Edition du 22-10-2020

Médicaments falsifiés : l’EMVO met en place un système de vérification dans l’ensemble de l’UE

Publié le vendredi 8 février 2019

Médicaments falsifiés : l'EMVO met en place un système de vérification dans l’ensemble de l’UEL’Organisation européenne de vérification des médicaments (EMVO) a annoncé aujourd’hui la mise en service du Système européen de vérification des médicaments (EMVS). A partir du 9 février 2019, l’authenticité des médicaments délivrés sur ordonnance en Europe et comportant des dispositifs de sécurité sera vérifiée par l’EMVS.

« En termes d’implication des parties prenantes, d’ampleur et d’utilisation des nouvelles technologies, ce nouveau système est une première mondiale et représente une étape sans précédent dans la prévention de l’entrée de médicaments falsifiés dans la chaîne d’approvisionnement légale », estime l’EMVO dans un communiqué.

L’EMVO a été créée en 2015 conformément aux dispositions légales énoncées dans la FMD (directive 2011/62/UE) et au règlement délégué associé (UE/2016/161). Ses membres sont des organisations représentant des fabricants de produits pharmaceutiques et des importateurs parallèles (Medicines for Europe, FEAIP, EAEPC), des grossistes (GIRP), des pharmaciens communautaires (PGEU) et des hôpitaux et pharmacies d’hôpitaux (EAHP, HOPE). Tous les développements techniques de l’EMVS sont entièrement financés par les fabricants de produits pharmaceutiques et les importateurs parallèles, tandis que les grossistes et les pharmacies contribuent à la gouvernance de l’EMVO et des systèmes nationaux, ce qui signifie que le public ne contribue pas financièrement à l’amélioration de la sécurité de l’approvisionnement en médicaments.

Hugh Pullen, président de l’EMVO, a déclaré: « L’EMVS est doté d’une structure unique: c’est ce qui en fait un système unique en son genre. Il mettra en relation environ 2 000 sociétés pharmaceutiques, 6 000 titulaires d’autorisation de distribution en gros, 140 000 pharmacies, 5 000 pharmacies d’hôpitaux et 2 000 médecins prescripteurs dans 28 pays de l’EEE (1) ».

Il a ajouté: « Il aurait été impossible de parvenir à une telle ampleur sans une équipe EMVO soudée et une solide collaboration entre tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique. » L’EMVO veillera à ce que le système reste techniquement stable et sécurisé et à ce que tous les problèmes soient résolus sans aucune perturbation pour les patients ou la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique. Au-delà de la vision européenne, le système mis en place par l’EMVO pourrait servir de modèle pour garantir l’approvisionnement en médicaments en dehors de l’UE.

Fonctionnement du système

. Les fabricants de produits pharmaceutiques et les importateurs parallèles vont désormais protéger l’emballage de leurs médicaments sur ordonnance au moyen d’un identifiant unique (intégré à une matrice de données bidimensionnelle), et sceller l’emballage avec un dispositif de vérification anti-fraude. Les identifiants uniques sont ensuite téléchargés par le fabricant sur le portail européen (le système EMVS).

. À l’aide d’un logiciel conçu spécialement, les grossistes et les autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement analysent la matrice de données figurant sur l’emballage extérieur du produit afin de vérifier son authenticité lors de son passage dans la chaîne d’approvisionnement. La vérification de l’identifiant unique et l’authentification ont lieu dans le Système national de vérification des médicaments (NMVS). Le portail européen relie les systèmes nationaux afin de les rendre interopérables. C’est également grâce à une connexion sécurisée avec le portail européen que les fabricants de médicaments téléchargent les données des médicaments.

. Avant la délivrance d’un médicament à un patient, l’identifiant unique est retiré de l’EMVS par le pharmacien, le pharmacien d’hôpital ou, dans certains cas particuliers, par le grossiste. Ceci constitue l’ultime mesure de sécurité qui garantit la dernière étape de la vérification de l’authenticité du médicament.

1 Pour l’Italie et la Grèce, la période de transition est plus longue.

Source : EMVO








MyPharma Editions

Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Publié le 22 octobre 2020
Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Alnylam Pharmaceuticals, le chef de file des ARNi thérapeutiques, a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif vis-à-vis de l’approbation du lumasiran, un ARNi thérapeutique expérimental qui cible l’ARNm de l’hydroxyacide-oxydase 1 (HAO1), codant la glycolate oxydase (GO), en cours de développement pour le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1 (HP1). S’il est approuvé par la Commission européenne (CE), le lumasiran sera commercialisé en Europe sous la marque OXLUMO™.

Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Publié le 22 octobre 2020
Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Onxeo a annoncé une nouvelle étape dans le développement clinique d’AsiDNA™ avec le traitement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan1 destinée à évaluer l’effet d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN (DDR), sur la résistance acquise à l’inhibiteur de PARP (PARPi) niraparib dans le traitement d’entretien en deuxième ligne du cancer de l’ovaire en rechute. De premiers résultats de cette étude sont attendus début 2021.

Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Publié le 21 octobre 2020
Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, annonce aujourd’hui que son principal candidat médicament, le setanaxib, a obtenu la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de la cholangite biliaire primitive (CBP).

Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Publié le 21 octobre 2020
Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé des résultats initiaux positifs pour la deuxième étude de Phase 2 (VLA15-202) de son candidat vaccin VLA 15 contre la maladie de Lyme.

Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Publié le 21 octobre 2020
Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Inventiva vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé le statut « Fast Track » à odiparcil, son candidat médicament au stade clinique, pour le traitement de la MPS de type VI (MPS VI), une maladie génétique rare et progressive.

Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Publié le 20 octobre 2020
Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Lyonbiopôle, le pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le Cluster i-Care Auvergne-Rhône-Alpes, créé en 2011 et spécialisé dans les technologies médicales, unissent leurs forces et lancent le i-Care LAB, lab santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Son ambition : favoriser la création de nouvelles solutions pour accélérer la transformation des industries de santé.

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents