Edition du 23-01-2022

Transgene présente une nouvelle génération de virus oncolytique ayant une plus grande capacité cytotoxique

Publié le jeudi 6 octobre 2016

Transgene présente une nouvelle génération de virus oncolytique ayant une plus grande capacité cytotoxiqueTransgene, la société strasbourgeoise qui développe des produits d’immunothérapie ciblée contre les cancers et les maladies infectieuses, a présenté une approche originale visant à augmenter l’activité cytotoxique des virus oncolytiques au 10ème congrès international des thérapies issues de virus oncolytiques réplicatifs qui s’est tenu à Vancouver, Canada, du 1er au 4 octobre 2016.

Cette approche repose sur l’utilisation d’intracorps (ou anticorps intracellulaires), des fragments d’anticorps monoclonaux recombinants, conçus pour agir à l’intérieur de la cellule et pour contourner un mécanisme observé chez certaines lignées de cellules tumorales résistantes, empêchant la cytolyse induite par le virus.

Johann Foloppe, PhD, Senior Scientist au sein de l’équipe de recherche sur les virus oncolytiques de Transgene, explique : « En dépit des récents progrès en matière de virothérapie oncolytique, il est nécessaire de concevoir de nouveaux virus capables de surmonter la résistance de certaines cellules cancéreuses face à la cytolyse. Nous avons identifié des cibles importantes qui régulent l’activité cytolytique et avons mis au point une nouvelle approche pour inhiber ces cibles à l’intérieur de la cellule. Nous pensons que cette approche nous permettra de générer la prochaine génération de vecteurs viraux, pouvant lyser de façon plus sélective et plus efficace les cellules tumorales. »

Les recherches ont porté sur un candidat virus oncolytique issu de la lignée Copenhague du vaccinia virus (VACV), présentant la double délétion des gènes TK et RR pour permettre sa sélectivité tumorale.

Dans le poster, les scientifiques de Transgene et les institutions académiques partenaires ont mis en évidence le potentiel d’une nouvelle approche dans la conception d’un virus oncolytique. Les recherches ont permis d’identifier 16 « cibles », impliquées dans le phénomène de résistance, qui sont produites au sein de la cellule tumorale en réponse à l’infection par le VACV. Les recherches ont aussi montré la capacité du virus d’exprimer un anticorps monoclonal appelé intracorps dans la cellule tumorale, ayant la faculté de neutraliser spécifiquement l’une de ces cibles en se liant à cette dernière et en la transportant dans le noyau de la cellule où elle ne peut être active. Cette « relocalisation » a pour but de mimer les interférences par siRNA (ARN inhibiteurs). Les recherches ont porté sur des lignées cellulaires peu prédisposées à la cytolyse induite par les VACV. Ces résultats prometteurs élargissent le spectre des indications thérapeutiques envisageables.

Transgene envisage de concevoir une nouvelle génération de traitements reposant sur des virus oncolytiques, capables de procéder à la relocalisation de protéines de cellules tumorales par le biais d’anticorps intracellulaires, dans le but d’augmenter la destruction des tumeurs.

« Les résultats originaux qui ont été présentés à ce congrès international démontrent le potentiel de la plateforme de vaccinia virus pour l’expression d’intracorps. Avec cette approche innovante, nous ouvrons de nouvelles perspectives en matière de virus oncolytiques armés. Je suis confiant dans les capacités de recherche de Transgene et dans le fait qu’elles contribuent à nous positionner comme un des leaders mondiaux du développement des nouvelles virothérapies oncolytiques. », ajoute Eric Quéméneur, Directeur Scientifique de Transgene.

Actuellement au stade clinique de Phase 3, Pexa-Vec est la virothérapie oncolytique de Transgene dont le développement est le plus avancé. L’essai clinique de Phase 3 en cours évalue le potentiel de ce traitement innovant pour des patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé (HCC – cancer primitif du foie). Cet essai est conduit par le partenaire de Transgene, SillaJen, Inc. Transgene prépare d’autres essais cliniques de Pexa-Vec en combinaison avec des inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (ICI) chez des patients présentant des tumeurs solides.

Autre traitement en développement, TG6002 est un virus oncolytique de deuxième génération. TG6002 devrait faire l’objet d’un essai clinique de Phase 1 démarrant au 1er semestre 2017 chez des patients atteints de glioblastome. Il sera conduit à l’AP-HP avec le soutien de l’InCa ; son investigateur principal est le Pr Delattre. TG6002 est issu de la lignée Copenhague du vaccinia virus (VACV), présentant une double délétion des gènes TK et RR afin d’empêcher qu’il ne se réplique dans les cellules saines. TG6002 a aussi été conçu pour exprimer le gène FCU1 qui permet une utilisation en combinaison avec du 5-FC pour produire localement du 5-FU, une chimiothérapie couramment utilisée.

Le poster est disponible en cliquant sur ce lien.

Source :  Transgene








MyPharma Editions

Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Publié le 21 janvier 2022
Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Le groupe Ipsen vient d’annoncer la nomination de Karen Witts en tant que membre indépendant du Conseil d’administration.

Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d’euros pour soutenir la production et la recherche en France

Publié le 20 janvier 2022
Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d'euros pour soutenir la production et la recherche en France

Pfizer vient d’annoncer son intention d’investir plus de 520 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’investissement sur cinq ans en France dans le secteur de la science et de la santé, en renforçant notamment les capacités de production sur le territoire et en stimulant la recherche et l’innovation dans plusieurs aires thérapeutiques.

Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Publié le 20 janvier 2022
Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé les résultats d’une étude préliminaire menée en laboratoire qui démontre que les anticorps provenant du sérum de personnes vaccinées avec trois doses du candidat vaccin inactivé de Valneva contre la COVID-19, VLA2001, neutralisaient le variant Omicron.

AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

Publié le 20 janvier 2022
AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM pour initier une étude de phase II (AB20006) chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère.

Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 20 janvier 2022
Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé qu’un deuxième essai de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des adultes présentant un prurigo nodulaire non contrôlé, une maladie chronique de la peau portant une signature inflammatoire de type 2, a atteint son critère d’évaluation primaire et ses principaux critères d’évaluation secondaires, et montré une diminution significative des démangeaisons et lésions cutanées comparativement à un placebo, après 24 semaines de traitement expérimental.

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents