Edition du 22-01-2019

Accueil » Industrie » Stratégie

Etude: l’industrie du médicament, un moteur de la croissance industrielle en France

Publié le mercredi 26 septembre 2012

L’institut Coe-Rexecode, avec la participation de Thomas Rapp, a réalisé pour le Leem une étude sur la contribution de l’industrie du médicament à la réindustrialisation et à la croissance du territoire.

Cette démarche, fondée sur une méthodologie macro-économique originale et robuste, démontre que l’effet d’entraînement des entreprises du médicament sur le reste de l’économie est en forte progression (+ 17,9 % sur les dix dernières années) : chaque euro supplémentaire généré par les entreprises du médicament se traduit par 3 euros de valeur supplémentaire dans l’ensemble de l’économie française. Cette industrie apparaît plus que jamais comme un facteur de sortie de crise.

Dans un contexte préoccupant de désindustrialisation française, les entreprises du médicament offrent l’exemple d’une industrie fortement implantée sur le territoire, avec une production largement localisée dans les régions et un haut niveau d’exportations. Inscrite dans une mutation profonde de son modèle de recherche et développement et de son modèle économique, cette industrie se fonde de plus en plus sur une logique de développement de partenariats avec des secteurs connexes.  Cette stratégie renforce les effets d’entraînement de l’industrie du médicament sur son environnement économique, qui sont aujourd’hui les plus dynamiques de l’ensemble de l’industrie manufacturière.

Un effet d’irrigation trois fois plus dynamique que la moyenne

Dans la dernière décennie, l’industrie du médicament a intensifié ses relations avec les autres secteurs industriels, avec un coefficient multiplicateur sur les secteurs industriels connexes de l’ordre de 1 pour 3 (précisément 2,97). Cet effet d’impulsion – déjà très fort en valeur absolue – se caractérise ces dernières années par une accélération trois fois plus rapide que dans les autres secteurs industriels : de 2000 à 2010, il s’est accru de 17,9 %, contre un 6,1 % seulement pour l’ensemble de l’industrie manufacturière.

Les branches dont le niveau de production est le plus influencé par l’évolution de la production de médicaments sont principalement l’industrie chimique, les activités de services (R&D scientifique), les activités de  services administratifs et de soutien, et enfin les activités juridiques et comptables.

Du fait du développement des activités de recherche partenariale et de la tendance des entreprises du médicament à externaliser leur R&D, l’effet d’entraînement de la production de l’industrie pharmaceutique sur les activités de R&D s’est quant à lui accru de 56,5 % entre 2000 et 2010, contre 38,6 % pour l’ensemble de l’industrie manufacturière.

Un secteur de sortie de crise

Pour le Leem, qui représente l’ensemble des entreprises pharmaceutiques opérant en France, le médicament et les sciences du vivant représentent donc bien une réelle opportunité de développement et un enjeu économique majeur pour le pays. Une véritable filière se forme aujourd’hui autour de l’industrie du médicament : il est essentiel que les pouvoirs publics prennent la mesure de cette mutation, et qu’ils agissent de concert avec l’ensemble des acteurs concernés pour accompagner cette nouvelle chaîne de valeur industrielle, créatrice de croissance pour le pays.
Plus que jamais, l’industrie du médicament représente une solution de sortie de crise. Son potentiel de croissance sur le territoire conforte le caractère stratégique de ce secteur industriel pour le pays et l’importance de continuer à l’inscrire dans un dialogue soutenu avec l’Etat.

Autres enseignements de l’étude

L’industrie du médicament occupe en 2012 une place essentielle dans l’économie française :

– Un secteur fortement exportateur : Le taux d’exportation de l’industrie du médicament dépasse largement celui de l’industrie manufacturière (51,17 % contre 34 %), et les exportations de produits pharmaceutiques représentent, en 2011, 6,1 % des exportations totales françaises.

– Un poids dans le tissu industriel plus élevé en France que dans les autres pays européens : Le poids du chiffre d’affaires réalisé par l’industrie pharmaceutique dans le CA total de l’industrie manufacturière est près de deux fois plus élevé en France qu’en Allemagne.

– Un niveau de qualification moyen supérieur à la moyenne : La part des cadres, professions intellectuelles, et professions intermédiaires représente près des deux tiers de l’emploi du secteur, contre un tiers dans l’ensemble de l’industrie.

– Un secteur parmi les plus intensifs en R&D : Le montant des dépenses en R&D est en moyenne de 12,8 % de la valeur de la production de l’industrie du médicament, au deuxième rang derrière le secteur des produits informatiques électroniques et optiques.

A lire sur le site du Leem


– Etude complète LEEM COE-Rexecode 26 sept 2012

Etude LEEM COE-Rexecode 26 sept 2012








MyPharma Editions

Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Publié le 21 janvier 2019
Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Servier et Taiho Oncology, filiale de Taiho Pharmaceutical, ont annoncé conjointement que les données d’innocuité et d’efficacité, dans le sous-groupe de patients ayant subi une gastrectomie, de l’essai mondial de phase III TAGS évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil, TAS-102) chez des patients atteints d’un cancer gastrique métastatique (CGm), étaient cohérentes avec les résultats d’études globaux publiés dans The Lancet Oncology.

Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l’adulte

Publié le 18 janvier 2019
Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l'adulte

Le Comité consultatif des médicaments pour le traitement des maladies endocrinologiques et métaboliques (EMDAC, Endocrinologic and Metabolic Drugs Advisory Committee) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’est prononcé dans le cadre de l’approbation de Zynquista™* (sotagliflozin), par 8 voix contre 8, sur la question de savoir si les bénéfices globaux l’emportaient sur les risques.

François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Publié le 18 janvier 2019
François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Virbac a annoncé l’arrivée de François Fournier au poste de président-directeur général de Virbac Amérique du Nord à compter du 7 janvier 2019. Il a pour mission principale de diriger et développer l’ensemble des activités nord-américaines de Virbac, en adéquation avec la stratégie globale du groupe Virbac.

Erytech présente un poster sur l’étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Publié le 18 janvier 2019
Erytech présente un poster sur l'étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Erytech, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé que le poster intitulé « TRYbeCA-1 : une étude de Phase 3 randomisée avec eryaspase en association avec une chimiothérapie, comparée à une chimiothérapie seule, pour un traitement en seconde ligne chez des patients atteints d’un adénocarcinome du pancréas (NCT03665441) » sera présenté lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2019 à San Francisco, aux États-Unis.

Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Publié le 18 janvier 2019
Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Janssen, la société pharmaceutique de Johnson & Johnson, a annoncé que la Commission européenne (CE) a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’Erleada® (apalutamide), un inhibiteur oral de prochaine génération des récepteurs androgéniques pour le traitement des adultes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique (CPRCnm) et qui présentent un risque élevé de développer une forme métastatique de la maladie.

Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l’homme d’une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Publié le 17 janvier 2019
Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l'homme d'une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Ipsen a annoncé que les résultats de la première étude chez l’homme d’une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La neurotoxine botulique recombinante de sérotype E (rBoNT-E) d’Ipsen a été étudiée dans le cadre d’une étude de phase I qui a caractérisé son profil de sécurité et de tolérance chez des volontaires sains (1).

Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center

Publié le 17 janvier 2019
Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children's Hospital Medical Center

Knopp Biosciences, société américaine qui développe des médicaments visant à fournir des traitements révolutionnaires pour les maladies inflammatoires et neurologiques, a annoncé aujourd’hui l’élargissement de son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center afin d’examiner de plus près le mécanisme d’action du candidat-médicament phare de Knopp, le dexpramipexole, qui diminue le nombre d’éosinophiles.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions