Edition du 20-10-2020

Agences sanitaires: le grand ménage a commencé

Publié le jeudi 7 janvier 2010

C’est passé tout à fait inaperçu: en pleine débâcle du vaccin H1N1, le gouvernement a décidé de fusionner l’AFSSA (Agence française de la sécurité alimentaire) et l’AFSSET (Agence française de la sécurité de l’environnement et du travail). De ce mariage naîtra le 1er juillet prochain l’ANSSAET, un nouveau bébé sur qui se penchent déjà beaucoup de fées…  pas toujours bienveillantes.

 Trop d’agences sanitaires? Evidemment! Des compétences enchevêtrées, des périmètres plutôt flous. Résultat: une certaine cacophonie et, côté opinion publique, l’impression qu’un chat n’y retrouve pas ses petits. Un exemple pour tout comprendre, celui des eaux de baignade. L’eau de consommation est du ressort de l’AFSSA. Mais la qualité des eaux de baignade est du domaine de l’AFSSET. Une histoire d’eau de plus… Tout cela serait presque clair si, pour des motifs de santé publique, les arrêtés n’étaient pas publiés par les préfets (le seront-ils par les Agences régionales de santé, à partir du 1er juillet prochain? A voir…). Et si bien sûr, la Direction générale de la santé décide d’intervenir, c’est alors le ministère de la Santé qui entre dans la danse.

 Vous suivez toujours? Mieux encore, on a vu que dans la rocambolesque affaire de la grippe A, le ministère de l’Intérieur avait compétence pour organiser (hum…) certains aspects de la campagne de vaccination. Que dire encore des autres autorités de santé qui restent bien décidées à ne pas faire tapisserie, surtout lorsqu’elles doivent mettre la main au portefeuille: l’assurance maladie a elle aussi son mot à dire, et le CEPS (Comité économique des produits de santé) plutôt discret, n’est cependant pas inerte, loin d’en faut. Enjeux: la fixation des prix des médicaments, des vaccins et des dispositifs médicaux.

Ah, il en manquait encore deux sur la piste de danse: l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et la HAS (Haute autorité des produits de santé). Ce qui avait commencé par un aimable menuet se termine par un rock endiablé. Vous suivez toujours? Bravo!

Pour y voir un peu plus clair, le gouvernement a donc commencé à faire le ménage: il faut dire que l’entrée en vigueur de la loi HPST (dont tous les décrets d’application ne sont pas encore pris…) peut compliquer l’action de cette myriade d’agences et d’autorités de santé: la mise en place des ARS (Agences régionales de santé) n’a, par exemple, pas été du goût de l’assurance maladie (UNCAM) qui n’a pas manqué de faire savoir son désaccord et son inquiétude sur le sort des CRAM (Caisses régionales d’assurance maladie). Vous êtes toujours là? Encore bravo!

 Le meilleur est pour la fin: le gouvernement a pour ambition -tout à fait pertinente d’ailleurs- d’aboutir à la création d’une FDA (Food and drug administration) à la française. L’autorité sanitaire suprême des Etats-Unis fait rêver les Français. Enfin, certains. D’autres, moins: comment ne pas craindre en effet que le regroupement de deux agences ne finisse pas aboutir à la création d’une agence unique ce qui, objectivement, serait la meilleure idée que l’on ait jamais eu en matière de gouvernement de la santé publique. Regrouper sous une autorité unique les médicaments, les aliments et l’environnement, voilà qui serait enfin moderne et pertinent.

 Faut-il y croire? Certains patrons d’agence, et non des moindres, en rêvent. Il va y avoir du sport dans les vestiaires.

 Hervé Karleskind
 © www.HKconseils.com








MyPharma Editions

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Noxxon : inclusion de trois centres cliniques supplémentaires pour son essai évaluant NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Publié le 20 octobre 2020
Noxxon : inclusion de trois centres cliniques supplémentaires pour son essai évaluant NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société de biotechnologie développant principalement des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé le début de sa collaboration avec trois sites cliniques additionnels dans le but d’accroître ses capacités de recrutement pour l’étude de phase 1/2 évaluant le NOX-A12 en association avec la radiothérapie dans le cancer du cerveau. Avec l’inclusion de ces nouveaux centres cliniques, la société entend assurer la finalisation rapide de l’étude malgré les conditions difficiles actuelles imposées par la pandémie de COVID-19.

Bone Therapeutics a traité 50% des patients dans son étude pivot de phase III évaluant le JTA-004 dans l’arthrose du genou

Publié le 20 octobre 2020
Bone Therapeutics a traité 50% des patients dans son étude pivot de phase III évaluant le JTA-004 dans l’arthrose du genou

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, a annoncé avoir traité la moitié des patients prévus dans son étude de Phase III évaluant le viscosupplément amélioré, JTA-004, chez des patients souffrant d’arthrose du genou.

Sanofi : avis favorable du CHMP pour Dupixent® dans la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans

Publié le 19 octobre 2020
Sanofi : avis favorable du CHMP pour Dupixent® dans la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans

Sanofi et son partenaire Regeneron ont annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable à la demande d’extension des indications de Dupixent® (dupilumab) et recommandé son approbation, dans l’Union européenne, pour le traitement de la dermatite atopique sévère de l’enfant âgé de 6 à 11 ans candidat à un traitement systémique.

Cancer du sein métastatique : Unicancer et Pfizer signent un partenariat scientifique portant sur la description de la prise en charge grâce aux données de vie réelle

Publié le 19 octobre 2020
Cancer du sein métastatique : Unicancer et Pfizer signent un partenariat scientifique portant sur la description de la prise en charge grâce aux données de vie réelle

Unicancer et Pfizer ont annoncé la signature d’un partenariat d’une durée de trois ans visant à mieux comprendre les modes de prise en charge des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique grâce aux données de vie réelle issues du Programme « ESME Cancer du sein métastatique ».

Valneva : statut PRIME de l’Agence européenne des médicaments pour son candidat vaccin contre le chikungunya

Publié le 16 octobre 2020
Valneva : statut PRIME de l’Agence européenne des médicaments pour son candidat vaccin contre le chikungunya

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé avoir reçu le statut “PRIority Medicines” (PRIME) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour son candidat vaccin de Phase 3 à injection unique contre le chikungunya. Ce nouveau statut obtenu auprès de l’EMA vient compléter le statut « Fast Track » obtenu auprès de l’agence de santé américaine Food and Drug Administration (FDA) en décembre 2018.

Sanofi / Translate Bio : résultats précliniques positifs pour leur candidat-vaccin à ARNm contre la COVID-19

Publié le 15 octobre 2020
Sanofi / Translate Bio : résultats précliniques positifs pour leur candidat-vaccin à ARNm contre la COVID-19

Sanofi Pasteur, l’Entité commerciale globale Vaccins de Sanofi, et Translate Bio, une entreprise spécialisée dans le développement de médicaments à ARN messager (ARNm), ont annoncé jeudi les résultats précliniques du MRT5500, un candidat-vaccin à ARNm contre le SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents