Edition du 17-09-2019

Automédication, qu’en pensent les Français ?

Publié le mercredi 3 juillet 2019

Automédication, qu'en pensent les Français ?L’Afipa, l’association professionnelle qui représente les industriels des produits de santé disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments d’automédication, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a lancé avec l’institut Harris interactive une large enquête réalisée auprès de 1 000 personnes afin de mieux comprendre le comportement des Français en matière d’automédication.

Interrogés sur leur définition de l’automédication, les Français ont une compréhension très large de cette pratique, englobant notamment la médecine alternative, les dispositifs médicaux et les vitamines. Cette lecture plus large, ne se limite donc pas aux médicaments de prescription médicale facultative.

Autre enseignement de cette étude : pour 69% des Français, prendre des médicaments issus d’une ancienne prescription relève de l’automédication. Il s’agit pour l’Afipa d’un point de vigilance majeur. La promotion du bon usage doit faire l’objet d’une politique active de prévention de la part toutes les parties prenantes : autorités, professionnels de santé, associations de patients et industriels.

Pour autant, les Français restent mesurés et sont bien conscients que l’automédication n’est réservée qu’à certaines maladies : les maux de tête (46%), l’état grippal (51%) et les maux de gorge (41%) sont les pathologies les plus courantes en automédication.

La facilité d’accès pour 78% des sondés et de traitement pour 58% ainsi que l’efficacité des produits 57% sont les raisons principales du recours à l’automédication.

D’ailleurs 51% des Français estiment que l’automédication leur permet de gagner du temps et 43% considèrent que cela est utile pour réduire les dépenses publiques de santé.

Comment les Français pratiquent-ils l’automédication ?

80% des Français ont eu recours à l’automédication en 2018 : 85% des femmes et 75% des hommes interrogés par Harris interactive ont acheté des produits d’automédication. Cette pratique, stable depuis plusieurs années, se caractérise par une forte saisonnalité : 79% en hiver, 40% au printemps et 49% l’été.

Les Français emploient donc l’automédication lorsqu’ils en ont besoin et de manière raisonnée : 46% l’utilisent pour un problème de santé bénin, 44% pour des situations connues, principalement au début des symptômes (43%) ou quelques jours après (39%).

Pour la prise d’informations, les Français s’appuient essentiellement sur leur entourage (63%) et les sites spécialisés santé (43%). Les Français sont spécifiquement intéressés par des informations sur les effets indésirables (61%) et les interactions possibles (52%). Ces résultats confirment la pertinence d’une campagne publique de sensibilisation sur l’automédication, campagne que l’Afipa appelle de ses voeux depuis de nombreuses années.

Le rôle clef du pharmacien est confirmé par ce sondage. 59% des Français font confiance aux conseils de leur pharmacien pour choisir le médicament qui convient le mieux à leur situation et ils sont moins de 10% à ne jamais interroger leur pharmacien. D’ailleurs, la grande majorité des sondés attribuent une note de près de 8/10 au conseil officinal. Ce conseil est avant tout attendu pour conforter un choix (58%) et pour pallier un manque connaissance médicale (45%).

Quel est budget associé à l’automédication ? Si aujourd’hui les Français dépensent en moyenne 35€ par an, un tiers d’entre eux seraient prêts à dépenser 10 à 19€ par mois.

Quel avenir pour l’automédication ?

Concernant les perspectives, 22% des Français anticipent une augmentation de leur pratique d’automédication. A travers cette enquête, les Français expriment clairement un besoin d’information sur les questions d’automédication avec notamment une éducation renforcée autour des problématiques de santé (41%), la mise en place d’un site officiel sur les produits d’automédication (39%) ou de fiches conseil sur les pathologies (32%). Signe de ce manque d’information, aucun consensus ne se dégage concernant l’offre d’automédication : 16% estiment que trop de maux sont couverts tandis que 13% considèrent que l’automédication ne couvre pas assez de maux.

Les attentes concernant le digital restent limitées : seulement 49% des Français estiment que le digital doit avoir sa place dans l’automédication et 49% des Français ne souhaitent pas que l’intelligence artificielle influence leur suivi médical. Face à la digitalisation de notre environnement, les professionnels de santé demeurent la référence : le rôle des pharmaciens (pour 91% des Français), des médecins (pour 88%) et des infirmiers (pour 81 à 85%) sera identique voire plus important dans la pratique de l’automédication. La pharmacie reste d’ailleurs le lieu de référence : 56% pour la sécurité, 47% pour la qualité des produits proposés et 50% car le conseil du pharmacien est indispensable.

Les résultats de cette étude viennent conforter le constat fait lors des Universités de l’automédication. L’ensemble des parties prenantes s’était en effet accordé sur l’intérêt de l’automédication pour le système de santé, le rôle clef du pharmacien dans l’accompagnement du patient et la nécessité de renforcer la communication pédagogique auprès du grand public.

« Pour le développement de l’automédication responsable, il est nécessaire de continuer d’accompagner les patients avec les professionnels de santé. Le médecin, l’infirmier, le pharmacien, le kinésithérapeute …Tous les acteurs de santé ont un rôle à jouer » souligne Christophe de la Fouchardière, Président de l’Afipa.

Source : Afipa








MyPharma Editions

Poxel : lancement d’une étude de phase Ib à doses multiples et croissantes sur le PXL065 dans la NASH

Publié le 17 septembre 2019
Poxel : lancement d’une étude de phase Ib à doses multiples et croissantes sur le PXL065 dans la NASH

Poxel a annoncé aujourd’hui le lancement d’une étude de phase Ib randomisée, en double aveugle et avec contrôle placebo, chez des sujets sains afin d’évaluer l’innocuité, la tolérance et le profil pharmacocinétique (PK), et contribuer à la détermination de la dose pour une étude pivotale du PXL065. Cette étude vise à confirmer l’exposition relative et la proportionnalité des doses du PXL065.

Alain Eychène, nouveau directeur du pôle Recherche et Innovation de l’INCa

Publié le 17 septembre 2019
Alain Eychène, nouveau directeur du pôle Recherche et Innovation de l'INCa

Alain Eychène, directeur de recherche à l’Inserm, vient de prend la direction du pôle Recherche et Innovation de l’Institut national du cancer. De par cette nouvelle fonction, il devient également directeur de l’Institut multi-organismes cancer d’AVIESAN[1]. Il dirigera par ailleurs l’institut thématique cancer de l’Inserm.

Transgene : autorisation de démarrer en France les deux premiers essais cliniques de TG4050

Publié le 17 septembre 2019
Transgene : autorisation de démarrer en France les deux premiers essais cliniques de TG4050

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), de mener deux essais cliniques de Phase 1 de TG4050, premier candidat produit issu de la plateforme myvac™. TG4050 est une immunothérapie individualisée conçue pour permettre au système immunitaire des patients de lutter contre leurs tumeurs.

Menarini : Elcin Barker Ergun nommée PDG du groupe

Publié le 16 septembre 2019
Menarini : Elcin Barker Ergun nommée PDG du groupe

Le groupe pharmaceutique italien Menarini vient d’annoncer que son Conseil d’administration a nommé Elcin Barker Ergun au poste de présidente-directrice générale du groupe.

Diabète : Sanofi et Abbott s’associent pour intégrer les technologies de mesure de la glycémie et d’administration d’insuline

Publié le 16 septembre 2019
Diabète : Sanofi et Abbott s’associent pour intégrer les technologies de mesure de la glycémie et d’administration d’insuline

Deux leaders mondiaux du diabète, Sanofi et Abbott, vont collaborer pour intégrer les technologies de mesure de la glycémie et d’administration d’insuline afin de simplifier davantage la manière dont les patients atteints de diabète prennent en charge leur maladie.

GeNeuro : le temelimab montre des effets neuroprotecteurs à long terme dans la SEP récurrente-rémittente

Publié le 16 septembre 2019
GeNeuro : le temelimab montre des effets neuroprotecteurs à long terme dans la SEP récurrente-rémittente

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre des maladies neurologiques et des maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP) et le diabète de type 1 (DT1), a annoncé aujourd’hui avoir présenté les effets neuroprotecteurs de temelimab chez les patients atteints de SEP, leur extension pendant 96 semaines, ainsi que l’utilisation sans danger et bien tolérée du candidat-médicament.

Noxxon : recrutement des patients dans l’essai de phase I/II combinant NOX-A12 et radiothérapie dans le cancer du cerveau

Publié le 13 septembre 2019
Noxxon : recrutement des patients dans l'essai de phase I/II combinant NOX-A12 et radiothérapie dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société biopharmaceutique développant principalement des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral, a annoncé le début du recrutement de patients nouvellement diagnostiqués d’un cancer du cerveau dans un essai clinique de phase I/II associant le NOX-A12, un inhibiteur du CXCL12, à la radiothérapie.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents