Edition du 17-10-2018

Mediator : sale temps pour l’industrie pharmaceutique

Publié le lundi 17 janvier 2011

Tout le monde en prend pour son grade. Comme on pouvait le deviner, le rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) sur l’ « affaire Mediator » n’épargne ni les acteurs, ni les autorités sanitaires, ni bien sûr le laboratoire Servier dont le président Jacques Servier est d’ailleurs cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nanterre le 11 février prochain.

La grande lessive : et, de l’avis des connaisseurs du dossier, ce n’est pas fini. Les principaux points du rapport de l’Igas font figure de réquisitoire : Xavier Bertrand qui souhaite également être entendu par les missions parlementaires, fait preuve d’une incontestable détermination. Dans cette affaire, l’Etat n’a pas tourné autour du pot, il a même réagi avec une célérité qui ne lui est pas coutumière. Il est vrai qu’après tant d’années d’inertie et d’aveuglement, c’était le moins qu’il pût faire. D’autant que d’autres scandales Mediator restent à craindre si rien n’est fait pour redonner crédit aux agences sanitaires (notamment l’Afssaps, qui fait largement les frais du rapport) dans le domaine des Autorisations de mise sur le marché (AMM) et de la pharmacovigilance. Le gros du travail est incontestablement là : comment en effet réhabiliter une politique du médicament aujourd’hui flétrie par un scandale qui fait figure de caricature. Pour l’opinion publique, la messe est dite : elle qui faisait déjà très moyennement confiance au médicament, la voici confortée dans la méfiance et le déni qui s’étaient durablement installés depuis l’affaire du sang contaminé, l’hormone de croissance, le Vioxx et autres drames et ratés qui émaillent l’histoire récente de la santé publique. Le ministre a du pain sur la planche : il doit agir vite s’il entend en effet « rebâtir un nouveau système de sécurité sanitaire » dans des délais acceptables pour être crédibles. Chiche ? Plutôt, oui. Le ministre ne baissera pas les bras : l’enjeu est trop important. D’autant que le scandale est loin d’être éteint : les procédures judiciaires et les missions parlementaires se chargeront de le remettre sur le devant de la scène aussi souvent que possible.

Quelles conséquences pour les labos ?
Restent les labos : la brebis galeuse a contaminé toute la profession. Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt : désormais, pour lancer un nouveau médicament, il y aura du boulot. Un véritable parcours du combattant, semé des embûches les plus redoutables : service médical rendu examiné à la loupe, fixation des prix a minima, pharmacovigilance renforcée (confiée à l’InVS ?) : il y aura du sport. Sans même évoquer les conséquences de la mise sous haute surveillance de la visite médicale (déjà très encadrée), les laboratoires pharmaceutiques -qui n’étaient pas à la fête depuis quelques années- vont entamer un long purgatoire qui ne sera pas sans conséquence sur leur chiffre d’affaires et donc sur l’emploi. Si l’industrie pharmaceutique occupe la très enviable position de 4ème exportateur français, elle emploie actuellement quelque 100 000 personnes, ce qui est loin d’être négligeable. Et, pour parfaire la noirceur du tableau, elle a les mains vides, ou plutôt, son portefeuille de recherche et développement est quasiment plat. Ses médicaments vedette, les fameux blockbusters, tombent pour la plupart cette année dans le domaine public, subissant de plein fouet l’ « effet de falaise » c’est-à-dire une baisse spectaculaire de leurs revenus puisque ces produits deviennent immédiatement « généricables ». Mauvaise limonade… gâchée en grande partie par la faute de Servier dont les agissements et les manquements n’étonnent guère les connaisseurs du milieu. Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui c’est que l’avenir du laboratoire est très compromis, ce qui n’indignera personne. Le problème se pose maintenant pour l’ensemble de la profession qui se demande à présent comment elle va pouvoir réparer les pots cassés. Pour l’heure, elle fait profil bas, limitant ses actions de communication au strict nécessaire : certaines manifestations culte dans le métier sont d’ores et déjà reportées sinon ajournées. Les labos sont un peu dans la même posture (inconfortable) que l’Eglise -et la ressemblance ne s’arrête pas là… Comment en effet faire son aggiornamento sans jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

Publié le 17 octobre 2018
Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

À l’occasion de la Journée Mondiale contre la Douleur, Theranexus, société biopharmaceutique innovante dans le traitement des maladies neurologiques et pionnière dans le développement de candidats médicaments agissant sur l’interaction entre neurones et cellules gliales, annonce son objectif de lancer au premier semestre 2019 une étude clinique de phase 2 dans le traitement des douleurs neuropathiques avec son candidat médicament THN 101.

GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

Publié le 17 octobre 2018
GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

GeNeuro, a annoncé, suite aux données positives résultant de sa collaboration avec le NINDS, un organisme faisant partie du NIH (National Institutes of Health) aux États-Unis, sur des modèles précliniques de sclérose latérale amyotrophique (SLA), que la société a signé une licence exclusive mondiale portant sur un programme de développement d’anticorps bloquant l’activité des pHERV-K Env, une protéine d’enveloppe rétrovirale codée par un membre pathogène de la famille des rétrovirus endogènes humains HERV-K, jouant potentiellement un rôle clé dans la pathogénie de la SLA.

Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Publié le 17 octobre 2018
Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Sarepta Therapeutics, une société américaine leader dans la médecine de précision génétique pour traiter des maladies rares, a annoncé la signature d’un accord de licence avec Lysogene, une société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), pour développer LYS-SAF302, une thérapie génique visant à traiter la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Publié le 16 octobre 2018
Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé avoir reçu le versement d’un montant initial de 16 millions d’euros au titre du prêt non-dilutif conclu avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) annoncé le 26 juillet 2018.

Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Publié le 16 octobre 2018
Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Le prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018* a été attribué le 16 octobre 2018 au Professeur Michel Sadelain, Directeur du centre d’ingénierie cellulaire au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (New York).

Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Publié le 16 octobre 2018
Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Oncodesign et le Centre Georges François Leclerc (CGFL), centre de lutte contre le cancer de Bourgogne, ont annoncé aujourd’hui la présentation des résultats détaillés des deux premières étapes de leur étude clinique dans le cancer du poumon à l’occasion de la 31e édition de l’EANM1 qui se tient du 13 au 17 Octobre 2018 à Düsseldorf en Allemagne.

Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Publié le 16 octobre 2018
Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Inventiva, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé la dernière visite du dernier patient inclus dans l’étude de Phase IIb FASST (For A Systemic Sclerosis Treatment), ainsi que la deuxième analyse positive du Data Safety Monitoring Board (DSMB) concernant son étude de Phase IIb NATIVE (NASH Trial to Validate IVA337 Efficacy), ces deux études étant menées avec le lanifibranor.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions