Edition du 04-03-2021

Roche crée un Institut de Recherche et de Médecine Translationnelle en France

Publié le jeudi 23 juin 2011

Roche a annoncé jeudi la création en France d’un Institut de Recherche et de Médecine Translationnelle, faisant partie intégrante de Pharma Research and Early Development (pRED), l’unité en charge de la recherche et des phases précoces de développement de la division Pharma du groupe suisse. Objectif: développer des partenariats stratégiques avec les plus grands instituts de recherche académique en France.

Cet institut dédié à la recherche partenariale aura pour missions d’identifier, en fonction de la stratégie recherche et développement (R&D) du groupe, des équipes d’excellence de la recherche académique française et de construire avec elles des partenariats scientifiques de haut niveau dans des domaines d’intérêt mutuel. Cet institut a l’ambition de fédérer les partenaires académiques de Roche en France autour de plusieurs domaines clés : la cancérologie, les neurosciences, le métabolisme, l’inflammation/la virologie, la recherche translationnelle et la toxicologie.

« Notre démarche vise à établir des collaborations solides et durables en France, un pays à la pointe de la recherche dans le domaine des sciences du vivant, qui peut s’appuyer sur des experts mondialement reconnus et un fort potentiel d’innovation, » commente Jean-Jacques Garaud, à la tête de pRED chez Roche. « Au sein de l’Institut de Recherche et de Médecine Translationnelle, nous aurons la possibilité de travailler en direct avec les meilleurs scientifiques français, avec pour objectif d’accélérer le transfert des avancées scientifiques vers des solutions thérapeutiques innovantes et personnalisées, au bénéfice des malades. »

Transférer plus rapidement la recherche fondamentale
L’Institut de Recherche et de Médecine Translationnelle vient compléter le réseau de collaborations académiques mis en place par pRED, rejoignant ainsi Singapour, la Suisse (avec Bâle et Genève), ou encore les Pays-Bas. En créant ces structures de recherche collaboratives multipartenaires et multidisciplinaires, l’objectif du groupe est de transférer plus rapidement la recherche fondamentale vers des applications thérapeutiques innovantes.
L’Institut de Recherche et de Médecine Translationnelle sera géré par une équipe interne à Roche, spécialisée dans la gestion des partenariats académiques, sous la direction de Stephan Chalon. Cette équipe pluridisciplinaire aura pour objectif de mettre en place de nouvelles collaborations avec les meilleures institutions académiques en France, offrant un accès privilégié à un savoir et des plateformes technologiques de pointe, ainsi qu’aux toutes dernières découvertes scientifiques dans des pathologies graves où les besoins sont importants.
« Notre objectif est d’accélérer la découverte de nouvelles voies thérapeutiques, enjeux majeurs pour les équipes médicales et pour les patients,» souligne Sophie Kornowski-Bonnet, président de Roche Pharma France. « En s’associant à des acteurs de haut niveau de la recherche académique française, Roche entend contribuer à la valorisation des grandes capacités d’innovation de la France dans le domaine des sciences du vivant. »

La stratégie d’innovation de Roche
Pour permettre le passage de la recherche fondamentale à des traitements médicaux adaptés à chaque type de patient, la stratégie globale de recherche et développement (R&D) de Roche s’appuie sur deux composantes majeures : l’innovation externe à l’entreprise et des collaborations stratégiques avec des centres académiques de renom dans différentes parties du monde. Par leurs capacités translationnelles et technologiques, ces collaborations académiques viennent améliorer et agrandir le réseau global R&D de Roche. Celui-ci est basé d’une part sur ses propres centres de recherche dont les sites principaux se trouvent à Bâle en Suisse, à Nutley dans le New Jersey et à San Francisco en Californie, et d’autre part sur de nombreuses collaborations avec des partenaires biotechnologiques et industriels de par le monde.
Aujourd’hui, 48 programmes de recherche sont en cours avec des acteurs incontournables de la recherche académique en France, dans des domaines de recherche prioritaires, tels que la cancérologie, la néphrologie, la virologie ou la maladie d’Alzheimer. Quelques exemples de collaborations en cours :

– L’Institut Curie, avec un projet sur les cellules tumorales circulantes et l’ADN tumoral circulant en tant que biomarqueurs prédictifs de l’efficacité de la chimiothérapie dans le cancer du sein triple négatif.

– L’Institut Pasteur, le MIRCEN et l’ICM, avec le développement de nouveaux marqueurs ciblant les plaques amyloïdes et les enchevêtrements neurofibrillaires en tant que nouveaux outils pour le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer.

– L’Hôpital de la Pitié-Salpétrière, l’Hôpital Saint-Antoine, Orsay et l’ICM, avec l’identification de biomarqueurs sanguins reflétant une modification du métabolisme du peptide b-amyloïde cérébral pour un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer.

– Le laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) à Grenoble avec un programme de recherche sur le virus influenza (rôle de la coiffe de l’ARNm et analyse de l’endonucléase virale par cristallographie).

– L’Hôpital Européen Georges Pompidou et Necker, avec la validation préclinique/ clinique de nouveaux marqueurs urinaires/ plasmatiques d’insuffisance rénale chronique.

Source : Roche








MyPharma Editions

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

LFB : l’EMA valide le dépôt de la demande d’AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Publié le 2 mars 2021
LFB : l'EMA valide le dépôt de la demande d'AMM d’eptacog beta (activé), un facteur de coagulation VIIa recombinant

Le LFB, le groupe biopharmaceutique qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines recombinantes pour la prise en charge des patients atteints de pathologies graves et souvent rares, vient d’annoncer que l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’autorité réglementaire européenne, a validé le dépôt de la demande d’autorisation de mise sur le marché d’eptacog beta, un facteur de coagulation VIIa recombinant (rFVIIa).

Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Publié le 2 mars 2021
Abionyx : les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare publiés dans « Annals of Internal Medecine »

Abionyx Pharma vient d’annoncer les résultats cliniques positifs de CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare qui sont publiés en exclusivité dans la revue scientifique « Annals of Internal Medicine », la revue de médecine interne la plus citée et la mieux classée dans la catégorie Médecine.

Industrie pharmaceutique : accord sur les salaires minima pour l’année 2021

Publié le 2 mars 2021

A l’issue de deux réunions de négociations les 7 janvier et 18 février dernier, le Leem a proposé à la signature un accord collectif revalorisant l’ensemble des salaires minima conventionnels de 0,8 % au 1er janvier 2021.

Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Publié le 2 mars 2021
Abivax : le Dr Sophie Biguenet nommée Directrice Médicale

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui vise à moduler le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé la nomination du Dr Sophie Biguenet en tant que Directrice Médicale à compter du 1er mars 2021.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents