Edition du 05-03-2021

Accueil » Cancer » Industrie » Produits

Noxxon : recrutement du 1er patient dans l’essai de phase I/II combinant NOX-A12 et radiothérapie dans le cancer du cerveau nouvellement diagnostiqué

Publié le mercredi 16 octobre 2019

Noxxon : recrutement du 1er patient dans l'essai de phase I/II combinant NOX-A12 et radiothérapie dans le cancer du cerveau nouvellement diagnostiquéNoxxon Pharma, société biopharmaceutique développant principalement des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral, a annoncé le recrutement et le premier traitement d’un patient nouvellement diagnostiqué d’un cancer du cerveau dans une étude clinique de phase I/II. L’étude porte sur l’association de doses croissantes de l’inhibiteur de la CXCL12, NOX-A12, avec la radiothérapie par faisceau externe.

Dans le cadre de cette étude, l’administration de NOX-A12 est prévue pendant une période maximale de six mois. Le mode d’action anticipé du NOX-A12 est l’inhibition de l’afflux indésirable de « cellules réparatrices » depuis la moelle osseuse dans la tumeur à la suite d’une rupture du système vasculaire de la tumeur induite par la radiothérapie. Ces « cellules réparatrices » agissent en remplaçant les vaisseaux sanguins de la tumeur qui ont été détruits par l’irradiation, ce qui entraîne ainsi une récidive de la maladie.

L’étude est conçue pour apporter des données sur l’innocuité ainsi que des premières données d’efficacité dans le but de définir une dose recommandée de phase II (DPR2D) pour cette nouvelle approche thérapeutique. De plus, l’évaluation non invasive des modifications de la vascularisation tumorale devrait confirmer le mécanisme d’action attendu du NOX-A12 en association avec la radiothérapie.

« Cette étude est une nouvelle option pour les patients dont la pathologie est très difficile à traiter. Le candidat-médicament devrait bloquer l’afflux de deux types distincts de cellules que la tumeur cérébrale endommagée tente de recruter pour aider à se réparer et à survivre. De nombreuses études précliniques ainsi qu’un récent essai clinique à Stanford ont donné des résultats prometteurs grâce à des interventions ciblant la voie CXCL12. Nous avons tiré certaines leçons de ces données et nous sommes très optimistes quant à l’efficacité du blocage des deux types de cellules pour une plus longue durée », a commenté le Dr Frank Giordano, Directeur intérimaire du Département de Radio-Oncologie au Centre Médical Universitaire de Mannheim en Allemagne.

« Sur la base de données précliniques prometteuses chez le rat et la souris, nous sommes très heureux d’évaluer le NOX-A12 dans cette indication. Il s’agit d’une approche unique et prometteuse qui a le potentiel de traiter efficacement les patients atteints d’un cancer du cerveau pour lesquels il n’existe actuellement aucun traitement optimal. La demande de la communauté clinique pour tester cette combinaison a été très forte et nous sommes heureux que le traitement des patients ait été initié. Les données de la première cohorte de patients sont attendues en milieu d’année 2020 », ajoute le Dr Jarl Ulf Jungnelius, Directeur Médical de NOXXON.

L’essai se déroule dans trois hôpitaux en Allemagne. Jusqu’à trois doses croissantes de NOX-A12 seront administrées, en association avec la radiothérapie standard, en traitement de première intention à des patients nouvellement diagnostiqués avec des tumeurs cérébrales qui ne bénéficieraient pas des chimiothérapies standards actuelles et dont les tumeurs ne peuvent être complètement réséquées par chirurgie. L’objectif principal de l’étude est d’évaluer l’innocuité et la tolérance de cette association. Les critères d’évaluation secondaires comprennent l’activité du traitement, évaluée par la surveillance de la vascularisation de la tumeur par IRM, la survie sans progression, la survie globale et les taux de réponse.

Source : Noxxon








MyPharma Editions

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

Publié le 4 mars 2021
GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements ciblant des facteurs clés de progression des maladies neurodégénératives auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé que le Comité de surveillance et de suivi (Drug Safety Monitoring Board, ou DSMB) a autorisé la poursuite, comme prévu et sans modification, de l’étude de Phase 2 évaluant le temelimab chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents