Edition du 25-06-2021

Lancement de l’opération Mars bleu 2013 contre le cancer colorectal

Publié le mardi 26 février 2013

Lancement de l'opération Mars bleu 2013 contre le cancer colorectalLe ministère des Affaires sociales et de la Santé et l’INCa, en partenariat avec l’Assurance maladie (CNAMTS), le Régime social des indépendants (RSI) et la Mutualité sociale agricole (MSA) ont lancé l’édition 2013 de l’opération Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal. Objectif: réaffirmer l’importance du dépistage.
Le cancer colorectal touche, chaque année, 40 500 nouvelles personnes en France. Il représente le 3e cancer le plus fréquent et le 2e cancer le plus meurtrier avec 17 500 décès par an. Pourtant, dépisté à temps, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.

Les Français sous‐estiment les chances de guérison du cancer colorectal

Depuis 2009, un programme de dépistage du cancer colorectal est proposé aux femmes et aux hommes âgés de 50 à 74 ans. Si sa notoriété a progressé, la participation reste encore >faible (31,7 %).

Une enquête réalisée en janvier 2013 (1) montre que les Français sous‐estiment largement la réalité du cancer colorectal et connaissent insuffisamment le dépistage :

– seulement 31 % des personnes interrogées (et 39 % des 50‐74 ans) le citent spontanément parmi les trois cancers les plus fréquents, derrière le cancer du sein (80 %), du poumon (64 %) et de la prostate (34 %). De même, seuls 26 % (et 34 % des 50‐74 ans) le citent parmi les trois cancers les plus meurtriers, derrière le cancer du poumon (68 %) et le cancer du sein (51 %) ;

– 42 % des personnes interrogées citent spontanément le cancer colorectal ou de l’intestin comme un cancer pour lequel un dépistage est recommandé, loin derrière le cancer du sein (83 %). Cependant le dépistage est assez bien identifié dans la population cible puisque ce taux atteint 60 % chez les 50‐74 ans ;

– très majoritairement, les Français sous‐estiment ou méconnaissent les chances de guérison du cancer colorectal lorsqu’il est détecté à un stade précoce : seulement 10 % des personnes interrogées (et 12 % des 50‐74 ans) déclarent spontanément qu’il se guérit dans 90 % des cas lorsqu’il est dépisté à temps.

La campagne d’information 2013 a pour objectif de créer une prise de conscience forte en mettant en exergue ce paradoxe. Elle incite également à parler du dépistage du cancer colorectal avec son médecin traitant à partir de 50 ans et rappelle l’intérêt de faire ce dépistage simple autour d’un message court et explicite : « Le meilleur endroit pour faire le test, c’est chez soi ».

Tous les deux ans, les personnes concernées par le programme de dépistage du cancer colorectal reçoivent une invitation à consulter leur médecin traitant, envoyée par la structure de gestion de leur département. Lors de la consultation, le médecin oriente son patient en fonction de son niveau de risque de cancer colorectal et propose le test aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans, sans symptôme apparent ni antécédent personnel ou familial d’adénome ou de cancer colorectal.

Ce test de recherche de sang occulte dans les selles est entièrement pris en charge par l’Assurance maladie et doit être réalisé par le patient à son domicile. Si ce test est positif, le médecin traitant oriente dans un second temps le patient vers un gastroentérologue pour la réalisation d’une coloscopie.

Vers les tests immunologiques
Le test utilisé en 2013 demeure le test au gaïac. Il sera remplacé en 2014 par le test immunologique qui repose sur la détection de la présence d’hémoglobine humaine dans les selles grâce à l’utilisation d’anticorps. Son déploiement progressif a été décidé suite à l’avis favorable de la Haute Autorité de santé et au rapport de l’INCa précisant les modalités de migration vers ce test immunologique. La mise en oeuvre de ce déploiement est en cours et nécessite de nombreux ajustements notamment organisationnels. Dans l’attente de la mise à disposition des tests immunologiques, le test actuel au gaïac reste un test ayant démontré son efficacité et est le test à proposer dans le cadre du programme national de dépistage organisé du cancer colorectal.

1- Enquête réalisée par BVA pour l’INCa auprès de 971 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Source : INCa








MyPharma Editions

Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Publié le 24 juin 2021
Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Bayer vient d’annoncer que BlueRock Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique et filiale de Bayer AG, a administré la première dose de neurones dopaminergiques issus de cellules souches pluripotentes dénomé DA01 à un patient atteint de la maladie de Parkinson, dans le cadre de son étude clinique ouverte de phase 1. En parallèle un programme de thérapie génique visant à développer des traitements avancés pour la maladie de Parkinson est également développé par la société Asklepios BioPharmaceutical Inc.

Novasep investit 6,1 millions d’euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Publié le 24 juin 2021
Novasep investit 6,1 millions d'euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Novasep, l’un des principaux fournisseurs de services et de technologies pour l’industrie des sciences de la vie, a annoncé un investissement de 6,1 millions d’euros sur son site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques – France). Cet investissement va permettre de moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques, et de renforcer sa compétitivité sur ses marchés, dans le monde entier.

Servier s’associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Publié le 24 juin 2021
Servier s'associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Le groupe pharmaceutique Servier et BioLabs, un développeur et opérateur de laboratoires de co-working de renom opérant sur le marché américain et en Europe, viennent d’annoncer avoir conclu un contrat de services pour la gestion de l’incubateur de start-up intégré au futur Institut de Recherche et Développement Servier à Paris-Saclay qui ouvrira ses portes en 2023.

GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l’étendent aux syndromes post-COVID

Publié le 24 juin 2021
GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l'étendent aux syndromes post-COVID

GeNeuro, une société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), et le CIRI (Centre International de Recherche en Infectiologie), à Lyon, France, un institut de recherche de premier plan mondial contre les maladies infectieuses, ont annoncé la signature d’une extension de leur accord existant […]

Oncodesign fait le point sur ses avancées sur RIPK2

Publié le 24 juin 2021
Oncodesign fait le point sur ses avancées sur RIPK2

Oncodesign, groupe biopharmaceutique spécialisé en médecine de précision, a annoncé que compte tenu, d’une part, de la valorisation potentielle que le programme RIPK2 représente pour l’entreprise, des investissements financiers consentis sur l’ODS-101, et d’autre part, du grand intérêt des Big Pharmas et d’investisseurs importants sur cette approche First-in-Class, Oncodesign a fait le choix de renforcer son dossier préclinique avec de nouvelles études pour approfondir certaines données.

Sanofi et Translate Bio débutent un essai clinique de phase I de leur vaccin antigrippal à ARNm

Publié le 23 juin 2021
Sanofi et Translate Bio débutent un essai clinique de phase I de leur vaccin antigrippal à ARNm

Sanofi Pasteur, l’Entité commerciale globale Vaccins de Sanofi, et Translate Bio, une entreprise spécialisée dans le développement de médicaments à ARN messager (ARNm), ont débuté un essai clinique de phase I en vue d’évaluer un vaccin à ARNm expérimental contre la grippe saisonnière.

Alzprotect : le Dr John Tchelingerian nommé au Conseil d’Administration

Publié le 23 juin 2021
Alzprotect : le Dr John Tchelingerian nommé au Conseil d'Administration

Alzprotect, société biopharmaceutique française développant des solutions thérapeutiques pour le traitement des maladies neurodégénératives notamment de la maladie d’Alzheimer, a annoncé la nomination du Dr John Tchelingerian au Conseil d’Administration d’Alzprotect.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents