Edition du 16-02-2019

Sanofi et AstraZeneca vont échanger plus de 200 000 molécules chimiques

Publié le vendredi 20 novembre 2015

Visuel LeemSanofi et AstraZeneca ont annoncé vendredi l’échange direct de 210 000 molécules issues de leurs chimiothèques exclusives respectives. Ce nouveau modèle d’innovation ouverte vise à renforcer la diversité chimique de leurs collections respectives et permettre à chacun des deux groupes pharmaceutiques de cribler un nombre plus important et plus diversifié de petites molécules susceptibles de devenir de futurs médicaments.

Les deux groupes pharmaceutiques ont sélectionné les molécules à s’échanger en fonction de leurs différences avec celles qu’ils ont chacun en leur possession. Les structures chimiques et procédures synthétiques seront également mise en commun pour faciliter leur utilisation. Ces molécules seront par ailleurs échangées en quantité suffisante pour permettre à chaque entreprise de réaliser des criblages à haut débit pendant plusieurs années en vue d’évaluer leur activité contre des cibles biologiques spécifiques. Les molécules montrant une activité significative (les « touches » ou «hits») pourront éventuellement subir différentes modifications afin d’optimiser leur structure avant d’être considérées comme des structures-guides (ou « lead compounds ») et faire éventuellement l’objet d’un développement plus poussé.

« Sanofi s’engage en faveur de l’innovation ouverte avec ses plateformes de R&D car le Groupe estime que la collaboration est le fondement même de tout progrès médical », a expliqué Elias Zerhouni, Président Monde de la R&D de Sanofi. « Nous sommes très heureux de collaborer avec d’autres entreprises dès lors que cela accélère la découverte de nouveaux traitements aptes à améliorer ou à sauver la vie des patients. Nous pensons que cette collaboration renforcera notre capacité à développer des solutions innovantes de nature à apporter une valeur médicale significative et à transformer des vies. »

« Il s’agit d’un accord hautement novateur qui correspond à notre approche d’innovation ouverte », a déclaré Mene Pangalos, Vice-Président Exécutif, Médicaments Innovants et Développement Précoce d’AstraZeneca. « Nous avons beaucoup travaillé ces dernières années pour enrichir notre bibliothèque de molécules et cet échange, de loin le plus important que nous ayons réalisé, nous permet d’accroître sa diversité de manière significative. Plus important encore, il va accélérer notre capacité à identifier des points de départ uniques qui pourraient devenir de nouveaux médicaments pour les patients. »

Les deux groupes précisent que « l’échange ne fait l’objet ni d’un paiement initial ni de paiements d’étape dans l’éventualité où les molécules concernées aboutiraient à un candidat clinique. Chaque entreprise peut étudier les molécules qu’elle recevra sans restriction quant aux domaines thérapeutiques visés ».

Source : Sanofi / AstraZeneca








MyPharma Editions

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

Publié le 13 février 2019
WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

WeHealth by Servier, la direction e-santé du groupe Servier, et l’AgeLab, rattaché au Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat qui vise à définir les nouvelles opportunités du marché des objets connectés à domicile.

Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

Publié le 13 février 2019
Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

L’ANSM vient de publier un point sur les derniers avis et recommandations du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui s’est réuni du 11-14 décembre 2018. Le PDCO a rendu au cours de cette session 6 avis favorables révisés de PIPs, dans les indications suivantes :

Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l’INRIA

Publié le 13 février 2019
Cancer du poumon : 900 000 € dédié au Projet Pimiento piloté par Sophia Genetics et l'INRIA

Sophia Genetics a annoncé sa collaboration avec l’INRIA qui s’est vu attribué une enveloppe de 900 000 € par le Fonds de dotation MSD’AVENIR en vue de soutenir le projet PIMIENTO : projet de recherche dans le domaine du cancer du poumon non à petites cellules.

Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Publié le 12 février 2019
Samsung Bioepis et C-Bridge Capital vont développer et commercialiser des biosimilaires de nouvelle génération en Chine

Samsung Bioepis a annoncé son expansion en Chine continentale grâce à un accord de licence avec C-Bridge Capital. Cet accord couvre plusieurs candidats biosimilaires de Samsung Bioepis, dont les candidats biosimilaires SB11 et SB12 de troisième génération, qui référencent le LUCENTIS® (ranibizumab) et le SOLIRIS® (eculizumab), respectivement, ainsi que le SB3, un candidat biosimilaire référençant l’HERCEPTIN® 3 (trastuzumab).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions