Edition du 22-10-2020

Accueil » Et aussi » Médecine » Recherche

La Fondation pour la Recherche Médicale finance « les progrès médicaux de demain »

Publié le lundi 25 janvier 2010

Quels seront les progrès médicaux de demain ? La Fondation pour la Recherche Médicale vient d’attribuer son label « Equipe FRM » à 10 nouvelles équipes de Nice-Valbonne, Lyon-Villeurbanne, Lille et Montpellier. Objectif : financer des équipes de recherche reconnues à un niveau international, porteurs de solides espoirs en termes de progrès médical.

Toutes ces équipes d’excellence vont être financées par la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) pendant 3 ans. Chaque équipe est soutenue à hauteur d’environ 300.000 €, soit un montant total de 2.856.069 € supplémentaires investis pour la recherche médicale.

La recherche niçoise à l’honneur – Contrôle de la croissance cellulaire : des altérations dans de nombreuses pathologies :
Les résultats des travaux de Pierre LEOPOLD (Institut de Biologie du Développement et Cancer, CNRS/Université de Nice/UMR6543) sur la croissance normale aideront à comprendre les pathologies liées à une altération de la croissance cellulaire, notamment le cancer.

 – Maladies rénales : une innovation technologique pour une recherche rapide de nouveaux facteurs génétiques : Les travaux d’Andrea SCHEDL (laboratoire de génétique du développement normal et pathologique, Inserm U636, Centre de Biochimie Nice) contribueront à la découverte de nouveaux facteurs génétiques impliqués dans l’apparition des maladies rénales chez l’homme. La méthode développée dans son laboratoire est innovante et ce protocole d’étude pourra être généralisé à l’analyse d’un grand nombre de gènes.

– Retard mental héréditaire : identifier les fonctions de deux protéines en cause pour établir des stratégies thérapeutiques : Les résultats de Barbara BARDONI (Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire, Valbonne) devraient permettre d’identifier des voies thérapeutiques pour ces retards mentaux.

– Une accumulation de protéines responsable de la maladie d’Alzheimer ? Grâce aux résultats de ces travaux, Frédéric CHECLER (UMR6097 CNRS/UNSA, Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire, Valbonne) espère ouvrir des pistes thérapeutiques. En effet, empêcher l’accumulation de ces protéines pourrait permettre d’éviter la dégénérescence des neurones.

 Et aussi Lyon, Lille et Montpellier

 Des molécules clés dans la formation du système nerveux : Les informations recueillies par Valérie CASTELLANI (Centre de Génétique Moléculaire et Cellulaire, UMR-CNRS Lyon Villeurbanne) pourraient révéler de nouvelles cibles thérapeutiques dans les maladies neurodégénératives, telles que la sclérose en plaque, ou les cancers.

Nos cellules ont des antennes ! Les travaux de Bénédicte DURAND (Centre de Génétique Moléculaire et Cellulaire, UMR-CNRS Lyon Villeurbanne) permettront de comprendre les ciliopathies humaines et de proposer des pistes thérapeutiques pour les patients. 

 – Maladie de Crohn : recherches sur la protéine en cause dans la muqueuse intestinale : Les retombées des travaux de Mathias CHAMAILLARD (Institut de Biologie de Lille, Institut Pasteur de Lille, Inserm U801) pourraient s’avérer essentielles pour la compréhension de la pathogenèse de la maladie de Crohn et le développement de thérapies.

  – Cancer de l’œsophage : identifier des marqueurs pour un diagnostic précoce : Grâce à ce modèle original, Christophe MARIETTE (Centre de Recherche Jean-Pierre Aubert – Inserm U837/JPARC ) pourra préciser le rôle respectif des acides chlorhydrique et biliaires dans la pathogénie de l’adénocarcinome œsophagien. Ses travaux permettront également d’identifier des marqueurs de dégénérescence utilisables en clinique pour le diagnostic précoce des lésions induites par le reflux, et de tester de nouveaux agents pharmacologiques (chimiothérapies ou traitements anti-reflux).

– Dépression et schizophrénie : vers de nouvelles pistes thérapeutiques : Les résultats des travaux de Philippe MARIN (Institut de génomique fonctionnelle, CNRS UMR5203/Inserm U661/Université de Montpellier 1 et 2) devraient permettre de développer de nouveaux traitements pour la dépression et la schizophrénie, contribuant ainsi à élargir le panel de traitements disponibles et à augmenter le taux de patients répondeurs.

-Doublement de l’ADN : identifier les zones à risque à l’origine de cancers : Les travaux de Philippe PASERO (Institut de génétique humaine, CNRS UPR1142) devraient permettre de mieux comprendre les mécanismes moléculaires fondamentaux à l’origine du cancer.

Source : la Fondation pour la Recherche Médicale








MyPharma Editions

Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Publié le 22 octobre 2020
Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Alnylam Pharmaceuticals, le chef de file des ARNi thérapeutiques, a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif vis-à-vis de l’approbation du lumasiran, un ARNi thérapeutique expérimental qui cible l’ARNm de l’hydroxyacide-oxydase 1 (HAO1), codant la glycolate oxydase (GO), en cours de développement pour le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1 (HP1). S’il est approuvé par la Commission européenne (CE), le lumasiran sera commercialisé en Europe sous la marque OXLUMO™.

Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Publié le 22 octobre 2020
Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Onxeo a annoncé une nouvelle étape dans le développement clinique d’AsiDNA™ avec le traitement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan1 destinée à évaluer l’effet d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN (DDR), sur la résistance acquise à l’inhibiteur de PARP (PARPi) niraparib dans le traitement d’entretien en deuxième ligne du cancer de l’ovaire en rechute. De premiers résultats de cette étude sont attendus début 2021.

Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Publié le 21 octobre 2020
Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, annonce aujourd’hui que son principal candidat médicament, le setanaxib, a obtenu la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de la cholangite biliaire primitive (CBP).

Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Publié le 21 octobre 2020
Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé des résultats initiaux positifs pour la deuxième étude de Phase 2 (VLA15-202) de son candidat vaccin VLA 15 contre la maladie de Lyme.

Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Publié le 21 octobre 2020
Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Inventiva vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé le statut « Fast Track » à odiparcil, son candidat médicament au stade clinique, pour le traitement de la MPS de type VI (MPS VI), une maladie génétique rare et progressive.

Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Publié le 20 octobre 2020
Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Lyonbiopôle, le pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le Cluster i-Care Auvergne-Rhône-Alpes, créé en 2011 et spécialisé dans les technologies médicales, unissent leurs forces et lancent le i-Care LAB, lab santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Son ambition : favoriser la création de nouvelles solutions pour accélérer la transformation des industries de santé.

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents