Edition du 22-10-2020

Vaccins H1N1 : les laboratoires pharmaceutiques entendus par le sénat

Publié le vendredi 22 janvier 2010

Réunie le 20 janvier sous la présidence de Muguette Dini (UC – Rhône), la commission des affaires sociales du Sénat a entendu séparément la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, et les représentants des quatre laboratoires pharmaceutiques fournisseurs de vaccins contre la grippe H1N1 ‑ GlaxoSmithKline, Sanofi Pasteur, Novartis et Baxter -, qui ont détaillé les conditions de négociation, le calendrier et les termes des contrats qu’ils ont passés avec le Gouvernement français.

Selon la Commission, ces auditions ont permis de lever certaines interrogations apparues au cours des dernières semaines. Les représentants des laboratoires ont fait valoir que les clauses de responsabilité contenues dans les contrats d’acquisition de vaccins ne remettent pas en cause leur responsabilité du fait des produits, mais précisent simplement que l’Etat est pour sa part responsable de l’organisation de la campagne de vaccination de masse qu’il a choisi de mettre en œuvre. La ministre de la santé a précisé que les laboratoires ont tenté d’obtenir une clause d’exonération de leur responsabilité du fait des produits défectueux, mais que l’unité des pays membres de l’Union européenne sur cette question a permis de résister à cette demande, ce qui n’a pas été le cas ailleurs, en particulier aux Etats-Unis.

Résiliations de commandes : 300 millions d’euros de pertes pour les labos
Les résiliations de commandes de vaccins annoncées par le Gouvernement portent sur 32 millions de doses pour GSK, 11 millions pour Sanofi Pasteur (qui a proposé dès décembre de renoncer à en livrer 9 millions) et 7 millions pour Novartis. Les trois laboratoires ont fait état de pertes de chiffres d’affaires d’environ 300 millions d’euros (224 millions pour GSK, 63 millions pour Novartis et 12,5 millions pour Sanofi), une partie des vaccins pouvant toutefois entrer dans le champ de contrats en cours de conclusion avec les pays de l’hémisphère sud. Ils ont précisé que les vaccins commandés sont d’ores et déjà fabriqués et au stade des contrôles préalables avant expédition. Les conséquences de cette résiliation sont en cours de négociation : la ministre de la santé et les laboratoires ont souligné que les discussions ne portent en aucun cas sur d’éventuelles compensations relatives à d’autres vaccins ou médicaments comme certains organes de presse ont pu le laisser entendre ;

Le choix de recourir à un conditionnement en flacons multidoses, contesté pour avoir fait obstacle à la vaccination dans les cabinets libéraux et être à l’origine de gaspillages, était imposé par la nécessité d’engager la campagne de vaccination le plus rapidement possible.

Après avoir, dans leur très grande majorité, reconnu le caractère éthique de la démarche suivie par le Gouvernement, les sénateurs ont longuement interrogé la ministre sur l’organisation du dispositif de vaccination et ses dysfonctionnements. Ils sont convenus que cette crise a néanmoins démontré les progrès accomplis dans le respect de certaines règles d’hygiène ou dans le recours plus large à la vaccination antipneumococcique.

Les vaccins monodoses disponibles en pharmacie
Roselyne Bachelot a rappelé les raisons du choix de proposer la vaccination à l’ensemble de la population. Aux sénateurs qui relevaient le succès plus que relatif de cette campagne, elle a objecté que 10 % de la population y ont déjà eu recours, ce qui place la France au troisième rang mondial après la Suède et le Canada. Ce taux devrait encore s’accroître du fait de l’approvisionnement dans les tout prochains jours des 22 000 pharmacies de France en vaccins monodoses qui pourront dès lors être facilement mis à disposition des médecins libéraux. Précisant que la campagne de vaccination nationale se poursuivra jusqu’en septembre, elle a souligné la nécessité de maintenir la mobilisation, l’épidémie pouvant connaître un nouveau pic dans les prochains mois ou à l’automne.

La commission des affaires sociales rappelle qu’elle a demandé à la Cour des comptes d’engager une enquête sur le bon usage des fonds consacrés à la lutte contre la pandémie grippale et que les résultats de cette étude devraient lui être remis courant 2010.

Source : Commission des affaires Sociales du Sénat








MyPharma Editions

Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Publié le 22 octobre 2020
Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Alnylam Pharmaceuticals, le chef de file des ARNi thérapeutiques, a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif vis-à-vis de l’approbation du lumasiran, un ARNi thérapeutique expérimental qui cible l’ARNm de l’hydroxyacide-oxydase 1 (HAO1), codant la glycolate oxydase (GO), en cours de développement pour le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1 (HP1). S’il est approuvé par la Commission européenne (CE), le lumasiran sera commercialisé en Europe sous la marque OXLUMO™.

Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Publié le 22 octobre 2020
Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Onxeo a annoncé une nouvelle étape dans le développement clinique d’AsiDNA™ avec le traitement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan1 destinée à évaluer l’effet d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN (DDR), sur la résistance acquise à l’inhibiteur de PARP (PARPi) niraparib dans le traitement d’entretien en deuxième ligne du cancer de l’ovaire en rechute. De premiers résultats de cette étude sont attendus début 2021.

Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Publié le 21 octobre 2020
Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, annonce aujourd’hui que son principal candidat médicament, le setanaxib, a obtenu la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de la cholangite biliaire primitive (CBP).

Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Publié le 21 octobre 2020
Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé des résultats initiaux positifs pour la deuxième étude de Phase 2 (VLA15-202) de son candidat vaccin VLA 15 contre la maladie de Lyme.

Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Publié le 21 octobre 2020
Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Inventiva vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé le statut « Fast Track » à odiparcil, son candidat médicament au stade clinique, pour le traitement de la MPS de type VI (MPS VI), une maladie génétique rare et progressive.

Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Publié le 20 octobre 2020
Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Lyonbiopôle, le pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le Cluster i-Care Auvergne-Rhône-Alpes, créé en 2011 et spécialisé dans les technologies médicales, unissent leurs forces et lancent le i-Care LAB, lab santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Son ambition : favoriser la création de nouvelles solutions pour accélérer la transformation des industries de santé.

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents