Edition du 12-05-2021

Secteur pharma: la fiscalité en France plus lourde que dans les principaux pays européens

Publié le mardi 2 octobre 2012

Selon une étude fiscale, réalisée à la demande du LEEM par le cabinet Landwell (groupe PwC), sur la charge globale d’impôts et prélèvements qui pèse sur les laboratoires pharmaceutiques dans les principaux pays européens, le taux d’impôt global le plus élevé est systématiquement celui applicable en France quels que soient les cas de figure et le profil d’entreprises retenus.

Cette étude couvre les principaux impôts et prélèvements auxquels les entreprises de l’industrie pharmaceutique sont assujetties, qu’il s’agisse de charges générales ou sectorielles.

Les écarts les plus sensibles concernent les entités de distribution (jusqu’à 57 points d’écart entre la France et l’Irlande) et les entités de fabrication et distribution (jusqu’à 43 points d’écart entre la France et l’Irlande).
Pour le profil ‘’Sociétés Mères’’, l’écart reste très significatif (27 points d’écart entre la France et l’Irlande, 14 points avec la Suisse (canton de Bâle), 13 à 18 points avec le UK). Il est néanmoins légèrement plus réduit, grâce au régime fiscal français applicable aux redevances de brevets ainsi qu’au crédit impôt recherche.

Lorsque l’on ajoute à ce taux d’impôt, les charges sociales et la participation des salariés, le taux global de ces trois indices est systématiquement et nettement supérieur en France, par rapport à tous les autres pays étudiés. Sur ce taux global, l’écart minimal entre la France et les autres pays est de 7 points – et cet écart peut aller jusqu’à plus de 60 points.

Le Leem souligne que « le nombre d’impôts et taxes applicables en France – et en particulier les taxes sectorielles – est supérieur à celui des autres pays. La France compte ainsi une dizaine de taxes sectorielles pharmaceutiques, alors que les autres pays en tout au plus 3 (Espagne et Italie), voire une seule (Allemagne) ou même aucune à l’exception non significative des honoraires d’enregistrement des spécialités pharmaceutiques (Grande Bretagne, Suisse et Irlande) ».

« Le poids des taxes sectorielles par rapport au taux d’imposition global est extrêmement élevé en France – de 34% à 62% selon le profil de l’entreprise. L’augmentation récente de la contribution sur le chiffre d’affaires de 0.6% et des plafonds de diverses taxes pharmaceutiques est venue sensiblement alourdir le poids de cette fiscalité spécifique », estime le Leem.

Selon l’organisation, « la France est face à une problématique majeure d’attractivité fiscale pour les entreprises du médicament, que les mécanismes d’incitations fiscales en vigueur – crédit d’impôt recherche et fiscalité des brevets – ne permettent pas d’inverser ».

A l’image de la Grande-Bretagne avec le ‘’patent box’’, d’autres pays européens se dotent de mécanismes fiscaux d’incitation à l’innovation afin d’asseoir plus encore l’attractivité de leur territoire. Le Leem estime ainsi que les pouvoirs publics pourraient a minima «  simplifier à coût constant la fiscalité spécifique, doivent intégrer ce paramètre afin que la France soit en mesure de maintenir sur son territoire les entreprises pharmaceutiques innovantes en pérennisant ces mécanismes d’incitation existants ».

« En effet, outre un taux global supérieur aux autres grands pays européens, l’attractivité de la France est victime des lois de finances successives qui remettent en cause l’assiette de ces dispositifs alors que les entreprises pharmaceutiques ont nécessairement besoin d’une visibilité et d’une lisibilité fiscales à long terme que leur offrent les autres grands Etats européens », commente enfin le Leem.

Source : Leem








MyPharma Editions

Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Publié le 11 mai 2021
Pherecydes Pharma étend son portefeuille de brevets avec un nouveau brevet accordé à Hong Kong

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord des autorités de Hong-Kong pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Pseudomonas Aeruginosa sur ce territoire.

Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Publié le 11 mai 2021
Iktos et Facio Therapies vont collaborer en utilisant l’IA pour la conception de traitements de la dystrophie facio-scapulo-humérale

Iktos, société spécialisée dans l’intelligence artificielle pour la conception de nouveaux médicaments, et Facio Therapies, société de découverte et développement de médicaments axée sur la mise au point de traitements pour la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSH), ont annoncé leur entrée en collaboration pour appliquer la technologie d’intelligence artificielle (IA) de modélisation générative d’Iktos dans l’un des programmes de découverte de médicaments de Facio.

Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Publié le 11 mai 2021
Xenothera signe un contrat de précommande de son traitement anti-COVID avec le gouvernement français

Xenothera a annoncé la signature d’un contrat de réservation de 30.000 doses unitaires de XAV-19 avec le Ministère de la Santé et des Solidarités français. Le XAV-19 est l’anticorps polyclonal anti-SARS-CoV-2 développé en France par la biotech nantaise, sur la base de sa technologie d’anticorps glyco-humanisés. Ce traitement est destiné aux patients atteints de COVID modérée, pour éviter l’aggravation de la maladie et un transfert en réanimation.

MATWIN distingue quatre projets novateurs dans la lutte contre les cancers

Publié le 11 mai 2021
MATWIN distingue quatre projets novateurs dans la lutte contre les cancers

MATWIN, accélérateur national français spécialisé en oncologie et filiale d’Unicancer, a annoncé les quatre lauréats distingués par ses deux jurys réunis en session numérique du 3 au 5 mai derniers en marge de la 6e édition de sa Convention Partnering MEET2WIN dédiée à l’oncologie.

COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l’UE en matière de traitements

Publié le 10 mai 2021
COVID-19 : la Commission propose une stratégie de l'UE en matière de traitements

La Commission européenne vient de proposer, en complément de la stratégie de l’UE pour les vaccins, une stratégie en matière de traitements contre la COVID-19. Objectif : encourager la mise au point et la disponibilité de traitements plus que nécessaires pour lutter contre cette maladie, y compris dans le traitement de la «COVID longue». La stratégie proposée couvre l’ensemble du cycle de vie des médicaments: de la recherche, du développement et de la fabrication à la passation de marchés et au déploiement.

Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d’UPSA

Publié le 6 mai 2021
Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d'UPSA

Le groupe Taisho Pharmaceutical vient d’annoncer la nomination d’Isabelle Van Rycke en tant que présidente et CEO du laboratoire UPSA à compter du 10 mai 2021.

GSK : Benlysta approuvé dans l’UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

Publié le 6 mai 2021
GSK : Benlysta approuvé dans l'UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer que la Commission européenne a approuvé l’utilisation de BENLYSTA (bélimumab) par voie intraveineuse et sous-cutanée, pour le traitement des patients adultes atteints de glomérulonéphrite lupique (GNL) active, en association avec des immunosuppresseurs.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents