Edition du 03-07-2022

H1N1: ni canicule, ni Tchernobyl, mais un beau fiasco

Publié le lundi 4 janvier 2010

Après les quolibets, voici venu le temps de la lapidation. En apprenant que la France s’employait à “fourguer” ses doses inutilisées de vaccins contre la grippe A, les voix n’ont pas manqué pour brocarder l’Etat coupable, selon ces mêmes voix, d’avoir gaspillé des fonds publics dans l’achat massif de vaccins contre une pandémie qui, pour l’heure, n’a pas franchement convaincu.

Application compulsive du principe de précaution, surestimation du danger, gâchis, tout fait ventre. Mais en France, le contentieux est lourd: la succession d’échecs cuisants dans le domaine de la sécurité sanitaire (sida, vache folle, hormone de croissance, canicule…), a fait de gros dégâts et engendré une défiance bien ancrée dans l’opinion, pendant que les politiques se réfugiaient dans la pénitence.

Pourquoi? Parce que dans ce registre comme dans bien d’autres, la France paie encore ses excès de centralisme: entre l’Etat et l’individu il n’y a rien. A aucun moment de l’émergence ou de la gouvernance d’un événement, fut-il sanitaire ou simplement politique, les relais de pouvoir ne fonctionnent. Tout simplement parce que la culture de l’Etat tout puissant a la peau dure: ses relais de pouvoir et d’information, en l’occurrence le ministère et les agences sanitaires impliqués dans la pandémie n’ont  pas véritablement assumé leur rôle notamment dans l’affirmation du leadership de la communication. Bilan: c’est le ministère de la Santé qui s’est, il faut bien l’avouer, abîmé dans la mer de la confusion. 

 Paradoxe des paradoxes: dans un premier temps, l’opinion s’est rangée derrière la ministre qui affichait d’ailleurs un discours crédible et sincère. Patatras, dans un second temps, la campagne de vaccination débutait dans une ambiance de conseil de révision, initimidante et avare des informations pratiques qui ont fait largement défaut aux impétrants.

« Il ne faut pas mentir aux Français »

 Sur le fond, la morale de l’affaire est cruelle: c’est celle de l’arroseur arrosé. Mais que n’aurait-on dit ou écrit s’il avait été prouvé que l’Etat avait failli à sa mission? Imaginons que la pandémie ait entraîné la mort de centaines de milliers de personnes et que les pouvoirs publics soient restés peu ou prou les bras ballants… Deux exemples viennent à l’esprit. Celui de Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé, “vicitime” de la canicule de 2003 pour n’avoir pas su prendre la mesure du drame.  Qui ne se souvient du ministre, filmé à l’été 2003 dans son jardin, en polo, annonçant la création d’un numéro vert que tout le monde confondit derechef avec un numéro d’alerte météo. Le second exemple est bien plus désatreux: après l’explosion de la centrale de Tchernobyl, en 2006, un scientifique français et non des moindres n’hésitait pas à affirmer que les salades de Forbach (Moselle) n’étaient pas contaminées par le nuage radioactif, quand celles de Sarrebrück, plantées à un jet de pierre de là, l’étaient. Désastre.

De ces échecs patents, une leçon a été tirée: il ne faut pas mentir aux Français. En a-t-on dès lors trop fait? Assurément. Et mal. La plus grosse boulette n’est d’ailleurs pas à chercher dans la “gestion” de la pandémie, elle se niche dans l’incroyable campagne de communication de la part des pouvoirs publics: l’affaire a tourné en eau de boudin, et pour une raison toute bête. Le fait d’avoir dénié aux médecins généralistes le droit de vacciner les Français –pour des raisons de coût qui tournent à la pingrerie quand on songe aux doses de vaccins désormais inutilisées- a quasiment ruiné la pertinence de la campagne. Pour avoir voulu économiser trois euros six centimes sur les remboursements, les pouvoirs publics -qui n’ont d’ailleurs pas pu enrayer l’explosion des consultations de patients inquiets- se sont tiré une balle dans le pied. Et c’est le système de santé qui est tombé dans les pommes.

Hervé Karleskind
www.HKconseils.com








MyPharma Editions

Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Publié le 1 juillet 2022
Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, vient d’annoncer que le lancement d’une étude clinique de preuve de concept (POC) du SENS-401 (Arazasetron) chez les patients devant bénéficier d’un implant cochléaire a été approuvé par les autorités réglementaires en Australie.

Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l’essai EDELIFE portant sur la XLHED

Publié le 1 juillet 2022
Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l'essai EDELIFE portant sur la XLHED

La Fondation EspeRare et le groupe Pierre Fabre ont annoncé aujourd’hui que, dans le cadre de l’essai clinique EDELIFE, le premier patient avait reçu les trois injections prévues. Cet essai pivot est le premier en son genre, car le traitement est administré au bébé atteint de XLHED (dysplasie ectodermique hypohidrotique liée au chromosome X) alors qu’il se trouve encore dans l’utérus de sa mère. L’objectif de cet essai est de confirmer l’efficacité et l’innocuité d’ER004 pour le traitement prénatal des garçons atteints de XLHED.

Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Publié le 1 juillet 2022
Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Onxeo, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé la demande initiale d’Investigational New Drug (IND) pour AsiDNA, son candidat médicament « first-in-class ». Il s’agit de la première IND déposée par Onxeo depuis l’arrivée de l’équipe américaine en avril 2022.

Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d’une persistance potentiellement améliorée

Publié le 1 juillet 2022
Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d'une persistance potentiellement améliorée

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer de potentielles thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, vient de publier des données de recherche sur ses nouvelles cellules CAR T universelles aux propriétés immuno-évasives dans Nature Communications, suite à sa présentation orale à l’American Society of Cell and Gene Therapy (ASGCT) le 16 mai dernier.

NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Publié le 30 juin 2022
NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Lors de son Assemblée générale annuelle, NèreS (ex. AFIPA), organisation professionnelle qui représente les laboratoires pharmaceutiques produisant et commercialisant des produits de santé et de prévention de premier recours disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a élu son nouveau Conseil d’administration pour les deux prochaines années. A cette occasion, Vincent COTARD a été reconduit comme Président de NèreS à l’unanimité.

Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Publié le 30 juin 2022
Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Galapagos, CellPoint et AboundBio ont annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord définitif avec Galapagos, propulsant Galapagos dans la thérapie cellulaire de nouvelle génération tout en élargissant considérablement son portefeuille de recherche et ses capacités.

Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 30 juin 2022
Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes rares, a annoncé le recrutement de Mark Sumeray, M.D., MS, FRCS, figure du secteur des biotechnologies, au poste de Chief Medical Officer. Mark Sumeray occupait la fonction de Chief Medical Officer d’Amryt Pharmaceuticals, depuis septembre 2016.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents