Edition du 18-11-2018

Le bilan 2016 des entreprises du médicament en France

Publié le mardi 5 septembre 2017

Le bilan 2016 des entreprises du médicament en FranceLe Leem vient de publier l’édition 2017 de son bilan économique des entreprises du médicament en France. En 2016, celles-ci ont généré plus de 54 milliards € de chiffre d’affaires (CA exprimé en prix fabricant hors taxes) dont 47 % à l’exportation. Le marché pharmaceutique français (ville, hôpital, médicaments remboursés et non remboursés – hors exportations) affiche à nouveau, une croissance positive (+ 3 %).

Le chiffre d’affaires des médicaments en ville s’est élevé à 20,3 milliards d’euros (en prix fabricant hors taxes), soit + 0,1% par rapport à 2015, ce qui constitue une très légère croissance après quatre années consécutives de baisse. Le marché des médicaments remboursables a vu son chiffre d’affaires rester stable entre 2015 et 2016, tandis que les volumes ont enregistré un léger recul de 0,2 %. Les médicaments non remboursables représentent, quant à eux, un marché de 2,1 milliards d’euros, en progression de 1,7 %, tandis qu’en unités ce marché diminue de 1,3 % par rapport à 2015.

Le marché hospitalier a progressé de 7,5 % par rapport à 2015. Cette croissance est en partie portée par les médicaments en atu (autorisation temporaire d’utilisation) et en post-atu, un segment particulièrement dynamique en 2016, et qui marque l’arrivée d’une nouvelle vague d’innovation, notamment dans le domaine de l’oncologie.

Les exportations de médicaments enregistrent une croissance de 0,8%, soit un montant global de 25,8 milliards d’euros. « Cette légère reprise ne doit pas faire oublier le contexte dans lequel s’inscrit ce marché depuis quelques années : prix français des médicaments en baisse, alors que ceux-ci sont utilisés comme prix de référence dans de nombreux pays, perte d’attractivité de la France pour la production des nouveaux produits et développement de la fabrication locale dans les pays émergents », souligne le Leem dans son bilan.

Alors que la balance commerciale nationale fait face à un très lourd déficit (– 48,1 milliards d’euros),
la balance commerciale de médicaments s’établit à 7,6 milliards d’euros, soit une faible augmentation : + 0,3% par rapport à 2015. Le médicament est le 4e plus gros contributeur à la balance commerciale.

« Un retour de la croissance en trompe-l’œil »

En 2016, le marché pharmaceutique français (ville, hôpital, médicaments remboursés et non remboursés – hors exportations) affiche à nouveau, une croissance positive (+ 3 %). Pour le Leem, « c’est ce qu’il convient d’appeler une fausse bonne nouvelle ».  En effet, malgré cette légère reprise, la France ne parvient pas à combler son retard sur ses voisins européens. Le marché pharmaceutique français demeure, avec l’Espagne, en bas de classement derrière l’Allemagne ( + 4 %), le Royaume-Uni (+ 5 %) et l’Italie (+ 6 %). « Et il faut noter qu’une fois déduites les remises payées par les industriels, la croissance du CA des médicaments remboursés n’est que de 0,9 % d’après le baromètre Bipe-Gers », poursuit l’organisation.

À l’échelle mondiale, la part de marché pharmaceutique de la France diminue de manière significative : elle représentait 5,6 % en 2006 et ne représente plus que 3,4 % en 2016. La France demeure, en 2016, le cinquième marché mondial derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne, et le deuxième marché européen derrière l’Allemagne, mais voit sa part de marché reculer de 2,2 points en dix ans. Une étude QuintilesIMS, publiée en décembre 2016, confirme cette tendance : à horizon 2021, la France perdrait deux places, se faisant dépasser par l’Italie et le Royaume-Uni  (Outlook for Global Medecines Through 2021).

« Secteur stratégique par sa contribution à l’emploi, à la croissance et à la balance commerciale, l’industrie pharmaceutique sort lessivée de trois années de régulation du médicament à 0 %, analyse notamment Patrick Errard, président du Leem. La pression mise sur le prix des médicaments, l’environnement normatif inflationniste et le poids de la fiscalité générale et sectorielle ne sont pas que des freins aux investissements productifs. Ils altèrent dangereusement l’accès précoce des patients aux soins innovants. Tourner la page de cette politique de régulation-rabot n’est plus un souhait, c’est un impératif. Confrontée au défi de l’innovation dans un contexte de compétition internationale accrue, notre industrie a besoin, pour se développer, d’une politique de santé réformatrice, ambitieuse qui accepte de considérer l’innovation thérapeutique non plus comme un coût, mais comme un investissement, une chance pour la santé de nos concitoyens et de notre économie. »

Consulter l’intégralité du bilan économique des entreprises du médicament en France sur le site du Leem

Source : Leem








MyPharma Editions

Alliance Healthcare Group France : François Pogodalla nommé Directeur Administratif et Financier

Publié le 16 novembre 2018
Alliance Healthcare Group France : François Pogodalla nommé Directeur Administratif et Financier

François Pogodalla a été nommé Directeur Administratif et Financier du répartiteur pharmaceutique Alliance Healthcare Group France, à compter du 11 octobre dernier. Membre du comité exécutif, il rapporte directement à Filippo D’Ambrogi, Président d’Alliance Healthcare Group France.

Mayoly Spindler : Sébastien Nicolas nommé Directeur des Opérations Industrielles.

Publié le 16 novembre 2018
Mayoly Spindler : Sébastien Nicolas nommé Directeur des Opérations Industrielles.

Mayoly Spindler, le laboratoire français spécialisé notamment dans le domaines de la gastroentérologie, la dermo-cosmétique, l’ORL et la rhumatologie, a annoncé le 14 novembre dernier la nomination de Sébastien Nicolas au poste de Directeur des Opérations Industrielles.

DBV Technologies : Daniel Tassé nommé au poste de Directeur Général

Publié le 16 novembre 2018
DBV Technologies : Daniel Tassé nommé au poste de Directeur Général

DBV Technologies a annoncé vendredi la nomination unanime par son Conseil d’administration de Daniel Tassé dans le rôle de Directeur Général à compter du 29 novembre 2018. Le Dr Pierre-Henri Benhamou, qui a co-fondé la société en 2002, a décidé de quitter son poste de directeur général mais conserve son poste de président du Conseil.

Servier pose la 1ère pierre de la future unité de bioproduction sur le site de Gidy

Publié le 16 novembre 2018
Servier pose la 1ère pierre de la future unité de bioproduction sur le site de Gidy

Le laboratoire Servier a annoncé jeudi la pose de la 1ère pierre de la future unité de production de médicaments biologiques sur le site industriel de Gidy (Loiret, France). Baptisée Bio-S, l’unité produira des principes actifs et des médicaments issus de cellules vivantes et fabriqués grâce aux techniques de la biotechnologie.

Erytech s’associe au New York Blood Center pour l’approvisionnement et la recherche sur les globules rouges

Publié le 16 novembre 2018
Erytech s’associe au New York Blood Center pour l’approvisionnement et la recherche sur les globules rouges

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes basées sur les globules rouges pour lutter contre des cancers et des maladies orphelines, vient d’annoncer la conclusion d’un partenariat stratégique avec le New York Blood Center (NYBC) pour l’approvisionnement et la recherche sur les globules rouges.

Lysogene : arrivée de Philippe Goupit au conseil d’administration

Publié le 16 novembre 2018
Lysogene : arrivée de Philippe Goupit au conseil d’administration

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé un changement dans la composition de son Conseil d’administration. Philippe Goupit rejoint Lysogene en qualité d’administrateur indépendant.

Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Publié le 15 novembre 2018
Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Ipsen a annoncé aujourd’hui que la Commission Européenne (CE) a approuvé Cabometyx® (cabozantinib) 20, 40, 60 mg en monothérapie dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) chez les adultes antérieurement traités par sorafénib. Cette décision va permettre l’accès au marché de Cabometyx® (cabozantinib) pour cette indication dans les 28 états membres de l’Union européenne, ainsi qu’en Norvège et en Islande.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions