Edition du 19-08-2018

Transgene présente une nouvelle génération de virus oncolytique ayant une plus grande capacité cytotoxique

Publié le jeudi 6 octobre 2016

Transgene présente une nouvelle génération de virus oncolytique ayant une plus grande capacité cytotoxiqueTransgene, la société strasbourgeoise qui développe des produits d’immunothérapie ciblée contre les cancers et les maladies infectieuses, a présenté une approche originale visant à augmenter l’activité cytotoxique des virus oncolytiques au 10ème congrès international des thérapies issues de virus oncolytiques réplicatifs qui s’est tenu à Vancouver, Canada, du 1er au 4 octobre 2016.

Cette approche repose sur l’utilisation d’intracorps (ou anticorps intracellulaires), des fragments d’anticorps monoclonaux recombinants, conçus pour agir à l’intérieur de la cellule et pour contourner un mécanisme observé chez certaines lignées de cellules tumorales résistantes, empêchant la cytolyse induite par le virus.

Johann Foloppe, PhD, Senior Scientist au sein de l’équipe de recherche sur les virus oncolytiques de Transgene, explique : « En dépit des récents progrès en matière de virothérapie oncolytique, il est nécessaire de concevoir de nouveaux virus capables de surmonter la résistance de certaines cellules cancéreuses face à la cytolyse. Nous avons identifié des cibles importantes qui régulent l’activité cytolytique et avons mis au point une nouvelle approche pour inhiber ces cibles à l’intérieur de la cellule. Nous pensons que cette approche nous permettra de générer la prochaine génération de vecteurs viraux, pouvant lyser de façon plus sélective et plus efficace les cellules tumorales. »

Les recherches ont porté sur un candidat virus oncolytique issu de la lignée Copenhague du vaccinia virus (VACV), présentant la double délétion des gènes TK et RR pour permettre sa sélectivité tumorale.

Dans le poster, les scientifiques de Transgene et les institutions académiques partenaires ont mis en évidence le potentiel d’une nouvelle approche dans la conception d’un virus oncolytique. Les recherches ont permis d’identifier 16 « cibles », impliquées dans le phénomène de résistance, qui sont produites au sein de la cellule tumorale en réponse à l’infection par le VACV. Les recherches ont aussi montré la capacité du virus d’exprimer un anticorps monoclonal appelé intracorps dans la cellule tumorale, ayant la faculté de neutraliser spécifiquement l’une de ces cibles en se liant à cette dernière et en la transportant dans le noyau de la cellule où elle ne peut être active. Cette « relocalisation » a pour but de mimer les interférences par siRNA (ARN inhibiteurs). Les recherches ont porté sur des lignées cellulaires peu prédisposées à la cytolyse induite par les VACV. Ces résultats prometteurs élargissent le spectre des indications thérapeutiques envisageables.

Transgene envisage de concevoir une nouvelle génération de traitements reposant sur des virus oncolytiques, capables de procéder à la relocalisation de protéines de cellules tumorales par le biais d’anticorps intracellulaires, dans le but d’augmenter la destruction des tumeurs.

« Les résultats originaux qui ont été présentés à ce congrès international démontrent le potentiel de la plateforme de vaccinia virus pour l’expression d’intracorps. Avec cette approche innovante, nous ouvrons de nouvelles perspectives en matière de virus oncolytiques armés. Je suis confiant dans les capacités de recherche de Transgene et dans le fait qu’elles contribuent à nous positionner comme un des leaders mondiaux du développement des nouvelles virothérapies oncolytiques. », ajoute Eric Quéméneur, Directeur Scientifique de Transgene.

Actuellement au stade clinique de Phase 3, Pexa-Vec est la virothérapie oncolytique de Transgene dont le développement est le plus avancé. L’essai clinique de Phase 3 en cours évalue le potentiel de ce traitement innovant pour des patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé (HCC – cancer primitif du foie). Cet essai est conduit par le partenaire de Transgene, SillaJen, Inc. Transgene prépare d’autres essais cliniques de Pexa-Vec en combinaison avec des inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (ICI) chez des patients présentant des tumeurs solides.

Autre traitement en développement, TG6002 est un virus oncolytique de deuxième génération. TG6002 devrait faire l’objet d’un essai clinique de Phase 1 démarrant au 1er semestre 2017 chez des patients atteints de glioblastome. Il sera conduit à l’AP-HP avec le soutien de l’InCa ; son investigateur principal est le Pr Delattre. TG6002 est issu de la lignée Copenhague du vaccinia virus (VACV), présentant une double délétion des gènes TK et RR afin d’empêcher qu’il ne se réplique dans les cellules saines. TG6002 a aussi été conçu pour exprimer le gène FCU1 qui permet une utilisation en combinaison avec du 5-FC pour produire localement du 5-FU, une chimiothérapie couramment utilisée.

Le poster est disponible en cliquant sur ce lien.

Source :  Transgene








MyPharma Editions

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Publié le 10 août 2018
Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Merz, la société allemande spécialisée dans le domaine de l’esthétique médicale et des neurotoxines, a annoncé la nomination de Bob Rhatigan en tant que CEO pour les Amériques. Pour développer son leadership concernant ses activités en Amérique du Nord chez Merz, M. Rhatigan sera désormais responsable de l’Amérique latine et surpervisera la stratégie commerciale mondiale de cette nouvelle région des Amériques.

Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Publié le 9 août 2018
Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Genomic Vision vient de signer un contrat de licence avec European Equity Partners (EEP), une société d’investissement privée au Royaume-Uni spécialisée dans les investissements dans le secteur des sciences de la vie, pour l’utilisation de la technologie du peignage moléculaire dans le domaine de la biotransformation.

Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Publié le 7 août 2018
Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Celyad, la société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé la nomination de Philippo Petti en qualité de « Chief Financial Officer », succédant à Patrick Jeanmart.

L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

Publié le 6 août 2018
L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé dans un point d’information avoir élaboré trois Recommandations Temporaires d’Utilisation (RTU) dans le traitement adjuvant du mélanome pour Opdivo (nivolumab), Keytruda (pembrolizumab) et l’association Mekinist-Tafinlar (trametinib-dabrafenib).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions