse d’un maintien des choix individuels des médecins à long terme, montre que malgré un fort relèvement du numerus clausus jusqu’à 8 000 en 2011, le nombre de médecins en activité ne retrouverait son niveau actuel qu’en 2030. « La baisse des effectifs serait moins marquée pour les généralistes que pour les spécialistes, mais les évolutions seraient très contrastées d’une spécialité à l’autre. » estime la DRESS.

292 médecins pour 100 000 habitants en 2030
Entre 2006 et 2030, la population française devrait croître d’environ 10 %. La densité médicale chuterait donc davantage que les effectifs. Pour l’ensemble France métropolitaine et DOM, elle passerait de 327 à 292 médecins pour 100 000 habitants entre 2006 et 2030, diminuant ainsi de 10,6 % pour retrouver son niveau de la fin des années 80.

Une majorité de femmes médecins en 2030
Selon ce même scénario, l’âge moyen des médecins en activité passerait de 48,8 ans en 2006 à 50,2 ans en 2012, puis diminuerait régulièrement jusqu’à 44,5 ans en 2030. Autre projection, la féminisation de la profession. En 2006, 39 % des médecins en activité sont des femmes. Avec l’hypothèse selon laquelle la proportion de femmes parmi les jeunes médecins entrant dans la vie active reste constante, en 2022, elles seraient aussi nombreuses que les hommes. En 2030, elles seraient majoritaires avec 53,8 % des effectifs, en particulier chez les généralistes (56,4 %).

Le nombre de médecins salariés hospitaliers en augmentation
La proportion de médecins salariés hospitaliers augmenterait fortement entre 2006 et 2030, tandis que celles de médecins libéraux, de médecins salariés non hospitaliers ou de médecins à exercice mixte diminueraient, pour les généralistes comme pour les spécialistes. En 2030, 55,5 % des généralistes seraient libéraux, contre 60,2 % en 2006, et 28,5 % des spécialistes exerceraient en libéral, contre 35,6 % en 2006. À cette date, plus de la moitié des spécialistes et le quart des généralistes exerceraient uniquement à l’hôpital.

Des évolutions par spécialités contrastées
Selon le scénario de référence, les évolutions des effectifs seraient très contrastées. Ainsi, pour la médecine du travail (-62 %), la rééducation et réadaptation fonctionnelle (- 47 %), l’ophtalmologie (-35 %), la dermatologie- vénérologie (-32 %) et la rhumatologie (-30 %), la baisse du nombre de médecins en activité serait très marquée. En ORL (-19 %), en anatomo-cytopathologie (-19 %), en pneumologie (-19 %), en gastro-entérologie (-13 %), en médecine interne (-12 %), les effectifs diminueraient nettement, mais de manière moins drastique.

À l’opposé, les effectifs de médecins en activité augmenteraient très fortement dans les « autres spécialités » (75 %), en neurologie (47 %), en santé publique (47 %), en chirurgie (40 %) et en endocrinologie (24 %), ainsi qu’en pédiatrie (20 %) et en gynécologie-obstétrique (13 %), quoique dans des proportions moindres, le plus souvent du fait de la conjugaison de flux de sorties plutôt faibles et de flux d’entrées assez forts.

Pour plus d’informations consulter l’étude de la DRESS








MyPharma Editions

Santé, Pharma et Biotech : AmazingContent dévoile son classement des Directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Publié le 25 octobre 2021
Santé, Pharma et Biotech : AmazingContent dévoile son classement des Directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Spécialiste de l’influence des dirigeants sur les réseaux sociaux et premier référentiel data du marché sur le sujet, AmazingContent réalise chaque trimestre un classement sectoriel des Directions les plus remarquables. Aujourd’hui, alors que la santé est naturellement devenue la priorité des Français, AmazingContent a choisi d’y consacrer son nouveau Cahier d’Influence.

Minafin se réorganise pour accroitre sa compétitivité sur le marché de la chimie fine

Publié le 25 octobre 2021

Le groupe Minafin, leader dans le développement et la production en chimie fine destinée aux sciences de la vie et aux industries de haute technologie, vient d’annoncer une réorganisation interne, effective depuis le 1er octobre, en trois divisions principales : chimie santé, chimie verte et chimie d’exception. Cette réorganisation fait partie de la stratégie du groupe pour répondre à l’évolution de la demande des clients en matière de chimie fine et de services associés.

Signia Therapeutics annonce une levée de de 1,3 million d’euros et l’entrée de Néovacs dans son capital

Publié le 25 octobre 2021
Signia Therapeutics annonce une levée de de 1,3 million d'euros et l'entrée de Néovacs dans son capital

Signia Therapeutics, société dont la mission est d’accélérer la découverte de médicaments contre les infections et les pathologies respiratoires, a annoncé que la société Néovacs entre au capital de la société via la souscription d’un BSAAIR d’un montant de 1,3 million d’euros.

Gustave Roussy et LXRepair annoncent un partenariat pour la radiothérapie personnalisée du cancer

Publié le 21 octobre 2021
Gustave Roussy et LXRepair annoncent un partenariat pour la radiothérapie personnalisée du cancer

LXRepair, pionnière dans la radiothérapie personnalisée du cancer basée sur ses tests de réparation de l’ADN, avec une preuve de concept clinique dans la prédiction de la radiotoxicité pour les cancers de la prostate et du sein, et, Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, ont annoncé la mise en place du laboratoire commun RADIO CARE pour améliorer la personnalisation de la radiothérapie.

Fibrose : Oncodesign et TiumBio signent un accord de collaboration R&D portant sur des candidats-médicaments

Publié le 21 octobre 2021
Fibrose : Oncodesign et TiumBio signent un accord de collaboration R&D portant sur des candidats-médicaments

Oncodesign, société biopharmaceutique française spécialisée dans la recherche sur les inhibiteurs de kinases et la médecine de précision, et TiumBio, société spécialisée en R&D sur les maladies rares, ont annoncé la signature d’un accord de collaboration de R&D portant sur des candidats médicaments potentiels contre la fibrose.

Sanofi : la FDA approuve l’extension des indications de Dupixent® au traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant de 6 à 11 ans

Publié le 21 octobre 2021
Sanofi : la FDA approuve l’extension des indications de Dupixent® au traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant de 6 à 11 ans

Le groupe Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) pour le traitement d’appoint de l’asthme modéré à sévère à phénotype éosinophilique ou dépendant des corticoïdes par voie orale, chez l’enfant âgé de 6 à 11 ans.

Pherecydes Pharma : le Dr Pascal Birman nommé au poste de Directeur Médical

Publié le 21 octobre 2021
Pherecydes Pharma : le Dr Pascal Birman nommé au poste de Directeur Médical

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques et/ou compliquées, a annoncé la nomination du Dr Pascal Birman au poste de Directeur Médical.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents