Edition du 22-05-2022

Accueil » Cancer » Hôpital

L’INCa publie la situation de la chimiothérapie des cancers en 2009

Publié le mercredi 2 décembre 2009

L'INCa publie la situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 L’INCa publie un rapport sur la situation de la chimiothérapie des cancers en 2009. Réalisé en collaboration avec l’Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation (ATIH), ce rapport recense et analyse les évolutions récentes de la pratique de la chimiothérapie des cancers dans les établissements de santé. Il s’inscrit dans le cadre de la mesure 21 du Plan cancer 2009-2013 (garantir un égal accès aux traitements et aux innovations).

Ce rapport recense et analyse les évolutions récentes de la pratique de la chimiothérapie des cancers dans les établissements de santé. Réalisé par l’Institut National du Cancer en collaboration avec les équipes de l’Agence Technique de l’Information Hospitalière (ATIH), il s’inscrit dans la mise en œuvre du Plan cancer 2009-2013 et notamment de la mesure 21 (garantir un égal accès aux traitements et aux innovations). Il fait suite à la parution d’un premier rapport sur la situation de la chimiothérapie des cancers en 2007.

Le rapport porte, en premier lieu, sur la pratique de la chimiothérapie « intraveineuse » faisant l’objet de tarification en Groupes Homogènes de Séjours (GHS), qu’il s’agisse de séances en hospitalisation de jour ou de séjours en hospitalisation complète. Ainsi, plus de 250 000 personnes ont été traitées par chimiothérapie en 2008, soit une augmentation de plus de 10 % par rapport à 2006.

Plusieurs chapitres sont ensuite consacrés aux molécules anticancéreuses innovantes et coûteuses inscrites sur la liste autorisant le remboursement hors GHS (consultable en annexe du rapport). En 2008, ces molécules représentaient 58 % du coût total des médicaments remboursés en sus des GHS, soit plus de 970 millions d’euros (hors secteur privé pour lequel les chiffres ne sont pas encore disponibles). Le coût annuel de ces médicaments anticancéreux innovants a augmenté de 15 % entre 2007 et 2008. Des changements majeurs sont intervenus dans les classes de molécules prescrites avec une baisse des cytostatiques au profit des molécules de biothérapie qui concentrent 54 % des coûts et des pratiques. Par ailleurs, de 2004 à 2008, 21 nouvelles molécules ont obtenu une première autorisation de mise sur le marché (AMM) en oncologie en France, dont près de la moitié concernait des molécules de biothérapie.

Ces médicaments innovants sont remboursés aux établissements sous réserve de respecter les « référentiels de bon usage » produits par l’INCa et l’Afssaps. Ces référentiels existent pour les grandes pathologies cancéreuses et sont actualisés au moins une fois par an depuis 2009.

Afin d’améliorer l’usage, en termes de sécurité et de maîtrise des coûts, des molécules innovantes et coûteuses en chimiothérapie anticancéreuse, quatre pistes de réflexions pouvant être explorées et/ou mises en œuvre à court terme sont proposées dans le rapport. Il s’agit de :

  1. la révision régulière des molécules inscrites dans la « liste en sus des GHS » ;
  2. la mise en œuvre de contrôles ciblés du respect des référentiels de bon usage ;
  3. la mise en œuvre de mesures spécifiques pour restreindre l’usage des chimiothérapies  « ciblées » aux seuls malades pouvant en obtenir des bénéfices sur la base des tests moléculaires pratiqués en préalable à leur utilisation. L’Institut National du Cancer soutient depuis 2006 le développement des plateformes de génétique moléculaire des cancers. Réparties sur l’ensemble du territoire, ces 29 plateformes régionales ont pour vocation de réaliser des tests moléculaires pour l’ensemble des patients de la région et de permettre ainsi à ces derniers de bénéficier d’une prise en charge personnalisée et adaptée. Ainsi, 2,5 M€ ont été alloués en 2008 pour la recherche de mutations KRAS dans le cancer colorectal et 1,5M € en 2009 pour la recherche de mutations activatrices du REGF dans le cancer du poumon.
  4. la réalisation de recommandations spécifiques pour l’usage de certaines de ces molécules dans les cancers métastatiques après plusieurs lignes de traitement.

Consulter le rapport  








MyPharma Editions

Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Publié le 20 mai 2022
Servier : Éric Fohlen-Weill nommé au poste de Directeur de la Communication Externe

Servier, groupe pharmaceutique international indépendant, a annoncé la nomination d’Éric Fohlen-Weill au poste de Directeur de la Communication Externe, effective depuis le 20 avril 2022. Basé au siège du Groupe, à Suresnes, Éric Fohlen-Weill a la responsabilité des relations media, de la communication digitale et financière du Groupe, en France et à l’international, ainsi que de la communication de son activité philanthropique (Fonds de dotation Mécénat Servier).

Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Publié le 20 mai 2022
Maladies rares : une recherche clinique forte, notamment en pédiatrie et dans les pathologies ultra rares

Priorité de l’actuelle présidence française de l’Union européenne, les maladies rares ont fait l’objet d’une conférence interministérielle le 28 février au cours de laquelle un plan européen a été sollicité. Les entreprises du médicament, mobilisées pour la recherche de nouvelles solutions thérapeutiques, publient à l’occasion un rapport d’Horizon Scanning pour analyser le développement clinique et identifier les futures innovations susceptibles d’améliorer la prise en charge des patients souffrant de maladies rares.

Le Pr Norbert VEY nommé Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes

Publié le 20 mai 2022
Le Pr Norbert VEY nommé Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes

Professeur en hématologie à Aix-Marseille Université (AMu) et praticien hospitalier (PU-PH), le Pr Norbert VEY a pris ses nouvelles fonctions de Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes (IPC), le 13 mai 2022. Il succède au Pr Patrice VIENS qui a dirigé l’Institut Paoli-Calmettes depuis 2007.

MATWIN met en lumière de nombreux projets novateurs pour faire reculer le cancer

Publié le 20 mai 2022
MATWIN met en lumière de nombreux projets novateurs pour faire reculer le cancer

A l’issue de la 7ème édition de MEET2WIN, sa Convention Partnering Européenne dédiée à la lutte contre les cancers, qui s’est tenue les 12 & 13 mai derniers à Bordeaux, la plateforme MATWIN (filiale d’Unicancer) a annoncé les différents lauréats des sessions de présentation de projets qui ont eu lieu pendant ces deux jours.

OSE Immunotherapeutics : inclusion du 1er participant dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 évalué dans l’immunosuppression en transplantation rénale

Publié le 19 mai 2022
OSE Immunotherapeutics : inclusion du 1er participant dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 évalué dans l’immunosuppression en transplantation rénale

OSE Immunotherapeutics a annoncé qu’un premier participant a reçu sa première dose du produit dans une étude de Phase 1 de VEL-101/FR104 [NCT05238493], un essai promu et mené par son partenaire dans la transplantation, Veloxis Pharmaceuticals, Inc., une société de Asahi Kasei. VEL-101/FR104 est un immunosuppresseur de maintenance innovant développé dans la prévention du rejet aigu chez les patients transplantés rénaux.

Valneva : l’EMA accepte la soumission du dossier d’AMM de son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19

Publié le 19 mai 2022
Valneva : l'EMA accepte la soumission du dossier d’AMM de son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a confirmé que l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a accepté la soumission du dossier d’autorisation de mise sur le marché de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre la COVID-19, VLA2001. L’acceptation du dossier signifie que VLA2001 sort du processus de revue progressive des données pour rentrer dans le processus formel d’évaluation par le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA.

Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Publié le 18 mai 2022
Vitiligo : Almirall et Inserm Transfert signent un partenariat de recherche et de licence pour développer des traitements innovants

Almirall, laboratoire biopharmaceutique international spécialisé en dermatologie médicale, et Inserm Transfert, filiale privée de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ont annoncé la signature d’un accord de licence et un partenariat de recherche pour faire progresser les solutions thérapeutiques dans le traitement du vitiligo.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents