Edition du 22-01-2019

L’Institut Wyss de Harvard s’associe à Cellectis pour réécrire le génome humain

Publié le mercredi 2 mai 2018

L'Institut Wyss de Harvard s'associe à Cellectis pour réécrire le génome humainLe Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering de l’Université d’Harvard et Cellectis, la société biopharmaceutique spécialiste des immunothérapies fondées sur des cellules CAR-T allogéniques ingénierées (UCART), vont collaborer afin de faire progresser les efforts du Wyss Institute pour réécrire l’ensemble du génome des lignées cellulaires humaines mais aussi d’autres espèces, et développer de nouveaux outils et méthodes permettant d’atteindre plus facilement cet objectif.

Le but est que ces lignées cellulaires soient ingénierées pour résister à des virus invalidants tout en étant capables d’assurer leurs fonctions habituelles ou encore de remplir des fonctions totalement nouvelles.

Le projet Recode établit les fondations techniques permettant de modifier de manière extensive et fonctionnelle les génomes de cellules et d’organismes entiers. Ce projet vise à les convertir en outils de recherche ainsi qu’en produits cliniques et biotechnologiques.

Ce projet de collaboration sera annoncé aujourd’hui, le 1er mai 2018, lors de la réunion scientifique du Genome Project-write, organisée par le Center of Excellence for Engineering Biology, dans le cadre du projet GP-write, premier projet communautaire à grande échelle pour développer ces cellules ultrarésistantes.

Précédemment, le groupe du Professeur George Church, membre du corps professoral du Wyss Institute, Professeur de génétique à la Harvard Medical School (HMS) et des sciences de la santé et de la technologie à Harvard et au Massachussetts Institute of Technology (MIT), a publié ses travaux pour recoder le génome de la bactérie E. coli. Les chercheurs de ce groupe ont réduit le nombre de codons (triplets de bases d’ADN qui codent pour les acides aminés dont sont constituées les protéines de la bactérie) de 64 à 63. Ces bactéries recodées deviennent résistantes à la plupart des virus et sont alors confinées dans un environnement de laboratoire puisque leur survie pourrait dépendre de la présence de produits chimiques inexistants dans la nature.

S’appuyant sur ces découvertes, « le projet Recode a pour mission de créer des cellules humaines ultrarésistantes aux infections virales ou par les prions. Ces cellules et les technologies que nous sommes en train de développer permettront de trouver des moyens plus efficaces de fabriquer des protéines thérapeutiques, des vaccins, des thérapies cellulaires et des organes transplantables », a déclaré George Church.

Dans le cadre de la collaboration avec Cellectis, George Church et son équipe auront accès à la technologie d’édition du génome TALEN®. TALEN, version courte de transcription activator-like effector nucleases, sont des enzymes d’ingénierie génomique qui peuvent introduire des changements avec une grande spécificité dans le code ADN d’un génome entier. La technologie TALEN® permet l’édition optimisée de multiples gènes simultanément. « Dans le cadre du projet Recode, nos capacités à éditer des génomes et à inventer de nouveaux outils pour réaliser de multiples modifications simultanées s’alignent parfaitement avec l’expertise et le savoir-faire de Cellectis. La technologie d’édition du génome TALEN de Cellectis contribuera grandement à la réussite de ce projet », ajoute George Church.

Toutes les séquences d’ADN codant pour une protéine dans le génome d’une cellule sont constituées de codons triplets contenant trois des quatre bases nucléiques A, T, G et C. De plus, le début d’une séquence d’ADN codant pour une protéine est signalé par un codon START et sa fin est signalée par un codon STOP permettant la traduction appropriée de l’ADN dans les séquences d’acides aminés des protéines. Comme la plupart des acides aminés sont codés de façon redondante par deux à six codons triplets, George Church et son équipe cherchent à se concentrer sur l’utilisation des codons pour des acides aminés spécifiques de quatre à six codons.

Pour ce faire, l’équipe déploiera des enzymes TALEN® adaptées aux séquences pour aider à modifier les codons à 400 000 emplacements dans les régions codant pour les protéines du génome humain. Le laboratoire peut alors supprimer les gènes codant pour les molécules d’ARN connues sous le nom d’ARN de transfert dont les cellules avaient besoin auparavant lors de leur synthèse protéique pour ajouter des acides aminés correspondant aux codons éliminés.

« Nous sommes impatients de débuter cette collaboration avec le Wyss Institute et le groupe de travail de George Church sur ce projet particulièrement intéressant qui mettra à profit la technologie d’édition du génome de Cellectis pour réécrire le génome entier de l’homme et d’autres espèces » a déclaré André Choulika, Président-directeur général de Cellectis. « La précision, la performance et la flexibilité de la technologie TALEN® en font la plateforme d’édition de gènes idéale pour ce projet à la pointe de l’innovation. »

Cette simplification de la partie codante de la protéine du génome peut empêcher les virus, qui ont besoin du répertoire complet des codons pour produire leurs propres protéines, de détourner le mécanisme de synthèse de protéines des cellules hôtes. Elle permettra également aux chercheurs de reformuler les codons d’acides aminés éliminés pour l’incorporation d’acides aminés synthétiques non standards qui peuvent permettre de nouvelles fonctions protéiques et fournir un moyen fiable de contenir des lignées cellulaires recodées en laboratoire ou dans un environnement industriel.

« Le projet Recode et le partenariat entre les chercheurs en biologie de synthèse du Wyss Institute et ceux de la société Cellectis représentent un nouveau domaine d’application majeur pour l’ingénierie des génomes qui pourrait ouvrir de nouvelles voies pour la prévention des maladies infectieuses, la bioproduction, la transplantation d’organes et la médecine régénérative, » a déclaré le Fondateur et Directeur du Wyss Institute, Donald Ingber, qui est également Professeur de la chaire Judah Folkman en biologie vasculaire au HMS et du programme de biologie vasculaire au Boston Children’s Hospital, ainsi que Professeur de bioingénierie à Harvard John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences.

Source : Cellectis








MyPharma Editions

Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Publié le 21 janvier 2019
Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Servier et Taiho Oncology, filiale de Taiho Pharmaceutical, ont annoncé conjointement que les données d’innocuité et d’efficacité, dans le sous-groupe de patients ayant subi une gastrectomie, de l’essai mondial de phase III TAGS évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil, TAS-102) chez des patients atteints d’un cancer gastrique métastatique (CGm), étaient cohérentes avec les résultats d’études globaux publiés dans The Lancet Oncology.

Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l’adulte

Publié le 18 janvier 2019
Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l'adulte

Le Comité consultatif des médicaments pour le traitement des maladies endocrinologiques et métaboliques (EMDAC, Endocrinologic and Metabolic Drugs Advisory Committee) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’est prononcé dans le cadre de l’approbation de Zynquista™* (sotagliflozin), par 8 voix contre 8, sur la question de savoir si les bénéfices globaux l’emportaient sur les risques.

François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Publié le 18 janvier 2019
François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Virbac a annoncé l’arrivée de François Fournier au poste de président-directeur général de Virbac Amérique du Nord à compter du 7 janvier 2019. Il a pour mission principale de diriger et développer l’ensemble des activités nord-américaines de Virbac, en adéquation avec la stratégie globale du groupe Virbac.

Erytech présente un poster sur l’étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Publié le 18 janvier 2019
Erytech présente un poster sur l'étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Erytech, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé que le poster intitulé « TRYbeCA-1 : une étude de Phase 3 randomisée avec eryaspase en association avec une chimiothérapie, comparée à une chimiothérapie seule, pour un traitement en seconde ligne chez des patients atteints d’un adénocarcinome du pancréas (NCT03665441) » sera présenté lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2019 à San Francisco, aux États-Unis.

Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Publié le 18 janvier 2019
Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Janssen, la société pharmaceutique de Johnson & Johnson, a annoncé que la Commission européenne (CE) a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’Erleada® (apalutamide), un inhibiteur oral de prochaine génération des récepteurs androgéniques pour le traitement des adultes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique (CPRCnm) et qui présentent un risque élevé de développer une forme métastatique de la maladie.

Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l’homme d’une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Publié le 17 janvier 2019
Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l'homme d'une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Ipsen a annoncé que les résultats de la première étude chez l’homme d’une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La neurotoxine botulique recombinante de sérotype E (rBoNT-E) d’Ipsen a été étudiée dans le cadre d’une étude de phase I qui a caractérisé son profil de sécurité et de tolérance chez des volontaires sains (1).

Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center

Publié le 17 janvier 2019
Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children's Hospital Medical Center

Knopp Biosciences, société américaine qui développe des médicaments visant à fournir des traitements révolutionnaires pour les maladies inflammatoires et neurologiques, a annoncé aujourd’hui l’élargissement de son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center afin d’examiner de plus près le mécanisme d’action du candidat-médicament phare de Knopp, le dexpramipexole, qui diminue le nombre d’éosinophiles.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions