Edition du 05-12-2022

Tuberculose : l’OMS met en garde contre le manque d’exactitude des tests sanguins

Publié le jeudi 21 juillet 2011

L’utilisation des tests sanguins (sérologiques) actuellement disponibles dans le commerce pour diagnostiquer la tuberculose évolutive conduit souvent à des erreurs de diagnostic ou de traitement et peut entraîner des problèmes de santé publique, déclare l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans une recommandation de politique générale publiée hier.
L’OMS invite instamment les pays à interdire l’utilisation de tests sanguins non homologués et aux résultats inexacts et à s’appuyer plutôt sur des tests microbiologiques ou moléculaires dont les résultats sont exacts, tels que les recommande l’OMS.

Le dépistage de la tuberculose évolutive par les anticorps ou les antigènes présents dans le sang est extrêmement difficile. Les patients peuvent présenter des réponses d’anticorps différentes laissant supposer qu’ils sont atteints de tuberculose évolutive alors qu’ils ne le sont pas. Par ailleurs, des anticorps produits contre d’autres micro-organismes peuvent à tort indiquer la présence d’une tuberculose évolutive. En outre, différents micro-organismes ont en commun les mêmes antigènes, ce qui rend les résultats des tests peu fiables. Ces facteurs peuvent faire qu’une tuberculose passe inaperçue ou au contraire soit diagnostiquée à tort.

« Dans l’intérêt du patient comme des soignants du secteur public comme du secteur privé de la santé, l’OMS appelle à mettre un terme à l’utilisation de ces tests sérologiques pour diagnostiquer la tuberculose », a déclaré le Dr Mario Raviglione, Directeur du Département OMS Halte à la tuberculose. « Un test sanguin pour diagnostiquer la tuberculose évolutive est une mauvaise pratique. Les résultats des tests sont incohérents, imprécis et mettent la vie des patients en danger. »

La recommandation de politique générale émise aujourd’hui s’applique aux tests sanguins pour le diagnostic de la tuberculose évolutive. Les tests sanguins concernant l’infection tuberculeuse latente sont actuellement examinés par l’OMS.

La nouvelle recommandation arrive après 12 mois d’analyse rigoureuse de données factuelles par l’OMS et des experts mondiaux. Quatre-vingt-quatorze études ont été évaluées – 67 concernant la tuberculose pulmonaire et 27 la tuberculose extrapulmonaire (qui atteint d’autres organes). Une quantité considérable de données ont fait apparaître que les tests sanguins produisaient un niveau inacceptable de résultats erronés – faux-positifs ou faux-négatifs – par rapport aux tests validés par l’OMS.

Les recherches ont révélé une « faible sensibilité » des tests sanguins commerciaux, qui fait qu’un nombre beaucoup trop élevé de patients sont déclarés exempts de la maladie (un faux-négatif qui en réalité est atteint de tuberculose évolutive). Cela peut se traduire par une transmission de la maladie à d’autres personnes, voire par le décès du malade non traité. Les travaux ont également fait apparaître une « faible spécificité », c’est-à-dire que l’on relève un nombre anormalement élevé de patients diagnostiqués à tort comme présentant une tuberculose (par exemple un faux-positif qui en réalité n’est pas atteint de tuberculose évolutive). Ces patients peuvent alors être soumis à un traitement superflu, alors que la cause réelle de la maladie dont ils souffrent ne sera pas diagnostiquée, ce qui à son tour peut entraîner un décès prématuré.

Plus d’un million de ces tests sanguins dont les résultats sont inexacts sont pratiqués chaque année pour diagnostiquer la tuberculose évolutive et coûtent souvent très cher aux patients. De nombreux patients paient en effet jusqu’à US $30 par test. Il existe au moins 18 de ces tests sanguins sur le marché. La plupart sont fabriqués en Europe ou en Amérique du Nord, même s’ils ne sont approuvés par aucun organisme de réglementation reconnu.

« Les tests sanguins pour le diagnostic de la tuberculose sont souvent destinés aux pays dont les mécanismes de réglementation des moyens diagnostiques laissent à désirer, où des incitations douteuses à la commercialisation peuvent l’emporter sur l’intérêt du patient, » a déclaré le Dr Karin Weyer, Coordonnateur chargé du renforcement des moyens de laboratoire et de diagnostic de la tuberculose pour le Département OMS Halte à la tuberculose. « Il s’agit d’un marché de plusieurs millions de dollars que représente la vente de tests de qualité inférieure dont les résultats ne sont pas fiables. »

C’est la première fois que l’OMS publie une recommandation de politique générale explicitement « négative » pour condamner une pratique largement utilisée dans les soins contre la tuberculose. Cela souligne la détermination de l’Organisation à traduire les éléments solides dont elle dispose en recommandations claires adressées aux gouvernements.

La tuberculose tue 1,7 million de personnes chaque année et elle est la première cause de mortalité des personnes vivant avec le VIH. L’amélioration du diagnostic précoce de la tuberculose et de son efficacité pour sauver davantage de vies est une mesure prioritaire pour l’OMS et pour la communauté internationale qui se consacre à la lutte contre la tuberculose. Des recherches sur la tuberculose sont en cours pour mettre sur le marché des tests améliorés plus rapides, faciles à administrer, efficaces et exacts.

Source : OMS








MyPharma Editions

Chikungunya : Valneva annonce des données positives à 12 mois sur la persistance des anticorps avec son candidat vaccin à injection unique

Publié le 5 décembre 2022

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui des données positives sur la persistance des anticorps douze mois après la vaccination avec une seule dose de son candidat vaccin contre le chikungunya, VLA1553.

Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Publié le 2 décembre 2022
Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Genopole, biocluster qui regroupe 77 entreprises de biotechnologies et 19 laboratoires académiques, lance un appel à candidatures pour son programme Shaker, tremplin pour les porteurs d’innovations biotech accueillis dès l’idée pour valider scientifiquement leur projet et le transformer en startup. 

Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Publié le 2 décembre 2022
Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Quest for change, réseau de cinq incubateurs d’excellence (Innovact, Quai Alpha, Rimbaud’Tech, SEMIA et The Pool) labellisés par la région, implanté sur six territoires du Grand Est, vient d’annoncer la création de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé. Il bénéficie de l’appui et du soutien de nombreux partenaires institutionnels en France, en Suisse, en Allemagne et à Boston (Etats-Unis), ainsi que de l’écosystème de l’innovation du Grand Est, avec en premier lieu BioValley France et SATT Conectus, partenaires du Consortium DeepEst.

Livraison de médicaments à domicile : Sanofi apporte 1 million d’euros à Livmed’s, la start-up FrenchTech

Publié le 1 décembre 2022

Sanofi vient d’annoncer sa participation comme investisseur principal à la deuxième levée de fonds de Livmed’s, à hauteur de 1 million d’euros. Start-up de la FrenchTech accompagnée par l’accélérateur Future4care, Livmed’s a conçu et développé une application mobile de service de livraison de médicaments et produits de santé pour les patients à domicile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Publié le 1 décembre 2022
Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva ont annoncé aujourd’hui des données sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes six mois après une vaccination avec trois doses (aux mois 0, 2 et 6) ou deux doses (aux mois 0 et 6) de leur candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. Ces données sont les premières obtenues sur la persistance des anticorps dans des populations pédiatriques pour ce candidat vaccin.

Recherche clinique : Almirall rejoint le programme européen FACILITATE

Publié le 1 décembre 2022
Recherche clinique : Almirall rejoint le programme européen FACILITATE

Almirall, laboratoire biopharmaceutique international spécialisé dans la dermatologie médicale, a annoncé sa participation au programme FACILITATE (FrAmework for ClInicaL trIal participants’ daTA reutilization for a fully Transparent and Ethical ecosystem).

Onxeo présente OX425, son deuxième candidat médicament pour le traitement des tumeurs solides

Publié le 1 décembre 2022
Onxeo présente OX425, son deuxième candidat médicament pour le traitement des tumeurs solides

Onxeo, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants, a annoncé l’extension de son portefeuille de candidats médicaments avec OX425, le nouveau composé optimisé de la série OX400 issu de sa plateforme propriétaire PlatON™.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents