Edition du 23-07-2019

Médicaments falsifiés : l’EMVO met en place un système de vérification dans l’ensemble de l’UE

Publié le vendredi 8 février 2019

Médicaments falsifiés : l'EMVO met en place un système de vérification dans l’ensemble de l’UEL’Organisation européenne de vérification des médicaments (EMVO) a annoncé aujourd’hui la mise en service du Système européen de vérification des médicaments (EMVS). A partir du 9 février 2019, l’authenticité des médicaments délivrés sur ordonnance en Europe et comportant des dispositifs de sécurité sera vérifiée par l’EMVS.

« En termes d’implication des parties prenantes, d’ampleur et d’utilisation des nouvelles technologies, ce nouveau système est une première mondiale et représente une étape sans précédent dans la prévention de l’entrée de médicaments falsifiés dans la chaîne d’approvisionnement légale », estime l’EMVO dans un communiqué.

L’EMVO a été créée en 2015 conformément aux dispositions légales énoncées dans la FMD (directive 2011/62/UE) et au règlement délégué associé (UE/2016/161). Ses membres sont des organisations représentant des fabricants de produits pharmaceutiques et des importateurs parallèles (Medicines for Europe, FEAIP, EAEPC), des grossistes (GIRP), des pharmaciens communautaires (PGEU) et des hôpitaux et pharmacies d’hôpitaux (EAHP, HOPE). Tous les développements techniques de l’EMVS sont entièrement financés par les fabricants de produits pharmaceutiques et les importateurs parallèles, tandis que les grossistes et les pharmacies contribuent à la gouvernance de l’EMVO et des systèmes nationaux, ce qui signifie que le public ne contribue pas financièrement à l’amélioration de la sécurité de l’approvisionnement en médicaments.

Hugh Pullen, président de l’EMVO, a déclaré: « L’EMVS est doté d’une structure unique: c’est ce qui en fait un système unique en son genre. Il mettra en relation environ 2 000 sociétés pharmaceutiques, 6 000 titulaires d’autorisation de distribution en gros, 140 000 pharmacies, 5 000 pharmacies d’hôpitaux et 2 000 médecins prescripteurs dans 28 pays de l’EEE (1) ».

Il a ajouté: « Il aurait été impossible de parvenir à une telle ampleur sans une équipe EMVO soudée et une solide collaboration entre tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique. » L’EMVO veillera à ce que le système reste techniquement stable et sécurisé et à ce que tous les problèmes soient résolus sans aucune perturbation pour les patients ou la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique. Au-delà de la vision européenne, le système mis en place par l’EMVO pourrait servir de modèle pour garantir l’approvisionnement en médicaments en dehors de l’UE.

Fonctionnement du système

. Les fabricants de produits pharmaceutiques et les importateurs parallèles vont désormais protéger l’emballage de leurs médicaments sur ordonnance au moyen d’un identifiant unique (intégré à une matrice de données bidimensionnelle), et sceller l’emballage avec un dispositif de vérification anti-fraude. Les identifiants uniques sont ensuite téléchargés par le fabricant sur le portail européen (le système EMVS).

. À l’aide d’un logiciel conçu spécialement, les grossistes et les autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement analysent la matrice de données figurant sur l’emballage extérieur du produit afin de vérifier son authenticité lors de son passage dans la chaîne d’approvisionnement. La vérification de l’identifiant unique et l’authentification ont lieu dans le Système national de vérification des médicaments (NMVS). Le portail européen relie les systèmes nationaux afin de les rendre interopérables. C’est également grâce à une connexion sécurisée avec le portail européen que les fabricants de médicaments téléchargent les données des médicaments.

. Avant la délivrance d’un médicament à un patient, l’identifiant unique est retiré de l’EMVS par le pharmacien, le pharmacien d’hôpital ou, dans certains cas particuliers, par le grossiste. Ceci constitue l’ultime mesure de sécurité qui garantit la dernière étape de la vérification de l’authenticité du médicament.

1 Pour l’Italie et la Grèce, la période de transition est plus longue.

Source : EMVO








MyPharma Editions

Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Publié le 23 juillet 2019
Sanofi signe un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu® sur le marché américain de l’automédication

Sanofi a annoncé la signature d’un accord avec Roche en vue d’obtenir les droits exclusifs de Tamiflu®, pour la prévention et le traitement de la grippe, sur le marché américain de l’automédication. Aux termes de cet accord, Sanofi sera responsable de la conduite des négociations avec la FDA afin d’obtenir l’autorisation du switch de Tamiflu en OTC, ainsi que des activités exclusives de commercialisation et de distribution de ce produit sur le marché de la Santé Grand Public des Etats-Unis et des activités scientifiques s’y rapportant.

Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Publié le 22 juillet 2019
Industrie pharma : signature de deux accords de branche sur la formation professionnelle et la GPEC post-réforme

Deux accords collectifs, l’un sur la formation professionnelle et le second sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), ont été signés le 4 juillet par le Leem (Les Entreprises du Médicament), et 5 organisations syndicales de salariés (la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA). Ces organisations représentent une audience de 84,81 %, seule la CGT est non-signataire. L’accord sur la formation professionnelle est le premier signé suite à la réforme de septembre 2018.

LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

Publié le 22 juillet 2019
LEO Pharma finalise l’acquisition des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer

LEO Pharma et Bayer viennent d’annoncer que les conditions nécessaires au transfert des produits dermatologiques sur ordonnance de Bayer chez LEO Pharma étaient désormais remplies. Les deux entreprises avaient mentionné la transaction pour la première fois le 31 juillet 2018, la première étape du rachat ayant été finalisée le 4 septembre de la même année avec l’acquisition desdits produits aux États-Unis. Aujourd’hui, la finalisation de l’acquisition concerne tous les autres pays.

Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Publié le 19 juillet 2019
Transgene : feu vert pour un essai clinique de TG6002 au Royaume-Uni dans le cancer colorectal avec métastases hépatiques

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’autorité de santé britannique, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA) de procéder à un essai clinique de Phase 1/2a de TG6002 administré par voie intra-artérielle hépatique (IAH) chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec des métastases au foie non opérables.

Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d’experts internationaux en thérapie génique du SNC

Publié le 19 juillet 2019
Lysogene crée un Conseil Scientifique consultatif composé d'experts internationaux en thérapie génique du SNC

Lysogene, société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la création d’un Conseil Scientifique consultatif (SAB pour Scientific Advisory Board) composé d’experts de renom international dans la découverte et le développement de thérapies géniques.

Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Publié le 19 juillet 2019
Advicenne signe un accord de financement de 20 M€ avec la BEI pour soutenir ses futurs développements

Advicenne, société pharmaceutique de spécialité développant et commercialisant des produits thérapeutiques pour le traitement de maladies orphelines, annonce aujourd’hui avoir signé un accord de prêt d’un montant de 20 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la banque de l’Union européenne (UE), dans le cadre du Plan d’Investissement pour l’Europe, ou Plan Juncker.

WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

Publié le 18 juillet 2019
WeHealth Digital Medicine et l’entreprise française Lucine vont développer des thérapies numériques

WeHealth Digital Medicine, l’activité e-santé du groupe Servier, et Lucine, entreprise innovante française pionnière dans les thérapies numériques (DTx1- Digital Therapeutics), ont annoncé la signature d’un partenariat de co-développement et une licence de distribution. Il s’agit du tout premier partenariat de e-santé entre deux sociétés françaises dans le domaine des DTx.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents