Edition du 02-10-2022

Dépistage des cancers et médecins généralistes: résultats de l’enquête barométrique INCa/BVA

Publié le mercredi 12 octobre 2011

L’Institut National du Cancer (INCa) présente les résultats d’une étude menée pour mieux connaître les opinions, les connaissances et les pratiques déclarées des médecins généralistes sur les différents dépistages. Cette enquête INCa/BVA, réalisée en septembre 2010 auprès de 600 médecins généralistes, a été présentée dans le cadre de la deuxième rencontre nationale des médecins généralistes face au cancer organisée notamment par la Ligue nationale contre le cancer.

En raison de leur place centrale dans le système de soins et de leur rôle de premier plan en matière d’information et d’orientation du patient, les médecins généralistes sont des acteurs essentiels du dépistage des cancers ; ce rôle a été réaffirmé dans le Plan cancer 2009-2013 (mesure 16).

Les résultats de cette enquête font apparaître plusieurs grandes tendances. Tout d’abord, l’implication des médecins généralistes en matière de dépistage apparaît, selon les cancers, très hétérogène. Ainsi, si 56% d’entre eux déclarent vérifier systématiquement que le dépistage du cancer du sein a bien été réalisé par leur patientèle concernée, ils sont 47% à le faire pour le dépistage du cancer de la prostate , 45% pour le dépistage du cancer du col de l’utérus et 34% pour le dépistage du cancer colorectal.

La perception de l’efficacité d’un acte de dépistage n’est pas forcément corrélée à l’inscription de ce dépistage dans la pratique. Les médecins généralistes apparaissent ainsi paradoxalement plutôt investis dans le dépistage du cancer de la prostate alors qu’ils ne sont que 46% à être tout à fait convaincus de l’efficacité de ce dépistage.
On ne trouve pas non plus de corrélation directe entre la pratique d’un dépistage et la perception de l’importance du rôle du médecin généraliste dans ce dépistage : les médecins généralistes sont ainsi 66% à juger leur rôle indispensable dans le dépistage du cancer colorectal. Pourtant, ils ne sont que 34% à déclarer vérifier systématiquement la réalisation de ce dépistage auprès de leurs patients.

L’analyse des réponses apportées par les médecins généralistes suggère donc que l’inscription d’un dépistage dans la pratique est davantage liée à une attitude globale face au dépistage (ce sont, en effet, les mêmes médecins qui s’impliquent sur le dépistage du cancer du sein, du cancer colorectal, du cancer du col de l’utérus et du cancer de la prostate) qu’à une opinion sur l’efficacité de tel ou tel test ou à la perception qu’a le médecin de son rôle dans ce dépistage.

On note, par ailleurs, que les médecins ayant une patientèle importante (plus de 25 patients par jour) sont également ceux qui déclarent proposer le plus systématiquement le dépistage des cancers à leurs patients.

En termes de rythme des examens de dépistage, les préconisations des médecins diffèrent selon les cancers : 88% des médecins jugent que la fréquence recommandée entre deux mammographies (2 ans) est adaptée. Pour le dépistage du cancer du col de l’utérus, on relève une forte hétérogénéité des pratiques concernant la fréquence de réalisation des frottis, avec un rythme généralement supérieur à celui recommandé (48% des médecins généralistes le préconisent tous les deux ans et 9% tous les ans). Quant au dépistage du cancer de la prostate, le rythme proposé par les médecins à leurs patients est majoritairement annuel.

Cette enquête sera répétée en 2013 afin de mesurer l’évolution des opinions et des pratiques des médecins généralistes sur le dépistage des cancers et faire le point sur l’impact des actions conduites dans le cadre du Plan Cancer. Cette action s’inscrit dans la mesure 6 du Plan cancer (action 6.3 : réaliser des enquêtes régulières sur les connaissances, les attitudes, le comportement, et la perception des cancers et des facteurs de risques, notamment un baromètre cancers).

Télécharger la synthèse des résultats de l’enquête barométrique « Médecins généralistes et dépistage des cancers »(3.62 MB)

Source : INCa








MyPharma Editions

AstraZeneca : Auriane Cano-Chancel prend la tête de l’oncologie en France

Publié le 30 septembre 2022
AstraZeneca : Auriane Cano-Chancel prend la tête de l’oncologie en France

AstraZeneca a annoncé la nomination d’Auriane Cano-Chancel, au poste de Head of Oncology d’AstraZeneca France ; elle remplace Dana Vigier, nommée Vice-Président Commercial Global de la Franchise Lynparza & DDR (cancers séno-gynécologiques).

Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de phase I/III de son médicament biosimilaire dénosumab

Publié le 30 septembre 2022
Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de phase I/III de son médicament biosimilaire dénosumab

Sandoz, leader mondial dans le domaine des médicaments génériques et biosimilaires, vient d’annoncer de nouvelles avancées concernant ses médicaments biosimilaires en développement, avec la publication de résultats positifs pour l’essai clinique intégré de phase I/III ROSALIA portant sur son traitement dénosumab. Partager la publication « Ostéoporose : Sandoz annonce des résultats positifs pour les essais de […]

Nuvisan reçoit une subvention de 9,6 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour découvrir de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux

Publié le 29 septembre 2022
Nuvisan reçoit une subvention de 9,6 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour découvrir de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux

Nuvisan, société de recherche sous contrat pour la découverte et le développement de médicaments, a annoncé avoir reçu une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates (Seattle, Washington, USA, « la fondation ») pour un programme intégré de découverte et de développement précoce de nouveaux médicaments contraceptifs non hormonaux.

Sanofi : Dupixent® approuvé par la FDA pour le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 29 septembre 2022
Sanofi : Dupixent® approuvé par la FDA pour le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Dupixent® (dupilumab) pour le traitement du prurigo nodulaire de l’adulte. Dupixent devient le premier et le seul médicament indiqué expressément pour le traitement du prurigo nodulaire aux États-Unis.

Cellectis : Mark Frattini nommé en tant que directeur médical

Publié le 29 septembre 2022
Cellectis : Mark Frattini nommé en tant que directeur médical

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer des thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, a annoncé la nomination de Mark Frattini, M.D., Ph.D., en tant que directeur médical avec effet immédiat.

Valneva fait un point sur les activités liées à son vaccin contre la COVID-19

Publié le 28 septembre 2022
Valneva fait un point sur les activités liées à son vaccin contre la COVID-19

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, vient de faire un nouveau point sur les activités liées à son vaccin contre la COVID-19.

Leem : trois nouveaux administrateurs entrent au Conseil d’administration

Publié le 28 septembre 2022
Leem : trois nouveaux administrateurs entrent au Conseil d'administration

Le Conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament) a coopté, le 27 septembre 2022, trois nouveaux administrateurs : Audrey Derveloy, Présidente de Sanofi France, Reda Guiha, Président de Pfizer France et Didier Véron, Vice-Président Exécutif en charge des Affaires Corporate de LFB.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents