Edition du 25-04-2018

Industrie : le G5 Santé présente ses 20 propositions pour 2017

Publié le mardi 11 octobre 2016

Industrie : le G5 Santé présente ses 20 propositions pour 2017A l’occasion de ses 5e Rencontres, le G5 Santé, cercle de réflexion qui rassemble les dirigeants des principales entreprises françaises de santé et des sciences du vivant (bioMérieux, Guerbet, Ipsen, Laboratoires Théa, LFB, Pierre Fabre, Sanofi, Servier) vient de présenter son livre blanc 2017-2022.

 » (…) Le contexte de cette rentrée 2016 est notamment préoccupant, le dialogue avec les pouvoirs publics étant de plus en plus difficile, comme l’atteste la signature durant cet été d’une lettre d’orientation au Président du Comité économique des produits de santé (CEPS), incluant de nombreuses dispositions qui remettent en cause l’accord- cadre signé entre le CEPS et le LEEM en janvier 2016″, indique le G5 Santé dans un communiqué.

« Faute de réformes structurelles, les économies indispensables à la pérennité du système français reposent pour la moitié sur les industries de santé, sans qu’il ne soit tenu compte des enjeux industriels mais aussi sociaux, scientifiques, médicaux et stratégiques. Le PLFSS 2017 en est une parfaite illustration, avec des efforts de près de 2 milliards d’euros demandés aux industries de santé », poursuit-il notamment.

« Une alliance pour les 5 prochaines années entre pouvoirs publics et industriels de santé »
« (…)  Ce livre blanc comme ces 5e Rencontres ont pour but de faciliter la prise de conscience de l’importance et de l’urgence de bâtir une Alliance pour les 5 prochaines années entre pouvoirs publics et industriels de santé français pour garantir une bonne prise en charge des patients tout en protégeant la compétitivité des entreprises de santé », a notamment déclaré Marc de Garidel, Président du G5 Santé et Vice-Président du Comité Stratégique de Filière Santé.

L’association propose ainsi « 20 mesures afin d’engager un débat constructif dans le cadre des programmes électoraux de 2017 ». Parmi ces dernières, le G5 propose de déterminer des prix responsables pour les produits de santé en prenant en compte lors de l’évaluation et dans la fixation du prix des innovations thérapeutiques toutes leurs conséquences, notamment de leur impact sur l’organisation des soins, de l’efficience apportée au système de santé et des économies potentiellement générées dans toute la chaîne de soins.

Le G5 santé propose également de développer la politique de prix facial pour les médicaments largement exportés depuis la France, afin de préserver les installations industrielles sans surcoût pour l’assurance maladie, grâce au versement de remises produit « spécifiques export ».

Autre mesure préconisée : appliquer pleinement l’accord cadre en prenant en compte les investissements réalisés en France et dans l’Union Européenne dans la fixation et la révision des conditions de prix du médicament. « Les externalités telles que la recherche, le développement, la production et la création d’emplois doivent être réellement prises en compte dans les conditions de mise et de maintien sur le marché des produits de santé, en termes de prix comme de délais. C’est un point majeur tant pour l’attractivité du territoire que pour la compétitivité des entreprises françaises », estime le cercle de réflexion.

Par ailleurs, le G5 Santé propose d’améliorer l’efficience du système de santé en prenant en compte les conséquences organisationnelles de l’arrivée des innovations de rupture, qui modifient les prises en charge : mieux utiliser les tests de diagnostic, adapter les parcours de soins, développer la médecine et la chirurgie ambulatoire.

Enfin, afin d’accroître les partenariats, l’association préconise de renforcer le dialogue entre acteurs publics et privés de la recherche médicale, en s’appuyant particulièrement sur ARIIS et AVIESAN, et de lancer un Plan national pour l’innovation, notamment pour développer les médicaments de thérapie innovante (MTI).

 » (…) 
Une vague sans précédent d’innovations médicales et technologiques arrive, porteuse d’espoirs tangibles pour de nombreux patients. Il est tout à fait possible de la financer et de permettre ainsi à tous les Français d’en bénéficier, à condition d’adopter une vision globale et de long terme de la régulation du système de soins, afin de décloisonner et d’accompagner les changements. En effet, les nombreux blocages que nous constatons ne permettent pas de tirer tout le parti des gains d’efficience que de nombreux nouveaux produits autorisent, au service des patients et du système de santé », souligne enfin le G5 Santé.

Télécharger le livre blanc 2017

Source : G5 Santé








MyPharma Editions

Acticor Biotech : l’EMA confirme l’entrée en phase II de son produit ACT017 dans l’AVC

Publié le 25 avril 2018
Acticor Biotech : l'EMA confirme l'entrée en phase II de son produit ACT017 dans l'AVC

Acticor Biotech, société de biotechnologie en développement clinique spécialisée dans la phase aiguë des maladies thrombotiques, y compris l’accident vasculaire cérébral et l’embolie pulmonaire, a présenté à l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), le plan de développement de son candidat médicament, ACT017.

Christophe Durand rejoint Celgene France en tant que Président Directeur général

Publié le 25 avril 2018
Christophe Durand rejoint Celgene France en tant que Président Directeur général

Celgene France, une filiale à part entière de Celgene Corporation, a annoncé la nomination de Christophe Durand au poste de Président Directeur général depuis le 12 avril 2018.

Onxeo : démarrage de DRIIV, étude clinique de phase I d’AsiDNA™ dans les tumeurs solides avancées

Publié le 25 avril 2018
Onxeo : démarrage de DRIIV, étude clinique de phase I d’AsiDNA™ dans les tumeurs solides avancées

Onxeo, société de biotechnologie spécialisée en oncologie, a annoncé avoir démarré l’étude clinique de phase I DRIIV (DNA Repair Inhibitor administered IntraVenously) avec AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réparation de l’ADN tumoral. Cette étude est destinée à évaluer la tolérance et la dose clinique optimale ainsi qu’à déterminer sa dose active au niveau tumoral, chez des patients atteints d’un cancer solide avancé.

Nicox ouvre un bureau de développement aux Etats-Unis

Publié le 25 avril 2018
Nicox ouvre un bureau de développement aux Etats-Unis

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, vient d’ouvrir un bureau de développement aux Etats-Unis, à Research Triangle Park (RTP) en Caroline du Nord. La décision de transférer son précédent bureau de développement de Fort Worth (Texas) à RTP et de renforcer sa présence aux Etats-Unis est motivée par l’avancement attendu vers des études cliniques de phase 2 de NCX 470 pour les patients atteints de glaucome et de NCX 4251 pour les patients atteints de blépharite.

Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Publié le 24 avril 2018
Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Après avoir qualifié et validé avec succès durant l’année écoulée la méthode de production de son produit thérapeutique dans un centre partenaire de thérapie cellulaire basé à Singapour, la biotech française CellProthera vient d’obtenir les autorisations de la Health Science Authority (HSA) – équivalent singapourien des autorités réglementaires française (ANSM) – pour démarrer son essai clinique “SingXpand”.

Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l’UE pour la maladie de Batten

Publié le 24 avril 2018
Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l'UE pour la maladie de Batten

Abeona Therapeutics, une biotech américaine, a annoncé que le comité des médicaments orphelins de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a accordé la désignation « médicament orphelin » à son programme de thérapie génique ABO-202 pour le traitement des sujets atteints de céroïde-lipofuscinose neuronale, appelée aussi maladie de Batten, une maladie mortelle de stockage lysosomal qui affecte principalement le système nerveux chez l’enfant.

Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Publié le 24 avril 2018
Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Sanofi a annoncé le départ à la retraite du Président Monde de la R&D de Sanofi, Elias Zerhouni. Le groupe pharmaceutique français a nommé John Reed pour lui succéder à compter du 1er juillet. Ce dernier était depuis cinq ans Responsable Monde de Roche Pharma Recherche et Développement Précoce (pRED).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite





MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions