Edition du 18-05-2021

Médicaments de ville : une baisse inédite des dépenses en 2012

Publié le mercredi 29 mai 2013

Selon l’Assurance maladie, les remboursements de médicaments de ville ont enregistré en 2012 une baisse de 0,8%, soit 22,66 mds € contre 22,84 mds € en 2011. Trois facteurs expliquent ce recul : les baisses tarifaires, la substitution des génériques et la baisse des volumes qui s’est poursuivie. Les médicaments de spécialités pour les pathologies lourdes et graves sont le principal moteur de croissance des dépenses et progressent de 421 M€ sur l’année.

« Après la stabilité enregistrée en 2011, cette baisse constitue un facteur déterminant dans le respect des objectifs de l’Ondam pour l’année 2012, les médicaments représentant le 1er poste de dépenses pour les soins de ville », estime l’assurance maladie. Trois principaux facteurs expliquent ce recul des montants remboursés :

– L’année 2012 a été marquée par des baisses tarifaires significatives, générant une économie de plus de 830 M€ au total (contre 479 M€ en 2011).

– L’accord conventionnel conclu entre l’Assurance Maladie et les représentants des pharmaciens d’officine en avril 2012 pour redynamiser la substitution des génériques par le renforcement du dispositif « tiers-payant contre génériques », associé aux autres mesures conventionnelles mises en oeuvre, a permis d’enregistrer un bond de près de 12 points du taux de substitution générique. Celui-ci a ainsi atteint 83,6% à fin 2012 contre 71,7% en avril 2012.

Au total, les médicaments génériques ont généré une économie de près d’1,5 md € sur l’année, un montant deux fois plus élevé qu’en 2007. Les exemples de plusieurs médicaments phares ayant perdu leur brevet illustrent le potentiel d’économies liées aux médicaments génériques : ainsi, Tahor®, statine indiquée dans le traitement de l’hypercholestérolémie et 1er médicament remboursé en 2010 et 2011, se situe à la 7ème place de ce classement en 2012. 115 M€ d’économies ont été réalisées sur l’année, après sa générication en mai 2012.

– En 2012, la baisse des volumes observée en 2011 (-0,8%) s’est poursuivie (-1,3%), concernant la majorité des classes thérapeutiques : anti-inflammatoires, antiostéoporotiques, anti-alzheimer, psychotropes… Cette diminution des prescriptions s’explique notamment par le déremboursement de médicaments dont le service médical rendu a été considéré comme insuffisant par la Haute Autorité de Santé.

« Les mesures d’accompagnement des professionnels de santé, déployées par l’Assurance Maladie et l’ANSM, ainsi que la mise en place de la rémunération sur objectifs de santé publique favorisent également un usage approprié des produits de santé », estime également l’Assurance maladie.

Certains médicaments enregistrent une croissance significative
Parallèlement à ces facteurs de baisse, l’analyse des dépenses de médicaments souligne la concentration de la croissance sur certaines classes thérapeutiques ou au sein d’une même classe thérapeutique, sur certains produits.

Globalement, les médicaments de spécialités prescrits en cas de pathologies lourdes et graves continuent d’être le principal moteur de croissance des dépenses : ils progressent de 421 M€ sur l’année, tandis que les médicaments pour le traitement des pathologies chroniques et des épisodes aigus diminuent respectivement de 473 M€ et de 143 M€.

Plusieurs classes thérapeutiques ou médicaments voient ainsi leurs dépenses augmenter de manière soutenue :

– Les traitements des hépatites (+68,7%) avec l’arrivée sur le marché de deux nouveaux médicaments : Incivo® et Victrelis®.
– Les médicaments anti-rhumatismaux spécifiques (+15,2%), dont la croissance est étroitement liée à celles d’Humira® et des anti-TNF alpha, médicaments indiqués notamment dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn.

– Les traitements de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) (+25,3%) : Lucentis® a enregistré une forte croissance en 2012, devenant le 1er médicament remboursé (389 M€).

Certains médicaments, indiqués dans le traitement de maladies chroniques, enregistrent également une croissance significative :

– Les médicaments anti-diabétiques progressent fortement depuis la fin des années 2000 (+5,6% en 2012 et +6,8% en 2011). Cette progression s’explique par la croissance des médicaments antidiabétiques récents (analogues du GLP1 et inhibiteurs de la DPP4) alors même que ces nouveaux médicaments apportent peu de bénéfices par rapport aux traitements de référence génériqués. (ASMR IV ou ASMR V).

– Dans le traitement du cholestérol, alors que la classe des hypolipémiants voit ses dépenses diminuer de 7,1% en 2012 (baisses de prix, médicaments génériques), les montants remboursés de Crestor® augmentent de 9,2%. Ce médicament, pourtant recommandé comme les autres statines disponibles sur le marché et génériquées, bénéficie toujours d’un volume de prescriptions important et figure au 3ème rang des médicaments remboursés.

« Ainsi, si le dynamisme de certaines classes ou de certains médicaments est lié à une réelle innovation thérapeutique et traduit un progrès important dans le traitement de pathologies graves notamment, l’augmentation de certains produits traduit encore la persistance d’un phénomène de « fuite » hors du répertoire. Dans ce cadre, le progrès thérapeutique apporté par ces médicaments ne semble pas en accord avec la croissance des dépenses supportées par la collectivité », estime l’Assurance maladie.

A lire aussi : Le Top 10 des médicaments les plus vendus en France

Source : CNAMTS








MyPharma Editions

COVID-19 : OSE Immunotherapeutics obtient un nouveau financement public de 10,7 millions d’euros pour le développement de son vaccin multi-cibles et multi-variants

Publié le 18 mai 2021
COVID-19 : OSE Immunotherapeutics obtient un nouveau financement public de 10,7 millions d’euros pour le développement de son vaccin multi-cibles et multi-variants

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir obtenu un financement public de 10,7 millions d’euros dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt « Capacity Building », opéré pour le compte de l’état par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) et du plan France Relance afin de soutenir le programme de développement de CoVepiT, son vaccin multi-variants contre la COVID-19 en cours de Phase 1 clinique.

Advicenne : la FDA accepte le protocole modifié de l’étude de phase III pour son traitement de l’acidose tubulaire rénale distale (ATRd)

Publié le 18 mai 2021
Advicenne : la FDA accepte le protocole modifié de l'étude de phase III pour son traitement de l'acidose tubulaire rénale distale (ATRd)

Advicenne, société pharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants pour les personnes souffrant de maladies rénales rares, a annoncé l’acceptation par la Food and Drug Administration (FDA – autorité de santé américaine) du protocole modifié de l’essai pivot de phase III mené aux États-Unis avec ADV7103 (Sibnayal™) dans l’acidose tubulaire rénale distale primaire (ATRd).

COVID-19 : l’essai de phase II du candidat-vaccin de Sanofi et GSK induit une forte réponse immunitaire chez les adultes

Publié le 17 mai 2021
COVID-19 : l’essai de phase II du candidat-vaccin de Sanofi et GSK induit une forte réponse immunitaire chez les adultes

Dans le cadre d’une étude de phase II menée auprès de 722 volontaires, le candidat-vaccin recombinant avec adjuvant contre la COVID-19 de Sanofi et GSK a induit la production de concentrations élevées d’anticorps neutralisants chez les adultes, toutes tranches d’âge confondues, à des niveaux comparables à ceux observés chez des personnes qui s’étaient rétablies d’une infection COVID-19. Une étude pivot internationale de phase III devrait débuter dans les prochaines semaines.

GenSight Biologics : Françoise de Craecker nommée à son Conseil d’administration

Publié le 17 mai 2021
GenSight Biologics : Françoise de Craecker nommée à son Conseil d’administration

GenSight Biologics, société biopharmaceutique dédiée au développement et à la commercialisation de thérapies géniques innovantes pour le traitement des maladies neurodégénératives de la rétine et du système nerveux central, a annoncé la nomination de Françoise de Craecker à son Conseil d’administration, en remplacement de Natalie Mount. Mme de Craecker rejoint le Conseil en qualité d’administrateur indépendant.

Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Publié le 14 mai 2021
Genomic Vision annonce la poursuite de son partenariat avec Sanofi

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, vient d’annoncer avoir terminé avec succès le premier volet d’un accord de recherche en trois parties pour la caractérisation génétique des banques de cellules de Sanofi.

Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Publié le 12 mai 2021
Cellectis et Sanofi s’associent pour utiliser l’alemtuzumab en tant qu’agent lymphodéplétant pour les CAR-T allogéniques

Cellectis, une société biopharmaceutique de phase clinique spécialisée dans le développement d’immunothérapies fondées sur les cellules CAR-T allogéniques ingéniérées (UCART) et Sanofi, ont annoncé la signature d’un partenariat et d’un contrat d’approvisionnement concernant l’alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52, qui sera utilisé dans le cadre du régime de lymphodéplétion dans certains essais cliniques propriétaires de Cellectis évaluant les cellules UCART.

Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Publié le 12 mai 2021
Ipsen exerce son option de licence et rejoint Exelixis dans le développement de Cabometyx® pour les patients atteints de cancer de la thyroïde

Ipsen a annoncé aujourd’hui avoir exercé son option de collaboration avec Exelixis dans l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311. L’étude COSMIC-311 évalue Cabometyx® (cabozantinib) 60 mg par rapport à un placebo chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif ayant progressé après un à deux traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR)2.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents