Edition du 04-03-2021

Une démographie médicale française toujours préoccupante

Publié le mercredi 15 juin 2011

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a rendu public la 5ème édition de son Atlas de la démographie médicale française qui souligne l’écart croissant entre l’évolution du nombre de praticiens nouvellement inscrits (+2,5% en un an, soit 5 392 médecins) et celle des médecins sortants (+11,2% en un an, soit 4 310 médecins). Autre inquiétude, l’âge moyen dans la profession est élevé: 51,4 ans (53 ans chez les hommes, 49 ans chez les femmes), ce qui laisse présager un flux important de départs à la retraite dans les quinze prochaines années.

Fin 2010, un total de 264 466 médecins étaient inscrits au tableau de l’ordre. Cette année, alors que le désintérêt de l’ensemble de la profession pour l’exercice libéral se maintient, le CNOM a réalisé deux études qualitatives : l’une auprès des jeunes médecins ayant choisi l’exercice libéral et l’autre auprès des médecins ayant dévissé leur plaque au cours de l’année 2010.

L’Atlas 2011 confirme que l’activité libérale reste peu attractive auprès des nouvelles générations de médecins. En effet, parmi les 5 392 médecins nouvellement inscrits au tableau de l’Ordre au cours de l’année 2010, 70% privilégient l’exercice salarial tandis que seulement 9,4% ont choisi un mode d’exercice libéral. Sur cette part de jeunes médecins, 23% d’entre eux ont fait le choix de s’installer en zone rurale, tendance qui vient contrer certaines idées reçues sur les réticences des jeunes médecins à s’installer en rural. Fort de ce constat, le CNOM a mené une étude qualitative auprès des 1 211 médecins libéraux installés en 2009 et 2010 (taux de réponse de 35%) afin de comprendre les motivations et difficultés liées à leur exercice actuel.

Une véritable satisfaction des jeunes médecins exerçant en libéral
Les trois principales motivations ayant incité ces jeunes médecins à choisir ce mode d’exercice sont l’indépendance professionnelle, le contact privilégié avec la patientèle et la gestion du temps. 72,7% de ces médecins sont généralistes et 83% exercent leur spécialité en secteur libéral exclusif. Un tiers de ces médecins s’est installé dans un bassin de vie rural. Fait marquant, 86% des médecins participant à cette étude ont répondu qu’ils seraient prêts à recommander à l’un de leurs confrères d’exercer en secteur libéral, en les invitant cependant à privilégier l’installation en cabinet de groupe afin d’alléger les lourdeurs administratives et la gestion financière du cabinet. L’étude menée par le CNOM permet de mettre en lumière les attentes des nouveaux inscrits : ils souhaitent voir éviter les mesures coercitives, se diversifier les aides proposées. Ils sont favorables à une mixité des modes de rémunération et au travail en équipe. Surtout, ils considèrent qu’il est indispensable de faire connaitre ce mode d’exercice durant les études.

Evolution préoccupante du nombre de médecins qui dévissent la plaque avant l’âge de la retraite
Cette édition des Atlas révèle une nouvelle problématique : 903 médecins ont décidé de dévisser leur plaque bien avant l’âge de la retraite, alors qu’ils exerçaient leur profession en activité régulière depuis près de vingt ans, majoritairement au sein de grandes métropoles françaises. 45% d’entre eux exerçaient la médecine générale. Tâches administratives et charges financières trop lourdes, temps de travail journalier important et difficilement compatible avec une vie familiale sont autant de motifs ayant incité ces médecins à prendre cette décision. Ainsi, 90,3% d’entre eux ne souhaitent pas reprendre une activité libérale. Plus d’un sur deux s’est tourné vers une activité essentiellement salariée. Cette tendance contribue un peu plus à diminuer l’offre de soins libérale.

L’afflux de médecins étrangers dans les zones rurales françaises
Environ un quart des médecins nouvellement inscrits en 2010 ont obtenu leur diplôme hors de France et se situent majoritairement dans les régions à faible densité médicale comme la Picardie (44%), ou la Champagne Ardenne (39%). Département le plus emblématique de cette situation, l’Yonne compte uniquement parmi ses nouveaux inscrits des médecins ayant obtenu leur diplôme hors de France. L’arrivée non négligeable de médecins de nationalité étrangère en France, venus principalement d’Europe, a conduit l’Ordre à analyser pour la première fois les flux migratoires de la formation à l’inscription des médecins au tableau. Cette étude permet d’identifier les zones géographiques attractives, celles qui forment les médecins et les conservent. En moyenne, 62% des médecins diplômés d’une région y restent pour exercer leur profession. Toutefois, on peut constater que les régions à faible densité médicale rencontrent des difficultés à garder les médecins qui s’y sont formés. Par exemple, la région Bourgogne ne conserve que 47% des médecins diplômes contre 77% pour la région Franche-Comté. Enfin, les départements qui ont une faculté de médecine ont la particularité de conserver les médecins qui s’y sont formés.

A la fin de cette année, la section Santé publique et démographie médicale du CNOM réalisera une nouvelle publication des Atlas Régionaux à l’échelle des bassins de vie permettant une analyse plus fine de l’offre du soin sur le territoire.

Consulter l’Atlas de la démographie médicale

Source : CNOM








MyPharma Editions

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

Publié le 4 mars 2021
GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements ciblant des facteurs clés de progression des maladies neurodégénératives auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé que le Comité de surveillance et de suivi (Drug Safety Monitoring Board, ou DSMB) a autorisé la poursuite, comme prévu et sans modification, de l’étude de Phase 2 évaluant le temelimab chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents