Edition du 26-02-2020

Economie de la santé : le Leem veut combattre les idées reçues

Publié le mardi 18 octobre 2011

Alors que la prochain Comité stratégique de produits de santé (CSIS) doit se tenir en janvier 2012, le Leem (Les Entreprises du Médicament) a présenté hier les résultats d’une étude du BIPE sur l’efficience du médicament. Objectif : démontrer que le médicament est un « vecteur d’efficience économique ».

« Contribuer à un débat constructif sur le pilotage du système de santé suppose de combattre les idées reçues, sur la base de données objectives, estime Christian Lajoux, président du Leem. Cela consiste aussi à dégager des pistes de réflexion, en produisant des éléments étayés pour améliorer l’efficience du système ».

Contre un certain nombre d’idées reçues, le Leem a ainsi rappelé – conforté par une étude publiée en mars 2011 par la CNAMTS – que les Français ne sont pas les plus grands consommateurs de médicaments d’Europe, et qu’il existe de fortes convergences de consommation entre les pays du continent. Le Leem souligne enfin que le prix du médicament en France – tant le prix fabricant que le prix public – est inférieur à celui constaté dans nombre de pays occidentaux. La France affiche également des indicateurs de santé publique supérieurs à la moyenne européenne, notamment dans le cas des maladies cardiovasculaires et des maladies cancéreuses.

Le médicament, vecteur d’efficience économique »
L’organisation professionnelle a demandé au BIPE, société d’études économiques, d’évaluer « dans quelle mesure le médicament est un économiseur de coûts » en étudiant, d’une part l’efficience « directe » liée au coût du médicament lui-même, et d’autre part l’efficience du médicament à l’intérieur du système de soins. « Pour la première fois, il est économiquement démontré que l’augmentation – très modérée – des dépenses de médicaments remboursables n’est pas imputable à la politique commerciale des industriels ni à une pression supposée sur les perscripteurs, mais à des facteurs d’ordre démographique (augmentation de la population et vieillissement), à la diffusion du progrès thérapeutique, et surtout à l’accroissement très rapide et à une meilleure prise en charge des Affections de longue durée (ALD), qui augmentent de près de 4 % par an », explique le Leem.

L’étude du BIPE montre que les gains d’efficience réalisés directement au sein du poste médicament – qui s’appuient sur les baisses de prix, la substitution générique, ou encore les grands conditionnements – ont atteint 3,4 points de dépenses de médicaments présentées au remboursement, par an, en moyenne sur la période 2005-2009, et devraient avoisiner 4,5 points en 2010. Au total, ces économies représentent de l’ordre de 4 %, en moyenne chaque année, sur la période 2005-2010. A ceci s’ajoute de l’ordre de 0,5 point par an au titre de la maîtrise médicalisée (modération de la prescription des médecins au travers des Contrats d’amélioration des pratiques individuelles – Capi – et du système de Pay For Performance de la nouvelle convention médicale).

Outre ces gains d’efficience, l’Assurance maladie a réalisé d’autres économies sur le poste médicament – avec des mesures de déremboursement, de hausses du ticket modérateur, de franchises par boîtes – avec pour conséquence une évolution du poste médicament nettement moins rapide que le reste des soins de ville depuis 2006.

Le médicament, alternative à des soins plus coûteux
« L’immense majorité des économies réalisées sur les soins de ville est le fait du médicament, qui s’est substitué, dans le coût global des soins, à des techniques plus onéreuses et plus invasives », estime le Leem. Selon le BIPE, qui a cherché à apprécier quels sont les autres coûts que le bon usage du médicament permet d’économiser, « l’ensemble des études converge clairement vers des économies démontrables pour les pathologies chroniques à la fois très répandues et très couteuses, ce qui les rend d’autant plus ‘‘clés’’ ».

« Avec l’étude du BIPE, nous démontrons avec précision que le médicament a apporté ces dernières années des économies directes sans précédent, via les différents leviers de la régulation, analyse Christian Lajoux, président du Leem. Nous établissons aussi que son bon usage permet d’éviter d’autres dépenses de soins. Il nous faut maintenant pousser plus loin notre réflexion, et nous donner les moyens économétriques et statistiques de mesurer comment l’appareil de soins a répercuté les gains de productivité réalisés sur le médicament, car ce dernier ne pourra pas compenser indéfiniment, et à lui seul, la dérive de la prise en charge ».

En effet, en contrepoint de ces gains d’efficience réalisés sur le médicament, l’évolution du marché remboursable du médicament marque un essoufflement préoccupant. Après une évolution de + 1,6 % en moyenne sur les cinq dernières années, les perspectives du marché en France sont très sombres, avec une décroissance de chiffre d’affaires prévue en 2012. « La régulation ne continuera de fonctionner qu’à la condition de demeurer soutenable pour l’équilibre des entreprises, la préservation des emplois industriels et l’attractivité du territoire », prévient le Leem.

Source : Leem








MyPharma Editions

Sanofi a l’ambition de créer un leader européen des principes actifs pharmaceutiques

Publié le 25 février 2020
Sanofi a l’ambition de créer un leader européen des principes actifs pharmaceutiques

Le groupe pharmaceutique Sanofi a annoncé hier son ambition de créer un leader européen dédié à la production et à la commercialisation à des tiers de principes actifs pharmaceutiques (API*), qui sont les molécules essentielles entrant dans la composition de tout médicament.

Yposkesi : Patrick Lansky nommé vice-président des ventes et du marketing aux Etats-Unis

Publié le 24 février 2020
Yposkesi : Patrick Lansky nommé vice-président des ventes et du marketing aux Etats-Unis

Yposkesi, un CDMO (Contract Development and Manufacturing Organization) leader sur son marché, offrant un accès privilégié et une capacité dédiée pour la production de vecteurs viraux aux normes BPF, a annoncé la nomination de Patrick Lansky en tant que vice-président des ventes et du marketing aux Etats-Unis.

Didier Véron assure la Présidence par intérim du G5 Santé

Publié le 21 février 2020
Didier Véron assure la Présidence par intérim du G5 Santé

Les dirigeants des entreprises du G5 santé, le cercle de réflexion des industries de santé françaises, ont décidé, à l’unanimité, de nommer Didier Véron, Délégué Général de l’Association et Directeur des Affaires Corporate du LFB, Président par intérim du G5 Santé.

Patrice Carayon nommé à la présidence de l’association Tulipe

Publié le 21 février 2020
Patrice Carayon nommé à la présidence de l’association Tulipe

Patrice Carayon, Président de Chiesi France et administrateur du Leem, vient de prendre la présidence de Tulipe, l’association d’urgence et de solidarité internationale des entreprises de santé. Il succède ainsi à Michel Ginestet.

Transgene : 1er patient traité dans un nouvel essai de TG6002, un virus oncolytique qui produit un agent de chimiothérapie dans la tumeur

Publié le 21 février 2020
Transgene : 1er patient traité dans un nouvel essai de TG6002, un virus oncolytique qui produit un agent de chimiothérapie dans la tumeur

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’un premier patient a reçu TG6002 par voie intra-artérielle hépatique (IAH), comme traitement locorégional des métastases hépatiques non opérables d’un cancer colorectal (CCR).

Erytech signe un partenariat stratégique d’approvisionnement avec le service de don du sang de la Croix-Rouge allemande

Publié le 21 février 2020
Erytech signe un partenariat stratégique d'approvisionnement avec le service de don du sang de la Croix-Rouge allemande

Erytech Pharma a annoncé la signature d’un partenariat stratégique avec le service de don du sang de la Croix-Rouge allemande de Baden-Württemberg-Hessen (GRCBDS), afin d’utiliser les globules rouges, provenant de dons de sang collectés par l’établissement, pour la production de ses candidats-médicaments, dont eryaspase, sur les futures sites de fabrication en Europe.

Coronavirus : Sanofi s’associe au ministère américain de la Santé et des Services sociaux pour développer un vaccin

Publié le 20 février 2020
Coronavirus : Sanofi s’associe au ministère américain de la Santé et des Services sociaux pour développer un vaccin

Sanofi Pasteur, l’entité mondiale Vaccins de Sanofi, va mettre à profit ses recherches antérieures sur le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) pour tenter d’accélérer le développement d’un vaccin contre le COVID-19. Pour ce faire, Sanofi collaborera avec la BARDA (Biomedical Advanced Research and Development Authority), qui relève de l’Office chargé des préparatifs et réponses aux situations d’urgence en santé publique (ASPR) du ministère américain de la Santé, étoffant ainsi le partenariat de longue date qui lie Sanofi à cette autorité.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents