Edition du 23-01-2021

Accueil » Cancer » Médecine » Recherche

Les molécules Dbait découvertes à l’Institut Curie en essai clinique pour booster la radiothérapie

Publié le mardi 22 mai 2012

Fruit des recherches de l’équipe de Marie Dutreix à l’Institut Curie, les molécules Dbait font l’objet d’un essai clinique de phase 1 chez des patients atteints de mélanome de la peau. Cet essai coordonné par le Dr Christophe Le Tourneau de l’Institut Curie est financé par DNA Therapeutics. Après 5 mois de recul, les premiers résultats semblent prometteurs.

Le principe de ces molécules est de booster la radiothérapie pour en augmenter l’efficacité. Les Dbait « trompent» les cellules tumorales, et uniquement les cellules tumorales, en leur faisant croire que suite au traitement par radiothérapie, elles sont plus endommagées qu’elles ne le sont réellement. Conséquence : les cellules tumorales meurent sans que le tissu sain soit endommagé.

Certaines chimiothérapies pourraient également voir leur efficacité accrue grâce aux molécules Dbait. De même d’autres tumeurs que les mélanomes pourraient en bénéficier.

L’équipe de Marie Dutreix, directrice de recherche CNRS, à l’Institut Curie a découvert une manière originale et astucieuse d’accroître l’efficacité de la radiothérapie, voire de la chimiothérapie.

«L’un des dommages les plus préjudiciables pour la cellule est une cassure de son matériel génétique» explique Marie Dutreix. Bien que la cellule possède des systèmes de réparation pouvant combler de telles brèches, face à un trop grand nombre de cassures, la cellule est débordée et peut décider de se mettre en veille, voire de se « suicider » (apoptose).

L’intérêt de la radiothérapie ou de la chimiothérapie est justement de provoquer des dommages dans les cellules tumorales pour les détruire. Mais ces dommages induits par les traitements ne sont pas toujours suffisants pour se débarrasser des cellules tumorales et parfois des phénomènes de résistance apparaissent.

L’équipe de Marie Dutreix a donc confectionné des molécules, appelées Dbait, qui miment les cassures double brin de l’ADN. «Tels des faussaires, les Dbait font croire aux cellules traitées par radiothérapie que le nombre de dommages auxquels elles doivent faire face est beaucoup plus élevé que dans la réalité. Par conséquent, les cellules tumorales s’autodétruisent» résume-t-elle. Lors des essais précliniques, ces molécules ont montré tous leurs avantages pour le traitement de tumeurs peu sensibles à la radiothérapie, comme les mélanomes ou les glioblastomes.

Des premiers résultats prometteurs

Après avoir accompli toutes les étapes qui mènent de la recherche fondamentale à la recherche clinique (voir «histoire d’une découverte»), les Dbait sont aujourd’hui au coeur d’un essai clinique multicentrique de phase I, coordonné par le Dr Christophe Le Tourneau, oncologue médical à l’Institut Curie, et financé par DNA Therapeutics qui développe cette nouvelle génération de médicament. «Les premiers patients atteints de mélanome de la peau avec des métastases cutanées qui ont pu bénéficier de l’association des molécules Dbait et de la radiothérapie ont très bien toléré le traitement» explique le Dr Christophe Le Tourneau. «Une réponse au traitement a été observée chez les patients traités par l’association Dbait plus radiothérapie, mais il est encore trop tôt pour préciser le rôle des molécules Dbait à côté de celui de la radiothérapie». Par ailleurs, cet essai confirme que les Dbait agissent spécifiquement sur les cellules tumorales et qu’il n’y a pas de «radiosensibilisation» au niveau de la peau saine.

L’essai se poursuit pour déterminer la dose optimale des molécules Dbait à utiliser.

Les autres objectifs de cet essai sont d’évaluer la pharmacodynamique – les effets sur l’organisme – des molécules Dbait, leur capacité à réduire la surface tumorale et leurs effets secondaires. La durée de la réponse au traitement sera évaluée 3, 6, 9 et 12 mois après la première injection des molécules Dbait. «Cet essai de phase I ne permettra pas de conclure quant à l’efficacité du traitement, mais il nous donnera des premières indications» souligne le Dr Christophe Le Tourneau.

«L’un des avantages de ces molécules est lié à leur mode d’action. Comme elles ne ciblent pas une protéine spécifique, mais un mécanisme général, il y a très peu de risque que les cellules développent une résistance» précise Marie Dutreix. Par ailleurs, l’effet de ces molécules n’est observé que dans les cellules tumorales.

A présent il s’agit de déterminer la «bonne dose» de molécules Dbait à administrer aux patients, les médecins et les chercheurs ont d’ores et déjà de nombreux projets pour l’avenir : les tester dans d’autres localisations tumorales ou avec certaines chimiothérapies. «Nous réfléchissons aux autres localisations pour lesquelles les Dbait pourraient bénéficier aux patients ; l’une des pistes que nous explorons actuellement concerne les cancers colo-rectaux» précise-t-elle.

Quant à la chimiothérapie, qui agit en endommageant le matériel génétique des cellules, elle  pourrait aussi être boostée : «les molécules Dbait pourraient – après quelques modifications – également accroître l’efficacité des chimiothérapies» souligne le Dr Christophe Le Tourneau.

Le champ d’action de ces petites molécules est donc large et très prometteur.

Les molécules Dbait, histoire d’une découverte

Tout a débuté en janvier 2002, dans le cadre du Programme Incitatif et coopératif «Instabilité génétique et radio-résistance des tumeurs» financé par l’Institut Curie, grâce à la générosité publique, et coordonné par Marie Dutreix, et le Pr Jean-Marc Cosset, radiothérapeute à l’Institut Curie. «En cherchant à comprendre la résistance au rayonnement observée chez près de 20 % des patients, nous avons mis au point des petites molécules qui ressemblent grosso modo à de l’ADN endommagé» explique la chercheuse.

Les Dbait étaient nés. Concrètement, ils agissent au sein des cellules comme des « leurres ».

Ils font croire à la cellule que le nombre de dommages auxquels elle doit faire face, suite au traitement par radiothérapie, est beaucoup plus élevé que la réalité. La cellule tumorale «débordée» par la quantité de dommages à réparer s’autodétruit.

«Ensuite, il a fallu améliorer les outils, multiplier les angles d’observation, mieux comprendre le fonctionnement des Dbait, valider leur efficacité sur des modèles animaux. Avant d’arriver à un médicament, cela a pris près de 10 ans …» ajoute-t-elle.

Sans compter le dépôt de 6 brevets et la création de la société DNA Therapeutics, qui a permis d’aller chercher des investisseurs et de se lancer dans des essais cliniques. C’est désormais chose faite.

Source : Institut Curie








MyPharma Editions

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents