Edition du 15-01-2021

L’Institut Curie et Google annoncent une collaboration de recherche utilisant l’IA pour l’analyse de données transcriptomiques et épigénétiques complexes

Publié le jeudi 10 décembre 2020

L'Institut Curie et Google annoncent une collaboration de recherche utilisant l'IA pour l'analyse de données transcriptomiques et épigénétiques complexesL’Institut Curie et Google lancent un programme de recherche conjoint sur l’intelligence artificielle (IA) afin de développer et mettre en œuvre des méthodes de deep learning (DL) pour l’analyse de données transcriptomiques et épigénétiques complexes en cellule unique (« single- cell »). Obtenues à partir de lignées cellulaires et d’échantillons de tissus provenant de souris, ces séries de données seront utilisées pour développer de nouveaux algorithmes de deep learning. À long terme, ce projet de recherche pourrait aider à caractériser l’hétérogénéité des tumeurs et à prédire la résistance au traitement.

L’émergence d’une nouvelle médecine personnalisée comprenant des thérapies ciblées est un défi majeur pour le traitement du cancer. L’hétérogénéité génétique au sein des tumeurs est un facteur déterminant de la réponse et de la résistance au traitement ; une sous-population de cellules porteuses d’une mutation transmettant une résistance peut survivre et être sélectionnée selon un processus darwinien. En outre, on s’attend à ce que les mécanismes épigénétiques jouent un rôle dans l’adaptation des cellules cancéreuses confrontées à des stress environnementaux, métaboliques ou liés à la thérapie. La dernière décennie a vu le développement de nouvelles méthodes permettant l’analyse de cellules tumorales à une granularité impensable il y a quelques années, mais l’analyse de ces données complexes reste un défi. A la pointe de l’innovation, l’équipe Dynamique de la plasticité épigénétique dans le cancer de l’Institut Curie (UMR3244 – Institut Curie, CNRS, Sorbonne Université) – dirigée par Céline Vallot, PhD – et Google Lab – sous la direction de Jean-Philippe Vert, PhD – initient une collaboration pionnière pour répondre aux défis actuels de l’analyse des données en cellule unique.

Dans le cadre de ce partenariat, l’Institut Curie et Google combineront leur expertise en cellule unique et en deep learning afin de développer des approches novatrices à la frontière entre la science des données et la biologie. Plus spécifiquement, l’expertise de Céline Vallot et de son équipe permettra de générer des données scChIP-seq1 obtenues à partir de lignées cellulaires et d’échantillons de tissus provenant de souris. Ces précieuses séries de données seront analysées et utilisées par l’équipe de Google pour développer de nouveaux algorithmes de deep learning en collaboration avec l’équipe de Céline Vallot. L’objectif de cette collaboration ? L’utilisation d’approches de deep learning pour étudier les données épigénomiques et transcriptomiques en cellule unique dans le cancer, afin de caractériser l’hétérogénéité des tumeurs et, à terme, de prédire la résistance au traitement. Ce projet vise à approfondir la structure des algorithmes de deep learning pour extraire des informations et interpréter ces composantes au niveau biologique.

« Nous sommes ravis de collaborer avec Céline Vallot et son équipe de l’Institut Curie sur ce projet ambitieux et multidisciplinaire. L’association des dernières technologies en matière de génomique du cancer et de machine learning pose un certain nombre de défis que nous relèverons ensemble, et devrait nous permettre à terme de mieux comprendre la maladie et la manière de la traiter », déclare Jean-Philippe Vert, chercheur à Google Research – Brain team.

« Ensemble, notre objectif est de tirer parti de la science des données pour éclaircir les nouveaux mécanismes d’évolution des tumeurs, » ajoute Celine Vallot, cheffe de l’équipe Dynamique de la plasticité épigénétique dans le cancer à l’Institut Curie.

Amaury Martin, directeur Valorisation et Partenariats Industriels & directeur de l’Institut Carnot Curie Cancer affirme : « L’Institut Curie est très heureux d’être le premier centre de recherche sélectionné par Google Research pour un partenariat de cette nature. Il renforce notre engagement à jouer un rôle majeur dans le développement des approches d’intelligence artificielle appliquées aux sciences de la vie. »

Source : Institut Curie / Google








MyPharma Editions

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Publié le 14 janvier 2021
Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, et Rigenerand, société de biotech qui développe et fabrique des produits médicinaux pour des applications dans la thérapie cellulaire, principalement en médecine régénérative et en oncologie, ont annoncé la signature d’un premier accord pour un partenariat de développement de processus.

Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Publié le 14 janvier 2021
Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Sanofi a annoncé un investissement de plus de 60 millions dans une Unité de Lancement de Petits Volumes (ULPV) sur son site de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence, région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Sanofi va ainsi créer un nouveau centre d’Accélération des Lancements et d’Innovation dans le domaine de la chimie destiné à anticiper le lancement des nouveaux principes actifs pharmaceutiques.

COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Publié le 13 janvier 2021
COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé aujourd’hui être en discussions avancées avec la Commission Européenne (EC) pour la fourniture d’un maximum de 60 millions de doses de son candidat vaccin contre la COVID-19, VLA2001. VLA2001 est actuellement le seul candidat vaccin à virus inactivé contre la COVID-19 en développement clinique en Europe.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents