Edition du 17-08-2019

Automédication, qu’en pensent les Français ?

Publié le mercredi 3 juillet 2019

Automédication, qu'en pensent les Français ?L’Afipa, l’association professionnelle qui représente les industriels des produits de santé disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments d’automédication, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a lancé avec l’institut Harris interactive une large enquête réalisée auprès de 1 000 personnes afin de mieux comprendre le comportement des Français en matière d’automédication.

Interrogés sur leur définition de l’automédication, les Français ont une compréhension très large de cette pratique, englobant notamment la médecine alternative, les dispositifs médicaux et les vitamines. Cette lecture plus large, ne se limite donc pas aux médicaments de prescription médicale facultative.

Autre enseignement de cette étude : pour 69% des Français, prendre des médicaments issus d’une ancienne prescription relève de l’automédication. Il s’agit pour l’Afipa d’un point de vigilance majeur. La promotion du bon usage doit faire l’objet d’une politique active de prévention de la part toutes les parties prenantes : autorités, professionnels de santé, associations de patients et industriels.

Pour autant, les Français restent mesurés et sont bien conscients que l’automédication n’est réservée qu’à certaines maladies : les maux de tête (46%), l’état grippal (51%) et les maux de gorge (41%) sont les pathologies les plus courantes en automédication.

La facilité d’accès pour 78% des sondés et de traitement pour 58% ainsi que l’efficacité des produits 57% sont les raisons principales du recours à l’automédication.

D’ailleurs 51% des Français estiment que l’automédication leur permet de gagner du temps et 43% considèrent que cela est utile pour réduire les dépenses publiques de santé.

Comment les Français pratiquent-ils l’automédication ?

80% des Français ont eu recours à l’automédication en 2018 : 85% des femmes et 75% des hommes interrogés par Harris interactive ont acheté des produits d’automédication. Cette pratique, stable depuis plusieurs années, se caractérise par une forte saisonnalité : 79% en hiver, 40% au printemps et 49% l’été.

Les Français emploient donc l’automédication lorsqu’ils en ont besoin et de manière raisonnée : 46% l’utilisent pour un problème de santé bénin, 44% pour des situations connues, principalement au début des symptômes (43%) ou quelques jours après (39%).

Pour la prise d’informations, les Français s’appuient essentiellement sur leur entourage (63%) et les sites spécialisés santé (43%). Les Français sont spécifiquement intéressés par des informations sur les effets indésirables (61%) et les interactions possibles (52%). Ces résultats confirment la pertinence d’une campagne publique de sensibilisation sur l’automédication, campagne que l’Afipa appelle de ses voeux depuis de nombreuses années.

Le rôle clef du pharmacien est confirmé par ce sondage. 59% des Français font confiance aux conseils de leur pharmacien pour choisir le médicament qui convient le mieux à leur situation et ils sont moins de 10% à ne jamais interroger leur pharmacien. D’ailleurs, la grande majorité des sondés attribuent une note de près de 8/10 au conseil officinal. Ce conseil est avant tout attendu pour conforter un choix (58%) et pour pallier un manque connaissance médicale (45%).

Quel est budget associé à l’automédication ? Si aujourd’hui les Français dépensent en moyenne 35€ par an, un tiers d’entre eux seraient prêts à dépenser 10 à 19€ par mois.

Quel avenir pour l’automédication ?

Concernant les perspectives, 22% des Français anticipent une augmentation de leur pratique d’automédication. A travers cette enquête, les Français expriment clairement un besoin d’information sur les questions d’automédication avec notamment une éducation renforcée autour des problématiques de santé (41%), la mise en place d’un site officiel sur les produits d’automédication (39%) ou de fiches conseil sur les pathologies (32%). Signe de ce manque d’information, aucun consensus ne se dégage concernant l’offre d’automédication : 16% estiment que trop de maux sont couverts tandis que 13% considèrent que l’automédication ne couvre pas assez de maux.

Les attentes concernant le digital restent limitées : seulement 49% des Français estiment que le digital doit avoir sa place dans l’automédication et 49% des Français ne souhaitent pas que l’intelligence artificielle influence leur suivi médical. Face à la digitalisation de notre environnement, les professionnels de santé demeurent la référence : le rôle des pharmaciens (pour 91% des Français), des médecins (pour 88%) et des infirmiers (pour 81 à 85%) sera identique voire plus important dans la pratique de l’automédication. La pharmacie reste d’ailleurs le lieu de référence : 56% pour la sécurité, 47% pour la qualité des produits proposés et 50% car le conseil du pharmacien est indispensable.

Les résultats de cette étude viennent conforter le constat fait lors des Universités de l’automédication. L’ensemble des parties prenantes s’était en effet accordé sur l’intérêt de l’automédication pour le système de santé, le rôle clef du pharmacien dans l’accompagnement du patient et la nécessité de renforcer la communication pédagogique auprès du grand public.

« Pour le développement de l’automédication responsable, il est nécessaire de continuer d’accompagner les patients avec les professionnels de santé. Le médecin, l’infirmier, le pharmacien, le kinésithérapeute …Tous les acteurs de santé ont un rôle à jouer » souligne Christophe de la Fouchardière, Président de l’Afipa.

Source : Afipa








MyPharma Editions

ADC Therapeutics et Sophia Genetics s’associent dans un essai clinique pivot de phase II

Publié le 8 août 2019
ADC Therapeutics et Sophia Genetics s'associent dans un essai clinique pivot de phase II

ADC Therapeutics, société travaillant dans la découverte et le développement de médicaments en oncologie et spécialisée dans le développement de conjugués anticorps-médicaments (CAM), et Sophia Genetics, chef de file dans les médicaments fondés sur les données, ont annoncé avoir conclu une collaboration en vue d’identifier des marqueurs génomiques associés à une réponse clinique à l’ADCT-402 (loncastuximab tésirine).

DBV Technologies : demande de licence biologique à la FDA pour Viaskin Peanut dans l’allergie à l’arachide

Publié le 8 août 2019
DBV Technologies : demande de licence biologique à la FDA pour Viaskin Peanut dans l’allergie à l’arachide

DBV Technologies a annoncé avoir déposé une demande de licence biologique (BLA, Biologics License Application) auprès de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicaments) pour Viaskin® Peanut dans le traitement des enfants de 4 à 11 ans allergiques à l’arachide.

Transgene fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie

Publié le 8 août 2019
Transgene fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie.

Sensorion : John Furey nommé membre indépendant du conseil d’administration

Publié le 7 août 2019
Sensorion : John Furey nommé membre indépendant du conseil d’administration

Sensorion, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pathologies de l’oreille interne, a annoncé que John Furey, dernièrement directeur des opérations chez Spark Therapeutics, l’un des principaux développeurs mondiaux de thérapies géniques, rejoindra le conseil d’administration en tant que membre indépendant du conseil.

Sanofi : feu vert européen pour Dupixent® dans la dermatite atopique modérée à sévère chez les adolescents

Publié le 6 août 2019
Sanofi : feu vert européen pour Dupixent® dans la dermatite atopique modérée à sévère chez les adolescents

Sanofi vient d’annoncer que la Commission européenne a étendu l’autorisation de mise sur le marché de Dupixent® (dupilumab) dans l’Union européenne (UE) aux adolescents de 12 à 17 ans présentant une forme modérée à sévère de dermatite atopique candidats à une thérapie systémique.

Inotrem : autorisation IND de la FDA pour une étude de Phase IIb avec son candidat médicament contre le choc septique

Publié le 6 août 2019
Inotrem : autorisation IND de la FDA pour une étude de Phase IIb avec son candidat médicament contre le choc septique

Inotrem, une société de biotechnologie spécialisée dans le contrôle de la réponse immunitaire lors de maladies inflammatoires aigües, telles que le choc septique, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) lui a accordé l’autorisation de procéder à une « Investigational New Drug » (IND) aux États-Unis dans le cadre de son étude ASTONISH (Phase IIb) visant à étudier la sécurité, la tolérance et l’efficacité de nangibotide (LR12), son candidat médicament pour le choc septique.

Imcyse : Thomas Taapken nommé au poste de directeur exécutif et président du conseil

Publié le 6 août 2019
Imcyse : Thomas Taapken nommé au poste de directeur exécutif et président du conseil

Imcyse, société belge qui développe des immunothérapies actives et spécifiques visant à traiter et prévenir des maladies chroniques sévères, vient d’annoncer la nomination de Thomas Taapken, un expert de l’industrie des biotechnologies, en tant que directeur exécutif et président du conseil d’administration.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents