Edition du 15-01-2021

Economie de la santé : le Leem veut combattre les idées reçues

Publié le mardi 18 octobre 2011

Alors que la prochain Comité stratégique de produits de santé (CSIS) doit se tenir en janvier 2012, le Leem (Les Entreprises du Médicament) a présenté hier les résultats d’une étude du BIPE sur l’efficience du médicament. Objectif : démontrer que le médicament est un « vecteur d’efficience économique ».

« Contribuer à un débat constructif sur le pilotage du système de santé suppose de combattre les idées reçues, sur la base de données objectives, estime Christian Lajoux, président du Leem. Cela consiste aussi à dégager des pistes de réflexion, en produisant des éléments étayés pour améliorer l’efficience du système ».

Contre un certain nombre d’idées reçues, le Leem a ainsi rappelé – conforté par une étude publiée en mars 2011 par la CNAMTS – que les Français ne sont pas les plus grands consommateurs de médicaments d’Europe, et qu’il existe de fortes convergences de consommation entre les pays du continent. Le Leem souligne enfin que le prix du médicament en France – tant le prix fabricant que le prix public – est inférieur à celui constaté dans nombre de pays occidentaux. La France affiche également des indicateurs de santé publique supérieurs à la moyenne européenne, notamment dans le cas des maladies cardiovasculaires et des maladies cancéreuses.

Le médicament, vecteur d’efficience économique »
L’organisation professionnelle a demandé au BIPE, société d’études économiques, d’évaluer « dans quelle mesure le médicament est un économiseur de coûts » en étudiant, d’une part l’efficience « directe » liée au coût du médicament lui-même, et d’autre part l’efficience du médicament à l’intérieur du système de soins. « Pour la première fois, il est économiquement démontré que l’augmentation – très modérée – des dépenses de médicaments remboursables n’est pas imputable à la politique commerciale des industriels ni à une pression supposée sur les perscripteurs, mais à des facteurs d’ordre démographique (augmentation de la population et vieillissement), à la diffusion du progrès thérapeutique, et surtout à l’accroissement très rapide et à une meilleure prise en charge des Affections de longue durée (ALD), qui augmentent de près de 4 % par an », explique le Leem.

L’étude du BIPE montre que les gains d’efficience réalisés directement au sein du poste médicament – qui s’appuient sur les baisses de prix, la substitution générique, ou encore les grands conditionnements – ont atteint 3,4 points de dépenses de médicaments présentées au remboursement, par an, en moyenne sur la période 2005-2009, et devraient avoisiner 4,5 points en 2010. Au total, ces économies représentent de l’ordre de 4 %, en moyenne chaque année, sur la période 2005-2010. A ceci s’ajoute de l’ordre de 0,5 point par an au titre de la maîtrise médicalisée (modération de la prescription des médecins au travers des Contrats d’amélioration des pratiques individuelles – Capi – et du système de Pay For Performance de la nouvelle convention médicale).

Outre ces gains d’efficience, l’Assurance maladie a réalisé d’autres économies sur le poste médicament – avec des mesures de déremboursement, de hausses du ticket modérateur, de franchises par boîtes – avec pour conséquence une évolution du poste médicament nettement moins rapide que le reste des soins de ville depuis 2006.

Le médicament, alternative à des soins plus coûteux
« L’immense majorité des économies réalisées sur les soins de ville est le fait du médicament, qui s’est substitué, dans le coût global des soins, à des techniques plus onéreuses et plus invasives », estime le Leem. Selon le BIPE, qui a cherché à apprécier quels sont les autres coûts que le bon usage du médicament permet d’économiser, « l’ensemble des études converge clairement vers des économies démontrables pour les pathologies chroniques à la fois très répandues et très couteuses, ce qui les rend d’autant plus ‘‘clés’’ ».

« Avec l’étude du BIPE, nous démontrons avec précision que le médicament a apporté ces dernières années des économies directes sans précédent, via les différents leviers de la régulation, analyse Christian Lajoux, président du Leem. Nous établissons aussi que son bon usage permet d’éviter d’autres dépenses de soins. Il nous faut maintenant pousser plus loin notre réflexion, et nous donner les moyens économétriques et statistiques de mesurer comment l’appareil de soins a répercuté les gains de productivité réalisés sur le médicament, car ce dernier ne pourra pas compenser indéfiniment, et à lui seul, la dérive de la prise en charge ».

En effet, en contrepoint de ces gains d’efficience réalisés sur le médicament, l’évolution du marché remboursable du médicament marque un essoufflement préoccupant. Après une évolution de + 1,6 % en moyenne sur les cinq dernières années, les perspectives du marché en France sont très sombres, avec une décroissance de chiffre d’affaires prévue en 2012. « La régulation ne continuera de fonctionner qu’à la condition de demeurer soutenable pour l’équilibre des entreprises, la préservation des emplois industriels et l’attractivité du territoire », prévient le Leem.

Source : Leem








MyPharma Editions

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Publié le 14 janvier 2021
Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, et Rigenerand, société de biotech qui développe et fabrique des produits médicinaux pour des applications dans la thérapie cellulaire, principalement en médecine régénérative et en oncologie, ont annoncé la signature d’un premier accord pour un partenariat de développement de processus.

Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Publié le 14 janvier 2021
Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Sanofi a annoncé un investissement de plus de 60 millions dans une Unité de Lancement de Petits Volumes (ULPV) sur son site de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence, région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Sanofi va ainsi créer un nouveau centre d’Accélération des Lancements et d’Innovation dans le domaine de la chimie destiné à anticiper le lancement des nouveaux principes actifs pharmaceutiques.

COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Publié le 13 janvier 2021
COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé aujourd’hui être en discussions avancées avec la Commission Européenne (EC) pour la fourniture d’un maximum de 60 millions de doses de son candidat vaccin contre la COVID-19, VLA2001. VLA2001 est actuellement le seul candidat vaccin à virus inactivé contre la COVID-19 en développement clinique en Europe.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents