Edition du 08-03-2021

Médicaments: les Français ont confiance mais souhaitent être mieux informés

Publié le lundi 12 mars 2012

Le Leem a présenté lundi la 2ème édition de son Observatoire sociétal du médicament réalisée en janvier 2012 par Ipsos*. Malgré l’affaire Mediator, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments (84 %) mais souhaitent être mieux informés.  Autre enseignement de ce sondage, en dépit d’un contexte peu favorable, les entreprises du médicament ont une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %).

La confiance des Français dans les médicaments reste stable et forte à 84 % (+ 2 points par rapport à 2011), 16 % seulement (-1 point) ne leur faisant pas confiance. Cette confiance est d’ailleurs encore plus élevée s’agissant de leurs propres médicaments (94 %). Ces résultats sont comparables à ceux des autres pays occidentaux : la confiance dans les médicaments y est comprise entre 84 % et 93 % (84 % en Suède et en France, 85 % aux Etats-Unis, 90 % en Espagne, 92 % en Allemagne et 93 % au Royaume-Uni) et entre 89 % et 95 % pour leurs propres médicaments.

78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires
Les Français souhaitent davantage d’informations sur les médicaments qu’ils prennent. Près de quatre Français sur dix (39 %) déclarent que les médecins ne donnent pas suffisamment d’informations sur les médicaments qu’ils prescrivent. Ainsi, 78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires, en priorité (58 %) sur les effets secondaires. Ils vont généralement rechercher ces informations sur la notice (pour 59% des Français), sur Internet (53 %), et auprès de leur pharmacien (43 %). A noter que l’information trouvée sur Internet donne rarement satisfaction, « parce qu’on n’est pas sûr de sa qualité » ou « que les informations sont contradictoires ». Face à cette demande d’information, une majorité de Français (57 %) jugent utile d’avoir des outils sur leur téléphone portable pour gérer leur santé ou suivre leurs traitements.

L’ordonnance et le remboursement accroissent significativement cette confiance. 95 % des Français font confiance aux médicaments délivrés sur ordonnance, contre 70 % pour les médicaments sans ordonnance. De même, pour les médicaments remboursés (94 %) comparés aux non-remboursés (77 %). Dans une moindre mesure, la confiance est également plus élevée dans les médicaments de marque (90 %) que dans les génériques (78 %).

Une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français
L’affaire Mediator est bien présente à l’esprit des Français. Ils en ont entendu parler, dans leur quasi-totalité (98 %) et ont compris ce dont il s’agissait (97 %). En dépit de ce contexte peu favorable, les entreprises du médicament ont une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %). Elle est meilleure que celle d’autres secteurs (51% pour l’agro-alimentaire, 40 % pour la grande distribution, 25 % pour la banque-assurance, etc.), à égalité avec les télécommunications (61 %), derrière l’automobile (69 %) et le bâtiment (74 %).

Il s’agit d’une image contrastée. En positif, les Français soulignent l’efficacité de l’action des entreprises du médicament, considérées comme « fournissant des médicaments de qualité » (74 %), comme « jouant un rôle important pour l’espérance de vie » (73 %) et comme étant « innovantes » (69 %). En négatif, les Français acceptent mal le principe de profit pour ces entreprises privées alors qu’elles agissent dans le domaine de la santé (« plus soucieuses de leurs bénéfices que des malades », selon 80 % des Français). Ceux-ci sont partagés sur la vigilance des entreprises en matière de sécurité, très certainement en raison de l’affaire Mediator (« elles font attention à la sécurité des médicaments » : 52 %).

Un secteur perçu comme innovant
Le secteur est perçu comme étant en constante innovation. Pour 95 % des Français, les entreprises du médicament jouent un rôle important en matière de découverte de nouveaux traitements (27 % estimant ce rôle « plutôt important », 41 % « très important » et 27 % « primordial »). Par ailleurs, ils considèrent que les médicaments s’améliorent sans cesse : les trois-quarts (76 %) estiment qu’ils se sont améliorés depuis 20 ans et 78 % portent un regard optimiste en prévoyant qu’ils se seront encore améliorés dans 20 ans. Même regard positif pour la praticité des médicaments (72 % estiment qu’ils sont plus faciles à prendre), pour les effets secondaires (mieux maîtrisés selon 60 % des Français) ou pour leur efficacité (58 %).

L’opinion est plus partagée en matière de contrôle des médicaments, vraisemblablement du fait des crises sanitaires récentes : seule une courte majorité (51 %) juge que les médicaments sont mieux contrôlés qu’il y a 20 ans ; beaucoup plus (les deux-tiers, 66 %) pensent néanmoins qu’ils le seront davantage dans 20 ans. Même scepticisme en matière de risque : seuls 38 % estiment que les médicaments sont moins risqués qu’il y a 20 ans (19 % davantage et 43 % autant) ; mais une plus grande partie (50 %) pense qu’ils seront moins risqués dans 20 ans.

Les Français s’inquiètent de l’avenir de la qualité des soins
95 % d’entre eux citent comme menaces « l’augmentation des tarifs des mutuelles », le « déficit de la Sécurité Sociale (94 %), le « problème de la dette et du déficit public » (93 %), « la pénurie de médecins » (92 %), le « coût des nouveaux traitements » (91 %), « la contrefaçon de médicaments » (90 %) et le « déremboursement de certains médicaments » (88 %).

La santé est jugée comme un thème prioritaire mais insuffisamment abordée par les candidats à la Présidentielle. Le thème de la santé est jugé « prioritaire » ou « très important » par les trois-quarts des Français (76 %) dans le cadre de l’élection Présidentielle. Pourtant, les programmes des candidats dans le domaine de la santé restent mal connus du grand public : seuls 11 % des Français déclarent « bien » connaitre leurs propositions en matière de santé, 89 % les connaissant « mal ».

« Maintenir la confiance des Français dans le médicament implique de se mettre à l’écoute de leurs interrogations, estime Christian Lajoux, président du Leem. En dépit des jugements parfois caricaturaux portés contre notre industrie, cette étude montre que la société conserve une opinion positive sur nos produits et sur notre contribution au progrès thérapeutique. En revanche, elle montre qu’il persiste un décalage entre la perception des Français et la réalité de nos entreprises. Cette constatation nous conduit à pousser plus loin nos efforts d’information et de transparence ».

 Source : Leem

* Etude réalisée entre le 20 et le 24 janvier 2012 par Ipsos auprès de son Access Panel on line (par Internet) en France, Allemagne, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis, Espagne auprès d’échantillons de 1000 individus représentatifs de la population nationale. Echantillons construits selon la méthode des quotas : sexe, âge et région (ainsi que la profession du chef de ménage, la taille du foyer et la catégorie d’agglomération pour la France).








MyPharma Editions

C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

Publié le 5 mars 2021
C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

C4Diagnostics, société de biotechnologie qui développe des tests de diagnostic in vitro (DIV) innovants pour les maladies infectieuses, a annoncé la nomination de Thomas Tran, MBA, au poste de Managing Director. Ses 20 ans de carrière dans l’industrie du diagnostic in vitro sont un atout clé pour structurer les activités de C4Diagnostics, dans un contexte où la société accélère son développement et déploie son portefeuille de produits et de services.

Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Publié le 5 mars 2021
Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Accure Therapeutics, entreprise espagnole de R&D translationnelle dans le domaine du système nerveux central (SNC), vient d’annoncer avoir inclut le premier patient de son essai clinique de phase II (ACUITY), portant sur des personnes atteintes de névrite optique aiguë (NOA).

Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Publié le 5 mars 2021
Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie,vient d’annoncer que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour conduire la partie chinoise de l’étude clinique en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez […]

Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Publié le 5 mars 2021
Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé la cooptation de Jean-François Tiné en qualité d’administrateur indépendant.

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents