Edition du 23-01-2019

Mediator : sale temps pour l’industrie pharmaceutique

Publié le lundi 17 janvier 2011

Tout le monde en prend pour son grade. Comme on pouvait le deviner, le rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) sur l’ « affaire Mediator » n’épargne ni les acteurs, ni les autorités sanitaires, ni bien sûr le laboratoire Servier dont le président Jacques Servier est d’ailleurs cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Nanterre le 11 février prochain.

La grande lessive : et, de l’avis des connaisseurs du dossier, ce n’est pas fini. Les principaux points du rapport de l’Igas font figure de réquisitoire : Xavier Bertrand qui souhaite également être entendu par les missions parlementaires, fait preuve d’une incontestable détermination. Dans cette affaire, l’Etat n’a pas tourné autour du pot, il a même réagi avec une célérité qui ne lui est pas coutumière. Il est vrai qu’après tant d’années d’inertie et d’aveuglement, c’était le moins qu’il pût faire. D’autant que d’autres scandales Mediator restent à craindre si rien n’est fait pour redonner crédit aux agences sanitaires (notamment l’Afssaps, qui fait largement les frais du rapport) dans le domaine des Autorisations de mise sur le marché (AMM) et de la pharmacovigilance. Le gros du travail est incontestablement là : comment en effet réhabiliter une politique du médicament aujourd’hui flétrie par un scandale qui fait figure de caricature. Pour l’opinion publique, la messe est dite : elle qui faisait déjà très moyennement confiance au médicament, la voici confortée dans la méfiance et le déni qui s’étaient durablement installés depuis l’affaire du sang contaminé, l’hormone de croissance, le Vioxx et autres drames et ratés qui émaillent l’histoire récente de la santé publique. Le ministre a du pain sur la planche : il doit agir vite s’il entend en effet « rebâtir un nouveau système de sécurité sanitaire » dans des délais acceptables pour être crédibles. Chiche ? Plutôt, oui. Le ministre ne baissera pas les bras : l’enjeu est trop important. D’autant que le scandale est loin d’être éteint : les procédures judiciaires et les missions parlementaires se chargeront de le remettre sur le devant de la scène aussi souvent que possible.

Quelles conséquences pour les labos ?
Restent les labos : la brebis galeuse a contaminé toute la profession. Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt : désormais, pour lancer un nouveau médicament, il y aura du boulot. Un véritable parcours du combattant, semé des embûches les plus redoutables : service médical rendu examiné à la loupe, fixation des prix a minima, pharmacovigilance renforcée (confiée à l’InVS ?) : il y aura du sport. Sans même évoquer les conséquences de la mise sous haute surveillance de la visite médicale (déjà très encadrée), les laboratoires pharmaceutiques -qui n’étaient pas à la fête depuis quelques années- vont entamer un long purgatoire qui ne sera pas sans conséquence sur leur chiffre d’affaires et donc sur l’emploi. Si l’industrie pharmaceutique occupe la très enviable position de 4ème exportateur français, elle emploie actuellement quelque 100 000 personnes, ce qui est loin d’être négligeable. Et, pour parfaire la noirceur du tableau, elle a les mains vides, ou plutôt, son portefeuille de recherche et développement est quasiment plat. Ses médicaments vedette, les fameux blockbusters, tombent pour la plupart cette année dans le domaine public, subissant de plein fouet l’ « effet de falaise » c’est-à-dire une baisse spectaculaire de leurs revenus puisque ces produits deviennent immédiatement « généricables ». Mauvaise limonade… gâchée en grande partie par la faute de Servier dont les agissements et les manquements n’étonnent guère les connaisseurs du milieu. Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui c’est que l’avenir du laboratoire est très compromis, ce qui n’indignera personne. Le problème se pose maintenant pour l’ensemble de la profession qui se demande à présent comment elle va pouvoir réparer les pots cassés. Pour l’heure, elle fait profil bas, limitant ses actions de communication au strict nécessaire : certaines manifestations culte dans le métier sont d’ores et déjà reportées sinon ajournées. Les labos sont un peu dans la même posture (inconfortable) que l’Eglise -et la ressemblance ne s’arrête pas là… Comment en effet faire son aggiornamento sans jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Cancer colorectal: Pierre Fabre & Array BioPharma annoncent des résultats de l’étude de Phase 3 BEACON CRC

Publié le 23 janvier 2019
Cancer colorectal: Pierre Fabre & Array BioPharma annoncent des résultats de l'étude de Phase 3 BEACON CRC

Pierre Fabre et Array BioPharma ont annoncé les résultats actualisés d’innocuité et d’efficacité, dont les données matures de survie globale, issues de la partie « Safety-Lead in » (évaluation de la sécurité d’administration) de l’étude de phase 3 BEACON CRC qui a évalué la triple association de BRAFTOVI® (encorafenib), un inhibiteur de BRAF, MEKTOVI® (binimetinib), […]

Polepharma : Stéphane Calmar élu Vice-président Affaires Publiques

Publié le 22 janvier 2019
Polepharma : Stéphane Calmar élu Vice-président Affaires Publiques

Le conseil d’administration de Polepharma a élu, jeudi 17 janvier 2019, Stéphane Calmar à la vice-présidence Affaires Publiques du cluster pharmaceutique. Stéphane Calmar occupe aujourd’hui le poste de Directeur des Affaires Corporate des Laboratoires Novo Nordisk.

Samsung Bioepis : la FDA américaine approuve l’Ontruzant® aux États-Unis

Publié le 22 janvier 2019
Samsung Bioepis : la FDA américaine approuve l’Ontruzant® aux États-Unis

Samsung Bioepis a annoncé que l’agence américaine des médicaments (FDA) avait approuvé l’Ontruzant® (trastuzumab-dttb), un biosimilaire référençant le Herceptin® 1 (trastuzumab), pour toutes les indications éligibles, à savoir le traitement adjuvant du cancer du sein surexprimant HER2, du cancer du sein métastatique, et de l’adénocarcinome de la jonction œso-gastrique, ou du cancer gastrique métastatique, chez des patients qui n’ont pas reçu de traitement préalable pour une maladie métastatique.

GeNeuro : des résultats positifs de Phase 1 pour Temelimab dans une étude à hautes doses

Publié le 22 janvier 2019
GeNeuro : des résultats positifs de Phase 1 pour Temelimab dans une étude à hautes doses

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurologiques et les maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP) ou le diabète de type 1, a annoncé des résultats positifs de sécurité et de tolérance, dans le cadre d’une étude de Phase 1 évaluant l’administration à hautes doses de temelimab (GNbAC1) pour le traitement de la SEP et d’autres maladies auto-immunes.

Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Publié le 21 janvier 2019
Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Servier et Taiho Oncology, filiale de Taiho Pharmaceutical, ont annoncé conjointement que les données d’innocuité et d’efficacité, dans le sous-groupe de patients ayant subi une gastrectomie, de l’essai mondial de phase III TAGS évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil, TAS-102) chez des patients atteints d’un cancer gastrique métastatique (CGm), étaient cohérentes avec les résultats d’études globaux publiés dans The Lancet Oncology.

Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l’adulte

Publié le 18 janvier 2019
Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l'adulte

Le Comité consultatif des médicaments pour le traitement des maladies endocrinologiques et métaboliques (EMDAC, Endocrinologic and Metabolic Drugs Advisory Committee) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’est prononcé dans le cadre de l’approbation de Zynquista™* (sotagliflozin), par 8 voix contre 8, sur la question de savoir si les bénéfices globaux l’emportaient sur les risques.

François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Publié le 18 janvier 2019
François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Virbac a annoncé l’arrivée de François Fournier au poste de président-directeur général de Virbac Amérique du Nord à compter du 7 janvier 2019. Il a pour mission principale de diriger et développer l’ensemble des activités nord-américaines de Virbac, en adéquation avec la stratégie globale du groupe Virbac.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions