Edition du 02-03-2021

L’INCa labellise les sept cancéropôles

Publié le mercredi 1 juin 2011

L’INCa renouvelle son engagement dans le soutien à l’action des cancéropôles en procédant à leur labellisation qui prendra effet en juin 2011 pour une période de 4 ans. Cette labellisation sera assortie d’un soutien financier pour un montant global de 21,7M€ programmé dans le cadre du Plan Cancer 2009-2013.

A l’échelle régionale ou inter-régionale, les cancéropôles ont un rôle d’animation et d’accompagnement de la dynamique territoriale pour la coordination de l’effort de recherche dans le domaine du cancer. Ils participent au décloisonnement institutionnel et disciplinaire ainsi qu’à la mutualisation des compétences scientifiques et des expertises technologiques. Le plan cancer 2009-2013 confirme leurs missions de structuration territoriale de la recherche et instaure de nouvelles priorités, notamment la mobilisation des équipes de recherche dans le domaine des inégalités sociales et des facteurs de risque environnementaux et comportementaux.

La décision de la présidente de l’INCa de labelliser les sept cancéropôles s’appuie sur les rapports d’évaluation de l’AERES qui ont salué la valeur ajoutée apportée par les cancerôples dans la structuration de la recherche en cancérologie et proposé des pistes pour l’optimisation de leurs actions.
La répartition des financements accordés par l’INCa aux cancéropôles dans le cadre de la labellisation tient compte également des évolutions et des spécificités propre à chaque cancéropôle. L’Inca a fait le choix de valoriser la progression des cancéropoles Nord Ouest et Grand Est saluée par l’AERES :

– Le Canceropôle Nord Ouest s’est distingué par sa capacité à fédérer les établissements de santé au-delà des CHU et CLCC dans l’effort de recherche clinique et d’inclusion d’un nombre croissant de patients dans les essais thérapeutiques. La mobilisation des équipes, toutes disciplines confondues sur le thème des inégalités de santé est une caractéristique exemplaire de la coordination qu’il a menée.

– Le cancéropôle Grand Est est aujourd’hui reconnu autant pour la qualité de ses projets de biologie fondamentale que pour sa plateforme d’épidémiologie axée sur la qualité de vie qui devrait prendre très prochainement une dimension nationale.

Les cinq autres cancéropôles devront poursuivre une action déjà largement engagée et reconnue :

– Pour le cancéropôle Ile-de-France, l’effort de décloisonnement institutionnel reste un enjeu majeur compte-tenu de l’importance quantitative et qualitative du potentiel scientifique concentré dans les établissements partenaires. Le partage des technologies biologiques et médicales donne ainsi tout son sens à son action : plateforme régionale de protéomique (RPPA), groupe de modélisation animale des cancers humains, programme de vaccination thérapeutique contre le cancer (Theracan) plateforme de bioinformatique (Operon), Imagerie fonctionelle in vivo etc…

– Le canceropôle Provence Alpes Côte d’Azur, fort d’un potentiel scientifique incontesté dans un périmètre mono-régional, a déjà fait la preuve de sa capacité à promouvoir une recherche translationnelle et pluridisciplinaire (réseau structurant PACA Glioblastome, SAO2 Thérapie ciblée du cancer du sein, miRNA et croissance cellulaire etc)…

– Le cancéropôle Grand Ouest, dont le potentiel scientifique était hétérogène et dispersé entre 4 régions, a réussi à fédérer les équipes autour de thèmes de recherche originaux comme l’exploitation des molécules issues de produits de la mer dans le traitement des cancers, ou à forte capacité de transfert comme l’immunothérapie.

– Le canceropôle Grand Sud Ouest, fédère lui aussi quatre régions et a réussi à mobiliser les équipes scientifiques aussi bien autour de « clubs » structurants (tumorothèques, imagerie in vivo, bio-informatique ou encore partenariats industriels) que autour de programmes transversaux par pathologie, telles que les hémopathies malignes, les néoplasies digestives ou les néoplasies du sein.

– Le canceropôle CLARA, dont le management a été particulièrement apprécié, dispose d’un environnement scientifique et institutionnel très propice au développement d’actions ambitieuses et innovantes dans des domaines d’interface entre le cancer et les nanotechnologies, les agents infectieux ou encore la nutrition.

– Les cancéropôles Grand Sud Ouest et CLARA se sont tous deux illustrés par leurs programmes originaux de maturation de projets scientifiques en preuve de concept visant à des développements industriels. Ces programmes devraient être déclinés dès 2011 au plan national et donner une impulsion forte à la valorisation économique de la recherche en cancérologie.

Les cancéropôles sont ainsi confirmés par la Présidence de l’INCa, comme des innovations structurantes œuvrant au service d’une dynamique territoriale de progrès dans la lutte contre le cancer.

Consulter les rapports d’évaluation de l’AERES

Source : INCa








MyPharma Editions

LFB : l’EMA valide le dépôt de la demande d’AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Publié le 2 mars 2021
LFB : l'EMA valide le dépôt de la demande d'AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Le LFB, le groupe biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines recombinantes pour la prise en charge des patients atteints de pathologies graves et souvent rares, vient d’annoncer que l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’autorité réglementaire européenne, a validé le dépôt de la demande d’autorisation de mise sur le marché d’eptacog beta, un facteur de coagulation VIIa recombinant (rFVIIa).

Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Publié le 2 mars 2021
Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Abionyx Pharma vient d’annoncer les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare qui sont publiés en exclusivité dans la revue scientifique « Annals of Internal Medicine », la revue de médecine interne la plus citée et la mieux classée dans la catégorie Médecine.

Industrie pharmaceutique : accord sur les salaires minima pour l’année 2021

Publié le 2 mars 2021

A l’issue de deux réunions de négociations les 7 janvier et 18 février dernier, le Leem a proposé à la signature un accord collectif revalorisant l’ensemble des salaires minima conventionnels de 0,8 % au 1er janvier 2021.

Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Publié le 2 mars 2021
Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui vise à moduler le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé la nomination du Dr Sophie Biguenet en tant que Directrice Médicale à compter du 1er mars 2021.

Bayer France : Anna Braeken nommée Directrice Générale de la Division Pharmaceuticals

Publié le 1 mars 2021
Bayer France : Anna Braeken nommée Directrice Générale de la Division Pharmaceuticals

Le laboratoire Bayer a annoncé la nomination d’Anna Braeken à la tête de la Division Pharmaceuticals de Bayer en France, à compter du 1er mars 2021. Elle est nommée à ce titre en qualité de membre du directoire et Directrice Générale de Bayer HealthCare SAS.

Biogen France : Béatrice Baciotti nommée Directrice médicale

Publié le 1 mars 2021
Biogen France : Béatrice Baciotti nommée Directrice médicale

Biogen France, entreprise de biotechnologies pionnière et leader en neurosciences, a annoncé la nomination de Béatrice Baciotti en tant que Directrice médicale. À ce titre, Béatrice Baciotti intègre le comité de direction de Biogen France. Scientifique de formation, Béatrice Baciotti a rejoint Biogen en tant que responsable de l’excellence médicale en novembre 2018, avant de prendre la tête des équipes médicales sclérose en plaques (SEP) en juillet 2019.

Ipsen : avis positif du CHMP pour Cabometyx® en association avec Opdivo® dans le carcinome du rein avancé

Publié le 1 mars 2021
Ipsen : avis positif du CHMP pour Cabometyx® en association avec Opdivo® dans le carcinome du rein avancé

Ipsen a annoncé que le Committee for Medicinal Products for Human Use (CHMP), le comité scientifique de l’Agence européenne des médicaments (EMA), a recommandé l’approbation de Cabometyx® (cabozantinib) en association avec le médicament Opdivo® (nivolumab) de Bristol Myers Squibb pour le traitement en première ligne du carcinome du rein (RCC) avancé. Partager la publication « Ipsen […]

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents