Edition du 18-10-2018

Paludisme: des progrès « fragiles » selon l’OMS

Publié le mardi 13 décembre 2011

Selon le rapport publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé, les taux de mortalité attribuables au paludisme ont baissé, depuis 2000, de plus de 25% au niveau mondial et de 33% dans la région africaine de l’OMS. Ces progrès ont été possibles grâce à une extension considérable, depuis dix ans, des mesures visant à combattre et à prévenir le paludisme, notamment grâce à l’utilisation à grande échelle des moustiquaires, à l’amélioration des outils de diagnostic et à une meilleure disponibilité des médicaments antipaludiques.

D’après le Rapport 2011 sur le paludisme dans le monde, l’incidence du paludisme et les taux de mortalité ont baissé dans toutes les régions du monde ces dix dernières années. Selon les estimations, il y a eu, en 2010, 216 millions de cas de paludisme dans les 106 pays et territoires d’endémie. On estime que 81% de ces cas et 91% des décès sont survenus dans la Région africaine de l’OMS. À l’échelle mondiale, 86% des victimes étaient des enfants de moins de cinq ans.

On estime qu’en 2010, le paludisme a provoqué 655 000 décès, soit 36 000 de moins que l’année précédente. Si cette baisse de 5% d’une année sur l’autre représente un progrès important, les chiffres de la mortalité restent étonnamment élevés pour une maladie qu’il est tout à fait possible de prévenir et de traiter.

Des progrès constants
Les moustiquaires à imprégnation durable sont l’un des moyens les moins onéreux et les plus efficaces de lutter contre le paludisme. D’après le nouveau rapport, le nombre de moustiquaires livrées dans les pays d’endémie palustre d’Afrique subsaharienne est passé de 88,5 millions en 2009 à 145 millions en 2010. On estime qu’en Afrique subsaharienne, 50% des foyers disposent désormais d’au moins une moustiquaire et que 96% des personnes qui ont accès à une moustiquaire l’utilisent.

Le déploiement des tests de diagnostic, essentiels pour différencier le paludisme des autres affections fébriles, a également progressé. Le nombre de tests de diagnostic rapide livrés par les fabricants est passé de 45 millions en 2008 à 88 millions en 2010 et, dans la Région africaine de l’OMS, le taux de dépistage dans le secteur public est passé de 20 % en 2005 à 45 % en 2010.

À l’échelle mondiale, le volume de médicaments antipaludiques livrés au secteur public a également augmenté. En 2010, 181 millions de traitements reposant sur des combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (CTA) ont été achetées, contre 158 millions en 2009 et 11 millions seulement en 2005. Les CTA sont recommandées en première intention pour le traitement de la forme la plus mortelle du paludisme, celle due au parasite Plasmodium falciparum.

Déficit de financement prévu
Malgré les progrès significatifs enregistrés en 2010, le déficit de financement prévu pourrait remettre en cause les réalisations obtenues au prix d’efforts considérables au cours de la dernière décennie.

Les fonds internationaux destinés à la lutte antipaludique ont atteint 1,7 milliard de dollars en 2010 et 2 milliards en 2011, ce qui reste sensiblement en deçà des 5 à 6 milliards annuels nécessaires pour atteindre les cibles mondiales. D’après les projections du rapport, malgré le soutien accru apporté par le Royaume-Uni, le financement de la lutte antipaludique subira une légère contraction en 2012 et 2013 et risque d’être ramené à 1,5 milliard de dollars par an d’ici 2015.

Cette diminution, due avant tout à la réduction des ressources disponibles dans le cadre du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, modifiera nettement le paysage de la lutte antipaludique et menacera la pérennité de l’approche fondée sur plusieurs volets, notamment les investissements concernant les moustiquaires de lit, la pulvérisation à effet rémanent à l’intérieur des habitations, les tests diagnostiques, le traitement, la recherche et l’innovation.

Nouvelles menaces
La résistance de Plasmodium falciparum aux artémisinines, confirmée à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande en 2009, a également été constatée ailleurs au Myanmar et au Viet Nam. L’OMS a recommandé à tous les pays d’interdire la commercialisation des monothérapies par voie orale comprenant de l’artémisinine, l’un des principaux facteurs favorisant l’émergence et la propagation de la résistance. Malgré les pressions internationales constantes, 25 pays autorisent encore la commercialisation de ces monothérapies et 28 firmes pharmaceutiques continuent à les commercialiser (contre 39 en 2010).

Le problème de la résistance du moustique aux insecticides semble également s’aggraver, même si jusqu’ici le phénomène n’a pas été relié à un échec sur une grande échelle des efforts de lutte antivectorielle. Selon le Rapport 2011 sur le paludisme dans le monde, qui contient pour la première fois des données sur la résistance aux insecticides, 45 pays ont constaté une résistance à l’une au moins des quatre classes d’insecticides utilisées pour la lutte antivectorielle, dont 27 en Afrique subsaharienne. La résistance a été signalée par toutes les Régions de l’OMS sauf la Région européenne. L’Inde et les pays d’endémie d’Afrique subsaharienne présentent la situation la plus préoccupante avec des informations faisant état d’une résistance largement répandue – dans certains cas, à toutes les classes d’insecticides – associée à une forte morbidité palustre.

Les efforts actuels de lutte antipaludique sont très dépendants d’une seule classe d’insecticides, les pyréthrinoïdes, qui constituent les composés les plus fréquemment utilisés dans la pulvérisation domiciliaire à effet rémanent et la seule classe d’insecticides recommandée – et actuellement utilisée – pour traiter les moustiquaires à imprégnation durable. Face à cette nouvelle menace, l’OMS s’efforce de mettre au point, en compagnie d’un large groupe de partenaires, un plan mondial de gestion de la résistance des vecteurs du paludisme aux insecticides, qui sera diffusé début 2012.

Source : OMS








MyPharma Editions

L’Institut Pierre Fabre de Tabacologie (IPFT) lance la 1ère édition du Prix de l’Innovation

Publié le 18 octobre 2018
L’Institut Pierre Fabre de Tabacologie (IPFT) lance la 1ère édition du Prix de l’Innovation

A partir du mois d’octobre 2018, l’Institut Pierre Fabre de Tabacologie débute sa campagne de recrutement pour son 1er Prix de l’Innovation. Ce concours a pour ambition de mettre en lumière et d’accompagner un projet innovant permettant d’améliorer la prévention et la prise en charge du sevrage tabagique, au profit des professionnels de santé ou des patients.

Les remboursements de soins du régime général à fin septembre en hausse de 2,3%

Publié le 18 octobre 2018
Les remboursements de soins du régime général à fin septembre en hausse de 2,3%

Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 3,1% sur les neuf premiers mois de l’année et de 3,2% sur les douze derniers mois. Au cours des neuf premiers mois, le remboursement des médicaments délivrés en ville progressent de 3,2% (2,8% sur douze mois).

GenSight Biologics : des résultats positifs de l’étude de Phase III REVERSE avec GS010

Publié le 18 octobre 2018
GenSight Biologics : des résultats positifs de l’étude de Phase III REVERSE avec GS010

GenSight Biologics a annoncé aujourd’hui des résultats additionnels à 72 semaines de l’étude clinique de Phase III REVERSE, qui évalue la sécurité et l’efficacité d’une seule injection intra-vitréenne de GS010 (rAAV2/2-ND4) chez 37 patients atteints de neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) induite par la mutation 11778-ND4, et chez qui la perte d’acuité visuelle a débuté entre 6 et 12 mois avant le traitement.

Transgene : 1er patient traité de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 dans les tumeurs gastro-intestinales avancées

Publié le 18 octobre 2018
Transgene : 1er patient traité de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 dans les tumeurs gastro-intestinales avancées

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé le traitement du premier patient de l’essai de Phase 1/2 de TG6002 chez des patients atteints de tumeurs gastro-intestinales avancées telles que les cancers du côlon, au centre Léon Bérard (Lyon). Cet essai multicentrique est autorisé en France, en Belgique et en Espagne. Il inclura jusqu’à 59 patients.

Inventiva : deux nominations au sein de son équipe de direction

Publié le 18 octobre 2018
Inventiva : deux nominations au sein de son équipe de direction

Inventiva, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé la nomination du Dr Marie-Paule Richard, M.D., au poste de Directrice Médicale et du Dr David Nikodem, Ph.D., au poste de Vice-Président des Opérations aux États-Unis, en prévision des prochaines étapes de développement de la société.

Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

Publié le 17 octobre 2018
Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

À l’occasion de la Journée Mondiale contre la Douleur, Theranexus, société biopharmaceutique innovante dans le traitement des maladies neurologiques et pionnière dans le développement de candidats médicaments agissant sur l’interaction entre neurones et cellules gliales, annonce son objectif de lancer au premier semestre 2019 une étude clinique de phase 2 dans le traitement des douleurs neuropathiques avec son candidat médicament THN 101.

GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

Publié le 17 octobre 2018
GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

GeNeuro, a annoncé, suite aux données positives résultant de sa collaboration avec le NINDS, un organisme faisant partie du NIH (National Institutes of Health) aux États-Unis, sur des modèles précliniques de sclérose latérale amyotrophique (SLA), que la société a signé une licence exclusive mondiale portant sur un programme de développement d’anticorps bloquant l’activité des pHERV-K Env, une protéine d’enveloppe rétrovirale codée par un membre pathogène de la famille des rétrovirus endogènes humains HERV-K, jouant potentiellement un rôle clé dans la pathogénie de la SLA.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions