Edition du 19-01-2021

Immunothérapie : OSE Pharma et Effimune signent un projet de fusion

Publié le jeudi 25 février 2016

Immunothérapie : OSE Pharma et Effimune signent un projet de fusionLes sociétés françaises de biotechnologie, OSE Pharma et Effimune, ont annoncé mercredi la signature d’un projet de fusion. Leur objectif : créer ensemble un groupe de premier plan dans le domaine de l’immunothérapie d’activation et de régulation.

Les deux biotechs ont indiqué hier que les termes du projet de fusion, approuvés par les Conseils d’administration d’OSE Pharma et d’Effimune, seront soumis à l’approbation des actionnaires des deux sociétés en Assemblées Générales Extraordinaires, qui pourraient se tenir à la fin du deuxième trimestre 2016. A l’issue de la fusion absorption d’Effimune par OSE Pharma, les actionnaires d’OSE Pharma détiendraient environ 71% du capital social de l’entité fusionnée et les actionnaires d’Effimune en détiendraient environ 29%.

OSE Pharma renommée « OSE Immunotherapeutics »

Le projet de fusion prévoit qu’OSE Pharma soit renommée « OSE Immunotherapeutics » et que le siège social soit transféré de Paris à Nantes, du fait d’une forte implantation académique d’Effimune. Dominique Costantini serait le Directeur Général du nouveau groupe. Maryvonne Hiance deviendrait Vice-Présidente du Conseil d’administration, aux côtés d’Emile Loria, Président. Deux administrateurs indépendants provenant de l’environnement d’Effimune viendraient renforcer ce Conseil d’administration aux côtés des administrateurs actuels d’OSE Pharma.  Deux Directeurs Généraux Délégués assisteront le Directeur Général : Bernard Vanhove, Directeur Général Délégué en charge de la R&D et des collaborations scientifiques internationales, et Alexis Peyroles, Directeur Général Délégué, en charge des opérations, de la finance et des accords et licences dans la nouvelle entité.

« La nouvelle société bénéficierait d’un portefeuille équilibré ouvrant des perspectives de croissance importantes et disposerait d’une visibilité financière d’environ deux ans pour faire avancer ses projets vers une plus grande attractivité », indiquent les deux sociétés. L’objectif est de créer un nouvel acteur international avec des immunothérapies innovantes d’activation ou de régulation. Ces produits de nouvelle génération sont optimisés afin de mieux cibler les récepteurs clés de la réponse immune activatrice ou régulatrice et permettre une pérennisation de l’effet thérapeutique dans le temps.

La création d’un leader en immunothérapie

La société disposerait d’un socle technologique innovant, d’un savoir-faire de sélection et d’optimisation du ciblage de récepteurs, et d’expertises du développement dans toutes les phases nécessaires jusqu’à leur enregistrement. Les développements seraient menés par les équipes en interne ou à travers des partenariats industriels stratégiques. Le portefeuille produit comporterait deux produits en phase de développement clinique :

Le Tedopi®, une immunothérapie T spécifique activant des lymphocytes T cytotoxiques, s’adresse aux patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC, Non-Small Cell Lung Cancer) et HLA-A2 positifs.Tedopi® est actuellement en essai clinique de phase 3 d’enregistrement dans le cancer du poumon en Europe et aux Etats-Unis ; la fin de l’essai est prévue en 2018.
Un essai clinique de phase 2 de Tedopi® en combinaison avec un checkpoint inhibiteur est envisagé en 2017 dans le cancer du poumon, en partenariat avec un organisme de recherche européen.
De nouvelles indications dans d’autres cancers avec un besoin médical fort sont envisagées avec des partenaires industriels.

Le FR104 est actuellement en essai clinique de phase 1, visant des indications dans les maladies auto-immunes (MAI) et la transplantation.FR104, antagoniste du CD28, est un fragment d’anticorps monoclonal optimisé ciblant le récepteur CD28, un récepteur clé des lymphocytes T effecteurs. Ces lymphocytes T effecteurs sont délétères dans les maladies auto-immunes et la transplantation.
Fin 2013, au stade préclinique, FR104 a fait l’objet d’une option de licence avec la société Janssen Biotech, appartenant au groupe Johnson & Johnson (l’un des premiers groupes pharmaceutiques mondiaux) qui a permis le développement du produit jusqu’à cette étape. Cette option de licence pourrait être exercée par J&J au 2ème semestre 2016 pour la suite du développement clinique en phase 2, avec des paiements d’étapes prévus et des royalties.

Le portefeuille produits comporterait aussi des produits en développement préclinique :

Effi-7 est développé dans les maladies auto-immunes et la transplantation.Il s’agit d’un anticorps monoclonal immunomodulateur qui vise le récepteur CD127, la chaîne alpha du récepteur de l’Interleukine 7, avec des preuves de concept établies in vivo dans plusieurs modèles auto-immuns.
Développé dans le cadre du consortium EFFIMab, dont Effimune est le chef de file, le projet Effi-7 est financé par Bpifrance pour un montant de 9,1 M€ (avec l’INSERM, l’APHP, le CHR de Lille et PxTherapeutics, une société de bioproduction, filiale d’Aguettant).

Effi-dem est développé en immuno-oncologie. C’est un checkpoint inhibiteur de deuxième génération. Il vise des cellules suppressives particulières présentes dans le microenvironnement tumoral, associées à un mauvais pronostic. Ce sont des cellules myéloïdes suppressives dites « MDSC » et des cellules macrophagiques associées aux tumeurs appelées « TAM ». Les cellules TAM représentent une partie importante du microenvironnement tumoral dans les tumeurs agressives et elles sont liées à la progression maligne.

En recherche et développement, la nouvelle entité pourrait développer d’autres candidats médicaments visant des nouveaux récepteurs d’intérêt dans les maladies auto-immunes et inflammatoires, l’immuno-oncologie et la transplantation.

Selon les deux sociétés, la nouvelle dimension de la société lui donnerait la capacité de renforcer ses activités d’accords et licences pour assurer son développement et contribuer de manière significative à couvrir ses besoins en trésorerie, avec des redevances et des paiements d’étape. Chaque produit du portefeuille pourrait présenter à terme un potentiel de produit leader ou de « blockbuster » sur son marché.

Source : OSE Pharma / Effimune








MyPharma Editions

Quantum Genomics : lancement d’une étude Pivotale de Phase III dans l’Hypertension Artérielle Difficile à Traiter

Publié le 18 janvier 2021
Quantum Genomics : lancement d'une étude Pivotale de Phase III dans l'Hypertension Artérielle Difficile à Traiter

Quantum Genomics, entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle classe de médicaments agissant directement sur le cerveau pour traiter l’hypertension artérielle résistante et l’insuffisance cardiaque, a annoncé le lancement de l’étude REFRESH dans l’hypertension artérielle difficile à traiter (1) ou résistante(2).

COVID-19 : les données intermédiaires de la phase 1/2a du candidat vaccin de Johnson & Johnson publiées dans le NEJM

Publié le 18 janvier 2021

Des données intermédiaires de phase 1/2a ont été publiées le 13 janvier 2021 dans le New England Journal of Medicine (NEJM)1. Celles-ci démontrent qu’une dose unique du candidat vaccin COVID-19 (JNJ-78436735) – en cours de développement par Janssen (Johnson & Johnson) – induit une réponse immunitaire qui a duré au moins 71 jours, la durée évaluée dans cette étude. Une partie de ces données intermédiaires a été publiée sur medRxiv en septembre 2020.

Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Publié le 18 janvier 2021
Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, a annoncé des données positives d’une étude de Phase 1 qui démontrent un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses chez des sujets sains.

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents