Edition du 09-12-2022

Des prescriptions médicales reconnues dans tous les États membres de l’UE

Publié le mercredi 2 janvier 2013

Des prescriptions médicales reconnues dans tous les États membres de l'UELa Commission européenne a adopté fin décembre des dispositions concernant une liste minimale d’éléments à faire figurer dans les prescriptions médicales de patients qui se rendent dans un autre État membre de l’Union. Ces dispositions, qui visent à harmoniser la manière d’identifier le patient, le prescripteur et le produit prescrit, doivent être transposées dans le droit interne des États membres pour le 25 octobre 2013.

« Grâce à la coordination des prescriptions de médicaments et de dispositifs médicaux, les prescriptions établies dans un autre État membre (les prescriptions «transfrontières») seront mieux authentifiées et le nombre de prescriptions acceptées augmentera d’environ 200 000 sur une base annuelle. Les patients et les autorités sanitaires en seront les bénéficiaires, dans la mesure où les retards, les interruptions de traitement et les surcoûts pourront être évités », estime la Commission dans un communiqué.

«L’an dernier, la Commission a adopté une directive sur les droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers. Aujourd’hui, l’adoption de règles à suivre pour la rédaction des prescriptions transfrontières constitue une étape essentielle dans la concrétisation de l’objectif premier de ce texte: faire en sorte que le droit des patients à accéder à des traitements de qualité dans toute l’Union devienne une réalité. Grâce à ces règles, les patients qui présenteront dans un autre État membre une prescription clairement libellée pourront y obtenir les médicaments dont ils ont besoin.», a déclaré à ce propos le commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, M. Borg.

Globalement, le nombre de prescriptions transfrontières est plutôt faible: environ 2,3 millions par an selon les estimations, soit entre 0,02 % et 0,04 % de l’ensemble des prescriptions délivrées dans l’Union. Pourtant, une meilleure reconnaissance des prescriptions délivrées dans un autre État revêt une importance toute particulière pour certains groupes de patients. C’est le cas, par exemple, pour les personnes atteintes de maladies chroniques qui souhaitent se rendre dans un autre pays, pour les habitants de régions frontalières ou d’États membres de petite dimension, pour qui l’acceptation des prescriptions par delà les frontières est une nécessité, ou pour les personnes souffrant d’une maladie rare, qui peuvent trouver les meilleurs spécialistes dans un autre pays.

Actuellement, la diversité des prescriptions dans l’Union est telle que leur reconnaissance dans un autre État membre poserait, selon les estimations, des problèmes à plus de la moitié des patients.

Les règles d’harmonisation dans la pratique

Les nouvelles dispositions régissant les prescriptions prennent la forme d’une directive d’exécution. Elles prévoient un ensemble d’éléments descriptifs communs permettant d’identifier les prescripteurs, les patients et les produits prescrits. Elles ne portent toutefois pas sur l’apparence, le format ou la langue de la prescription. Elles n’excluent pas la possibilité pour les prescripteurs d’ajouter des informations, si celles-ci sont conformes aux pratiques locales. Ces éléments communs valent pour les prescriptions établies à la demande d’un patient qui entend les utiliser dans un autre État membre et non pour les prescriptions utilisées dans le même pays (à moins qu’un État membre n’en décide autrement).

Les points de contact nationaux établis dans le cadre de la directive relative aux soins de santé transfrontaliers informeront les patients de leur droit à se munir d’une prescription transfrontière en cas de déplacement dans un autre État membre, ainsi que des informations essentielles qui doivent y figurer.

Source: Commission européenne








MyPharma Editions

Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

Publié le 9 décembre 2022
Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

La filière de bioproduction française, regroupée au sein du Campus Biotech Digital, consortium industriel de premier plan mené par bioMérieux, Sanofi et Servier, noue un partenariat avec Oteci (Organisation de la Transmission d’Expériences et de Compétences Intergénérationnelle), association d’experts seniors bénévoles. Ces derniers sont ainsi mobilisés afin de construire les modules de formation 100% digitaux de la plateforme immerscio.bio répondant aux critères de qualité et de conformité requis par l’industrie des biotechnologies.

PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l’ESMO-IO 2022

Publié le 9 décembre 2022
PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l'ESMO-IO 2022

PDC*line Pharma, une société de biotechnologie développant une nouvelle classe d’immunothérapies actives anti-cancéreuses, puissantes et facilement industrialisables, a annoncé les premiers résultats immunologiques de l’essai clinique de phase I/II PDC-LUNG-101 (NCT03970746) avec PDC*lung01, son candidat vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC).

Création d’une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Publié le 8 décembre 2022
Création d'une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Le projet « Maladies Infectieuses Émergentes 1H-EID », porté par Université Paris Cité, avec l’Institut Pasteur, l’École nationale vétérinaire d’Alfort, et Sorbonne Université, est lauréat de la deuxième vague de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et Métiers d’Avenir » (AMI-CMA). Ce soutien de près de 5,9 M € pour 5 ans permettra de créer une Graduate School (École Universitaire de Recherche, EUR) offrant une formation multidisciplinaire d’excellence, basée sur la recherche, dans le domaine des maladies infectieuses émergentes.

Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Publié le 8 décembre 2022
Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Domain Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments innovants ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) appliqués à l’immuno-oncologie, a annoncé aujourd’hui la nomination des Prof Antoine Italiano et Prof John Stagg à son comité scientifique.

COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

Publié le 7 décembre 2022
COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

SpikImm, entreprise de biotechnologie créée en 2021 par Truffle Capital en collaboration avec l’Institut Pasteur, se voit attribuer une participation du programme France 2030 à hauteur de 15 millions d’euros sur son projet « PROPHYMAB » soutenu dans le cadre de la Stratégie d’Accélération « Maladies Infectieuses Emergentes et Menaces NRBC ».

OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

Publié le 7 décembre 2022
OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

OmniSpirant, société biopharmaceutique irlandaise spécialisée dans le développement de thérapies géniques régénératives inhalées first-in-class, et EVerZom, société biopharmaceutique spécialisée dans la bioproduction de vésicules extracellulaires (ou exosomes), ont annoncé avoir obtenu un financement de 12,8 millions d’Euros dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon Europe pour faire progresser le développement d’une thérapie génique régénératrice comme nouveau traitement dans le cancer du poumon.

Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Publié le 7 décembre 2022
Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Apmonia Therapeutics, société de biotechnologie développant de nouvelles stratégies thérapeutiques basées sur des approches peptidiques avec des applications thérapeutiques notamment dans le domaine de l’oncologie, a annoncé le lancement d’un programme de recherche et développement soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents