Edition du 26-01-2021

Journée mondiale contre l’hépatite: «Plus proche qu’on ne croit»

Publié le samedi 28 juillet 2012

Avec le thème de la Journée mondiale contre l’hépatite «Plus proche qu’on ne croit», l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) invite instamment les gouvernements à intensifier leurs efforts pour lutter contre l’hépatite virale, une inflammation du foie qui tue environ un million de personnes par an. On estime en outre, que 500 millions de personnes souffrent de maladies chroniques liées à l’hépatite, une cause majeure du cancer du foie et de la cirrhose.

«Dans l’immense majorité des cas, les personnes infectées par l’hépatite ne s’en aperçoivent pas et ne sont pas diagnostiquées, ni traitées, explique le Dr Sylvie Briand au Département de l’OMS travaillant sur les pandémies et les épidémies. Ce n’est qu’en faisant mieux connaître les différentes formes d’hépatite et les moyens de prévention et de traitement que l’on pourra prendre les premières mesures pour endiguer complètement la maladie et sauver des milliers de vie.»

Les différents types d’hépatite

Il y a cinq virus de l’hépatite, définis par les types A, B, C, D et E. Les types B et C sont très préoccupants parce qu’une grande proportion des sujets infectés par ces virus peuvent ne ressentir aucun symptôme au premier stade de la maladie et ne se rendre compte de leur infection que quand ils sont arrivés au stade de la maladie chronique, parfois plusieurs décennies plus tard. De plus, ces deux virus, à l’origine de près de 80% des cas de cancer du foie, sont la principale cause de cancer hépatique et de cirrhose.

On peut contracter la maladie à partir de liquides biologiques infectés ou d’eau et d’aliments contaminés, suivant le type d’hépatite.

Les types B, C et D se transmettent par l’intermédiaire du sang d’une personne infectée (par exemple lors d’injections à risque ou de transfusions de sang non dépisté) ou lors de rapports sexuels non protégés dans le cas de l’hépatite B ou C.

Le type D n’infecte que les personnes déjà atteintes par le type B.

Les types A et E se transmettent en général par l’intermédiaire d’eau ou d’aliments contaminés et sont étroitement liés à un assainissement insuffisant et à une mauvaise hygiène personnelle (le fait de ne pas se laver les mains, par exemple).

Il existe des vaccins efficaces pour tous les types de virus, sauf le C.

Compte tenu de l’ampleur de l’épidémie – une personne infectée sur 12 dans le monde – et des progrès récents dans la prévention et le traitement, l’Assemblée mondiale de la Santé a décidé, en 2010, de faire du 28 juillet la Journée mondiale contre l’hépatite. Celle-ci vise à faire mieux comprendre le problème mondial de santé publique qu’est l’hépatite et à stimuler le renforcement des mesures de prévention et de lutte dans tous les pays du monde.

Nouveau cadre d’action mondiale

Cette année, en préparation de la Journée mondiale contre l’hépatite, l’OMS publie un nouveau cadre mondial pour combattre cette maladie. Le document Prevention and control of viral hepatitis infection: Framework for global action» (Prévention et lutte contre l’hépatite virale: cadre pour une action mondiale) décrit les quatre domaines d’action pour prévenir et traiter ces infections.

La sensibilisation, avec la promotion des partenariats et la mobilisation des ressources, représente la première des quatre priorités du nouveau cadre de l’OMS. Les autres sont les suivantes: intégration des données scientifiques dans la politique et l’action; prévention de la transmission; dépistage, soins et traitement.

L’OMS collaborera avec ses États Membres et ses partenaires dans les quatre domaines prioritaires du cadre pour aider à élargir l’accès des personnes qui en ont besoin aux programmes de prévention, de soins et de traitement. Le cadre orientera l’élaboration de stratégies régionales et spécifiques dans les pays pour combattre l’hépatite.

Source : OMS








MyPharma Editions

COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

A la suite de résultats intermédiaires d’essai clinique de phase I, l’Institut Pasteur a annoncé l’arrêt du développement d’un de ses candidats vaccins, celui basé sur le virus du vaccin contre la rougeole. L’Institut Pasteur a confirmé la poursuite du développement d’autres candidats vaccins arrivés en fin de phase préclinique, et le maintien de sa forte mobilisation scientifique pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Publié le 26 janvier 2021
Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Takeda a annoncé faire partie des 16 entreprises à avoir obtenu la certification internationale Top Employer® (Meilleur employeur) pour 2021. Takeda a non seulement reçu cette certification mondiale pour la quatrième année consécutive, elle a également été certifiée comme Top Employer dans quatre régions et 38 pays.

COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

GeNeuro, une société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), vient d’annoncer l’obtention d’un financement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour son projet COVERI, qui vise à comprendre le rôle des protéines du rétrovirus endogène humain (HERV) dans la réponse immunitaire anormale ou les dommages neurologiques subis par d’importants sous-ensembles de patients atteints de COVID-19.

Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Publié le 26 janvier 2021
Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé un nouvel accord de collaboration conclu par Curadigm, sa filiale détenue à 100%, avec Sanofi. Curadigm a été sélectionnée dans le cadre du Sanofi iTech Award Program : son projet de recherche intégrant la technologie Nanoprimer est considéré comme une option très prometteuse pour améliorer le portefeuille de thérapies géniques en développement.

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

Publié le 25 janvier 2021
OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir reçu un paiement d’étape de 1,3 million d’euros dans le cadre de l’aide aux projets d’innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier (1).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents