Edition du 11-08-2022

Accueil » Industrie » Recherche » Stratégie

Genzyme et Sanofi R&D partenaires de la Fondation maladies rares

Publié le lundi 8 juillet 2013

Genzyme et Sanofi Recherche & Développement ont annoncé, le 8 juillet 2013, la mise en place d’une coopération scientifique avec la Fondation maladies rares. Ce partenariat offre la perspective d’accélérer les applications concrètes de la recherche sur les maladies rares au profit des malades.

« Pour un très grand nombre de maladies rares, la recherche n’en est qu’à ses débuts. Des efforts doivent impérativement être menés dans les domaines de la recherche génomique, post génomique, physiopathologique et thérapeutique. Ils nécessitent la mobilisation de tous les acteurs possibles » a déclaré le Pr Philippe Monteyne, Vice-Président, R&D France, Sanofi. « Parallèlement, le nombre de maladies pour lesquelles des traitements applicables à l’Homme peuvent être envisagés s’est considérablement accru au cours des dernières années. »

L’un des défis à relever dans ce domaine est d’accélérer le passage de la recherche aux phases précoces d’essais cliniques. Trop souvent encore, le chercheur qui obtient une preuve de concept à partir d’une molécule d’intérêt n’a accès ni aux sources de financement ni aux compétences indispensables pour définir les critères méthodologiques, obtenir les autorisations réglementaires et conduire les essais cliniques.

Le partenariat qui débute entre Sanofi R&D, Genzyme et la Fondation maladies rares va permettre d’augmenter le nombre de candidats médicaments étudiés au bénéfice des malades.

Une priorité : accélérer l’innovation

La participation commune de Genzyme et de Sanofi R&D à la Fondation maladies rares concrétise la complémentarité de trois approches. Sanofi R&D apporte son expertise dans la recherche en amont, en particulier son implication dans la validation de concepts innovants et de nouvelles approches thérapeutiques. Genzyme apporte son expérience dans le développement de médicaments d’avant-garde ainsi que sa capacité à fédérer des communautés pluridisciplinaires pour une meilleure prise en charge des patients atteints de maladies rares. La Fondation maladies rares occupe une position centrale de facilitateur de programmes de recherche. Elle contribue à mieux décrire les maladies rares, à étudier leur retentissement sur la personne malade et son entourage et, in fine, favorise le développement de thérapeutiques au bénéfice des malades.

Ensemble, les trois entités auront pour priorité de favoriser, sous toutes ses formes, les partenariats publics-privés et de soutenir les actions visant à améliorer les connaissances, afin d’apporter les soins les plus appropriés aux patients atteints de maladies rares.

La Fondation maladies rares a, parmi ses missions, celles de construire un réseau dynamique entre tous les acteurs de la recherche dans le domaine des maladies rares, de faciliter l’accès des chercheurs aux ressources technologiques et financières, et de favoriser la mise en lien des acteurs et l’accès à l’expertise. « Nous facilitons l’accès à des plateformes technologiques innovantes pour les équipes de recherche, comme le séquençage ou la création de modèles afin d’identifier les causes moléculaires et les conséquences physiopathologiques des maladies rares. En plus des différents projets de coordination lancés, la Fondation maladies rares réalise un travail de fond sur le terrain, avec un responsable dans chaque inter-région, chargé d’identifier les programmes de recherche susceptibles de déboucher sur des applications cliniques » précise le Professeur Nicolas Levy, directeur de la Fondation et chef du service de génétique médicale à l’hôpital de la Timone à Marseille.

« Au moment où nous renforçons notre leadership dans les maladies rares, il était important de devenir partenaire de la Fondation maladies rares aux côtés de Sanofi R&D et d’autres acteurs de la recherche et du soin », a souligné le Dr Christian Deleuze, Président de Genzyme France. « Ce partenariat scelle notre volonté durable et partagée d’améliorer la vie des patients grâce à des médicaments innovants et à une meilleure prise en charge de la santé. »

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents