Edition du 12-04-2021

H1N1: ni canicule, ni Tchernobyl, mais un beau fiasco

Publié le lundi 4 janvier 2010

Après les quolibets, voici venu le temps de la lapidation. En apprenant que la France s’employait à “fourguer” ses doses inutilisées de vaccins contre la grippe A, les voix n’ont pas manqué pour brocarder l’Etat coupable, selon ces mêmes voix, d’avoir gaspillé des fonds publics dans l’achat massif de vaccins contre une pandémie qui, pour l’heure, n’a pas franchement convaincu.

Application compulsive du principe de précaution, surestimation du danger, gâchis, tout fait ventre. Mais en France, le contentieux est lourd: la succession d’échecs cuisants dans le domaine de la sécurité sanitaire (sida, vache folle, hormone de croissance, canicule…), a fait de gros dégâts et engendré une défiance bien ancrée dans l’opinion, pendant que les politiques se réfugiaient dans la pénitence.

Pourquoi? Parce que dans ce registre comme dans bien d’autres, la France paie encore ses excès de centralisme: entre l’Etat et l’individu il n’y a rien. A aucun moment de l’émergence ou de la gouvernance d’un événement, fut-il sanitaire ou simplement politique, les relais de pouvoir ne fonctionnent. Tout simplement parce que la culture de l’Etat tout puissant a la peau dure: ses relais de pouvoir et d’information, en l’occurrence le ministère et les agences sanitaires impliqués dans la pandémie n’ont  pas véritablement assumé leur rôle notamment dans l’affirmation du leadership de la communication. Bilan: c’est le ministère de la Santé qui s’est, il faut bien l’avouer, abîmé dans la mer de la confusion. 

 Paradoxe des paradoxes: dans un premier temps, l’opinion s’est rangée derrière la ministre qui affichait d’ailleurs un discours crédible et sincère. Patatras, dans un second temps, la campagne de vaccination débutait dans une ambiance de conseil de révision, initimidante et avare des informations pratiques qui ont fait largement défaut aux impétrants.

« Il ne faut pas mentir aux Français »

 Sur le fond, la morale de l’affaire est cruelle: c’est celle de l’arroseur arrosé. Mais que n’aurait-on dit ou écrit s’il avait été prouvé que l’Etat avait failli à sa mission? Imaginons que la pandémie ait entraîné la mort de centaines de milliers de personnes et que les pouvoirs publics soient restés peu ou prou les bras ballants… Deux exemples viennent à l’esprit. Celui de Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé, “vicitime” de la canicule de 2003 pour n’avoir pas su prendre la mesure du drame.  Qui ne se souvient du ministre, filmé à l’été 2003 dans son jardin, en polo, annonçant la création d’un numéro vert que tout le monde confondit derechef avec un numéro d’alerte météo. Le second exemple est bien plus désatreux: après l’explosion de la centrale de Tchernobyl, en 2006, un scientifique français et non des moindres n’hésitait pas à affirmer que les salades de Forbach (Moselle) n’étaient pas contaminées par le nuage radioactif, quand celles de Sarrebrück, plantées à un jet de pierre de là, l’étaient. Désastre.

De ces échecs patents, une leçon a été tirée: il ne faut pas mentir aux Français. En a-t-on dès lors trop fait? Assurément. Et mal. La plus grosse boulette n’est d’ailleurs pas à chercher dans la “gestion” de la pandémie, elle se niche dans l’incroyable campagne de communication de la part des pouvoirs publics: l’affaire a tourné en eau de boudin, et pour une raison toute bête. Le fait d’avoir dénié aux médecins généralistes le droit de vacciner les Français –pour des raisons de coût qui tournent à la pingrerie quand on songe aux doses de vaccins désormais inutilisées- a quasiment ruiné la pertinence de la campagne. Pour avoir voulu économiser trois euros six centimes sur les remboursements, les pouvoirs publics -qui n’ont d’ailleurs pas pu enrayer l’explosion des consultations de patients inquiets- se sont tiré une balle dans le pied. Et c’est le système de santé qui est tombé dans les pommes.

Hervé Karleskind
www.HKconseils.com








MyPharma Editions

Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Publié le 9 avril 2021
Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Sanofi a annoncé que les données intermédiaires d’un premier essai chez l’homme évaluant l’innocuité, l’activité thérapeutique et la dose maximale tolérable de THOR-707 (SAR444245), une interleukine-2 (IL-2) non-alpha hautement différenciée expérimentale, en monothérapie et en association avec un anti-PD-1, seront présentés dans le cadre d’une séance de posters de dernière minute au Congrès annuel de l’American Association for Cancer Research (AACR), qui comprendra des données supplémentaires mises à jour.

Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Publié le 9 avril 2021
Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Le groupe de sciences et technologies allemand Merck dispose de 11 sites d’activités en France, dont 7 de production. Son site de Molsheim en Alsace est le plus important en termes d’effectif et de chiffre d’affaires (le groupe a d’ailleurs annoncé en mars un nouvel investissement dédié de 25 millions d’euros). Il appartient à la branche Life Science, division dédiée au développement, à la production et à la commercialisation de produits et services pour l’industrie des sciences de la vie. Pour sensibiliser à ses métiers et valoriser son expertise, Merck France lance la campagne Microbiotiful.

Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Publié le 8 avril 2021
Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Teva Pharmaceuticals Europe a annoncé avoir reçu l’autorisation de mise sur le marché de l’UE pour Seffalair Spiromax et son homologue BroPair Spiromax (xinafoate de salmétérol/propionate de fluticasone, en doses de 12,75/100 et 12,75/202 microgrammes) comme traitement d’entretien de l’asthme chez les adultes et les adolescents de plus de 12 ans. Les premiers lancements sont prévus au Portugal, en Suisse, en Espagne et au Royaume-Uni.

Biogen : AMM européenne pour TYSABRI® sous-cutanée dans la SEP récurrente-rémittente

Publié le 8 avril 2021

Biogen vient d’annoncer que la Commission européenne a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’administration par voie sous-cutanée (SC) de TYSABRI® (natalizumab) pour traiter les adultes présentant des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) récurrente-rémittente.

Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

Publié le 7 avril 2021
Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

OncoDNA, une société de théranostique et de génomique spécialisée dans la médecine de précision, et myNEO, une société d’intelligence artificielle spécialisée dans l’identification de cibles en immuno-oncologie, viennent de dévoiler une collaboration qui entend révolutionner le traitement du cancer. Les deux entreprises ont convenu de consolider leurs technologies afin de faciliter la production de vaccins personnalisés pour les patients à court de traitements.

Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Publié le 7 avril 2021
Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Paul Hudson, Directeur général de Sanofi, a présenté plusieurs projets clés que le groupe mettra en œuvre pour amplifier l’impact de sa stratégie de Responsabilité Sociétale. Intégré à la stratégie long terme de Sanofi, l’engagement de l’entreprise repose sur 4 piliers essentiels où Sanofi dispose des meilleurs atouts pour faire la différence : l’accès aux médicaments, le soutien aux communautés vulnérables, la préservation de l’environnement et l’inclusion et la diversité de ses collaborateurs.

Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Publié le 7 avril 2021
Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament) a coopté, le 6 avril 2021, une nouvelle administratrice : Anna Braeken, Directrice générale la division Pharma France chez Bayer, dans la famille des laboratoires européens, en remplacement de Jost Reinhard.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents