Edition du 10-08-2022

Création de la startup MicroOmiX

Publié le mardi 6 juillet 2021

Création de la startup MicroOmiXCréée à Strasbourg, la startup MicroOmiX, incubée par SEMIA, développe une technologie novatrice d’analyse et de sélection cellulaire, issue de plusieurs laboratoires publics de l’Université de Strasbourg et du CNRS. Cette innovation, dont le développement technologique a été soutenu par la SATT Conectus, permettra d’accélérer le progrès thérapeutique, prioritairement dans le domaine de l’identification de nouveaux anticorps et de la thérapie cellulaire.

Les cellules du corps communiquent entre elles et se défendent en sécrétant des molécules particulières. Comprendre toujours davantage leurs modes d’interaction et de communication apporte un éclairage fondamental sur les mécanismes biologiques et constitue une promesse de progrès médical considérable.

La force d’une aventure collective

C’est au sein de l’Université de Strasbourg qu’émerge en 2014 de nouvelles découvertes dans ce domaine, fruits d’une collaboration entre plusieurs équipes1 de recherche de l’Institut du Médicament de Strasbourg2 et de l’IMCBio3.

En découle le lancement du projet innovant MPX, piloté par Alain WAGNER, Directeur de l’équipe Chimie Biofonctionnelle au sein du laboratoire CAMB à Strasbourg, qui relate : « Nos travaux de recherche visaient à ouvrir une voie nouvelle dans le domaine de la biologie cellulaire. L’idée était de parvenir, parmi des millions, à rapidement détecter, trier et récupérer vivantes des cellules neutralisant des cibles précises. En combinant microfluidique et chimie biocompatible, nous commençons à décrypter de nouvelles données biologiques et à comprendre comment chaque cellule unique communique et interagit. C’est une avancée scientifique majeure qui permet de mieux maitriser les mécanismes de pathogénèse et d’optimiser en conséquence la réponse aux traitements, enjeu fondamental du progrès médical ».

Le projet est prometteur et la SATT CONECTUS investit dès 2015 sur MPX. En 4 ans, elle mobilise un total de 575 k€ pour sécuriser la propriété intellectuelle et mettre au point les protocoles de sélection cellulaire. Le projet se structure et l’équipe se renforce en accueillant un postdoctorant, Sylvain URSUEGUI, et une ingénieure, Ketty PERNOD (aujourd’hui devenus co-fondateurs de MicroOmiX).

La startup au modèle idéal

MPX continue d’avancer à grands pas au point d’entrer en incubation chez SEMIA en vue d’une création de startup dédiée. En 2020, la SATT CONECTUS apporte un 2e appui clé. Caroline DREYER, sa Présidente, précise : « L’enjeu était de bâtir, avec l’aide de SEMIA, une startup la plus robuste possible. Cela implique notamment de constituer une équipe pluridisciplinaire, en adjoignant aux profils scientifiques un profil business, capable de piloter la création de la startup et d’impulser toute la stratégie financière, le développement commercial, les levées de fonds. Grâce à notre dispositif Team-to-Market.fr soutenu par la Région Grand Est, nous avons pu proposer aux chercheurs-fondateurs de MicroOmiX le profil de Christophe Arnaud, alors en quête d’un projet de création d’entreprise. Puis nous avons financé ses premières missions, dont l’étape cruciale du business plan. Christophe est ainsi devenu co-fondateur et CEO de MicroOmiX, aux côtés des 4 chercheurs-fondateurs. Il a également été lauréat de la bourse Porteur de projet de la Région Grand Est. C’est pour nous un modèle idéal de réussite ! ».

Actuellement hébergée au coeur du laboratoire CAMB (Université de Strasbourg), la startup entame sa 1ère année de développement comme le confirme Christophe ARNAUD, son CEO : « MicroOmiX se positionne sur le marché de l’analyse de cellule unique, promis à une croissance annuelle prévisionnelle de 17,8 %. C’est un très bon signal d’appétence pour ce type de technologies qui permet d’appréhender la complexité des mécanismes biologiques et de mieux les maîtriser. Il nous faut maintenant préparer notre future levée de fonds, mettre au point un premier prototype d’équipement de laboratoire pour déployer notre technologie sur le terrain et avancer sur le développement d’applications en collaboration avec des utilisateurs ».

Les premières versions de cet équipement, associé à des kits de réactifs et des puces microfluidiques, devraient être disponibles en 2022. Ce nouvel outil devrait séduire tous les acteurs biotech de la découverte thérapeutique : groupes pharmaceutiques, CRO (sociétés de services pharmaceutiques), producteurs et distributeurs spécialisés, mais aussi d’autres startups Biotech.

Aujourd’hui, la startup dispose déjà d’une plateforme de développement et travaille prioritairement sur une première application : la sélection de clones pour la découverte, le développement et la production d’anticorps monoclonaux, approche thérapeutique prometteuse notamment pour le traitement du cancer.

MicroOmiX confirme une belle dynamique. Pour preuve, elle est à ce jour préqualifiée dans le cadre du dispositif French Tech Seed4 de Bpifrance, fonds dédié aux TPE innovantes en amorçage. La société est également en lice pour bénéficier du dispositif régional DeepestTEAM qui permet de financer des fonctions-clés dans des startups incubées chez SEMIA. MicroOmiX compte à ce jour 6 collaborateurs et espère décrocher son premier C.A. en 2021.

_________________

1 Dr. Alain WAGNER, Laboratoire de Conception et application de molécules bioactives CAMB (UMR 7199, Université de Strasbourg et CNRS) /// Dr. Michaël RYCKELYNCK, Laboratoire Architecture et réactivité de l’ARN (UPR 9002 CNRS / Strasbourg) /// Dr. Dominique BAGNARD, Laboratoire de Biopathologie de la myéline, neuroprotection et stratégies thérapeutiques (UMRS 1119, INSERM, Université de Strasbourg) /// Pr. Andrew GRIFFITHS, Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaire (UMR 7006 CNRS, Université de Strasbourg, désormais ESPCI Paris) /// Laboratoire d’excellence MEDALIS (désormais Institut du Médicament de Strasbourg).

2 Alors dénommé Laboratoire d’excellence MEDALIS
3 Alors dénommé Laboratoire d’excellence NetRNA
4 https://www.bpifrance.fr/Toutes-nos-solutions/Participation-au-capital/Fonds-d-investissement-thematiques/La-French-Tech-Seed-Obligations-Convertibles

Source et visuel : MicroOmiX








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents