Edition du 05-12-2021

Médicaments: les Français ont confiance mais souhaitent être mieux informés

Publié le lundi 12 mars 2012

Le Leem a présenté lundi la 2ème édition de son Observatoire sociétal du médicament réalisée en janvier 2012 par Ipsos*. Malgré l’affaire Mediator, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments (84 %) mais souhaitent être mieux informés.  Autre enseignement de ce sondage, en dépit d’un contexte peu favorable, les entreprises du médicament ont une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %).

La confiance des Français dans les médicaments reste stable et forte à 84 % (+ 2 points par rapport à 2011), 16 % seulement (-1 point) ne leur faisant pas confiance. Cette confiance est d’ailleurs encore plus élevée s’agissant de leurs propres médicaments (94 %). Ces résultats sont comparables à ceux des autres pays occidentaux : la confiance dans les médicaments y est comprise entre 84 % et 93 % (84 % en Suède et en France, 85 % aux Etats-Unis, 90 % en Espagne, 92 % en Allemagne et 93 % au Royaume-Uni) et entre 89 % et 95 % pour leurs propres médicaments.

78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires
Les Français souhaitent davantage d’informations sur les médicaments qu’ils prennent. Près de quatre Français sur dix (39 %) déclarent que les médecins ne donnent pas suffisamment d’informations sur les médicaments qu’ils prescrivent. Ainsi, 78 % des Français vont chercher des informations supplémentaires, en priorité (58 %) sur les effets secondaires. Ils vont généralement rechercher ces informations sur la notice (pour 59% des Français), sur Internet (53 %), et auprès de leur pharmacien (43 %). A noter que l’information trouvée sur Internet donne rarement satisfaction, « parce qu’on n’est pas sûr de sa qualité » ou « que les informations sont contradictoires ». Face à cette demande d’information, une majorité de Français (57 %) jugent utile d’avoir des outils sur leur téléphone portable pour gérer leur santé ou suivre leurs traitements.

L’ordonnance et le remboursement accroissent significativement cette confiance. 95 % des Français font confiance aux médicaments délivrés sur ordonnance, contre 70 % pour les médicaments sans ordonnance. De même, pour les médicaments remboursés (94 %) comparés aux non-remboursés (77 %). Dans une moindre mesure, la confiance est également plus élevée dans les médicaments de marque (90 %) que dans les génériques (78 %).

Une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français
L’affaire Mediator est bien présente à l’esprit des Français. Ils en ont entendu parler, dans leur quasi-totalité (98 %) et ont compris ce dont il s’agissait (97 %). En dépit de ce contexte peu favorable, les entreprises du médicament ont une image plutôt positive auprès d’une majorité de Français (60 %). Elle est meilleure que celle d’autres secteurs (51% pour l’agro-alimentaire, 40 % pour la grande distribution, 25 % pour la banque-assurance, etc.), à égalité avec les télécommunications (61 %), derrière l’automobile (69 %) et le bâtiment (74 %).

Il s’agit d’une image contrastée. En positif, les Français soulignent l’efficacité de l’action des entreprises du médicament, considérées comme « fournissant des médicaments de qualité » (74 %), comme « jouant un rôle important pour l’espérance de vie » (73 %) et comme étant « innovantes » (69 %). En négatif, les Français acceptent mal le principe de profit pour ces entreprises privées alors qu’elles agissent dans le domaine de la santé (« plus soucieuses de leurs bénéfices que des malades », selon 80 % des Français). Ceux-ci sont partagés sur la vigilance des entreprises en matière de sécurité, très certainement en raison de l’affaire Mediator (« elles font attention à la sécurité des médicaments » : 52 %).

Un secteur perçu comme innovant
Le secteur est perçu comme étant en constante innovation. Pour 95 % des Français, les entreprises du médicament jouent un rôle important en matière de découverte de nouveaux traitements (27 % estimant ce rôle « plutôt important », 41 % « très important » et 27 % « primordial »). Par ailleurs, ils considèrent que les médicaments s’améliorent sans cesse : les trois-quarts (76 %) estiment qu’ils se sont améliorés depuis 20 ans et 78 % portent un regard optimiste en prévoyant qu’ils se seront encore améliorés dans 20 ans. Même regard positif pour la praticité des médicaments (72 % estiment qu’ils sont plus faciles à prendre), pour les effets secondaires (mieux maîtrisés selon 60 % des Français) ou pour leur efficacité (58 %).

L’opinion est plus partagée en matière de contrôle des médicaments, vraisemblablement du fait des crises sanitaires récentes : seule une courte majorité (51 %) juge que les médicaments sont mieux contrôlés qu’il y a 20 ans ; beaucoup plus (les deux-tiers, 66 %) pensent néanmoins qu’ils le seront davantage dans 20 ans. Même scepticisme en matière de risque : seuls 38 % estiment que les médicaments sont moins risqués qu’il y a 20 ans (19 % davantage et 43 % autant) ; mais une plus grande partie (50 %) pense qu’ils seront moins risqués dans 20 ans.

Les Français s’inquiètent de l’avenir de la qualité des soins
95 % d’entre eux citent comme menaces « l’augmentation des tarifs des mutuelles », le « déficit de la Sécurité Sociale (94 %), le « problème de la dette et du déficit public » (93 %), « la pénurie de médecins » (92 %), le « coût des nouveaux traitements » (91 %), « la contrefaçon de médicaments » (90 %) et le « déremboursement de certains médicaments » (88 %).

La santé est jugée comme un thème prioritaire mais insuffisamment abordée par les candidats à la Présidentielle. Le thème de la santé est jugé « prioritaire » ou « très important » par les trois-quarts des Français (76 %) dans le cadre de l’élection Présidentielle. Pourtant, les programmes des candidats dans le domaine de la santé restent mal connus du grand public : seuls 11 % des Français déclarent « bien » connaitre leurs propositions en matière de santé, 89 % les connaissant « mal ».

« Maintenir la confiance des Français dans le médicament implique de se mettre à l’écoute de leurs interrogations, estime Christian Lajoux, président du Leem. En dépit des jugements parfois caricaturaux portés contre notre industrie, cette étude montre que la société conserve une opinion positive sur nos produits et sur notre contribution au progrès thérapeutique. En revanche, elle montre qu’il persiste un décalage entre la perception des Français et la réalité de nos entreprises. Cette constatation nous conduit à pousser plus loin nos efforts d’information et de transparence ».

 Source : Leem

* Etude réalisée entre le 20 et le 24 janvier 2012 par Ipsos auprès de son Access Panel on line (par Internet) en France, Allemagne, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis, Espagne auprès d’échantillons de 1000 individus représentatifs de la population nationale. Echantillons construits selon la méthode des quotas : sexe, âge et région (ainsi que la profession du chef de ménage, la taille du foyer et la catégorie d’agglomération pour la France).








MyPharma Editions

Genopole annonce un nouvel appel à candidatures Shaker

Publié le 3 décembre 2021
Genopole annonce un nouvel appel à candidatures Shaker

Genopole lance du 1er décembre 2021 au 21 janvier 2022, un appel à candidatures pour constituer la 10e promotion de Shaker : un programme d’accompagnement de 6 mois destiné aux passionnés d’innovation biotech.

Aelis Farma : résultats positifs de la 1ère administration à l’homme de AEF0217, son candidat-médicament dans les troubles cognitifs du syndrome de Down

Publié le 3 décembre 2021
Aelis Farma : résultats positifs de la 1ère administration à l’homme de AEF0217, son candidat-médicament dans les troubles cognitifs du syndrome de Down

Aelis Farma, société de biotechnologie spécialisée dans le traitement des maladies du cerveau, a annoncé que AEF0217 a été administré à la première cohorte de volontaires sains, dans le cadre d’une étude clinique de phase 1 évaluant la sécurité, la tolérance et les caractéristiques pharmacocinétiques de son second candidat-médicament. L’administration de AEF0217, à une dose comprise dans la gamme thérapeutique anticipée, est bien tolérée et présente des profils de sécurité et d’exposition plasmatique favorables pour la suite du développement clinique.

Immuno-oncologie : Aqemia et Servier partenaires pour la découverte de médicaments à l’aide d’intelligence artificielle et de physique théorique

Publié le 3 décembre 2021
Immuno-oncologie : Aqemia et Servier partenaires pour la découverte de médicaments à l’aide d’intelligence artificielle et de physique théorique

Aqemia, start-up spécialisée dans la découverte de médicament accélérée par l’intelligence artificielle (IA) et la physique quantique, et Servier, groupe pharmaceutique international indépendant, ont annoncé avoir conclu un accord de partenariat pour accélérer la découverte de candidats-médicaments petites molécules pour une cible non divulguée, dans le domaine de l’immuno-oncologie.

Crossject : validation du lot clinique ZENEO® Midazolam

Publié le 3 décembre 2021
Crossject : validation du lot clinique ZENEO® Midazolam

Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments combinés dédiés aux situations d’urgence, a annoncé la conformité du lot clinique destiné à la réalisation de l’étude de bioéquivalence de ZENEO® Midazolam 10mg (crises d’épilepsie).

Abivax reçoit la réponse de la FDA afin d’avancer le programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Publié le 2 décembre 2021
Abivax reçoit la réponse de la FDA afin d’avancer le programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique développant de nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer, a annoncé que l’autorité réglementaire américaine (FDA) a récemment apporté sa réponse dans le cadre du « End-of-Phase-2 Meeting », utile à l’avancement du programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH), et visant à obtenir potentiellement par la suite la demande d’autorisation de mise sur le marché et la commercialisation.

Medesis Pharma présente un poster scientifique au congrès sur la thérapie génique pour le traitement des maladies neurologiques

Publié le 2 décembre 2021
Medesis Pharma présente un poster scientifique au congrès sur la thérapie génique pour le traitement des maladies neurologiques

Medesis Pharma, société de biotechnologie pharmaceutique développant des candidats médicaments à partir de sa technologie propriétaire d’administration de principes actifs en nano micelles par voie buccale Aonys®, annonce sa participation au 3ème congrès sur la thérapie génique pour les troubles neurologiques qui se déroule du 6 au 9 décembre à Boston (Etats-Unis).

MedinCell obtient des financements à hauteur de 4 millions d’euros de Bpifrance et dans le cadre du Plan France Relance

Publié le 2 décembre 2021
MedinCell obtient des financements à hauteur de 4 millions d’euros de Bpifrance et dans le cadre du Plan France Relance

• 3 M€ sous forme de prêt pour le développement d’un médicament longue action à base d’ivermectine visant à protéger pendant plusieurs semaines contre la Covid-19 et ses variants (programme mdc-TTG)

• 1 M€ d’euros sous forme de subvention, issue de l’Appel à projet Résilience du ministère chargé de l’Industrie, qui s’inscrit dans le cadre du plan France Relance, pour son nouveau laboratoire sur le site de Jacou, France

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents