Edition du 11-08-2022

Gonorrhée: l’OMS s’inquiète des cas de résistance aux antibiotiques

Publié le jeudi 7 juin 2012

« Des millions de personnes atteintes de gonorrhée risquent de ne plus pouvoir se soigner si l’on ne prend pas des mesures urgentes », s’inquiète l’OMS. Des pays, parmi lesquels l’Australie, la France, le Japon, la Norvège, le Royaume-Uni et la Suède, signalent déjà des cas de résistance aux céphalosporines, dernière classe d’antibiotiques encore disponible pour traiter la gonorrhée. On estime que, chaque année, 106 millions de personnes contractent la gonorrhée, qui se transmet par voie sexuelle.

«La gonorrhée devient un grand problème de santé publique vu son incidence élevée et la diminution des possibilités de traitement, commente le Dr Manjula Lusti-Narasimhan, du Département de l’OMS Santé et recherche génésiques. Les données dont on dispose ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. Sans une bonne surveillance, on ne connaîtra pas l’ampleur de la résistance et si l’on ne cherche pas à mettre au point de nouveaux antimicrobiens, il n’y aura peut-être bientôt plus de traitement efficace.»

Utiliser les antibiotiques à bon escient

Dans de nouvelles recommandations publiées aujourd’hui, l’OMS incite à être plus vigilant concernant le bon usage des antibiotiques et à chercher d’autres protocoles thérapeutiques contre l’infection à gonocoque. Le plan d’action mondial conçu par l’OMS pour endiguer la résistance de Neisseria gonorrhoea aux antimicrobiens et limiter son impact préconise aussi de mieux surveiller les souches résistantes, de les signaler plus régulièrement et d’améliorer la prévention, le diagnostic et les moyens de lutte.

Un agent pathogène résistant

La gonorrhée représente un quart de la morbidité due aux quatre principales infections sexuellement transmissibles curables.1 Depuis l’avènement des antibiotiques, l’agent pathogène a développé une résistance à la plupart des antibiotiques généralement utilisés comme traitement, notamment la pénicilline, les tétracyclines et les quinolones.

«Nous sommes très préoccupés par les échecs thérapeutiques enregistrés dernièrement avec le dernier traitement efficace disponible – la classe des céphalosporines – parce qu’aucun autre médicament n’est en cours de développement, déplore le Dr Lusti-Narasimhan. Si l’on ne peut plus traiter les infections à gonocoques, les conséquences sur la santé seront importantes.»

Une utilisation excessive des antibiotiques de mauvaise qualité

« La résistance aux antimicrobiens résulte de l’accès sans frein aux antimicrobiens, d’une utilisation excessive et de la mauvaise qualité des antibiotiques ainsi que des mutations génétiques naturelles des organismes pathogènes. De plus, les souches de N. gonorrhoea tendent à conserver la résistance génétique aux antibiotiques utilisés précédemment, même s’ils ne sont plus employés. On ignore l’ampleur de cette résistance dans le monde faute de données fiables sur la gonorrhée dans de nombreux pays et parce que les études sont insuffisantes. », estime l’OMS.

Des problèmes multiples

Si elle n’est pas soignée, l’infection à gonocoque peut entraîner des problèmes de santé chez l’homme, la femme et le nouveau-né, notamment:

– infection de l’urètre, du col de l’utérus et du rectum; – stérilité chez l’homme et la femme; – forte augmentation du risque de contamination par le VIH et de transmission du VIH; – grossesse extra-utérine, avortement spontané, mortinaissance et accouchement avant terme; – 30 à 50% des enfants mis au monde par des femmes souffrant d’une gonorrhée non traitée contractent une infection oculaire grave pouvant entraîner la cécité.

« On peut prévenir la gonorrhée en adoptant des pratiques sexuelles à moindre risque. Le dépistage précoce et le traitement rapide, y compris des partenaires sexuels, sont essentiels pour lutter contre les infections sexuellement transmissibles », souligne enfin l’OMS.

1  Parmi les infections sexuellement transmissibles qui peuvent être soignées, on compte la syphilis, la gonorrhée, les chlamydioses, et la trichomonase.

Source : OMS








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents