Edition du 06-12-2022

Médicaments essentiels : l’OMS publie la nouvelle édition de sa liste modèle

Publié le mardi 12 mai 2015

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de publier la nouvelle édition de sa liste modèle des médicaments essentiels, qui comprend entre autres des traitements novateurs contre l’hépatite C, un certain nombre de cancers (notamment le cancer du sein et la leucémie) ainsi que la tuberculose multirésistante.

La réunion du vingtième Comité d’experts sur la sélection et l’utilisation des médicaments essentiels s’est tenue du 20 au 24 avril 2015 au Siège de l’OMS. Le Comité d’experts, composé de spécialistes reconnus du monde universitaire, de la recherche et des professions médicale et pharmaceutique,  a étudié 77 demandes d’ajouts de médicaments à la 18e liste modèle de l’OMS des médicaments essentiels et à la 4e liste modèle de l’OMS des médicaments essentiels destinés à l’enfant.

Cette année, le Comité a souligné « combien il était urgent de prendre des mesures visant à promouvoir un accès et une utilisation équitables de plusieurs nouveaux médicaments hautement efficaces, dont certains coûtent actuellement trop cher, même pour les pays à revenu élevé ».

«Lorsque de nouveaux médicaments efficaces apparaissent pour traiter des maladies graves et répandues en toute sécurité, il est fondamental de garantir que toutes les personnes ayant besoin de ces médicaments puissent les obtenir», a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan. «Le fait de les inscrire sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS est un premier pas dans cette direction.»

De nouveaux traitements contre l’hépatite C
L’hépatite C touche environ 150 millions de personnes et tue environ 500 000 personnes dans le monde chaque année, lorsqu’une infection chronique évolue vers la cirrhose et le cancer du foie. La maladie est présente aussi bien dans les pays à revenu élevé que dans les pays à revenu faible, avec des concentrations plus élevées dans plusieurs pays à revenu faible ou intermédiaire.

Encore tout récemment, le traitement contre la maladie ne présentait que peu d’avantages thérapeutiques et avait de graves effets secondaires. Cinq nouveaux médicaments – des antiviraux à action directe par voie orale – sont récemment arrivés sur le marché. La forme chronique de l’hépatite C, qui était une maladie à peine contrôlable, est devenue une maladie curable grâce à ces médicaments, qui ont peu d’effets secondaires et sont très bien tolérés par les patients. Ces cinq produits, notamment le sofosbuvir et le daclatasvir, ont été inscrits dans la liste. « Néanmoins, leur prix élevé les met hors de la portée de la plupart des gens qui en ont besoin », souligne l’OMS..

«Les traitements contre l’hépatite C évoluent rapidement, avec plusieurs nouveaux médicaments sûrs et très efficaces qui sont arrivés sur le marché et de nombreux autres en cours de développement», a expliqué le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général chargé des systèmes de santé et de l’innovation. «Si des efforts ont été consentis afin de réduire leur prix pour les pays à revenu faible, en l’absence de stratégies uniformes pour rendre ces médicaments plus abordables à l’échelle mondiale, le potentiel d’amélioration de la santé publique sera bien moindre.»

Cancers : 16 nouveaux médicaments dans la liste
Les cancers figurent parmi les principales causes de morbidité et de mortalité dans le monde, avec environ 14 millions de nouveaux cas et 8,2 millions de décès liés au cancer en 2012. Le nombre de nouveaux cas devrait augmenter d’environ 70% au cours des deux prochaines décennies. De nouvelles percées ont été réalisées en matière de traitement contre le cancer ces dernières années, ce qui a poussé l’OMS à réviser cette année l’ensemble de la partie consacrée au cancer dans la liste des médicaments essentiels : 52 produits ont été étudiés et 30 traitements ont été confirmés, avec l’inclusion de 16 nouveaux médicaments dans la liste.

«Certains de ces médicaments ont des avantages significatifs pour la survie des malades atteints de cancers très répandus, par exemple le trastuzumab pour le cancer du sein», a déclaré le Dr Kees De Joncheere, Directeur, Médicaments essentiels. «D’autres schémas hérapeutiques pour des cancers rares comme la leucémie et le lymphome, qui peuvent soigner jusqu’à 90% des patients, ont été ajoutés afin de fixer une norme mondiale.»

La tuberculose reste l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde. En 2013, 9 millions de personnes ont contracté la tuberculose et 1,5 million de personnes en sont mortes. Plus de 95 % des décès dus à la tuberculose se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Alors que pendant environ 45 ans, il n’y avait eu que peu d’innovations au niveau des médicaments contre la tuberculose, cinq nouveaux produits ont été inclus dans la liste des médicaments essentiels. Quatre de ces médicaments, notamment la bédaquiline et la délamanide, luttent contre la tuberculose multirésistante.

Le Comité a également recommandé de soutenir l’utilisation de médicaments hors indications officielles dans les cas où il apparaît clairement que cela présente des avantages non négligeables pour la santé malgré l’absence d’indication homologuée; c’est le cas pour de nombreux médicaments pédiatriques.

«La liste des médicaments essentiels répertorie les médicaments en se fondant sur des données relatives à l’innocuité et à l’efficacité, pas sur les indications approuvées par les autorités nationales ou la disponibilité d’autres produits homologués», a ajouté le Dr De Joncheere. «Par exemple, lorsqu’il a étudié la demande visant à inclure le ranibizumab pour le traitement des maladies oculaires graves comme la dégénérescence maculaire, le Comité s’est penché sur la base de connaissances et sur la différence de prix avec le bévacizumab, le médicament actuellement répertorié. Il a décidé de maintenir le bévacizumab comme médicament de choix, rejetant la demande relative au ranibizumab.»

«Il est important de comprendre que la liste des médicaments essentiels est le point de départ, pas la ligne d’arrivée», a conclu le Dr Kieny. «Son objectif est de donner des orientations concernant le classement des médicaments par ordre de priorité selon des critères cliniques et de santé publique. Le plus difficile est ensuite de faire en sorte que ces médicaments soient effectivement à la disposition des patients.»

– Consulter la liste des médicaments essentiels 2015 – en anglais
– Consulter la liste des médicaments pédiatriques essentiels 2015 – en anglais

Source : OMS








MyPharma Editions

GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Publié le 5 décembre 2022
GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Avec l’intégration de 3 nouveaux membres depuis le mois de septembre – Rachida Saraka, Sara Leclerc et Jean-Marie Cotro – le Comité de Direction de GSK France compte aujourd’hui 14 membres, dont 8 femmes et 6 hommes.

Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Publié le 5 décembre 2022
Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Biogen annonce que l’Agence européenne du médicament (EMA) a accepté d’examiner la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de tofersen, candidat médicament pour le traitement chez l’adulte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) liée au gène SOD1 (superoxide dismutase 1). La SLA- SOD1 est une maladie progressive dont l’issue toujours mortelle touche moins d’un millier de personnes en Europe.2 Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement pour les personnes atteintes de SLA-SOD1.3

Chikungunya : Valneva annonce des données positives à 12 mois sur la persistance des anticorps avec son candidat vaccin à injection unique

Publié le 5 décembre 2022

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui des données positives sur la persistance des anticorps douze mois après la vaccination avec une seule dose de son candidat vaccin contre le chikungunya, VLA1553.

Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Publié le 2 décembre 2022
Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Genopole, biocluster qui regroupe 77 entreprises de biotechnologies et 19 laboratoires académiques, lance un appel à candidatures pour son programme Shaker, tremplin pour les porteurs d’innovations biotech accueillis dès l’idée pour valider scientifiquement leur projet et le transformer en startup. 

Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Publié le 2 décembre 2022
Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Quest for change, réseau de cinq incubateurs d’excellence (Innovact, Quai Alpha, Rimbaud’Tech, SEMIA et The Pool) labellisés par la région, implanté sur six territoires du Grand Est, vient d’annoncer la création de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé. Il bénéficie de l’appui et du soutien de nombreux partenaires institutionnels en France, en Suisse, en Allemagne et à Boston (Etats-Unis), ainsi que de l’écosystème de l’innovation du Grand Est, avec en premier lieu BioValley France et SATT Conectus, partenaires du Consortium DeepEst.

Livraison de médicaments à domicile : Sanofi apporte 1 million d’euros à Livmed’s, la start-up FrenchTech

Publié le 1 décembre 2022

Sanofi vient d’annoncer sa participation comme investisseur principal à la deuxième levée de fonds de Livmed’s, à hauteur de 1 million d’euros. Start-up de la FrenchTech accompagnée par l’accélérateur Future4care, Livmed’s a conçu et développé une application mobile de service de livraison de médicaments et produits de santé pour les patients à domicile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Publié le 1 décembre 2022
Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva ont annoncé aujourd’hui des données sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes six mois après une vaccination avec trois doses (aux mois 0, 2 et 6) ou deux doses (aux mois 0 et 6) de leur candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. Ces données sont les premières obtenues sur la persistance des anticorps dans des populations pédiatriques pour ce candidat vaccin.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents