Edition du 11-05-2021

Médicaments de ville : les dépenses reculent à nouveau en 2013

Publié le jeudi 10 avril 2014

Selon un communiqué de l’Assurance maladie, les remboursements de médicaments de ville ont enregistré une baisse de -0,4% en 2013, représentant 22,6 mds € contre 22,7 mds € en 2012. Après la baisse de -0,8% des montants de ces dépenses en 2012, c’est donc la seconde année consécutive de baisse.

« La décroissance des dépenses se confirme et, avec elle, la mobilisation de la plupart des acteurs du système de santé, avec des actions de plus en plus sensibles en faveur du respect des objectifs de l’Ondam pour l’année 2013 : baisses de prix, actions étendues de maîtrise médicalisée, poursuite des objectifs liés à l’entrée en vigueur du dispositif tiers-payant contre génériques,… », indique l’Assurance maladie.

Au total, en 2013, les dépenses de l’assurance maladie obligatoire au titre des médicaments délivrés en officine ou rétrocédés diminuent de 95 M€, mais cette orientation à la baisse masque des évolutions divergentes :

D’un côté, comme en 2012, l’année 2013 a été marquée par des baisses tarifaires significatives du prix des médicaments, qui ont contribué à ralentir les dépenses de – 3,8 % au total. Les économies ainsi engendrées par les baisses de prix ont réduit les dépenses de 853 M€ en 2013 par rapport à 2012, dont 818 M€ sur le médicament délivré en officine.

De même, la dynamique de la substitution générique a contribué à infléchir les dépenses de – 2,2% en 2013. Initiée mi-2012 par le renforcement du dispositif « tiers payant contre génériques » et par la mise en place de la rémunération sur objectifs des pharmaciens, cette dynamique s’est consolidée en 2013 et le taux de substitution s’est stabilisé autour de 82%. Les économies imputables aux génériques s’élèvent à 1,6 mds € en 2013.

De l’autre, on assiste à une hausse des volumes de prescriptions en 2013 par rapport à 2012 puisque les quantités remboursées augmentent de +1,2%. Cet accroissement s’explique cependant en partie par le contexte épidémiologique défavorable de l’hiver 2013 (épidémie de grippe, de gastroentérite,…).

La tendance à prescrire, à nombre de boites égal, des médicaments de plus en plus onéreux (phénomène dit d’effet de structure) reste également positive. Les effets de structure contribuent à accroître de +3,1 % le poids des dépenses en 2013. Ils sont cette année singulièrement élevés au sein de classes comme les traitements du cancer, les antiagrégants-antithrombotiques et les antidiabétiques.

Un taux de prise en charge plus élevé, contribe à une augmentation des dépenses de +1,2 % en 2013. Cette tendance résulte principalement de l’augmentation du poids des médicaments pris en charge à 100%.

Au global, l’année 2013 a ainsi été marquée par une nouvelle baisse des dépenses, mais celle-ci est légèrement moindre que celle observée l’an dernier (-0,4% contre -0,8%).

Selon l’Assurance Maladie, « il subsiste toujours des marges de progression significatives et l’effort doit se poursuivre ». « Lorsque l’on compare la France à ses principaux voisins européens, on constate que l’écart de coût avec les moyennes européennes continue de se réduire. Cette convergence relative provient à la fois de la diminution importante des prix des médicaments depuis 2009 mais aussi d’une modération dans la croissance des volumes consommés plus prononcée en France », estime la CNAMTS.

Selon elle, « d’importants leviers d’action existent et doivent perdurer « : augmentation des résultats sur les objectifs liés à la rémunération sur objectif de santé publique chez les prescripteurs et les pharmaciens, renforcement des actions de maîtrise médicalisée pour un bon usage du médicament à la fois en ville et à l’hôpital…

De plus, de nouvelles actions de maîtrise médicalisée vont être menées par l’Assurance Maladie auprès des prescripteurs cette année. Ce sera notamment le cas sur les nouveaux anticoagulants oraux (NACO), les hypolipidémiants ou bien encore sur les nouveaux anti-diabétiques.

Source : Dépenses de médicaments de ville en 2013 – Assurance Maladie








MyPharma Editions

Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Publié le 11 mai 2021
Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Xenothera a annoncé la signature d’un contrat de réservation de 30.000 doses unitaires de XAV-19 avec le Ministère de la Santé et des Solidarités français. Le XAV-19 est l’anticorps polyclonal anti-SARS-CoV-2 développé en France par la biotech nantaise, sur la base de sa technologie d’anticorps glyco-humanisés. Ce traitement est destiné aux patients atteints de COVID modérée, pour éviter l’aggravation de la maladie et un transfert en réanimation.

MATWIN distingue quatre projets novateurs dans la lutte contre les cancers

Publié le 11 mai 2021
MATWIN distingue quatre projets novateurs dans la lutte contre les cancers

MATWIN, accélérateur national français spécialisé en oncologie et filiale d’Unicancer, a annoncé les quatre lauréats distingués par ses deux jurys réunis en session numérique du 3 au 5 mai derniers en marge de la 6e édition de sa Convention Partnering MEET2WIN dédiée à l’oncologie.

COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l’UE en matière de traitements

Publié le 10 mai 2021
COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l'UE en matière de traitements

La Commission européenne vient de proposer, en complément de la stratégie de l’UE pour les vaccins, une stratégie en matière de traitements contre la COVID-19. Objectif : encourager la mise au point et la disponibilité de traitements plus que nécessaires pour lutter contre cette maladie, y compris dans le traitement de la «COVID longue». La stratégie proposée couvre l’ensemble du cycle de vie des médicaments: de la recherche, du développement et de la fabrication à la passation de marchés et au déploiement.

Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d’UPSA

Publié le 6 mai 2021
Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d'UPSA

Le groupe Taisho Pharmaceutical vient d’annoncer la nomination d’Isabelle Van Rycke en tant que présidente et CEO du laboratoire UPSA à compter du 10 mai 2021.

GSK : Benlysta approuvé dans l’UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

Publié le 6 mai 2021
GSK : Benlysta approuvé dans l'UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer que la Commission européenne a approuvé l’utilisation de BENLYSTA (bélimumab) par voie intraveineuse et sous-cutanée, pour le traitement des patients adultes atteints de glomérulonéphrite lupique (GNL) active, en association avec des immunosuppresseurs.

Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Publié le 6 mai 2021
Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Sanofi vient de conclure une collaboration de trois ans avec la Faculté de médecine de l’Université de Stanford. Ensemble, et grâce à des échanges scientifiques ouverts, les deux organisations et leurs chercheurs s’emploieront à approfondir les connaissances en immunologie et inflammation.

Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Publié le 5 mai 2021
Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Gustave Roussy et le consortium WIN (Worldwide Innovative Networking) pour la médecine personnalisée du cancer s’associent pour faire progresser la recherche et l’innovation en cancérologie.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents