Edition du 23-01-2022

Médicaments : la défiance vis-à-vis des vaccins progresse en France

Publié le lundi 24 octobre 2016

Médicaments Pixabay CC0 Public DomainLe Leem vient de publier les résultats 2016 de l’Observatoire sociétal du médicament* qui dressent un bilan nuancé de la perception des Français. Si le niveau de confiance reste très élevé dans les médicaments, il se dégrade pour les vaccins avec seulement un Français sur deux qui considère aujourd’hui que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques.

Si 84 % des Français ont confiance dans les médicaments (- 1 point par rapport à 2015), le niveau se dégrade néanmoins pour la quasi-totalité des médicaments : médicaments sur ordonnance (88 %, – 5 points), médicaments remboursés (88 %, – 4 points), médicaments de marque (87 %, – 2 points), médicaments non remboursés (74 %, – 1 point) et sans ordonnance (70 %, – 3 points), et vaccins (69 %, – 2 points). Seule l’homéopathie progresse dans l’esprit des Français avec un niveau de confiance en hausse de 2 points à 73 %. Quant aux génériques, ils conservent leur niveau de confiance de 2015 (68 %).

« Une défiance vis-à-vis des vaccins de plus en plus préoccupante »

Avec une perte de deux points par rapport à 2015, les vaccins enregistrent le taux de confiance le plus bas (69 %) depuis le lancement de l’Observatoire sociétal du médicament en 2012. Seul un Français sur deux considère aujourd’hui que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques. Les perceptions varient d’une génération à l’autre : 63 % des 55-59 ans s’accordent pour dire que les vaccins sont plus bénéfiques que risqués. Ils ne sont en revanche que 43 % chez les 25-34 ans. Par ailleurs, 40 % des Français sondés déclarent ignorer si leurs vaccins sont à jour.

« Le médicament reste à un niveau de confiance très élevé malgré une dégradation globale des indicateurs de confiance. Ce bon résultat est malheureusement contrarié par la défiance à l’égard des vaccins qui progresse, souligne Philippe Lamoureux, directeur général du Leem. La France, patrie de Pasteur, est aujourd’hui championne du monde du scepticisme à l’égard de la vaccination**. La situation est préoccupante. La vaccination est aujourd’hui capable de prévenir 28 maladies infectieuses. En tant qu’acteurs clés du vaccin, les entreprises du médicament sont attachées à ce qu’il reste un outil majeur de prévention des maladies infectieuses graves souvent mortelles : pédagogie, information, concertation avec les autorités de santé, anticipation des ruptures d’approvisionnement… Ce n’est que collectivement que les acteurs de santé -industriels, professionnels de santé, patients et pouvoirs public – parviendront à restaurer la confiance des Français dans la vaccination..», poursuit-il.

La confiance accordée aux lanceurs d’alerte en forte hausse

Si les professionnels de santé sont toujours considérés par les Français comme les sources d’informations les plus fiables concernant le médicament, les niveaux de confiance diminuent légèrement par rapport à l’enquête de 2015 : médecins traitants (93 %, – 2 points), médecins spécialistes (92 %, – 4 points), infirmières (89 %, – 2 points) ou pharmaciens (88 %, – 2 points). A l’inverse, la confiance accordée aux lanceurs d’alerte monte en puissance (69 %, + 24 points). A noter que les entreprises du médicament chutent de 4 points : seuls 45 % des Français leur font confiance en matière d’information sur les médicaments. Elles restent toutefois devant la presse écrite (37 %), la radio (34 %), la télévision (27 %), Internet (24 %) et les hommes politiques (12 %).

« Malgré un contexte général marqué par un certain nombre de polémiques liées au prix ou encore à l’accessibilité des traitements, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments, analyse Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France. Dans le même temps, la baisse de la confiance vis-à-vis des figures médicales traditionnelles que sont les médecins (traitants ou spécialistes), les infirmier(e)s ou encore les pharmaciens par rapport aux informations données sur les médicaments peut s’analyser à la lumière de la crise de confiance plus globale à l’égard des autorités et des experts que l’on voit progresser au sein de l’opinion depuis ces dernières années. Les professionnels de santé n’y échappent pas. Ce phénomène est toutefois préoccupant en ce qui concerne les vaccins et les questionnements des Français quant à leur efficacité, voire leur dangerosité. Si l’érosion de la confiance à l’égard des professionnels de santé en ce qui concerne l’information sur les médicaments se confirmait, voire s’amplifiait, qui serait demain à même de combattre efficacement ce mouvement de défiance à l’égard de la vaccination ? »

Réputation : les entreprises du médicament au-dessus de la moyenne

« Cette nouvelle vague de l’enquête annuelle du Leem se caractérise aussi par une détérioration de l’image des entreprises en général, quel que soit le secteur au sein duquel elles évoluent. L’impact est toutefois plus violent pour certains secteurs », note le Leem. Encore marquée par le scandale Volkswagen, la construction automobile enregistre ainsi la plus forte baisse (55 %, – 14 points par rapport à 2015). L’agro-alimentaire et la grande distribution enregistrent également une baisse de confiance plus forte que la moyenne (respectivement – 6 et – 5 points par rapport à 2015). Aucun acteur n’est épargné, pas même l’aéronautique qui figure, pour la deuxième année consécutive, en tête du classement (72 % de confiance mais en baisse de 4 points par rapport à 2015). Si les entreprises du médicament sont également touchées (- 6 points par rapport à 2015), elles figurent néanmoins, avec un taux de confiance de 55 %, parmi les acteurs les plus fiables et se hissent pour la première fois sur la 3ème marche du podium, ex-aequo avec les entreprises du secteur automobile.

Malgré une légère baisse, les entreprises du médicament restent très majoritairement perçues comme utiles (85 %, – 2 points), à la pointe du progrès (78 %, – 2 points) et efficaces (71 %, – 5 points). Signe encourageant, elles progressent légèrement sur les items de comportement : les Français les considèrent comme un peu moins opaques même si le chiffre reste important (69 % des Français les jugent opaques, en amélioration de 4 points), plus respectueuses de l’environnement (33%, + 3 points) et de leurs salariés (54 %, + 2 points). Les entreprises du médicament progressent également sur les items d’honnêteté (30 %, + 3 points) et de transparence (19 %, + 1 point) même si les scores restent bas. Un léger regain d’image que l’on retrouve en parallèle à travers l’opinion des Français sur l’encadrement des entreprises de ce secteur : 44 % s’accordent à dire que ces entreprises sont très encadrées par les pouvoirs publics (+ 3 points par rapport à 2015).

* Etude Ipsos pour le Leem, réalisée auprès de 1 000 personnes, interrogées par Internet entre le 09 et le 16 juin 2016 (échantillon âgé de 18 ans et plus, représentatif de la population nationale).

** Menée, de septembre à décembre 2015, par les chercheurs du Vaccine Confidence Project (Projet confiance dans les vaccins) à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, une étude mondiale effectuée auprès de 66 000 personnes originaires de 67 pays, fait apparaître que la France avec 41 % de scepticisme (soit trois fois plus que la moyenne mondiale) est championne du monde en matière de méfiance à l’égard de la vaccination.

Source : Leem








MyPharma Editions

Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Publié le 21 janvier 2022
Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Le groupe Ipsen vient d’annoncer la nomination de Karen Witts en tant que membre indépendant du Conseil d’administration.

Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d’euros pour soutenir la production et la recherche en France

Publié le 20 janvier 2022
Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d'euros pour soutenir la production et la recherche en France

Pfizer vient d’annoncer son intention d’investir plus de 520 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’investissement sur cinq ans en France dans le secteur de la science et de la santé, en renforçant notamment les capacités de production sur le territoire et en stimulant la recherche et l’innovation dans plusieurs aires thérapeutiques.

Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Publié le 20 janvier 2022
Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé les résultats d’une étude préliminaire menée en laboratoire qui démontre que les anticorps provenant du sérum de personnes vaccinées avec trois doses du candidat vaccin inactivé de Valneva contre la COVID-19, VLA2001, neutralisaient le variant Omicron.

AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

Publié le 20 janvier 2022
AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM pour initier une étude de phase II (AB20006) chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère.

Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 20 janvier 2022
Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé qu’un deuxième essai de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des adultes présentant un prurigo nodulaire non contrôlé, une maladie chronique de la peau portant une signature inflammatoire de type 2, a atteint son critère d’évaluation primaire et ses principaux critères d’évaluation secondaires, et montré une diminution significative des démangeaisons et lésions cutanées comparativement à un placebo, après 24 semaines de traitement expérimental.

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents