Edition du 22-01-2021

H1N1: ni canicule, ni Tchernobyl, mais un beau fiasco

Publié le lundi 4 janvier 2010

Après les quolibets, voici venu le temps de la lapidation. En apprenant que la France s’employait à “fourguer” ses doses inutilisées de vaccins contre la grippe A, les voix n’ont pas manqué pour brocarder l’Etat coupable, selon ces mêmes voix, d’avoir gaspillé des fonds publics dans l’achat massif de vaccins contre une pandémie qui, pour l’heure, n’a pas franchement convaincu.

Application compulsive du principe de précaution, surestimation du danger, gâchis, tout fait ventre. Mais en France, le contentieux est lourd: la succession d’échecs cuisants dans le domaine de la sécurité sanitaire (sida, vache folle, hormone de croissance, canicule…), a fait de gros dégâts et engendré une défiance bien ancrée dans l’opinion, pendant que les politiques se réfugiaient dans la pénitence.

Pourquoi? Parce que dans ce registre comme dans bien d’autres, la France paie encore ses excès de centralisme: entre l’Etat et l’individu il n’y a rien. A aucun moment de l’émergence ou de la gouvernance d’un événement, fut-il sanitaire ou simplement politique, les relais de pouvoir ne fonctionnent. Tout simplement parce que la culture de l’Etat tout puissant a la peau dure: ses relais de pouvoir et d’information, en l’occurrence le ministère et les agences sanitaires impliqués dans la pandémie n’ont  pas véritablement assumé leur rôle notamment dans l’affirmation du leadership de la communication. Bilan: c’est le ministère de la Santé qui s’est, il faut bien l’avouer, abîmé dans la mer de la confusion. 

 Paradoxe des paradoxes: dans un premier temps, l’opinion s’est rangée derrière la ministre qui affichait d’ailleurs un discours crédible et sincère. Patatras, dans un second temps, la campagne de vaccination débutait dans une ambiance de conseil de révision, initimidante et avare des informations pratiques qui ont fait largement défaut aux impétrants.

« Il ne faut pas mentir aux Français »

 Sur le fond, la morale de l’affaire est cruelle: c’est celle de l’arroseur arrosé. Mais que n’aurait-on dit ou écrit s’il avait été prouvé que l’Etat avait failli à sa mission? Imaginons que la pandémie ait entraîné la mort de centaines de milliers de personnes et que les pouvoirs publics soient restés peu ou prou les bras ballants… Deux exemples viennent à l’esprit. Celui de Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé, “vicitime” de la canicule de 2003 pour n’avoir pas su prendre la mesure du drame.  Qui ne se souvient du ministre, filmé à l’été 2003 dans son jardin, en polo, annonçant la création d’un numéro vert que tout le monde confondit derechef avec un numéro d’alerte météo. Le second exemple est bien plus désatreux: après l’explosion de la centrale de Tchernobyl, en 2006, un scientifique français et non des moindres n’hésitait pas à affirmer que les salades de Forbach (Moselle) n’étaient pas contaminées par le nuage radioactif, quand celles de Sarrebrück, plantées à un jet de pierre de là, l’étaient. Désastre.

De ces échecs patents, une leçon a été tirée: il ne faut pas mentir aux Français. En a-t-on dès lors trop fait? Assurément. Et mal. La plus grosse boulette n’est d’ailleurs pas à chercher dans la “gestion” de la pandémie, elle se niche dans l’incroyable campagne de communication de la part des pouvoirs publics: l’affaire a tourné en eau de boudin, et pour une raison toute bête. Le fait d’avoir dénié aux médecins généralistes le droit de vacciner les Français –pour des raisons de coût qui tournent à la pingrerie quand on songe aux doses de vaccins désormais inutilisées- a quasiment ruiné la pertinence de la campagne. Pour avoir voulu économiser trois euros six centimes sur les remboursements, les pouvoirs publics -qui n’ont d’ailleurs pas pu enrayer l’explosion des consultations de patients inquiets- se sont tiré une balle dans le pied. Et c’est le système de santé qui est tombé dans les pommes.

Hervé Karleskind
www.HKconseils.com








MyPharma Editions

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Publié le 19 janvier 2021
Orphelia Pharma et Ethypharm signent un contrat de licence pour le développement et la commercialisation de Kigabeq® en Chine

Ethypharm et Orphelia Pharma ont annoncé la signature d’un accord exclusif pour le développement, l’enregistrement et la commercialisation en République Populaire de Chine de Kigabeq® (vigabatrine) indiqué dans le traitement de première intention des spasmes infantiles (syndrome de West).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents