Edition du 19-10-2018

Médicaments : la défiance vis-à-vis des vaccins progresse en France

Publié le lundi 24 octobre 2016

Médicaments Pixabay CC0 Public DomainLe Leem vient de publier les résultats 2016 de l’Observatoire sociétal du médicament* qui dressent un bilan nuancé de la perception des Français. Si le niveau de confiance reste très élevé dans les médicaments, il se dégrade pour les vaccins avec seulement un Français sur deux qui considère aujourd’hui que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques.

Si 84 % des Français ont confiance dans les médicaments (- 1 point par rapport à 2015), le niveau se dégrade néanmoins pour la quasi-totalité des médicaments : médicaments sur ordonnance (88 %, – 5 points), médicaments remboursés (88 %, – 4 points), médicaments de marque (87 %, – 2 points), médicaments non remboursés (74 %, – 1 point) et sans ordonnance (70 %, – 3 points), et vaccins (69 %, – 2 points). Seule l’homéopathie progresse dans l’esprit des Français avec un niveau de confiance en hausse de 2 points à 73 %. Quant aux génériques, ils conservent leur niveau de confiance de 2015 (68 %).

« Une défiance vis-à-vis des vaccins de plus en plus préoccupante »

Avec une perte de deux points par rapport à 2015, les vaccins enregistrent le taux de confiance le plus bas (69 %) depuis le lancement de l’Observatoire sociétal du médicament en 2012. Seul un Français sur deux considère aujourd’hui que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques. Les perceptions varient d’une génération à l’autre : 63 % des 55-59 ans s’accordent pour dire que les vaccins sont plus bénéfiques que risqués. Ils ne sont en revanche que 43 % chez les 25-34 ans. Par ailleurs, 40 % des Français sondés déclarent ignorer si leurs vaccins sont à jour.

« Le médicament reste à un niveau de confiance très élevé malgré une dégradation globale des indicateurs de confiance. Ce bon résultat est malheureusement contrarié par la défiance à l’égard des vaccins qui progresse, souligne Philippe Lamoureux, directeur général du Leem. La France, patrie de Pasteur, est aujourd’hui championne du monde du scepticisme à l’égard de la vaccination**. La situation est préoccupante. La vaccination est aujourd’hui capable de prévenir 28 maladies infectieuses. En tant qu’acteurs clés du vaccin, les entreprises du médicament sont attachées à ce qu’il reste un outil majeur de prévention des maladies infectieuses graves souvent mortelles : pédagogie, information, concertation avec les autorités de santé, anticipation des ruptures d’approvisionnement… Ce n’est que collectivement que les acteurs de santé -industriels, professionnels de santé, patients et pouvoirs public – parviendront à restaurer la confiance des Français dans la vaccination..», poursuit-il.

La confiance accordée aux lanceurs d’alerte en forte hausse

Si les professionnels de santé sont toujours considérés par les Français comme les sources d’informations les plus fiables concernant le médicament, les niveaux de confiance diminuent légèrement par rapport à l’enquête de 2015 : médecins traitants (93 %, – 2 points), médecins spécialistes (92 %, – 4 points), infirmières (89 %, – 2 points) ou pharmaciens (88 %, – 2 points). A l’inverse, la confiance accordée aux lanceurs d’alerte monte en puissance (69 %, + 24 points). A noter que les entreprises du médicament chutent de 4 points : seuls 45 % des Français leur font confiance en matière d’information sur les médicaments. Elles restent toutefois devant la presse écrite (37 %), la radio (34 %), la télévision (27 %), Internet (24 %) et les hommes politiques (12 %).

« Malgré un contexte général marqué par un certain nombre de polémiques liées au prix ou encore à l’accessibilité des traitements, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments, analyse Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France. Dans le même temps, la baisse de la confiance vis-à-vis des figures médicales traditionnelles que sont les médecins (traitants ou spécialistes), les infirmier(e)s ou encore les pharmaciens par rapport aux informations données sur les médicaments peut s’analyser à la lumière de la crise de confiance plus globale à l’égard des autorités et des experts que l’on voit progresser au sein de l’opinion depuis ces dernières années. Les professionnels de santé n’y échappent pas. Ce phénomène est toutefois préoccupant en ce qui concerne les vaccins et les questionnements des Français quant à leur efficacité, voire leur dangerosité. Si l’érosion de la confiance à l’égard des professionnels de santé en ce qui concerne l’information sur les médicaments se confirmait, voire s’amplifiait, qui serait demain à même de combattre efficacement ce mouvement de défiance à l’égard de la vaccination ? »

Réputation : les entreprises du médicament au-dessus de la moyenne

« Cette nouvelle vague de l’enquête annuelle du Leem se caractérise aussi par une détérioration de l’image des entreprises en général, quel que soit le secteur au sein duquel elles évoluent. L’impact est toutefois plus violent pour certains secteurs », note le Leem. Encore marquée par le scandale Volkswagen, la construction automobile enregistre ainsi la plus forte baisse (55 %, – 14 points par rapport à 2015). L’agro-alimentaire et la grande distribution enregistrent également une baisse de confiance plus forte que la moyenne (respectivement – 6 et – 5 points par rapport à 2015). Aucun acteur n’est épargné, pas même l’aéronautique qui figure, pour la deuxième année consécutive, en tête du classement (72 % de confiance mais en baisse de 4 points par rapport à 2015). Si les entreprises du médicament sont également touchées (- 6 points par rapport à 2015), elles figurent néanmoins, avec un taux de confiance de 55 %, parmi les acteurs les plus fiables et se hissent pour la première fois sur la 3ème marche du podium, ex-aequo avec les entreprises du secteur automobile.

Malgré une légère baisse, les entreprises du médicament restent très majoritairement perçues comme utiles (85 %, – 2 points), à la pointe du progrès (78 %, – 2 points) et efficaces (71 %, – 5 points). Signe encourageant, elles progressent légèrement sur les items de comportement : les Français les considèrent comme un peu moins opaques même si le chiffre reste important (69 % des Français les jugent opaques, en amélioration de 4 points), plus respectueuses de l’environnement (33%, + 3 points) et de leurs salariés (54 %, + 2 points). Les entreprises du médicament progressent également sur les items d’honnêteté (30 %, + 3 points) et de transparence (19 %, + 1 point) même si les scores restent bas. Un léger regain d’image que l’on retrouve en parallèle à travers l’opinion des Français sur l’encadrement des entreprises de ce secteur : 44 % s’accordent à dire que ces entreprises sont très encadrées par les pouvoirs publics (+ 3 points par rapport à 2015).

* Etude Ipsos pour le Leem, réalisée auprès de 1 000 personnes, interrogées par Internet entre le 09 et le 16 juin 2016 (échantillon âgé de 18 ans et plus, représentatif de la population nationale).

** Menée, de septembre à décembre 2015, par les chercheurs du Vaccine Confidence Project (Projet confiance dans les vaccins) à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, une étude mondiale effectuée auprès de 66 000 personnes originaires de 67 pays, fait apparaître que la France avec 41 % de scepticisme (soit trois fois plus que la moyenne mondiale) est championne du monde en matière de méfiance à l’égard de la vaccination.

Source : Leem








MyPharma Editions

Sanofi : avis positif du CHMP pour son vaccin contre la dengue

Publié le 19 octobre 2018
Sanofi : avis positif du CHMP pour son vaccin contre la dengue

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP, Committee for Medicinal Products for Human Use) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu un avis positif concernant la demande d’autorisation de mise sur le marché du vaccin contre la dengue de Sanofi et a recommandé son approbation en Europe.

Lilly : AMM Européenne pour Verzenios® dans le cancer du sein localement avancé ou métastatique RH+/HER2-

Publié le 19 octobre 2018
Lilly : AMM Européenne pour Verzenios® dans le cancer du sein localement avancé ou métastatique RH+/HER2-

Eli Lilly a annoncé que la Commission Européenne a octroyé le 27 septembre 2018 une autorisation de mise sur le marché à Verzenios® (abémaciclib) dans le traitement des femmes ayant un cancer du sein localement avancé ou métastatique avec récepteurs hormonaux positifs (RH+), et récepteurs du facteur de croissance épidermique humain 2 négatifs (HER2-) en association avec un inhibiteur de l’aromatase (IA) ou avec le fulvestrant comme hormonothérapie de première intention, ou chez les femmes ayant été traitées antérieurement par hormonothérapie.

L’Institut Pierre Fabre de Tabacologie (IPFT) lance la 1ère édition du Prix de l’Innovation

Publié le 18 octobre 2018
L’Institut Pierre Fabre de Tabacologie (IPFT) lance la 1ère édition du Prix de l’Innovation

A partir du mois d’octobre 2018, l’Institut Pierre Fabre de Tabacologie débute sa campagne de recrutement pour son 1er Prix de l’Innovation. Ce concours a pour ambition de mettre en lumière et d’accompagner un projet innovant permettant d’améliorer la prévention et la prise en charge du sevrage tabagique, au profit des professionnels de santé ou des patients.

Les remboursements de soins du régime général à fin septembre en hausse de 2,3%

Publié le 18 octobre 2018
Les remboursements de soins du régime général à fin septembre en hausse de 2,3%

Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 3,1% sur les neuf premiers mois de l’année et de 3,2% sur les douze derniers mois. Au cours des neuf premiers mois, le remboursement des médicaments délivrés en ville progressent de 3,2% (2,8% sur douze mois).

GenSight Biologics : des résultats positifs de l’étude de Phase III REVERSE avec GS010

Publié le 18 octobre 2018
GenSight Biologics : des résultats positifs de l’étude de Phase III REVERSE avec GS010

GenSight Biologics a annoncé aujourd’hui des résultats additionnels à 72 semaines de l’étude clinique de Phase III REVERSE, qui évalue la sécurité et l’efficacité d’une seule injection intra-vitréenne de GS010 (rAAV2/2-ND4) chez 37 patients atteints de neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) induite par la mutation 11778-ND4, et chez qui la perte d’acuité visuelle a débuté entre 6 et 12 mois avant le traitement.

Transgene : 1er patient traité de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 dans les tumeurs gastro-intestinales avancées

Publié le 18 octobre 2018
Transgene : 1er patient traité de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 dans les tumeurs gastro-intestinales avancées

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé le traitement du premier patient de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 chez des patients atteints de tumeurs gastro-intestinales avancées telles que les cancers du côlon, au centre Léon Bérard (Lyon). Cet essai multicentrique est autorisé en France, en Belgique et en Espagne. Il inclura jusqu’à 59 patients.

Inventiva : deux nominations au sein de son équipe de direction

Publié le 18 octobre 2018
Inventiva : deux nominations au sein de son équipe de direction

Inventiva, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé la nomination du Dr Marie-Paule Richard, M.D., au poste de Directrice Médicale et du Dr David Nikodem, Ph.D., au poste de Vice-Président des Opérations aux États-Unis, en prévision des prochaines étapes de développement de la société.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions