Edition du 23-04-2021

Médicaments : les principales classes thérapeutiques remboursées en 2014

Publié le lundi 26 octobre 2015

Médicaments : les principales classes thérapeutiques remboursées en 2014Selon un point publié mi-octobre par l’Assurance maladie, les médicaments de spécialité (traitement du cancer, du VIH, de la sclérose en plaque…) demeurent le principal facteur de hausse des dépenses pour les médicaments délivrés en officine (+156 M€ par rapport à 2013). Avec 1 043 M€ remboursés en plus en 2014 par rapport à 2013, la rétrocession connaît une croissance marquée de ses dépenses avec l’inscription des nouveaux traitements de l’hépatite C (Sovaldi®, Daklinza®…).

En revanche, la CNAMTS souligne que les dépenses en traitements chroniques diminuent fortement. Ces médicaments sont fortement impactés par des générications et des baisses de tarifs.

Source : - Dssier presse CNAMTS

Source : Dossier presse CNAMTS

Les classes thérapeutiques qui augmentent le plus

Les remboursements au titre des traitements de l’hépatite sont ceux qui ont enregistré la plus forte croissance en 2014 (+206% soit 408 M€). Cette classe thérapeutique a été marquée par l’arrivée sur le marché des nouveaux traitements de l’hépatite C : Sovaldi® (Sofosbuvir, +334 M€ entre 2013 et 2014 en rétrocession), Daklinza® (Daclatasvir, +114 M€ en rétrocession) et Olysio® (Simeprevir, +61 M€ en rétrocession). La CNAMTS souligne également que ces nouveaux traitements impactent aussi fortement les médicaments avec ATU, qui sont la seconde classe en termes de dépenses en 2014 (+358,6% soit 377,8 M€ en plus par rapport à 2013).

Les traitements du cancer, première classe thérapeutique en termes de croissance des dépenses en 2013, passent en troisième position en 2014. Ces traitements connaissent toujours une croissance importante en comparaison du reste du marché (+8,7%, soit 162,3 M€). Cette classe thérapeutique est marquée chaque année par l’arrivée sur le marché de nouveaux produits, d’abord admis sur la liste de rétrocession puis progressivement inscrits en ville : Xtandi® (nouveau traitement du cancer métastatique de la prostate, +49,6 M€ entre 2013 et 2014), Xgeva® (Antiostéoclastiques pour les troubles du calcium tumeur dépendants, +30,2 M€), Zytiga® (cancer métastasique de la prostate, +29,7 M€ entre 2013 et 2014), Imnovid (nouveau traitement du myélome multiple, +20 M€), Inlyta® (nouveau traitement de deuxième ligne du cancer du rein, +19,5 M€).

Les médicaments antirhumatismaux spécifiques connaissent en 2014 comme en 2013 une forte croissance (+10,9% soit 80.5 M€ en plus par rapport à 2013). Les volumes remboursés pour cette classe thérapeutique continuent d’augmenter (+10,1% par rapport à 2013). Humira® est aussi en 2014 le médicament le plus prescrit en officine de ville (en montants) avec +35,3 M€ remboursés en 2014 par rapport à 2013. Simponi®, traitement mis sur le marché fin 2012, enregistre une croissance de +25,5 M€.

La croissance des dépenses liées aux médicaments antidiabétiques ralentit par rapport à 2013  mais reste néanmoins importante (+3,3%, soit +44,3 M€ en 2014 contre +78 M€ en 2013). La croissance des volumes s’établit dans cette classe à +4%. Victoza® et Lantus® restent les produits qui, dans cette classe, enregistrent la plus forte croissance.

Les produits pour traiter la DMLA affichent toujours une forte croissance de leurs dépenses (+7,4% soit +34,1 M€ en 2014). Cette croissance se fait sur Eylea®. Ce produit arrivé sur le marché en novembre 2013 connaît la plus forte croissance des dépenses en 2014, parmi les produits délivrés en officine, avec 159,8 M€ remboursés en plus par rapport à 2013. A l’opposé, Lucentis® voit une partie de ses dépenses se reporter sur Eylea®. Cet effet se conjugue aux baisses de prix dont a fait l’objet Lucentis®, qui connaît ainsi la plus forte baisse des remboursements en 2014 (-28% soit – 123,6 M€ en 2014 par rapport à 2013).

La classe des traitements de la sclérose en plaques connait une croissance notable de ses dépenses en 2014 (+7,9% soit 29,1 M€ en 2014). Cette croissance est due à Gilenya® (4ème produit en termes de croissance des dépenses en 2014, parmi les produits délivrés en officine) et à Fampyra® dont les dépenses augmentent respectivement de 42,6 M€ et 12,6 M€.

Les 5 classes thérapeutiques dont le recul est le plus contributif

Les traitements de l’hypertension artérielle connaissent la plus forte décroissance en termes de dépenses en 2014 (-6,8% soit -143,4 M€ par rapport à 2013). La sous-classe des IEC-sartans voit ses dépenses se réduire de 94,7 M€ en 2014 (soit -8,4% par rapport à 2013). Les baisses tarifaires expliquent cette tendance.

 Les hypolipémiants est la seconde classe thérapeutique en termes de décroissance (- 11,5% soit -138,5 M€ par rapport à 2013). De la même manière que pour les traitements de l’hypertension artérielle, cette régression des dépenses est liée à la poursuite des baisses tarifaires et à l’initiation de la demande d’accord préalable à la prescription de rosuvastatine et d’ézétimibe seule ou associée.

La classe thérapeutique des antidépresseurs est la troisième classe en termes de décroissance de ses dépenses (-11,6% soit -59,4 M€ de moins en 2014 par rapport à 2013). En juin 2014, les premiers génériques du Seroplex® sont commercialisés. Ils pénètrent très rapidement le marché. Ainsi, en décembre 2014, le taux de substitution de l’Escitalopram atteint 84% et continue de progresser. Seroplex® est, en 2014, le second produit qui connait la plus forte décroissance de ses dépenses (-68,2 M€ par rapport à 2013).

Les dépenses de la classe des anti-infectieux diminuent de 4,1% soit -38,7 M€. Cette baisse est concentrée sur les antibiotiques qui voient leurs dépenses se réduire de 5,8% soit – 39,6 M€ par rapport à 2013. En 2014, le nombre de boîtes de Pyostacine remboursées a diminué de 855 504 entrainant une baisse de 14,7 M€ de ses dépenses.

Enfin, la classe des traitements de l’Alzheimer enregistre une importante baisse de ses dépenses de -16,5% soit -25 M€. En 2014, Ebixa® connaît une forte décroissance de ses dépenses (-35,3 M€ par rapport à 2013) due à la progression de la part de marché de ses génériques.

Source : CNAMTS








MyPharma Editions

COVID-19 : Valneva initie une étude clinique de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 22 avril 2021
COVID-19 : Valneva initie une étude clinique de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, la biotech nantaise spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses, vient d’annoncer l’initiation d’une étude pivot de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre la COVID-19, VLA2001. L’étude de Phase 3 « Cov-Compare », (VLA2001-301) va comparer lors d’une étude-pivot d’immunogénicité le candidat vaccin SARS-CoV-2 de Valneva, VLA2001, au vaccin Vaxzevria, qui a déjà reçu une autorisation conditionnelle de mise sur le marché.

COVID-19 : l’essai clinique mené par MedinCell confirme l’innocuité de l’ivermectine

Publié le 22 avril 2021
COVID-19 : l’essai clinique mené par MedinCell confirme l’innocuité de l’ivermectine

MedinCell, société qui développe plusieurs formulations injectables à action prolongée d’ivermectine dont la plus avancée vise à prévenir de l’infection par le Covid-19 et de ses mutants pendant plusieurs mois, a annoncé que son essai clinique valide l’innocuité de l’ivermectine en prise quotidienne sous forme orale, pour simuler la libération continue du principe actif par une injection longue action. Aucun effet indésirable n’a été observé avec les trois doses d’ivermectine testées allant jusqu’à 100 μg/kg.

Erytech sollicite une réunion auprès de la FDA en amont de sa demande de BLA afin d’évaluer une voie d’approbation dans la LAL

Publié le 22 avril 2021
Erytech sollicite une réunion auprès de la FDA en amont de sa demande de BLA afin d’évaluer une voie d’approbation dans la LAL

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le lancement du processus de demande d’autorisation de mise sur le marché auprès de la FDA américaine pour son produit phare, eryaspase, chez les patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique qui ont développé des réactions d’hypersensibilité à la PEG-asparaginase, sur la base des résultats positifs de l’étude clinique de phase 2 conduite par NOPHO.

Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Publié le 21 avril 2021
Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Un premier patient a été traité à I-motion, la plateforme d’essais cliniques pédiatriques pour les maladies neuromusculaires situé à l’hôpital Trousseau, à Paris, dans le cadre de l’essai de thérapie génique mené par Généthon dans la myopathie de Duchenne.

COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 21 avril 2021
COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé qu’elle se focaliserait maintenant sur des discussions bilatérales, pays par pays, pour fournir son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001, et, en conséquence, ne donnerait plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission Européenne.

Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Publié le 21 avril 2021
Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Inventiva a annoncé la nomination de Martine Zimmermann comme administratrice indépendante de son Conseil d’Administration. A ce titre, elle remplacera Nawal Ouzren, qui a démissionné du Conseil d’Administration pour se consacrer pleinement à la croissance de Sensorion. La nomination de Martine Zimmerman sera soumise aux actionnaires pour ratification lors de la prochaine Assemblée Générale d’Inventiva.

Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

Publié le 20 avril 2021
Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

La société biopharmaceutique américaine ValenzaBio et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre ont annoncé la signature d’un accord de licence sur un anticorps antagoniste du récepteur du facteur de croissance de type 1 apparenté à l’insuline (IGF-1R), pour le traitement de l’orbitopathie dysthyroïdienne (TED), une maladie endocrinienne pour laquelle il n’existe actuellement pas de traitement spécifique.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents