Edition du 27-01-2021

Dépistage des cancers et médecins généralistes: résultats de l’enquête barométrique INCa/BVA

Publié le mercredi 12 octobre 2011

L’Institut National du Cancer (INCa) présente les résultats d’une étude menée pour mieux connaître les opinions, les connaissances et les pratiques déclarées des médecins généralistes sur les différents dépistages. Cette enquête INCa/BVA, réalisée en septembre 2010 auprès de 600 médecins généralistes, a été présentée dans le cadre de la deuxième rencontre nationale des médecins généralistes face au cancer organisée notamment par la Ligue nationale contre le cancer.

En raison de leur place centrale dans le système de soins et de leur rôle de premier plan en matière d’information et d’orientation du patient, les médecins généralistes sont des acteurs essentiels du dépistage des cancers ; ce rôle a été réaffirmé dans le Plan cancer 2009-2013 (mesure 16).

Les résultats de cette enquête font apparaître plusieurs grandes tendances. Tout d’abord, l’implication des médecins généralistes en matière de dépistage apparaît, selon les cancers, très hétérogène. Ainsi, si 56% d’entre eux déclarent vérifier systématiquement que le dépistage du cancer du sein a bien été réalisé par leur patientèle concernée, ils sont 47% à le faire pour le dépistage du cancer de la prostate , 45% pour le dépistage du cancer du col de l’utérus et 34% pour le dépistage du cancer colorectal.

La perception de l’efficacité d’un acte de dépistage n’est pas forcément corrélée à l’inscription de ce dépistage dans la pratique. Les médecins généralistes apparaissent ainsi paradoxalement plutôt investis dans le dépistage du cancer de la prostate alors qu’ils ne sont que 46% à être tout à fait convaincus de l’efficacité de ce dépistage.
On ne trouve pas non plus de corrélation directe entre la pratique d’un dépistage et la perception de l’importance du rôle du médecin généraliste dans ce dépistage : les médecins généralistes sont ainsi 66% à juger leur rôle indispensable dans le dépistage du cancer colorectal. Pourtant, ils ne sont que 34% à déclarer vérifier systématiquement la réalisation de ce dépistage auprès de leurs patients.

L’analyse des réponses apportées par les médecins généralistes suggère donc que l’inscription d’un dépistage dans la pratique est davantage liée à une attitude globale face au dépistage (ce sont, en effet, les mêmes médecins qui s’impliquent sur le dépistage du cancer du sein, du cancer colorectal, du cancer du col de l’utérus et du cancer de la prostate) qu’à une opinion sur l’efficacité de tel ou tel test ou à la perception qu’a le médecin de son rôle dans ce dépistage.

On note, par ailleurs, que les médecins ayant une patientèle importante (plus de 25 patients par jour) sont également ceux qui déclarent proposer le plus systématiquement le dépistage des cancers à leurs patients.

En termes de rythme des examens de dépistage, les préconisations des médecins diffèrent selon les cancers : 88% des médecins jugent que la fréquence recommandée entre deux mammographies (2 ans) est adaptée. Pour le dépistage du cancer du col de l’utérus, on relève une forte hétérogénéité des pratiques concernant la fréquence de réalisation des frottis, avec un rythme généralement supérieur à celui recommandé (48% des médecins généralistes le préconisent tous les deux ans et 9% tous les ans). Quant au dépistage du cancer de la prostate, le rythme proposé par les médecins à leurs patients est majoritairement annuel.

Cette enquête sera répétée en 2013 afin de mesurer l’évolution des opinions et des pratiques des médecins généralistes sur le dépistage des cancers et faire le point sur l’impact des actions conduites dans le cadre du Plan Cancer. Cette action s’inscrit dans la mesure 6 du Plan cancer (action 6.3 : réaliser des enquêtes régulières sur les connaissances, les attitudes, le comportement, et la perception des cancers et des facteurs de risques, notamment un baromètre cancers).

Télécharger la synthèse des résultats de l’enquête barométrique « Médecins généralistes et dépistage des cancers »(3.62 MB)

Source : INCa








MyPharma Editions

Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’AMGEN France, élue présidente de l’AGIPHARM

Publié le 26 janvier 2021
Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’AMGEN France, élue présidente de l’AGIPHARM

Le 26 janvier 2021, Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’Amgen France, devient la nouvelle Présidente de l’Agipharm (Association des Groupes Internationaux pour la Pharmacie de Recherche) pour un mandat d’un an. Elle succède ainsi à Pierre-Claude Fumoleau, ex-Président France d’AbbVie.

COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

A la suite de résultats intermédiaires d’essai clinique de phase I, l’Institut Pasteur a annoncé l’arrêt du développement d’un de ses candidats vaccins, celui basé sur le virus du vaccin contre la rougeole. L’Institut Pasteur a confirmé la poursuite du développement d’autres candidats vaccins arrivés en fin de phase préclinique, et le maintien de sa forte mobilisation scientifique pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Publié le 26 janvier 2021
Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Takeda a annoncé faire partie des 16 entreprises à avoir obtenu la certification internationale Top Employer® (Meilleur employeur) pour 2021. Takeda a non seulement reçu cette certification mondiale pour la quatrième année consécutive, elle a également été certifiée comme Top Employer dans quatre régions et 38 pays.

COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

GeNeuro, une société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), vient d’annoncer l’obtention d’un financement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour son projet COVERI, qui vise à comprendre le rôle des protéines du rétrovirus endogène humain (HERV) dans la réponse immunitaire anormale ou les dommages neurologiques subis par d’importants sous-ensembles de patients atteints de COVID-19.

Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Publié le 26 janvier 2021
Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé un nouvel accord de collaboration conclu par Curadigm, sa filiale détenue à 100%, avec Sanofi. Curadigm a été sélectionnée dans le cadre du Sanofi iTech Award Program : son projet de recherche intégrant la technologie Nanoprimer est considéré comme une option très prometteuse pour améliorer le portefeuille de thérapies géniques en développement.

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021
Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d'Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents