Edition du 04-03-2021

Accueil » Industrie » Produits

Mucoviscidose : une étude montre la supériorité du Cayston® de Gilead sur la tobramycine en solution pour inhalation

Publié le lundi 25 octobre 2010

Gilead Sciences a annoncé que son essai clinique comparatif de Phase III entre le Cayston®(aztréonam en solution pour inhalation) et la tobramycine en solution pour inhalation (TIS) chez des patients atteints de mucoviscidose avec infection au Pseudomonas aeruginosa (P. aeruginosa) avait atteint son critère d’évaluation primaire de supériorité du Cayston en termes de variation réelle moyenne du pourcentage de volume expiratoire maximal par seconde (VEM1, une mesure de la fonction respiratoire) prédit sur trois cycles de traitement (six mois).

Les patients recevant du Cayston ont présenté une augmentation réelle moyenne ajustée du pourcentage de VEM1 prédit par rapport à la ligne de base sur six mois de 2,05 %, contre une baisse de 0,66 % pour les patients recevant de la TIS. Les résultats en termes d’innocuité étaient sensiblement les mêmes pour les deux bras de l’étude, avec une moindre incidence de toux chez les patients recevant du Cayston. Ces données sont présentées aujourd’hui au cours d’une présentation de posters et durant une séance orale samedi 23 octobre au 24e congrès annuel nord-américain sur la mucoviscidose (North American Cystic Fibrosis Conference, NACFC) à Baltimore.

Le premier critère d’évaluation co-primaire de non infériorité en termes de variation moyenne du pourcentage de (VEM1) prédit au jour 28 a lui aussi été atteint, et le Cayston a répondu à la définition statistique de supériorité. Ces données ont été présentées plus tôt cette année au Congrès européen sur la mucoviscidose. Dans l’étude, 268 patients ont été randomisés pour recevoir des traitements intermittents répétés de 28 jours au Cayston (75 mg trois fois par jour) via le système de nébulisation Altera® (PARI Pharma GmbH) ou à la TIS (300 mg deux fois par jour) via le nébuliseur PARI LC Plus®, sur une période de traitement de 24 semaines. Environ 85 % des patients dans l’étude avaient suivi au moins trois traitements à la tobramycine inhalée durant les 12 mois précédant la randomisation.

« Les patients atteints de mucoviscidose avec infection chronique des voies respiratoires au Pseudomonas aeruginosa ont besoin d’un traitement de longue haleine par inhalation d’antibiotiques », a expliqué le docteur Christopher M. Oermann, professeur associé en pédiatrie et directeur du centre de traitement de la mucoviscidose du Baylor College of Medicine de Houston au Texas. « Le caractère continu de cette infection et la nécessité d’un traitement antibiotique suppressif cyclique soulignent l’importance de la mise au point de nouveaux médicaments et de la nécessité de données d’essai clinique sur des cycles de traitement multiples. Les résultats de cet essai démontrent que le Cayston réussit à améliorer les scores de fonction et de symptômes respiratoires sur trois cycles de traitement. Qui plus est, le Cayston a été associé à des réductions non négligeables des exacerbations pulmonaires, notamment les hospitalisations. Le Cayston est une importante nouvelle thérapie contre les infections pseudomonales des voies respiratoires chez les personnes souffrant de mucoviscidose. »

Le Cayston a reçu l’accord de l’Agence américaine du médicament (Food and Drug Administration, FDA) et de l’Agence australienne des médicaments (Australian Therapeutic Goods Administration, TGA) en 2010 et a reçu des autorisations conditionnelles de commercialisation dans l’Union européenne (UE) et au Canada en septembre 2009. Ces autorisations conditionnelles dépendent des résultats de cette étude de Phase III. Gilead a soumis ces données à la FDA au troisième trimestre de cette année et prévoit de commencer à soumettre les données de cette étude aux instances réglementaires internationales d’ici à la fin de l’année.

Source : Gilead Sciences








MyPharma Editions

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

Publié le 4 mars 2021
GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements ciblant des facteurs clés de progression des maladies neurodégénératives auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé que le Comité de surveillance et de suivi (Drug Safety Monitoring Board, ou DSMB) a autorisé la poursuite, comme prévu et sans modification, de l’étude de Phase 2 évaluant le temelimab chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents