Edition du 26-09-2021

Complémentaire santé : un système « très protecteur » mais « peu efficient », selon la Cour des comptes

Publié le lundi 16 août 2021

Complémentaire santé : un système « très protecteur » mais « peu efficient », selon un rapport de la Cour des comptesDans un rapport rendu public fin juillet, la Cour des comptes constate que 96% des Français sont aujourd’hui couverts par une complémentaire santé. Néanmoins, l’institution met en exergue les limites du système mis en place et pointe du doigt des coûts élevés et des inégalités entre bénéficiaires.

À la demande de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, la Cour a en effet enquêté sur les complémentaires santé et en particulier la complémentaire santé solidaire (CSS, anciennement CMU-C et ACS). La cour constate ainsi la France a privilégié le recours aux assurances complémentaires afin d’atténuer le reste à charge des ménages, contrairement à plusieurs de ses voisins qui ont choisi de mettre en place un « bouclier sanitaire », c’est-à-dire un système de plafonnement des dépenses annuelles de santé des ménages.

Ainsi, de nombreuses mesures incitatives ont été prises et un dispositif public spécifique, la complémentaire santé solidaire, a été institué pour les personnes les plus fragiles financièrement. Aujourd’hui, la Cour constate que le système ainsi mis en place permet d’assurer à 96 % de la population « une protection parmi les plus complètes, bien qu’en partie inégalitaire et au prix de dépenses fiscales et sociales très élevées », soit près de 10 Md€.

Concernant la réforme du 100 % santé, entrée progressivement en vigueur en 2019, 2020 puis 2021, cette dernière est venue renforcer cette démarche. La réforme définit dans les trois principaux domaines (optique, dentaire et audioprothèse), dans lesquels les restes à charge, malgré l’intervention forte des assurances et mutuelles demeuraient élevés, des paniers de biens et de prestations à prix et caractéristiques prédéterminés faisant l’objet d’une prise en charge intégrale. Selon le rapport, cette réforme « s’est traduite par un réinvestissement important de l’assurance maladie sur des champs qu’elle avait eu tendance à abandonner au profit des complémentaires santé, à rebours d’un des scénarios préconisés par la Cour, qui visait à recentrer l’intervention de l’assurance maladie obligatoire par le transfert de certains champs (optique notamment) vers les assurances complémentaires ».

La cour estime notamment  que le déploiement de cette réforme a été « contrarié » par la crise de la covid 19  et que « ses premiers résultats laissent cependant d’ores et déjà présager certaines difficultés ». Selon elle, l’équilibre financier de la réforme pourrait, au vu des premiers mois d’application, ne pas respecter les projections initiales et pourrait augmenter le niveau des cotisations que les assurés règlent à leur assurance ou mutuelle.

Afin de corriger les faiblesses du dispositif, la Cour propose plusieurs recommandations dans son rapport. Parmi elles : prendre l’arrêté d’application de la loi portant information sur les remboursements proposés par les complémentaires santé et contrôler sa bonne application, augmenter la périodicité et élargir le champ des études menées par la Drees et ou encore procéder, au bout de trois ans, au bilan de la réforme du 100 %santé.

Selon la Cour, ses mesures ne résolvent pas « totalement les problèmes les plus difficiles mis en évidence par l’enquête ». Un constat qui ouvrirait « la perspective de choix de plus long terme » : « mettre en place un bouclier sanitaire ; désimbriquer les interventions respectives de l’assurance maladie obligatoire et de l’assurance complémentaire ; approfondir la régulation existante, en assurant une transparence accrue des offres, tout en encadrant le niveau des frais de gestion, voire du prix des garanties elles-mêmes ».

Pour en savoir plus : consulter le rapport sur le site de la Cour des comptes








MyPharma Editions

COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

Publié le 24 septembre 2021
COVID long : GeNeuro et Northwestern University concluent une collaboration de recherche sur HERV-W ENV

GeNeuro, société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques, a annoncé avoir conclu un accord de recherche avec la Northwestern University pour l’étude approfondie de la relation entre HERV-W ENV (W-ENV) et les syndromes neuropsychiatriques du COVID long.

AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

Publié le 24 septembre 2021
AB Science : feu vert de l’autorité de santé canadienne pour une étude de Phase I/II avec sa molécule AB8939 dans la leucémie myéloïde aiguë

AB Science vient d’annoncer que son étude clinique avec la molécule AB8939 chez les patients adultes atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire a été approuvée par l’autorité de santé canadienne (Health Canada). La  » lettre de non-objection  » (‘No Objection Letter’, LNO) reçue de l’autorité canadienne confirme l’autorisation d’initier l’étude de phase I/II (AB18001) chez les patients atteints de LMA en rechute/réfractaire et de syndrome myélodysplasique (SMD) réfractaire.

Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l’adulte

Publié le 24 septembre 2021
Galapagos : avis positif du CHMP pour Jyseleca® dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère chez l'adulte

Galapagos a annoncé que le CHMP (Comité des médicaments à usage humain) de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a émis un avis positif pour Jyseleca® (filgotinib), un inhibiteur préférentiel de JAK1 administré une fois par jour par voie orale, pour le traitement des patients adultes atteints de Rectocolite Hémorragique (RCH) modérément à sévèrement active

COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Publié le 23 septembre 2021
COVID-19 : Valneva poursuit l’expansion des essais cliniques de son candidat vaccin

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé le début du recrutement des adolescents dans l’essai pivot de Phase 3 (VLA2001-301, “Cov-Compare”) pour son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001. Les résultats initiaux de l’essai de Phase 3 « Cov-Compare » sont attendus au début du quatrième trimestre 2021, et Valneva souhaite les utiliser comme pivot pour l’obtention d’une approbation réglementaire de VLA2001 chez les adultes.

GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS est entré dans l’extension de l’étude

Publié le 23 septembre 2021
GeNeuro : un 1er patient ayant terminé l'étude ProTEct-MS est entré dans l'extension de l’étude

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé qu’un premier patient ayant terminé l’étude ProTEct-MS au Centre académique spécialisé (ASC) du Karolinska Institutet à Stockholm, qui évalue le temelimab à des doses mensuelles de 18, 36 et 54 mg/kg chez des patients atteints de SEP, est entré dans l’extension de l’étude ProTEct-MS.

Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Publié le 23 septembre 2021
Hyloris : Jean-Luc Vandebroek nommé au poste de directeur financier

Hyloris Pharmaceuticals, une société biopharmaceutique belge engagée à répondre aux besoins médicaux non satisfaits en réinventant les médicaments existants, a annoncé que Jean-Luc Vandebroek rejoindra la société en tant que Directeur Financier.

Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Publié le 23 septembre 2021
Nicox : Résultats de l’étude de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251 dans la blépharite

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé les résultats de l’étude clinique de phase 2b Mississippi sur le NCX 4251. L’étude Mississippi portait sur l’évaluation du NCX 4251, suspension ophtalmique de propionate de fluticasone à 0,1%, administrée une fois par jour, contre placebo, chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents