Edition du 18-08-2022

La contrefaçon de médicaments : un marché de 45 milliards de dollars

Publié le lundi 16 février 2009

La contrefaçon de médicaments : un marché de 45 milliards de dollars  La contrefaçon de médicaments concerne aujourd’hui 10 % du marché mondial, soit près de 45 milliards de dollars. Dans certains pays d’Afrique, jusqu’à 50 % des médicaments disponibles sont contrefaits et entraînent de lourdes conséquences en terme de santé publique .

Le leem, qui représente les entreprises du médicament en France, fait le point sur lla contrefaçon : « un fléau dont les conséquences sur la santé publique peuvent être graves, voire dramatiques ». « Très rentable, cette activité déjà bien implantée dans les pays en développement gagne progressivement l’ensemble du marché pharmaceutique mondial. Compte tenu du caractère souvent occulte des circuits d’approvisionnement et de distribution, il est extrêmement difficile de donner une estimation exacte du volume des fraudes », précise le Leem. Ainsi, selon l’OMS, la contrefaçon de médicaments concernerait 6 % du marché mondial et 10 % selon la FDA. « Mais ces statistiques sont trompeuses, elles reflètent des situations très contrastées, il serait faux de globaliser ces chiffres. » souligne l’organisation patronale. Une certitude : le fléau ne sévit pas de la même façon selon les zones géographiques.

Des circuits internationaux

Dans les pays industrialisés,  les conditionnements et formes galéniques sont très proches de celles du produit original. Les fraudeurs utilisent les faiblesses du système et une certaine dérégulation pour pénétrer un marché après avoir transité par plusieurs pays. La contrefaçon concerne le plus souvent des produits coûteux tels que les hormones, les corticoïdes, les antihistaminiques et ceux dits « de société ». Ainsi, le Viagra® du laboratoire Pfizer est le médicament le plus contrefait au monde. Selon la Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM), la contrefaçon d’un blockbuster génère un bénéfice de 500 000 dollars pour un investissement initial de 1000 dollars.

Des conséquences graves sur la santé publique
Dans les pays en développement,  les produits contrefaits de mauvaise qualité ont un réelle incidence sur la santé publique. En 2001, 38 % des 104 antipaludéens en vente dans les pharmacies de l’Asie du Sud-Est ne contenaient aucun principe actif. En 1995, des vaccins contre la méningite offerts au Niger par le Nigéria ne contenaient que de l’eau. L’absorption d’un sirop de paracétamol contre la toux préparé avec du diéthylène glycol, un produit toxique utilisé comme antigel, à la place du propylène glycol a ainsi provoqué la mort de 89 personnes en Haïti en 1995 et de 30 nourrissons en Inde en 1998. Ces produits se retrouvent vendus sur les étals de marché ou « pharmacies gazon » mais aussi parfois dans les pharmacies ou les hôpitaux. Les produits concernés sont ceux destinés à traiter des affections potentiellement mortelles telles que le paludisme, le VIH/SIDA, ainsi que les antibiotiques, les analgésiques, les antiparasitaires, les produits sanguins…

Des solutions technologiques
Selon le Leem, « ll est difficile de se défendre contre cette activité criminelle organisée, qui utilise tous les vecteurs à sa disposition. L’industrie recherche aujourd’hui des solutions technologiques visant à garantir la traçabilité des produits et travaille avec les pharmaciens pour sécuriser la distribution. »  A titre d’exemple, l’année dernière, un premier laboratoire anti-contrefaçon a été inauguré en France à Tours . Ce dernier analyse les produits et répertorie toutes les suspicions de faux médicaments.

Source : Leem








MyPharma Editions

Abivax : changement au sein de sa gouvernance

Publié le 17 août 2022
Abivax : changement au sein de sa gouvernance

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique de phase 3 développant des nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer, a annoncé une transition au sein de la présidence de son Conseil de d’Administration.

Sanofi fait le point sur le programme de développement clinique de l’amcenestrant

Publié le 17 août 2022
Sanofi fait le point sur le programme de développement clinique de l’amcenestrant

Sanofi a annoncé mettre un terme au programme mondial de développement clinique de l’amcenestrant, un dérégulateur sélectif expérimental des récepteurs des œstrogènes (SERD) par voie orale.

Crossject obtient la certification ISO 13485

Publié le 16 août 2022
Crossject obtient la certification ISO 13485

Crossject obtient la certification ISO 13485Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments dédiés aux situations d’urgence, a annoncé la délivrance par le BSI2 (organisme notifié) des certificats ISO 13485 : 2016 pour ses sites de Dijon et Arc les Gray (certificats No MD 735691).

Ipsen finalise l’acquisition d’Epizyme

Publié le 16 août 2022
Ipsen finalise l’acquisition d’Epizyme

Ipsen a annoncé la finalisation de l’accord de fusion définitif selon lequel le Groupe a acquis Epizyme. Selon les termes de la transaction, Ipsen acquiert la totalité des actions en circulation d’Epizyme au prix de 1,45 dollar par action auquel s’ajoute un Certificat de Valeur Garantie (CVG) de 1,00 dollar par action. Epizyme opère désormais comme « une société du Groupe Ipsen » suite à la clôture de l’acquisition.

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents