Edition du 25-06-2021

Accueil » Recherche

Expérimentation animale : le Parlement européen vote un encadrement strict

Publié le mercredi 8 septembre 2010

L’utilisation d’animaux lors d’expériences scientifiques devrait bientôt diminuer conformément à une nouvelle législation, votée par le Parlement européen, mercredi, qui veille à établir un équilibre entre l’amélioration du bien-être animal et la contribution à la recherche contre les maladies. Les États membres disposeront d’un délai de deux ans pour se conformer aux nouvelles dispositions, qui visent à faire baisser, pour des raisons éthiques, le nombre d’animaux utilisés à des fins d’expérimentation scientifique, sans entraver la recherche.

Au cours du débat organisé mercredi matin, Elisabeth Jeggle (PPE, DE), rapporteur du PE dans le cadre de ce processus législatif, a déclaré que le compromis atteint était un succès et a appelé les députés à voter en sa faveur, « s’ils souhaitaient davantage de protection pour les animaux ». La nouvelle législation exige des autorités nationales compétentes d’évaluer, pour le bien-être des animaux, les conséquences de chaque expérience menée, de façon à encourager le recours à d’autres méthodes d’essai et à réduire le degré de souffrance infligée aux animaux. Les nouvelles dispositions renforcent également les règles sur l’utilisation de primates lors d’expériences scientifiques, notamment en introduisant une classification des essais par degré de gravité, et en spécifiant les inspections à effectuer pour assurer la conformité.

Mettre l’accent sur les méthodes de substitution
Selon les nouvelles dispositions, chaque État membre veille à garantir que lorsqu’une méthode alternative est reconnue par le droit communautaire, elle remplace l’expérimentation animale. De plus, les autorisations ne devront être accordées que dans le cas d’expérimentations animales utilisant des méthodes de mise à mort limitant au maximum la douleur ou le stress, et qui sont les plus susceptibles de produire des résultats satisfaisants.
L’expérimentation animale à des fins scientifiques est autorisée pour la recherche fondamentale, ainsi que la recherche sur les maladies de l’homme, des animaux et des plantes, notamment, et pour les essais de médicaments et la protection des espèces, et enfin l’enseignement universitaire et les enquêtes médicolégales. Des clauses de sauvegarde spécifiques ont été introduites afin de permettre aux gouvernements nationaux de déroger à certaines dispositions de la législation, et de réagir en situation d’urgence, toutefois seulement pour des raisons scientifiquement valables et après en avoir avisé la Commission. Le recours à la clause de sauvegarde doit, dans tous les cas, être approuvé par les autres États membres.

Limiter l’utilisation des primates sans compromettre la recherche médicale
Le nouveau texte avalise la proposition interdisant l’expérimentation, à des fins scientifiques, de grands singes, tels le chimpanzé, le bonobo, le gorille ou l’orang-outan. Les mesures proposées par la Commission auraient cependant restreint l’usage d’autres primates, tels le ouistiti ou le macaque, ce qui aurait pu entraver la recherche scientifique menée en Europe sur les maladies neuro-dégénératives telles qu’Alzheimer, ont indiqué les députés. En conséquence, le texte adopté autorise l’utilisation de ces primates, s’il est scientifiquement prouvé que l’objectif expérimental ne peut être atteint sans recourir aux espèces en question.

Classification des essais selon leur degré de gravité
La nouvelle réglementation catégorise la douleur causée (« sans réanimation », « légère », « modérée » ou « sévère »), conformément à un amendement approuvé par le Parlement européen lors de la première lecture de la proposition législative. Pour éviter les souffrances répétées, la Commission avait proposé de ne réutiliser l’animal que lorsque la douleur causée par l’expérience est classée « nulle à légère ». Les députés ont estimé que l’application de critères trop sévères ne ferait qu’augmenter le nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales, ce qui serait contraire à l’objectif poursuivi. En accord avec les gouvernements nationaux, ils ont décidé d’autoriser la réutilisation d’animaux également après une expérience « modérée », toutefois après consultation d’un vétérinaire.

Inspection et clause de réexamen
Pour garantir l’application des nouvelles dispositions, les députés ont souligné la nécessité de procéder à des inspections, régulières et efficaces, des entités chargées de mener les expériences scientifiques sur les animaux. L’accord atteint avec le Conseil oblige les gouvernements nationaux à veiller à ce que des inspections soient effectuées dans au moins 33 % des laboratoires utilisant des animaux, dont certaines devraient être effectuées sans prévenir. La Commission sera également chargée de surveiller les autorités nationales qui assurent les inspections. Enfin, la Commission devra évaluer et réexaminer la législation proposée cinq ans après son entrée en vigueur.

Source : Parlement Européen








MyPharma Editions

SGS France : Stéphane Logassi nommé Responsable du laboratoire de Villeneuve-la-Garenne (92)

Publié le 25 juin 2021
SGS France : Stéphane Logassi nommé Responsable du laboratoire de Villeneuve-la-Garenne (92)

À 44 ans, Stéphane Logassi est nommé Responsable du site de Villeneuve-la-Garenne, laboratoire spécialisé en contrôle qualité et bioanalyse au service de l’industrie bio/pharmaceutique. En poste depuis fin avril il rapporte à Franck Picard, Business Manager, Health Science France and Global Head of Bioanalysis du Groupe SGS France. Le laboratoire compte 85 collaborateurs sur 2 500 m².

Nicox : approbation de VYZULTA® dans les Emirats arabes unis par son partenaire Bausch + Lomb

Publié le 25 juin 2021
Nicox : approbation de VYZULTA® dans les Emirats arabes unis par son partenaire Bausch + Lomb

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie basée à Sophia Antipolis, a annoncé que son partenaire mondial exclusif Bausch + Lomb a reçu l’approbation de mise sur le marché dans les Emirats arabes unis de VYZULTA® (solution ophtalmique de latanoprostène bunod), 0,024%.

Sanofi : la Commission européenne approuve Libtayo® pour le traitement du carcinome basocellulaire au stade avancé

Publié le 25 juin 2021
Sanofi : la Commission européenne approuve Libtayo® pour le traitement du carcinome basocellulaire au stade avancé

La Commission européenne (CE) a approuvé l’inhibiteur de PD-1 Libtayo® (cemiplimab) de Sanofi et Regeneron pour le traitement du carcinome basocellulaire (CBC) métastatique ou localement avancé de l’adulte dont la maladie a progressé ou qui présente une intolérance à un inhibiteur de la voie Hedgehog.

Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Publié le 24 juin 2021
Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Bayer vient d’annoncer que BlueRock Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique et filiale de Bayer AG, a administré la première dose de neurones dopaminergiques issus de cellules souches pluripotentes dénomé DA01 à un patient atteint de la maladie de Parkinson, dans le cadre de son étude clinique ouverte de phase 1. En parallèle un programme de thérapie génique visant à développer des traitements avancés pour la maladie de Parkinson est également développé par la société Asklepios BioPharmaceutical Inc.

Novasep investit 6,1 millions d’euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Publié le 24 juin 2021
Novasep investit 6,1 millions d'euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Novasep, l’un des principaux fournisseurs de services et de technologies pour l’industrie des sciences de la vie, a annoncé un investissement de 6,1 millions d’euros sur son site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques – France). Cet investissement va permettre de moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques, et de renforcer sa compétitivité sur ses marchés, dans le monde entier.

Servier s’associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Publié le 24 juin 2021
Servier s'associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Le groupe pharmaceutique Servier et BioLabs, un développeur et opérateur de laboratoires de co-working de renom opérant sur le marché américain et en Europe, viennent d’annoncer avoir conclu un contrat de services pour la gestion de l’incubateur de start-up intégré au futur Institut de Recherche et Développement Servier à Paris-Saclay qui ouvrira ses portes en 2023.

GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l’étendent aux syndromes post-COVID

Publié le 24 juin 2021
GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l'étendent aux syndromes post-COVID

GeNeuro, une société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), et le CIRI (Centre International de Recherche en Infectiologie), à Lyon, France, un institut de recherche de premier plan mondial contre les maladies infectieuses, ont annoncé la signature d’une extension de leur accord existant […]

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents