Edition du 21-09-2018

Des instituts européens de recherche s’allient contre les virus émergents

Publié le mercredi 15 février 2012

Afin d’améliorer les connaissances sur les modalités d’émergence de certaines maladies infectieuses et de mettre en place des moyens de lutte et de prévention efficaces, l’Union Européenne a décidé de financer à hauteur de 11,7 millions d’euros sur une période de 5 ans le projet PREDEMICS*. Ce programme collaboratif, coordonné par l’Institut Pasteur, regroupe 17 instituts européens de recherche et de santé publique. Il étudiera quatre types de virus issus du réservoir animal et à fort potentiel de transmission à l’homme en Europe.

Les différents épisodes épidémiques survenus au cours des quinze dernières années, tels que le virus West Nile, le SRAS ou la grippe A(H1N1), ont contraint les pouvoirs publics à rechercher des solutions et des outils pour prévenir l’apparition et la diffusion de ces nouvelles maladies, dites émergentes. Mais, contrecarrer les effets parfois dévastateurs de ces pathologies sur la santé publique mondiale dès, voire même avant la manifestation des premiers cas, nécessite de comprendre en amont les facteurs impliqués dans l’émergence des agents infectieux responsables et leur diffusion dans les populations animales et humaines.

Dans ce but, le projet européen de recherche PREDEMICS, coordonné par l’Institut Pasteur, a pour objectif d’étudier une sélection de quatre exemples représentatifs de virus, à fort potentiel de franchissement de la barrière d’espèces : le virus de la grippe, le virus de l’hépatite E, le virus de l’encéphalite japonaise et les flavivirus associés (comme les virus responsables de la fièvre de la vallée du Nil), ainsi que les lyssavirus, notamment à l’origine de la rage. Ces virus à ARN, provenant de réservoirs animaux, sont des modèles de choix pour l’étude des émergences du fait de leur mode de transmission par voies respiratoire, entérique ou par transmission vectorielle impliquant ou non des arthropodes (moustiques).

« Les efforts des équipes de recherche impliquées se focalisent autour d’un objectif majeur : la compréhension des mécanismes complexes qui régissent les relations entre le virus et son hôte. Cerner les grandes étapes de l’émergence permettra de mieux définir les stratégies de prévention à mettre en place, » explique Sylvie van der Werf, coordinatrice du programme et responsable de l’unité de Génétique moléculaire des virus ARN et du Centre national de référence du virus influenzae, à l’Institut Pasteur. Ces études auront pour but de déterminer les facteurs de risques liés aux virus (évolution, diversité d’une population virale, analyse génétique, etc.), à l’environnement (présence dans les eaux usées, capacité de persistance, etc.) et à l’hôte. Facteurs de risque qui assurent au virus la capacité de franchir la barrière de l’espèce, puis de disséminer d’homme à homme pour parfois s’étendre rapidement dans de nombreuses régions du monde (pandémie). Un autre volet sera dédié à l’étude des interactions biologiques virus/hôte conduisant à l’adaptation virale, et aux modalités de réponse immunitaire développées par l’hôte.

Toutes ces données seront compilées dans une base destinée à être mise à la disposition de la communauté scientifique internationale. Leur analyse permettra de modéliser les trajectoires prédictibles des pathogènes dans les environnements à risques potentiels.

Le programme sera également doté d’une plate-forme d’enseignement à destination des scientifiques et des étudiants. Cette plate-forme, ou « Isabel Minguez Tudela-Training Programme », comprend plusieurs types de formations, dont des cours en ligne ayant pour objectif de favoriser les échanges d’idées, d’informations et de personnels par une approche transdisciplinaire et de promouvoir les liens avec les organisations internationales comme la FAO, l’OIE et l’OMS, les leaders d’opinion de premier plan et les universités en Europe. Outre l’aspect scientifique, il vise à sensibiliser les décideurs aux problèmes de l’émergence et à ses conséquences.

PREDEMICS est soutenu à hauteur de 11,7 millions d’euros par la Communauté Européenne pour une période de cinq ans. Il réunit des chercheurs du monde vétérinaire et de la santé publique, issus de 17 instituts européens de recherche et de santé publique.

* Preparedness, Prediction and Prevention of Emerging Zoonotic Viruses with Pandemic Potential using Multidisciplinary Approaches 

Source :  Institut Pasteur








MyPharma Editions

Numab : Ignacio Melero nommé au poste de conseiller scientifique

Publié le 21 septembre 2018
Numab : Ignacio Melero nommé au poste de conseiller scientifique

Numab Therapeutics, une société biopharmaceutique suisse qui développe des immunothérapies multispécifiques de nouvelle génération basées sur des anticorps, pour traiter le cancer, a annoncé avoir nommé le Dr Ignacio Javier Melero Bermejo au poste de conseiller.

Pierre Fabre : feu vert européen pour Braftovi® et Mektovi® dans le mélanome avancé

Publié le 21 septembre 2018
Pierre Fabre : feu vert européen pour Braftovi® et Mektovi® dans le mélanome avancé

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre a annoncé que la Commission européenne (CE) a délivré l’autorisation de mise sur le marché pour l’association de Braftovi® (encorafenib) et Mektovi® (binimetinib) dans le traitement des patients adultes atteints d’un mélanome non résécable ou métastatique porteur d’une mutation BRAFV600 détectée par un test approuvé.

Ipsen : avis positif du CHMP pour Cabometyx® en seconde ligne du carcinome hépatocellulaire (CHC)

Publié le 21 septembre 2018
Ipsen : avis positif du CHMP pour Cabometyx® en seconde ligne du carcinome hépatocellulaire (CHC)

Le groupe Ipsen vient d’annoncer que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP), comité scientifique de l’Agence européenne du médicament (EMA) a émis un avis favorable pour Cabometyx® (cabozantinib) en monothérapie dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) de l’adulte traité antérieurement par sorafénib.

Nanobiotix : des données sur le développement de NBTXR3 présentées à ImmunoRad 2018

Publié le 20 septembre 2018
Nanobiotix : des données sur le développement de NBTXR3 présentées à ImmunoRad 2018

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé la présentation de données de son programme de développement de NBTXR3 à l’International Conference on Immunotherapy Radiotherapy Combinations qui se tient du 20 au 22 septembre 2018 à Paris, France.

Alliance Healthcare Group France : Corinne Morel, nouvelle Directrice Marketing Digital et Retail

Publié le 20 septembre 2018
Alliance Healthcare Group France : Corinne Morel, nouvelle Directrice Marketing Digital et Retail

Corinne Morel, 50 ans, est nommée Directrice Marketing Digital et Retail Alliance Healthcare Group France, à compter du 3 septembre. Membre de Walgreens Boots Alliance, Alliance Healthcare Group France est un des leaders de la répartition pharmaceutique et de la distribution de produits et services de santé en France.

Servier et Poietis collaborent sur un projet de bio-impression 4D de tissus hépatiques

Publié le 20 septembre 2018
Servier et Poietis collaborent sur un projet de bio-impression 4D de tissus hépatiques

Le laboratoire pharmaceutique Servier et Poietis, une société de biotechnologie française spécialisée dans la production de tissus vivants bio-imprimés, viennent de signer un partenariat scientifique portant sur l’utilisation de la technologie de bio-impression 4D de Poietis pour le développement et la production de tissus hépatiques.

Erytech : recrutement des 1ers patients dans son étude de Phase 3 avec eryaspase en seconde ligne du cancer du pancréas

Publié le 20 septembre 2018
Erytech : recrutement des 1ers patients dans son étude de Phase 3 avec eryaspase en seconde ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement des trois premiers patients pour son étude clinique de Phase 3, nommée TRYbeCA1, évaluant l’efficacité d’eryaspase, son produit candidat phare, dans le traitement en seconde ligne du cancer métastatique du pancréas.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions