Edition du 07-03-2021

Accueil » Médecine

Tuberculose : un vaccin expérimental prometteur

Publié le jeudi 4 août 2016

Tuberculose : un vaccin expérimental prometteurDes chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec une équipe italienne, viennent de publier dans la revue PLOS Pathogens (*) une étude décryptant les mécanismes d’action d’un vaccin expérimental contre la tuberculose aux résultats prometteurs.

En usage depuis près d’un siècle, le BCG est à l’heure actuelle le seul vaccin approuvé, mais son efficacité demeure limitée, et sa protection s’atténue avec le temps. Dans le contexte actuel d’émergence de cas de tuberculose chez les adultes en lien avec l’épidémie de VIH et de la multi-résistance accrue des souches bactériennes, l’élaboration d’un nouveau vaccin, plus efficace, constitue donc une priorité de santé publique mondiale. Cette étude s’inscrit dans le cadre du consortium européen TBVAC2020.

Les mycobactéries possèdent une enveloppe cellulaire très dense et doivent utiliser des systèmes de transport complexes appelés ESX pour permettre aux protéines de traverser cette barrière. Mycobacterium tuberculosis, la bactérie responsable de la tuberculose, possède trois de ces systèmes : ESX-1, ESX-3 et ESX-5. Les souches dépourvues de ces systèmes sont incapables de provoquer la maladie, ce qui souligne leur rôle crucial. La souche du BCG, par exemple, est en fait une version de Mycobacterium bovis atténuée, rendue non virulente par plusieurs modifications génétiques, dont une entraînant l’absence d’un système ESX-1 fonctionnel.

A l’Institut Pasteur, Laleh Majlessi, au sein de l’unité Pathogénomique mycobactérienne intégrée, dirigée par Roland Brosch, en collaboration avec Daria Bottai de l’Université de Pise (Italie) s’intéresse dans une perspective vaccinale à une souche atténuée de M. tuberculosis, récemment construite. Celle-ci est déficiente pour cinq protéines transitant par le transporteur ESX-5. Les protéines en question sont des facteurs de virulence et participent à la pathogénicité de la bactérie. Elles appartiennent à la grande famille des protéines PE/PPE, qui en compte plus de 160, très similaires les unes aux autres.

Afin de mieux comprendre le mode d’action de la souche vaccinale, les chercheurs ont dans cette nouvelle étude mis au jour, grâce à des techniques de cytométrie, l’arsenal que ces cellules de la défense immunitaire déploient en réponse à la présence des facteurs de virulence. Ils ont ainsi pu établir une cartographie fine des mécanismes cellulaires et moléculaires sous-tendant l’efficacité de la souche vaccinale.

Les résultats montrent que contrairement à la souche BCG, cette nouvelle souche proposée par les chercheurs possède un répertoire antigénique aussi large que le pathogène lui-même. C’est en effet sur la ressemblance moléculaire entre toutes les protéines PE/PPE que repose son efficacité. Si l’absence des cinq facteurs de virulence la rend inoffensive, cette souche peut en effet, grâce à son transporteur ESX-5 toujours actif, exporter les autres protéines PE/PPE. Reconnues comme étrangères par le système immunitaire, celles-ci déclenchent alors la mise en place, chez les souris ayant reçu la souche vaccinale, d’une réaction de défense dirigée contre l’ensemble des protéines PE/PPE, le système immunitaire ne distinguant pas les minimes différences entre toutes ces protéines cousines. Ainsi, la souche vaccinale atténuée est capable de générer une réponse immunitaire contre les facteurs de virulence dont elle est dépourvue.

L’étude souligne également que la souche vaccinale, dont le transporteur ESX-1 demeure intact, a une capacité accrue de stimuler le système immunitaire inné – levier que le BCG, défectueux pour ESX-1, est incapable d’activer.

L’efficacité accrue de la nouvelle souche vaccinale se traduit également chez l’animal modèle. « Comparée au BCG, la vaccination par ce nouveau candidat vaccin permet de contrôler d’une manière bien plus performante la croissance intra-pulmonaire du bacille ainsi que le développement des lésions tuberculeuses destructrices dans le modèle préclinique chez la souris, souligne Laleh Majlessi. Ces travaux ouvrent la voie à de nouveaux développements de candidats dans des modèles précliniques de vaccination contre la tuberculose ».

* CD4+ T Cells Recognizing PE/PPE Antigens Directly or via Cross Reactivity Are Protective against Pulmonary Mycobacterium tuberculosis Infection, PLoS Pathog. 28 juillet 2016 DOI : 10.1371/journal.ppat.1005770.

Source : Institut Pasteur








MyPharma Editions

C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

Publié le 5 mars 2021
C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

C4Diagnostics, société de biotechnologie qui développe des tests de diagnostic in vitro (DIV) innovants pour les maladies infectieuses, a annoncé la nomination de Thomas Tran, MBA, au poste de Managing Director. Ses 20 ans de carrière dans l’industrie du diagnostic in vitro sont un atout clé pour structurer les activités de C4Diagnostics, dans un contexte où la société accélère son développement et déploie son portefeuille de produits et de services.

Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Publié le 5 mars 2021
Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Accure Therapeutics, entreprise espagnole de R&D translationnelle dans le domaine du système nerveux central (SNC), vient d’annoncer avoir inclut le premier patient de son essai clinique de phase II (ACUITY), portant sur des personnes atteintes de névrite optique aiguë (NOA).

Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Publié le 5 mars 2021
Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie,vient d’annoncer que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour conduire la partie chinoise de l’étude clinique en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez […]

Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Publié le 5 mars 2021
Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé la cooptation de Jean-François Tiné en qualité d’administrateur indépendant.

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents